lundi 1 novembre 2010

Ah ! Quand refleuriront les roses de septembre ?


À mon humble avis, pas avant une dizaine de mois.
En attendant, voici de septembre le journal.

4 commentaires:

  1. Fournée plus riche que la précédente, à mon goût mais je n'y entends rien. Apprécié l'image du jardinet (il vous faudrait un grand jardinet). Remarqué que votre limite pour les musées et la peinture est la même que pour les églises romanes.
    Mince, vous aviez dit pas de commentaires sur le journal.
    Trop tard.

    RépondreSupprimer
  2. Tiens, je suis du même avis que la Mère Castor.
    J'aime beaucoup la façon dont vous tournez autour de comment dire, onvadir, comme dirait l'abominable Georges des Neiges,que le temps passe et qu'on ne gagne rien à retrouver ses amoureuses de jeunesse. C'est dans les romans que la femme qu'on a aimée voici trente ou cinquante ans vous revient intacte, taille svelte, sourire enrichi de quelques ridules embellissantes, éternelle petite fille ou jeune garce des premières amours et prête à tout recommencer.

    RépondreSupprimer
  3. Mère Castor : exact ! Mon seuil de tolérance aux visites culturelles est finalement assez bas. Ce qui n'est guère à mon honneur...

    Suzanne : Oh, je ne m'attendais tout de même pas à la retrouver intacte ! Je n'y tenais même pas, je pense. Et puis, comme l'a souligné Catherine, elle a plutôt très bien vieilli.

    RépondreSupprimer
  4. Haaaa Suzanne !!! ( prénom de La Religieuse, par ailleurs et de celle des vieillards... bien sûr!) quelques fois la réalité dépasse la fiction .. (toujours? Pas impossible!) ET rejoint les rêves ...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.