lundi 15 novembre 2010

Remaniement chez mes voisins et mise au jour d'une stigmatisation

Ça déménage au Plessis-Hébert. Après la vieille dame de droite (notion toute topographique), ce sont les voisins de gauche qui nous quittent, ceux dont le verger vient mourir contre notre haie. L'Irremplaçable a déjà mené son enquête : on va récupérer un couple, dont la femme est professeur "de ch'sais pas quoi” (dixit Irrempe) et dont le plus jeune des enfants a trois ans (mais le nombre total d'héritiers reste pour le moment inconnu – la tension et le suspense sont à leur comble). Mais ce n'est pas du tout ce que je voulais dire.

Ce matin – et c'est comme ça que nous avons su –, un énorme camion s'est donc présenté par le siège devant le portail des voisins en question. Et, aussitôt, quatre ou cinq hommes vêtus de rouge se sont mis en action. Je dis bien quatre ou cinq hommes. Car, soudain, je me suis avisé que de ma vie, pourtant fertile en déménagements de toute espèce, je n'avais encore jamais vu une déménageuse – ou déménageure, en français jospino-modernœud. Mais le plus étrange est que je n'ai jamais non plus entendu aucune officine féministe se scandaliser de ce manquement flagrant à notre sainte parité. Comme si, mais je ne peux me résoudre à y croire, nos passionarias citoyennes avaient renoncé à prendre d'assaut cet ultime bastion de pue-la-sueur à gros bras, ce qui serait d'une grande tristesse.

À moins qu'elles n'aient pas encore perçu toute la joie, le bonheur, le potentiel de réalisation de soi qu'il y a à monter et descendre des escaliers du matin au soir, avec des armoires normandes sur le dos. Mes sœurs-en-lutte, il serait temps d'ouvrir vos jolis yeux et de partir à l'assaut de cette Bastille-là. Je compte sur vous.

33 commentaires:

  1. "Effectivement, beaucoup de gens sont surpris d’entendre parler d’une femme dans le monde du déménagement.

    Et encore plus surpris d’apprendre que de plus en plus d’entreprises de déménagement sont dirigées par des femmes.

    On s’imagine facilement une énorme femme tatouée, bourrée de muscles et usant d’un langage de charretier, bref entre le sumo et la guerrière… (Je l’ai déjà entendu !)

    Eh oui, dans l’esprit des gens, le déménagement est avant tout un métier d’hommes.

    Sauf qu’il ne faut jamais se fier aux idées reçues."


    Et paf !

    RépondreSupprimer
  2. Suzanne : dirigée par des femmes, bien sûr ! Il y en a même une, de ces entreprises, à Mortagne-au-Perche, aux services de laquelle nous avons eu recours par deux fois. Mais je parlais des vrais déménageurs, pas des patrons...

    RépondreSupprimer
  3. « Sauf qu’il ne faut jamais se fier aux idées reçues. »

    Bien sûr que si. La plupart du temps, les idées reçues n'ont pas été reçues pour rien.

    RépondreSupprimer
  4. Vous êtes certain que c'était pas des pilleurs de résidences secondaires? Et même principales?
    Certains voisins s'étonnent de voir des déménageurs: "tiens, ils ne nous avaient rien dit, avant de partir en week-end prolongé".
    Et quand les autres reviennent, c'est qui qui se fait houspiller de n'avoir pas téléphoné à la gendarmerie?

    RépondreSupprimer
  5. "un énorme camion s'est donc présenté par le siège " Faut pas grand chose, parfois, pour me faire rire, mais ça , j'ai bien aimé !

    et pi , cette histoire de parité H/F, c'est bien un truc de gonzesses branchées neu-neues !
    Le jour où les femmes paieront l'addition au resto sans s'en glorifier... on en reparle

    RépondreSupprimer
  6. Je connais un antiquaire qui s'est fait cambrioler d'une extraordinaire manière. Il habite une très belle maison de maître à la campagne, avec un système de sécurité sophistiqué, et huit chiens dans le parc (doberman). Quand il est rentré de voyage, il n'y avait plus un meuble chez lui. Les huit chiens étaient morts, empoisonnés, et les cambrioleurs n'avaient pas déclenché l'alarme. Ils étaient venus avec plusieurs camions de déménagements, au grand jour.

    RépondreSupprimer
  7. Carine : bien sûr que cela existe, ce type de cambriolages (voir le commentaire de Georges). Mais il est alors très rares que les propriétaires de la maison veillent au bon déroulement de l'opération, et que la vieille voisine ait des renseignements sur les prochains propriétaires...

    Corto : vu l'étroitesse de la rue de l'Église, on était à la limite de la césarienne.

    RépondreSupprimer
  8. Comme quoi on peut trouver de costauds travestis...

    RépondreSupprimer
  9. Il y a au moins une profession que je connais qui est interdite aux femmes. C'est celle d'opérateur de marteau piqueur.

    RépondreSupprimer
  10. Pourtant le marteau-piqueur n'est jamais qu'un gros gode vibrant ?
    Oui, bon, mais cela faisait longtemps que je n'avais rien trouvé à dire, d'où l'accouchement prématuré. J'ai quand même évité l'allusion lourde aux choses précoces et je me suis abstenu de l'excuse classique Je nettoyais mon âme et le coup est parti (vieille blague nègre de la réacosphère).

    RépondreSupprimer
  11. Oui oui , à ne pas confondre avec Rocky Sifredo le marteau niqueur... ;)

    RépondreSupprimer
  12. outre que je parierais bien qu'on doit désormais trouver des femmes déménageuses, on sait qu'en moyenne les hommes sont plus forts que les femmes. Et Françoise Lhéritier a même fait l'hypothèse que depuis des centaines de milliers d'années les femmes étaient moins fortes parce que moins bien nourries. je ne me prononcerai pas mais il est encore de nombreux pays ou lorsque la nourriture n'est pas suffisante elle est prioritairement donnée aux garçons.

    RépondreSupprimer
  13. Ce que j'aime chez les féministes, c'est leur sens de l'humour. Cette façon de voir le monde à travers le prisme de leur plafond de verre.
    Dire qu'un simple coup de marteau-piqueur pourrait dégager la vue, c'est trop bête.

    RépondreSupprimer
  14. Je viens de trouver la réponse dans wikipédia: dans les familles pauvres où l'on n'a qu'un Almanach Vermot, on fait rire en priorité les garçons, et ce depuis des millénaires.

    RépondreSupprimer
  15. Jazzman: mordelol!

    Olympe: Je n'ai pas lu Françoise Lhéritier, mais explique-t-elle pourquoi les mâles des mammifères sont plus gros et forts que les femelles?

    RépondreSupprimer
  16. Merci Suzanne, mais tout le mérite revient au sujet de ce billet (ensuite frotter fort jusqu'à ce que ça reluise).

    RépondreSupprimer
  17. N'empêche que ce que dit Olympe est vrai, on nourrit moins les filles presque partout, en cas de disette.

    RépondreSupprimer
  18. Peut-être, mais c'est logique.
    J'ai lu une étude sérieuse disant que le manque de nourriture avait un effet contraceptif (qu'on peut observer par exemple chez les chattes sauvages).
    Pourquoi faire des enfants si on ne peut pas les nourrir.
    C'est un réflexe atavique qui ne tient pas compte de l'invention de la pilule.

    RépondreSupprimer
  19. Jazzman, les rats, eux, préfèrent nourrir leurs femelles quand il y a pénurie. Pourtant, je viens de vérifier (des fois que), les mâles sont toujours plus gros, alors que depuis la nuit des temps ce sont les plus grosses femelles qui survivent.

    De toute façon, pour l'armoire normande, on s'en fiche. Les armoires normandes ne devraient pas monter les étages mais rester dans les grandes pièces du rez de chaussée.

    RépondreSupprimer
  20. « on sait qu'en moyenne les hommes sont plus forts que les femmes »

    Ça ne serait pas de Corto, ça ?

    RépondreSupprimer
  21. Donc les humains sont plus proches des chattes que des rattes.
    Ça m'en touche une sans dilater l'autre.

    RépondreSupprimer
  22. Je vous trouve bien vulgaire jazzman. Mais d'un autre côté comme 95% des femmes sont des idiotes infréquentables, je vous comprends. Par ailleurs , oui, la famine provoque l'aménorrhée et partant l'absence d'ovulation...

    RépondreSupprimer
  23. Je voulais la jouer Jacques Chirac en fin de banquet, navré que ma dilatation de la rate vous ait choqué.
    Tant pis, buvons à nos femmes, à nos chevaux et à ceux qui les montent...

    RépondreSupprimer
  24. ben non je n'ai pas d'humour et aussi je suis hystérique et bien entendu e ne m'épile pas

    RépondreSupprimer
  25. Olympe, j'étais sûr que vous étiez cordon bleu, et je vois que je ne m'étais pas trompé à mon grand soulagement.

    RépondreSupprimer
  26. J'aime les fées du logis, leur chapeau pointu étoilé, leur ample robe diaphane, leur maniement de baguette...zut ça me reprend.

    RépondreSupprimer
  27. Les femmes à poêle qui ne s'èpilent pas...argh...

    RépondreSupprimer
  28. « et bien entendu e ne m'épile pas »

    Olympe, si c'est vrai, c'est tout à votre honneur...

    RépondreSupprimer
  29. Oh Monsieur Goux, vous étiez là ?
    Et qui sont ces deux messieurs qui ressemblent à de blanches armoires normandes, ce qui nous ramène au titre de votre excellent billet dont le sujet nous occupe...hem.

    RépondreSupprimer
  30. Mais où est passée ma brosse à reluire ? C'est le seul problème avec les fées du logis, elle rangent constamment et on ne retrouve plus rien.

    RépondreSupprimer
  31. Merci Gerbille, le lien est excellent !

    Jazzman, vous tenez une de ces formes !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.