vendredi 29 janvier 2010

Alzheimeeer, nous voilààà !

Il n'y a pas une demi-heure, l'Irremplaçable et moi arrivions sur le parking du Super U de Saint-Aquilin, que le département entier nous envie. Le but était de faire le plein d'eaux minérales diverses, con gas y sin gas (ou con gas et maracas, pour les fans de Starshooter...). Ainsi que d'une flasque de whisky pour elle et d'une mominette de pastaga pour moi, afin de fêter dignement nos mini-vacances : départ demain matin pour Strasbourg, retour mardi après crochet par les Ardennes.

Arrivé là, une envie irrésistible me saisit de fourrer sans plus attendre dans le disque dur de Roselyne l'adresse de mes parents. Ce que nous faisons avec un certain nombre de tâtonnements, tout en laissant tourner le moteur pour continuer d'avoir chaud aux pieds. L'affaire faite, nous allons vaillamment pousser le chariot.

Lorsque nous ressortons, je constate d'abord, d'assez loin, que cette écervelée de Roselyne a oublié d'éteindre les phares, ce qu'elle est censée faire dès que j'ai le dos tourné. M'approchant, je suis obligé d'admettre qu'elle a aussi omis de replier les rétroviseurs. Mes sourcils se froncent, je suis à la limite du sévice carrossier. Jusqu'à ce que je réalise que j'ai quitté la voiture sans couper le contact. Si bien que, durant une vingtaine de minutes, ma jolie voiture toute neuve a gentiment attendu, prête au départ, qu'un malfaisant quelconque daigne venir s'asseoir au volant et l'enlève telle une flamboyante gourgandine. Légère sueur froide rétrospective.

Là-dessus, nous voyant ouvrir le coffre, l'homme qui se trouvait dans la bagnole garée nez à nez avec la nôtre descend, s'approche, sourit, et nous explique que, s'étant aperçu que le moteur de cette voiture délaissée tournait, il s'était rangée en face pour attendre patiemment que ses propriétaires reviennent.

Comme le chantait Brassens, il reste encore du monde et du beau monde sur terre...

38 commentaires:

  1. C'était un musulman, je suis sûr.

    RépondreSupprimer
  2. Et vous l'avez invité à prendre l'apéro !

    RépondreSupprimer
  3. D'une part, vos derniers billets sont bien bons et personne n'en dit rien, alors je m'empresse de vous le dire (ainsi que mon amour de "La Comtesse..." et d'Ava en particulier (mais bon, vous aimez les brunes un peu grasses comme moi)) comme quoi, le rainbow-internaute n'apprécie guère que les algarades éventées de petites frappes varoises (ceci parce que les varois sont des cons !).

    Et, évidemment qu'il reste encore des gens biens, moraux, sincères, altruistes et généreux ! Ah la la, y a des bourre-pifs qui se perdent !!!

    RépondreSupprimer
  4. Bon séjour à Strasbourg! Pour y avoir vécu deux ans, je suis sûr que vous vous y plairez (c'est très apaisant).

    RépondreSupprimer
  5. Bonnes vacances à tous les deux !

    RépondreSupprimer
  6. Eh beh ? vous lui avez offert la bouteille de pastaga ?

    RépondreSupprimer
  7. C'est pas à Strasbourg qu'on a pour coutume de brûler les zottos ?

    RépondreSupprimer
  8. "Arrivé là, une envie irrésistible me saisit de fourrer sans plus attendre dans le disque dur de Roselyne l'adresse de mes parents":

    Nous, le carré de fidèles, on sait bien sûr qui est Roselyne.
    En même temps, si on sait pas...

    RépondreSupprimer
  9. Cela dit, très belle histoire de braves gens comme on les aime.

    RépondreSupprimer
  10. Tiens!! ". Mais quand rebâtira t- on la flèche de Strasbourg? " Victor Hugo les Buddenbrock... Sisi j'vous jure!! Geargies

    RépondreSupprimer
  11. Nicolas : Alzheimer, un musulman, avec un nom pareil ?

    L'autre Je : qui ?

    Dorham : Merci de votre appréciations sur mes billets...

    Néanmoins, j'aime les brunes BIEN plus grasses que vous (je veux dire : que celles que vous aimez), et si possible pas rasées ni épilées de nulle part : c'est ça l'important ! Je suis persuadé que, demain, après demain, après ma mort, la mode va se renverser, que ces poils merveilleux vont refleurir aux aisselles et aux chattes de nos filles. Mais ce sera trop tard pour moi : je serai ou vieux ou mort. Je vous envie...

    RépondreSupprimer
  12. C'est plutôt la malédiction de la Mégane. Il était arrivé une aventure semblable (sans ange associé, mais bon...) à votre camarade Oh 91, qui le raconte très bien sur son blog.

    RépondreSupprimer
  13. Suzanne : des liens, bordel, des liens !

    RépondreSupprimer
  14. Didier,

    Oui, enfin, je crois que vous vous avancez sur mon goût personnel.

    Je hais également l'épilation mais j'aime bien l'ordre. Je suis un ritalalacon, la pilosité est (très) importante, il ne faut pas l'abolir mais il convient de savoir en faire une forme d'art... Exubérant et conçu... Comme un Caravage.

    RépondreSupprimer
  15. NON ma poule ! pas d'art ! pas d'ordre! on s'en branle, de l'art et de l'ordre, quand on parle de bonne femme !

    Prolifération de poils ! envahissement de la raie culière ! Écartez les algues, je pèche au large ! Du limon ! du limon comme s'il en pleuvait ! Des femmes sauvages, naturelles, avec des aisselles comme des bonnets de grognard napoléonien, bon dieu !

    Des chattes qui débordent et prolifèrent vers les cuisses, des femmes qui pètent comme dans un roman d'Apollinaire ! Des trous du cul qui appellent et qui absorbent ! Des putes, quoi, des antithèses d'épouses, des négations de mères, des salopes absolues, merveilleuses et angéliques.

    RépondreSupprimer
  16. J'ai bien fait de m'inscrire aux commentaires, moi.

    RépondreSupprimer
  17. Nicolas,
    tu expliques comment le déchaÎnement pornographique intempestif et inattendu de Didier Goux pour une simple question de poils ?
    C'est la femme à Dorham qui lui fait cet effet ?

    RépondreSupprimer
  18. Tonnégrande,

    Tu fais chier les scientifiques ! Surtout les paléontologues. Jamais un seul n'expliquera ton niveau de connerie.

    RépondreSupprimer
  19. Ah ! enfin de la vraie littérature dans ces commentaires :
    "NON ma poule ! pas d'art ! (...)"
    Mifa

    RépondreSupprimer
  20. Pas une bonne nouvelle, didier, le MRAP vous épingle comme droite extrême, je ne sais pas si ça vous convient?

    http://www.mrap.fr/campagnes/RacismeInternet/rapport-MRAP2009.pdf

    RépondreSupprimer
  21. D'un autre côté, s'il avait été épinglé comme communiste, j'aurais eu l'air con.

    RépondreSupprimer
  22. Au fait ! Un anonyme qui dénonce, ça me rappelle quelque chose...

    RépondreSupprimer
  23. Cette histoire de MRAP m'amuse beaucoup. Je sens qu'elle va me tenir en joie tout le week-end !

    Bon, allez, je file...

    RépondreSupprimer
  24. Didier,

    C'est bizarre, quand vous parlez de cul, j'ai l'impression qu'on cause cassoulet, mais le hasard fait que j'adore ça le cassoulet, le vrai en tout cas... A ce propos, j'ai lu un peu (un peu j'ai dit) le rapport, vous n'êtes que dans la catégorie "site islamophobe ou développant des thèses islamophobes", c'est un peu la deuxième division du facho ça !

    RépondreSupprimer
  25. Mort de LOL, à se péter le cul et l'aorte : Didier vous êtes "droite extrême" d'après le MRAP !!!!!
    Je pouffe mais je pouffe !!!!!

    RépondreSupprimer
  26. La lecture de ce rapport du MRAP fait froid dans le dos et rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Nauséabond !

    RépondreSupprimer
  27. Un petit mot pour signaler ma surprise de voir que votre blog faisait partie de la liste des sites prétendument "racistes" qu'a dressée le MRAP dans son rapport sur le racisme et internet!
    [url]http://www.mrap.fr/campagnes/RacismeInternet/rapport-MRAP2009.pdf[/url]
    (page 22)
    avec le qualificatif de "droite extrême"...
    Bref une véritable consécration, donc!

    RépondreSupprimer
  28. Vous devriez arrêter de boire...
    Je sais; c'est pas facile.
    A Strasbourg évitez la place Kleber: on n'en ressort pas indemne. La Petite France c'est pas mieux. le mieux en fait serait que vous rentriez au plus vite dans vos pénates.

    RépondreSupprimer
  29. Des putes, quoi, des antithèses d'épouses, des négations de mères, des salopes absolues, merveilleuses et angéliques.

    Ah oui....
    Vous me laissez rêveur tout d'un coup.
    Et un brin nostalgique.

    RépondreSupprimer
  30. Madame Y. m'attire ici, étonnée de n'y trouver aucun commentaire de son bavard et mari préféré. Et pour cause, je m'étais arrêté au billet... Tout ça pour dire que, hormis les pets limites foireux qui ravissaient tant l'excellent Apollinaire, je partage absolument les gouts féminins de notre hôte et son obsession de la pilosité féminine non seulement intégrale mais généreuse.

    RépondreSupprimer
  31. ".....Et j'ai pleuré, le cul par terre,
    Toutes les larmes de mon corps."

    RépondreSupprimer
  32. Et bien au moins vous n'êtes pas porté à fantasmer sur la demi pucelle de 20-25 ans qui pullule à Paris ces temps-ci... Oui le genre en string de 12 grammes et pas de poitrine.. Etc... Geargies.

    RépondreSupprimer
  33. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  34. On a pas le droit, ce serait une faute de gout (!), d'être approximatif avec Brassens. Donc:





    LA COMPLAINTE DES FILLES DE JOIE



    1
    Bien que ces vaches de bourgeois, Bien que ces vaches de bourgeois
    Les appellent des filles de joie, Les appellent des filles de joie
    C'est pas tous les jours qu'elles rigolent, parole, parole
    C'est pas tous les jours qu'elles rigolent

    2
    Car même avec des pieds de grues, Car même avec des pieds de grues
    Faire les cent pas le long des rues, Faire les cent pas le long des rues
    C'est fatigant pour les guibolles, parole, parole, C'est fatigant pour les guibolles

    3
    Non seulement elles ont des cors, Non seulement elles ont des cors
    Des oeils de perdrix, mais encore, Des oeils de perdrix, mais encore
    C'est fou ce qu'elles usent de grolles, parole, parole, C'est fou ce qu'elles usent de grolles

    4
    Y' a des clients y'a des salauds, Y' a des clients y'a des salauds
    Qui se trempent jamais dans l'eau, Qui se trempent jamais dans l'eau
    Faut pourtant qu'elles les cajolent parole, parole, Faut pourtant qu'elles les cajolent.

    5
    Qu'elles leur fassent la courte échelle, Qu'elles leur fassent la courte échelle
    Pour monter au septième ciel, Pour monter au septième ciel
    Les sous croyez pas qu'elles les volent parole, parole, Les sous croyez pas qu'elles les volent

    6
    Elles sont méprisées du public, Elles sont méprisées du public
    Elles sont bousculées par les flics, Elles sont bousculées par les flics
    Et menacées de la vérole, parole, parole, Et menacées de la vérole

    7
    Bien que toute la vie elles fassent l'amour, Bien que toute la vie elles fassent l'amour
    Qu'elles se marient vingt fois par jour, Qu'elles se marient vingt fois par jour
    La noce est jamais pour leur fiole, parole, parole, La noce est jamais pour leur fiole

    8
    Fils de pécore et de minus, Fils de pécore et de minus
    Ris pas de la pauvre vénus, Ris pas de la pauvre vénus
    La pauvre vieille casserole, parole, parole, La pauvre vieille casserole

    9
    Il s'en fallait de peu mon cher, il s'en fallait de peu mon cher
    Que cette putain ne fut ta mère, Que cette putain ne fut ta mère
    Cette putain dont tu rigoles, parole, parole, Cette putain dont tu rigoles.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.