samedi 18 décembre 2010

On se recouche jusqu'en avril

Hier après-midi, cependant que je télé-travaillais benoîtement dans La Case, L'Irremplaçable s'est mise en tête d'aller faire quelques courses à Vernon – que des denrées de première nécessité : eau de Cologne, pyjamas neufs, des os pour les chiens...

La neige a commencé à tomber à gros flocons à sa sortie du Monoprix. Elle a pu grimper sans trop d'encombres la côte qui permet de s'extraire de la vallée de la Seine, puis traverser le plateau et redescendre de l'autre côté, dans la vallée de l'Eure. C'est lorsqu'il lui a fallu – à elle et à quelques autres – remonter de l'autre côté que les choses se sont gâtées. Au point qu'elle a bien dû se résoudre à abandonner la voiture sur le bas-côté pour couvrir à pied les trois kilomètres qui restaient jusqu'à la maison.

Et, bien entendu, ce matin, après un appel téléphonique et renseignatoire à la gendarmerie de Pacy, nous avons reparcouru cette même distance dans l'autre sens afin de récupérer Roselyne qui, depuis une quinzaine d'heures, se frigorifiait les ovaires non loin de la déchetterie.

Nous voilà revenus à bon port, la neige s'est remise à tomber, les chiens ont leurs nonosses, nous du pain frais et de quoi fumer. L'hibernation se profile.

26 commentaires:

  1. Elle a bien changé, la rue de Charenton !

    RépondreSupprimer
  2. "e frigorifiait les ovaires non loin de la déchetterie."
    Ah ben voilà qui est gracieux!^^

    RépondreSupprimer
  3. L'été, vous "hibernez" pour éviter les touristes et vous fuyez les plages à congés payés. L'hiver, vous hibernez pour fuir la neige. L'automne aussi, réchauffement oblige.
    Vive les demi-teintes et les mi-saisons, surtout le printemps !
    Contente que vous ayiez récupéré le tout, Catherine au premier rang ^^

    RépondreSupprimer
  4. Votre titre est-il un clin d'oeil à Alexandre le Bienheureux (avec des majuscules partout?), revu dans la semaine?

    RépondreSupprimer
  5. Quand vous hibernez, vous ne savez pas éviter vos trolls, comme Carine ? Elle pourrait revenir au printemps par exemple. Quant à Georges, il pourrait mourir gelé dans d'atroces souffrances, par exemple, mais juste pour nous rendre service, hein ! Pas méchamment.

    RépondreSupprimer
  6. Dans le ciel gris la neige tombe, A gros flocons tombe sans fin, Elle étincelle sur les branches, Des arbres morts de mon jardin.

    A peu près hein.
    J'ai la mémoire qui flanche, j'me souviens plus très bien des comptines de mon enfance.

    RépondreSupprimer
  7. Comme dirait Georges Frêche revisité par Laurent Gerra:
    "mais non ! c'est pas méchant !"
    On nous souhaite très gentiment de crever…dans d'atroces et gentilles souffrances.
    Ya des baffes qui se perdent…

    RépondreSupprimer
  8. Nicolas, vous allez bien ? Noël approche, c'est le temps de l'Amour, ne soyez pas si agressif, ça me gêne.

    RépondreSupprimer
  9. idem ici ... l'an prochain j'achète skis et chaînes ... et je réfléchis à installer un tire-fesse !

    RépondreSupprimer
  10. Tout de même Nicolas, ce sont des trolls personnalisés, rien à voir avec ces connards d'anonymes.

    Un connard d'anonyme.

    RépondreSupprimer
  11. Je vous en prie, Catherine : ce que me souhaite le Grand Nicolas me réjouit au plus haut point. C'est s'il me souhaitait un joyeux Noël, que je serais malheureux.

    Carine, je vous en supplie, ne gâchez pas les si jolies baffes que vous avez sans doute à donner : réservez-les à des sujets qui les méritent. Baffer Nicolas, c'est comme pisser contre le vent.

    RépondreSupprimer
  12. Connard de Georges, je t'emmerde.

    Il est sympa, ce blog. D'autant qu'il héberge les débiles. Financé par la cotorep ?

    RépondreSupprimer
  13. J'espère que vous êtes bien au chaud pour regarder la bataille de boules de neige.

    RépondreSupprimer
  14. Décidément, ce soir, il tombe un peu de neige partout et beaucoup de merde grâce à Nicolas ^^
    Ah c'était vous, le connard d'anonyme. D'accord. Faites pleuvoir le lisier.

    RépondreSupprimer
  15. Le Coucou
    Pas la peine de prendre ce prétexte pour le vin chaud.
    Moi, j'ai fini pour ce soir.

    RépondreSupprimer
  16. Le Coucou,

    Ne nous fâche pas la Carine ! Déjà qu'elle n'est pas nette, elle est amoureuse de Georges.

    RépondreSupprimer
  17. Petite rectification, mourrir gelé est une mort des plus douces. Bon, je vous concède que se geler les roubignoles au tout début ne relève pas du plaisir mais, très vite, votre température centrale s'abaisse, vous sombrez dans le coma en attendant que votre petit coeur fibrille tout seul, comme un grand, sans souffrance, puis s'arrête définitivement. Voilà voilà...
    Donc notre cher Nicolas est un homme foncièrement bon ! ;))

    P.S : anecdote : le dernier, sorti du Styx par les cheveux, avait la chaudière en carafe : 28°C. Quel sang froid !!

    RépondreSupprimer
  18. Pour cause d'expédition dans le grand nord (Tourcoing-coin-coin-coin-coin), je rattrape ce matin deux jours de tournée de blogs.
    Je lis vite et les circuits neuronaux encore gelés :
    "sans désemparer ni mollir" devient "sans désempailler".

    RépondreSupprimer
  19. Pluton, c'est un temps à mettre les petits vieux acariâtres dehors !
    La noyade, c'est bien aussi, j'ai (presque) testé.

    RépondreSupprimer
  20. Bon, je viens juste de me rendre compte que j'avais laissé la notification des commentaires à mon adresse levalloisienne.

    D'où mon absence de réponse.

    (De toute façon, hein...)

    RépondreSupprimer
  21. Nicolas est un grand malade. Faut pas le brusquer.
    Réaction de l'Homocarinus: "mais qu'il est c...bête, ce mec !"

    Tilly, vous avez bien recompté tous vos orteils?

    RépondreSupprimer
  22. Bin oui, Didier, ya Nicolas qui fait rien que troller.

    RépondreSupprimer
  23. Carine, c'est à cause de la neige : au lieu d'en faire des boules il en a fait des lignes et se les ai enquillées dans les trous de nez.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.