mercredi 13 novembre 2013

La grande misère du peuple de France

Photo de Catherine G.

Un an et demi de socialisme seulement, et les goélands hauts-normands en sont déjà réduits à fouiller les poubelles de l'hôpital de Dieppe…

13 commentaires:

  1. Après cela, pourrez-vous nier votre racisme anti-socialiste ? Dieu merci, M. Arié ne vous lit plus. Vous lui auriez fait de la peine et quoi de plus désolant que la peine d'un joyeux drille ?

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas donné à tout le monde d'être malin comme un singe !
    S'ils l'étaient, les goélands (et non les goélans) sauraient qu'il faut aller fouiller les poubelles des super-marchés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1981, année du socialisme triomphant, sortie du film "Le professionnel" avec Bébel.
      Je passe sur l'intrigue et son déroulement pour en arriver au dernier quart d'heure. Notre héros se retrouve face au président-dictateur d'un pays africain inconnu. Les SS (services secrets voyons !) l'avaient envoyé là-bas pour buter ce dirigeant fort peu démocrate qui en plus ne voulait pas complaire à nos industriels miniers et pétroliers. Le méchant étant revenu sur ses positions, pas celles sur la démocratie hein, les SS livrent donc leur agent. Là, il fait mine de vouloir le buter, dans un château de la république, ce qui tendrait à prouver que le reître est dépourvu du moindre sens des convenances. Le président Njala tente maladroitement de se saisir d'une arme dissimulée dans le tiroir du bureau derrière lequel il est assis. Seulement voilà, Bébel a l’œil et lui coince violemment la main et s'adresse au roi nègre en ces termes : "tu vois, même malin comme un signe, ça ne veut plus rien dire".

      Inutile de préciser que ce film ne passe plus sur les antennes vigilantes et citoyennes de nos télévisions. Je m'attends même à ce qu'un jour il soit frappé d'un interdit républicain. Quand on pense que Michel Audiard avait bossé comme un nègre sur les dialogues du film.... Oups ! Je sors la carte Excuse Guerlain. J'suis trop vieux, je gâtouille.

      Supprimer
  3. avant c'était pire, il n'y avait même pas de poubelles

    RépondreSupprimer
  4. Mes hommages du soir, et toutes mes félicitations à Catherine G. qui a su si bien saisir l'instant. Quant au goéland, l'avez-vous mis en garde contre les seringues ? Ça s'rait con qu'il le bec auprès d'une salle de choute (d'ailleurs, y en a-t-il une à l'hôpital de Dieppe ?)

    RépondreSupprimer
  5. Bizarre, j'aurai mi un " d" à goéland , non ? Ceci étant, avec ces affreux, bientôt SDF et goélands ne seront plus les seuls à faire les poubelles

    RépondreSupprimer
  6. Je suis allé corriger à genoux, en robe de bure-qui-gratte-les-burnes, après m'être préalablement rasé la tête et fait tatouer sur mon crâne luisant le portrait de Mme Taubira.

    RépondreSupprimer
  7. Robert Marchenoir13 novembre 2013 à 20:22

    Photo de Catherine G.

    Elle a un peu maigri, je trouve, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, j’ai maigri, la bouffe d’hôpital c’est bon à mettre directement à la poubelle pour les goéland.

      Supprimer
  8. Putain ! Elle passe un séjour à l'hôpital à nos frais et ne pense qu'à prendre des photos de goélands plutôt que de souffrir dans la dignité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé ho, on paye nos cotisations, nous ! Et puis j’ai souffert (peut-être pas dignement).

      Supprimer
  9. Le goéland clochard semble avoir conservé toute sa légèreté ainsi que sa magnifique souplesse.
    Il se tient sur ses doigts de pied mieux que ne le ferait un jeune gymnaste chinois. D'ici à ce qu'on le croise entrain de siffler le fond d'une bouteille de vin, il n'y a qu'une palme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'êtes pas loin de la vérité : juste avant cette photo, on a vu le goéland plonger la tête dans la poubelle et la ressortir avec un gobelet de plastique au bec ! Hélas, le temps de sortir l'appareil du sac et c'était trop tard pour la photo…

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.