mardi 12 janvier 2010

Le petit Nicolas se fait épingler (façon papillon) par le prince Ygor

Le Stalker a eu la riche idée d'accueillir en ses colonnes mon ami Ygor Yanka et sa lettre ouverte à Nicolas Sarkozy. J'encourage vivement tout un chacun à aller savourer ce superbe texte (on ne parle plus de billet, à ce stade...) : je ne me souviens pas avoir jamais lu un aussi noble et implacable réquisitoire sur aucun blog ; on est très loin des coups d'épingle des vigilants – très loin au-dessus. Personnellement, ça m'a passé l'envie de devenir Nicolas Sarkozy quand je serai grand. Enfin, bon : grands, vous l'êtes assez pour vous faire votre opinion, hein...

10 commentaires:

  1. Je viens d'entendre Martine Aubry dire: "l'année 2010 doit être l'An 1 de la Reconquête"
    N'importe quoi...
    Elle voulait peut-être dire la reconquête.

    RépondreSupprimer
  2. Ah ça fait plaisir... Évidemment le Huron a la distance qui convient... Belles hauteur de vue et vision d'ensemble. Geargies

    RépondreSupprimer
  3. Euh le Huron, comme dansVoltaire ou Chateaubriand , hein..! Geargies

    RépondreSupprimer
  4. Étonnant, tout ça : Voltaire, l'identité nationale, les Belges du Canada... Je repensais justement, pas plus tard qu'hier, je ne sais trop pourquoi, à ce dialogue d'un film canadien, avec Pascale Bussières et le (très) regretté Philippe Volter, que je me rappelle vaguement avoir vu à sa sortie en France, il y a quelques années (et dont je ne me risquerai pas à dire qu'il est bien oublié aujourd'hui tant il me semble, de toute manière, qu'il passa chez nous, à tort ou à raison, je ne saurais dire là non plus, quasiment inaperçu).
    Bref, à un moment du film (le seul, du reste, dont je me souvienne avec précision), un gros flic canadien « anglais » demande au personnage joué par Philippe Volter (dont je rappelle à ceux qui ont eu la flemme de cliquer sur mon lien plus haut qu'en plus d'être talentueux, il était en réalité belge) :

    « Where do you come from ?
    – I'm French.
    – A French French ?
    – Yes. »


    Oui, c'est tout. Je sais, tout ça manque singulièrement de Hongrois.
    Pour le reste, j'aime bien Yanka, mais je ne lirai son texte que demain, je dors à moitié et M. Goux nous laisse entendre qu'il ne faut pas en perdre une miette.
    J'espère, en tout cas, que ça cause de Carla.

    RépondreSupprimer
  5. « J'espère, en tout cas, que ça cause de Carla. »

    Une brève allusion. Si je m'étais attelé à cette jument-là, je crois bien que la France demandait mon extradition.

    Petite précision pour Didier que je remercie (même si je dois songer à changer de taille de chapeau) : le Stalker ne m'a rien demandé, c'est moi qui lui ai proposé le texte et il a accepté illico, avant même de le lire.

    RépondreSupprimer
  6. Mazette ! Une splendeur, ce texte de monsieur Ygor Yanka. Bouche bée. L'intelligence se faisant rare dans pas mal de milieux, je fais circuler.
    Ca me donne la pêche !

    RépondreSupprimer
  7. Lediazec : vraiment content que ça vous plaise ! Ygor Yanka a lui-même un blog (qui est dans ma blogroll).

    Il est ici.

    RépondreSupprimer
  8. @ Didier Goux. Noté. J'ai mis de côté et vais le suggérer à mon tour sur Ruminances.

    RépondreSupprimer
  9. très viril ce texte. visiblement les femmes (hormis Jeanne d'Arc) compte pour du beurre.

    RépondreSupprimer
  10. Olympe... Jeanne d'Arc, c'est un gros calibre tout de même. Et puis j'ai cité aussi Christine de Pisan. Mais vous avez raison... Allez, hop ! j'ajoute la Mère Denis, Claire Chazal, Jeanie Longo et Marguerite Duras.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.