mercredi 20 novembre 2013

La véritable valeur du maréchal Joukov

Repos, camarade !
Se trouvera-t-il, parmi les visiteurs de ce blog, dont le tenancier reconnaît sa profonde ignardise en matière de commerce, quelque brillant économiste pour me tirer du gouffre de ténébreuses conjectures dans quoi je patauge depuis deux jours ? Alléché par je ne sais plus quelle présentation flatteuse – sur Causeur, je crois bien –, je suis allé commander ce livre sur le site d'Amazon, cette entreprise sept fois maudite qui fait tant pour l'exploitation des galériens post-modernes. Comme on peut le constater ici, l'ouvrage est paru en septembre dernier, il est donc disponible partout. Amazon en demande le prix de 26,60 €, le port étant offert comme il se doit ; bien. 

Nous passerons rapidement sur la gaminerie de ces dix vendeurs qui proposent leur exemplaire neuf contre la somme hautement attractive de 26,59 € : si vous commandez auprès d'eux, non seulement le livre vous reviendra plus cher, en raison des 2,99 € de frais d'envoi, mais en outre on vous aura pris ouvertement pour un con, capable de se réjouir d'une fausse économie d'un centime. Ce qui a creusé le gouffre dont je parlais en commençant, ce sont les trois extraterrestres qui proposent leurs volumes d'occasion (mais “comme neufs” tout de même…) contre 56 voire 69 €. Pour un livre, insistons bien, que le moins adapté d'entre nous peut trouver facilement et où il veut en échange d'une somme deux à trois fois moindre. Ma question est donc les suivantes (c'est fait exprès, laissez…) : premièrement, quel raisonnement a pu pousser ces mousquetaires de la distribution à choisir un tarif aussi absurde ? Et, secondairement, à quel genre d'olibrius espèrent-ils persuader de les acquérir ?

La seule explication qui me soit venue consiste en un solide alliage d'appât du lucre et de sottise profonde. Mais je suis presque certain qu'il y a autre chose…

71 commentaires:

  1. J'avais remarqué de telles aberrations sur amzn.uk et amzn.us où des vendeurs proposent des produits d'occase jusqu'à dix fois le prix du neuf (disponible).
    En regardant la page de ces vendeurs français, on peut noter que beaucoup d'autres livres dans ce même cas sont affichés à ces prix étranges.
    Peut-être est-ce dans le souci d'une lutte contre les inégalités mal comprise?
    Mais comme on n'achète pas ces livres, cela reste du domaine de l'anecdote -- irritante, je le reconnais, pour un esprit scientifique tel que le vôtre.

    RépondreSupprimer
  2. Une explication comme une autre : erreur de saisie ?

    RépondreSupprimer
  3. Non, non, impossible de croire à une erreur : comme le signale M. Desgranges, la chose est trop fréquente pour cela.

    RépondreSupprimer
  4. Probablement deux trois types qui n'ont pas compris le concept de marché et de compétitivité-prix...Sinon on peut aller voir du côté de l'intime: votre olibrius serait un professeur, profondément communiste, élevé à la propagande rouge et qui se pique de la chose militaire et il est marié à une allemande (de l'Est) qui a subi les outrages des popovs dans Berlin libérée, donc Joukov elle aime pas trop et elle ne veut de ce livre dans sa maison proprette...donc elle oblige son mari à le jeter, il lui propose de le mettre en vente...au prix de 69 euros, afin d'être sûr que personne ne lui achète...c'est un simple subterfuge, tactique assez classique...le meilleur moyen de ne pas se débarrassé d'un bien et de le mettre en vente à un prix surévalué...il applique là une tactique militaire qu'il a lue dans son Joukov...faire croire qu'on sacrifie une pièce sans vraiment la sacrifier...quelque chose comme un non-gambit ou un contre-gambit...

    Sinon, faudrait un truc vraiment vicieux pour justifier le prix: signé de la main de la petite-fille de Joukov, voyez l'histoire...

    RépondreSupprimer
  5. Ce qui est curieux, c'est que TOUS les exemplaires d'occasion sont à un prix élevé ?

    Hypothèse (foireuse) : certains n'achètent par principe que des livres d'occasion. Donc tant qu'il n'y a pas de vraies occasions sur ce livre (au moins le temps que quelqu'un l'ai acheté neuf et lu ?) ça part à n'importe quel prix ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les "d'occasion" (10) coûte au minimum le prix du neuf vendu par Amazon, et les "neufs" (3) coûtent entre deux et trois le prix ! Ce qui est compréhensible lorsque l'éditeur laisse le livre s'épuiser sans le réimprimer, mais qui est absurde dans le cas d'un ouvrage qui vient tout juste de paraître.

      Supprimer
    2. Peut-être parce que le vendeur d'occasion veut faire croire que ses surlignages et annotations ont une quelconque valeur ?
      Ptet-même le croit-il sincèrement ?
      Il rend service à l'humanité entière, ça vaut bien rétribution.

      Supprimer
  6. Vous avez de mander un économiste ? Me voici !

    le xx,99 c'est le concept du prix psychologique qui fait que 99.99 euros c'est moins cher que 100 euros. Dans l'absolu, il n'est pas démontré que cela change quoi que soit et il serait plus simple et plus intelligent de supprimé ces inutiles centimes.

    Pour les livres d'occasion plus cher que les neuf, c'est uniquement du au fait qu'Amazon concatène toutes les offres de tous ses partenaires, y compris celles qui n'ont pas de sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème est que, dans ce cas précis, sur 13 offres, pas une seule n'a de sens !

      Supprimer
    2. Il est possible qu'Amazon obtienne des prix scandaleusement avantageux par rapport aux autres....

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir20 novembre 2013 à 20:40

      Il est possible qu'Amazon obtienne des prix scandaleusement avantageux par rapport aux autres....

      Ce n'est pas possible. C'est certain. Quoique je retirerais le mot "scandaleux".

      Supprimer
    4. J'ai utilisé scandaleux dans le sens de "non justifiés". Je ne sais pas combien Amazon achète les livres, je ne sais pas combien les autres achètent les livres. Mon seul intérêt c'est combien je le paye.

      N'aller pas y voir une critique du business model d'Amazon Robert.

      Supprimer
  7. Facile, ce sont des gens qui comptent sur les erreurs. Je m'explique, les gens qui commandent sur internet sont très nombreux. Sur le tas il y a forcément des idiots, des étourdis et/ou des maladroits. Dans ces sous-tas il existe une probabilité non négligeable que l'un ou plusieurs de ces idiots, étourdis et/ou maladroits cliquent par mégarde et commande le quinbou en question sans se rendre compte de leur erreur. Je sais de quoi je parle vu que j'ai commandé l'Orange mécanique (pour une somme modique hein)... et que je ne me suis rendu compte que j'avais commandé le livre en allemand qu'une fois le paquet amazon ouvert. Je fais donc partie des étourdis (du moins je l'espère...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plausible, en effet. Mais enfin, pas plus que "plausible", tout de même !

      Supprimer
    2. J'ai constaté aussi souvent ce phénomène étonnant sur Amazon. Il y a par exemple un vendeur intitulé (avec franchise !) "Plus cher que le prix éditeur" et qui vend ses livres neufs (souvent des nouveautés facilement disponibles en librairie) ou d'occasion trois à quatre fois plus cher que le prix normal. Or, si l'on clique sur ses "évaluations", on peut lire toute une tripotée d'avis positifs et de clients ravis d'avoir payé 60 euros un ouvrage qui en vaut 20 ! C'est assez incompréhensible, de même que l'inverse d'ailleurs puisque l'on peut aussi trouver des livres d'occasion à cinq, dix ou quinze centimes d'euros : qui est assez stupide pour se donner la peine d'expédier des livres pour un gain aussi dérisoire ?

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir20 novembre 2013 à 21:02

      Qui est assez stupide pour se donner la peine d'expédier des livres pour un gain aussi dérisoire ?

      Les libraires auxquels j'achète.

      J'ai obtenu, par exemple, des livres qui avaient pour moi une très grande valeur, étant des manuels de logiciels que j'utilise dans des versions qui ont dix ans. Arrivé à cet âge, un livre informatique n'a plus aucune valeur marchande, car la plupart des gens mettent à jour leurs logiciels bien plus tôt. Résultat : les éditeurs, les libraires, les bibliothèques et les particuliers s'en débarrassent. Pour un pet de lapin.

      J'ai donc acheté, pour des prix aussi bas que 0,01 dollar, des livres coûtant 40 dollars neufs, d'une extraordinaire qualité éditoriale. Ils ont traversé l'Atlantique pour 4 dollars de port, soit moins que ce qu'aurait demandé la poste frônçése pour les transporter de Montargis à Mézy-Profond.

      J'adore le capitalisme.

      Nous sommes tellement habitués, en France, au Saint Prix Unique du Livre Ordonné par le Gouvernement, qu'on en oublie la beauté du commerce, et ses infinies modalités. Vous avez des gens qui font des grosses marges sur des livres rares et chers, et puis vous avez des gens qui achètent des livres par camions pour presque rien, et qui font du volume en les revendant pour pas grand'chose.

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir20 novembre 2013 à 21:06

      "Des livres d'occasion à cinq, dix ou quinze centimes d'euros : qui est assez stupide pour se donner la peine d'expédier des livres pour un gain aussi dérisoire ?"

      N'oubliez pas, en France, les chômeurs qui n'ont pas trouvé d'autre moyen pour gratter quelques pépètes. Les livres d'occasion ordinaires peuvent être obtenus gratuitement, ou presque.

      Supprimer
    5. Robert Marchenoir20 novembre 2013 à 21:11

      Une tripotée d'avis positifs et de clients ravis d'avoir payé 60 euros un ouvrage qui en vaut 20.

      C'est suspect. Il y a aussi des fausses évaluations sur les places de marché, même si les sites les pourchassent. Des escrocs tentent de se fabriquer de bons scores, pour monter ensuite des arnaques.

      Supprimer
    6. "... puisque l'on peut aussi trouver des livres d'occasion à cinq, dix ou quinze centimes d'euros : qui est assez stupide pour se donner la peine d'expédier des livres pour un gain aussi dérisoire ? "

      Et parfois même le port est offert !
      Seul Robert Marchenoir peut expliquer la pertinence de ces actions commerciales! ^_^

      Majeur

      Supprimer
    7. Cher Marchenoir, vos explications me semblent convaincantes ; en tout cas, j'ai parfois commandé ces livres à des prix vraiment dérisoires et j'ai toujours été très satisfait : rapidité de l'envoi, bon état de l'ouvrage...

      Supprimer
  8. Ils comptent sur le fait que toutes les offres précédentes (plus attractives) soient rapidement en rupture de stock et qu'ils ne restent qu'eux pour satisfaire le désir irrépressible du lecteur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore faudrait-il qu'une biographie de Joukov arrive à être épuisée ! C'est un pari à très long terme…

      Supprimer
  9. Avec toutes ces rumeurs de remaniement, certains ministres socialistes, craignant pour leur poste ont peut-être décidé de se reconvertir dans le commerce et d'y appliquer le principe qui fit leur renommée : peu de choses pour beaucoup d'argent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que, de toutes les hypothèses émises ici, la vôtre est de loin la plus convaincante.

      Supprimer
  10. Bonjour,
    Le même phénomène sévit chez certains libraires, du moins à Paris du temps que j'étais étudiante. "Vous cherchez tel bouquin (inoxydable succès et incontournable chez tous les étudiants en histoire médiévale) ? Ah mais mademoiselle, il n'est plus réédité, allez donc voir dans notre rayon occasion, on en a sûrement un, c'est un peu plus cher mais c'est une édition ancienne alors..."
    "Alors merci mais 56 euros pour La Société Féodale de Marc Bloch qu'on trouve neuf à 12 euros chez Gibert, pour une édition des années 70 même pas originale si ce n'est par la laideur du dessin de couverture, non merci. Vous perdez un client et Gibert en gagne un, monsieur le libraire distingué...".
    Je hais la plupart des libraires, d'une manière générale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage votre haine… encore que le mot "mépris" me semblerait finalement mieux adapté à ce que j'éprouve envers ces braves gens.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir20 novembre 2013 à 21:31

      Je ne comprends pas. Vous "haïssez" Carrefour, quand ils vendent à 3,80 € le paquet de café que vous trouvez à 3,20 € chez Edouard Leclerc ?

      Ou vous vous félicitez de vivre dans une société pas entièrement communiste, où il reste encore un peu de concurrence, et vous vous dites que c'est votre boulot de ménagère, d'étudiante ou de je ne sais quoi de comparer avant d'acheter, d'étudier les prix et de ne pas prendre bêtement le truc qui vous tombe sous la main sans réfléchir ?

      Gibert n'est pas un libraire ? C'est quoi ? Un marchand de baignoires ?

      Supprimer
    3. Tout à fait d'accord avec Robert. Du coup, Didier à raison, "méprisé est plus juste que "haine" il me semble.

      Supprimer
  11. Des messages codés! Pourquoi? On peut tout imaginer: adultère, trafic de drogue ou d'armes, jeux de boy-scouts, communications mafieuses, espionnage. C'est vous qui voyez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh non, justement : moi, je ne vois rien !

      Supprimer
  12. Vous trouvez un exemplaire d'occasion à 20 € sur livre-rare-book.com.

    Mais là, se sont des vendeurs qui gagnent leur vie avec leur boulot et non des individus qui jouent aux marchands sans une réelle nécessité, et sans compétence.

    Majeur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vingt euros, ça commence à devenir raisonnable, en effet.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir20 novembre 2013 à 21:13

      Attendez, Majeur... laissez-moi deviner... vous êtes libraire d'ancien, c'est ça ?

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir20 novembre 2013 à 21:39

      20 euros, c'est parfaitement excessif pour un livre d'occasion ordinaire dont l'édition neuve est disponible à 26 euros.

      Mais évidemment, c'est la pratique franchouille. D'abord parce que les charges et taxes sont tellement élevées qu'il faut commencer par nourrir le percepteur, et aussi parce que le Franchouille de modèle standard préfère vendre beaucoup moins mais marger plus, quitte à obtenir des résultats médiocres (mais en se plaignant tout le temps), plutôt que de sacquer les prix en faisant du volume, ce qui l'obligerait à travailler davantage, et risquerait de lui procurer la réussite financière (ce qui est mal).

      Le premier facteur influe naturellement sur le deuxième, mais comme, apparemment, les Français continuent à réclamer "un Etat fort et stratège" (Martine Aubry, Marine le Pen), c'est difficile de commander un cheval et de se plaindre qu'on ne vous a pas livré un basset.

      Supprimer



    4. "Attendez, Majeur... laissez-moi deviner...."

      Vous m'aviez "soupçonné" (sic) d'en être il y a plusieurs mois.
      Vous... Robert... vous êtes dans l'import de revues techniques?



      "20 euros c'est parfaitement exessif."
      Non ce n'est pas excessif lorsque le livre est disponible en neuf 30% plus cher! La législation "franchouille", étant ce qu'elle est, reste le comparatif de la cherté d'un livre.



      « et puis vous avez des gens qui achètent des livres par camions pour presque rien, et qui font du volume en les revendant pour pas grand'chose. »

      Certains vous les demandes gratuitement et les revendent en versant 10% de leur C.A pour le développement de la lecture en Afrique. Je souhaite qu’ils le fassent véritablement, car leurs prix sont absolument insensés 500 € pour une valeur courante de 40 et moins. Si Didier Goux m’y autorise je vous donne le lien. Leur page d’accueil citoyenne devrait vous ravir…


      Vos livres à 0.01 dollar + 4 euros de port.
      L’entreprise ne vous a pas facturé le coût de l’emballage, ni la main d’œuvre, ou bien ces frais sont compris dans le port gonflé. Ou c’est un cadeau de fidélité. Ou bien encore ce sont vos supporters d’outre Atlantique qui vous lisent sur les blogs français et soutiennent ainsi votre diffusion de la pensée libérale. Mais, sans char, vous en commandez beaucoup des livres à ce tarif ?
      A ce prix tout capitaliste comprend qu’il vaut mieux vendre le stock pour la pate à papier. Je ne connais pas les tarifs.

      @carine
      « Peut-être parce que le vendeur d'occasion veut faire croire que ses surlignages et annotations ont une quelconque valeur ? »

      C’est parfois le cas !
      On raconte l’histoire, j’ignore si elle est authentique, d’un amateur de livres anciens qui ayant acheté le Dictionnaire philosophique de Diderot entrepris d’effacer les annotations en marges. Parvenus au dernier volume il comprit que les annotations étaient de l’auteur….

      On touche alors à la bibliophilie, sorte de douce maladie d’esthète de grand intérêt. Il n’est pas souhaitable de l’aborder par le biais d’amazon, où nous constatons que tous les approximatifs, les maladroits et les escrocs sont accueillis.


      Majeur

      Supprimer
  13. il est possible 1-que les vendeurs ne possèdent pas ce livre mais en cas de commande l' achètent chez amazon et le revendent (cf post d'amiral Woland sur les étourdis)
    2- qu'amazon crée des ventes fictives pour inciter l'acheteur a acheter le leur (leurre )
    je déconne bien sur mais le bizness des fois reverse des surprises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes hypothèses me donnent encore plus le vertige que mes questions…

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir20 novembre 2013 à 21:25

      Fidel 20 novembre 2013 18:44

      Non. C'est absolument impossible.

      Cas 1 : quand vous êtes vendeur sur la marketplace d'Amazon, vous avez des conditions à respecter. La principale est le respect des délais de livraison. Les délais imposés interdisent de se faire livrer par Amazon, puis de revendre. Les vendeurs sont surveillés, et il y a régulièrement des exclusions.

      C'est d'ailleurs l'inverse qui se passe. Une option proposée par Amazon consiste, pour ses vendeurs, à stocker leur marchandise dans les entrepôts d'Amazon, et à la faire livrer par Amazon lui-même. Contre rétribution, bien entendu.

      Cas 2 : vous confondez Amazon avec un pitit commerçant franchouille di proximiti. Ca, c'est des arnaques de clodo, c'est le beurre-oeufs-fromages qui mouillait le lait, ou le boucher qui traînait le coude sur la balance. Amazon est une énorme entreprise. C'est pas comme ça qu'ils se développent. Et si par hypothèse ils le faisaient, ça finirait très vite par se savoir chez les vendeurs partenaires. C'est pas comme ça que marche le e-commerce.

      Supprimer
    3. Ici, vous avez le dernier prix Goncourt à 55 euros et même une offre à 999 euros. Et tous ces vendeurs ont plus de quatre-vingt-dix pour cent d'évaluations positives !

      Supprimer
    4. C'est que ce sont probablement de simples bugs....

      Supprimer
    5. @Emmanuel F

      Amazon s'emmêle les rubriques, 999€ c'est le prix d'un téléphone.

      Majeur

      Supprimer
  14. Sur des millions de gens qui consultent un site, il suffit de quelques dizaines de distraits, de naïfs ou d'inattentifs pour se faire un peu de fric, sans rien dépenser; c'est le principe de toutes les arnaques par Internet: toucher 0,1 % de plusieurs millions. Vous recevez certainement des mails, en général venus d'Afrique, pour vous proposer des gains fabuleux moyennant une faible avance de capitaux: si ça continue, c'est que ça marche.

    Il y a toujours eu des arnaques grossières (les gens qui s'engageaient à transformer vos billets de 10 F. en billets de 100 F.), mais il fallait consacrer beaucoup de temps à trouver le gogo; la supériorité d'Internet, c'est qu'on lance le truc une seule fois, et les gogos rappliquent d'eux-mêmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf que, là, il n'y a aucune arnaque : le prix est affiché d'entrée de jeu et, si vous commandez le livre, vous le recevrez. Qui plus est, généralement dans l'état qui était décrit.

      Supprimer
  15. Il vaut son pesant de cacahuètes ce Joukov !

    Joukov, comique d'opéra.

    Lettre à Béatrice, 11 septembre 1945.

    Le 7, eut lieu une revue interalliée pour célébrer la victoire contre le Japon. Américains, Anglais, Français et Russes avaient chacun 1000 hommes et 50 véhicules pour défiler. Le maréchal Joukov était le plus ancien, puis moi.Il était en tenue de cérémonie, un peu comme un comique d'opéra, et couvert de médailles. Il est petit, plutôt gras, avec un menton proéminent comme un singe et de bons yeux bleus. Il vient de la cavalerie.. Nos troupes se présentaient le mieux, puis venaient les Russes.
    les Russes ont une quantité de nouveaux chars lourds dont ils sont très fiers. Le maréchal m'a demandé comment je les trouvais. Je lui ai dit que je ne les aimais pas et ce fut une vraie dispute. Apparemment, je devais être la première personne à lui tenir tête.

    Tuer ces Mongols (Russes).

    Lettre à Béatrice, 10 août 1945.

    Eh bien, la guerre est finie. Nous venons tout d'entendre que le Japon lâchait. Et maintenant les horreurs de la paix, le pacifisme, les syndicats vont exercer leur domination sans limites. Je voudrais être encore assez jeune pour me battre au cours de la prochaine. Ce serait merveilleux de tue ces Mongols.

    Carnets secrets du général Patton, nouveau monde éditions, février 2013.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patton valait le coup aussi, dans un genre très différent, c'est vrai.

      Ça existe, une bonne biographie de Patton en français ?

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir20 novembre 2013 à 20:36

      Il faut poser la question à Franck Boizard. C'est le cador des deux guerres mondiales (et de quelques autres trucs).

      Supprimer
    3. Excusez les fautes, clavier et bouquin récalcitrant ça ne fait pas bon ménage.
      Les biographies existent, mais une bonne biographie je ne saurais vous dire.

      Supprimer
  16. Tiens ! Y a Frannssoit ça faisait longtemps. Je ne sais pas pourquoi ça me fait penser à ma sœur qui achête des fringues de luxe pour sa fille pendant les soldes et les revend plus cher après sur eBay. J'ai essayé avec la bière. Ça ne marche pas.

    J'ai donc une contribution à apporter pour tenter de répondre à une de vos questions : les acheteurs sont souvent des cons. Ils achètent d'occasion parce que c'est officiellement moins cher. Ce qui ne nous dit pas pourquoi vous faites deux billets de blog par jour maintenant.

    Si des commerçants font des trucs grotesques, c'est parce que ça marche. Ça me rappelle un bistro de ma connaissance qui vendait plus cher les pichet de rouge que les verres (au prorata de la quantité) et ça marchait très bien (les "gros buveurs" prenaient le vin au pichet en croyant faire une affaire et le bistro touchait une clientèle supplémentaire...) jusqu'à ce que cet imbécile de vieux Jacques fasse un scandale en plein service poussant le patron à plaider l'erreur et à augmenter le vin au verre. Ceci est véridique.

    Les clients sont cons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ça me rappelle un bistro de ma connaissance qui vendait plus cher les pichet de rouge que les verres (au prorata de la quantité) "
      Euhhh... c'est pas normal de vendre le vin au pichet plus cher qu'au verre?
      Je précise que je ne suis pas spécialiste.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir21 novembre 2013 à 20:38

      Pour une fois que Nicolas fait une observation judicieuse, je m'en voudrais de ne pas la relever.

      Son exemple du bistrotier qui vend le pichet plus cher que le verre (par rapport au litre, Carine, par rapport au litre !) est probablement marginal.

      En revanche, j'en profite pour mettre au courant les âmes simples (dont je faisais partie il y a peu) : c'est une pratique courante dans la grande distribution.

      Un jour, je vois dans une supérette un lot de deux paquets de café... qui revenait plus cher que les mêmes paquets, de la même marque, vendus à l'unité et placés juste à côté. Comme un con, je l'ai fait remarquer au tôlier, qui m'a bredouillé (évidemment) que c'était une erreur et que ce n'était pas lui qui "faisait les prix".

      Ce n'est que lorsque j'ai vu cette "erreur" régulièrement reproduite dans des hypermarchés que j'ai compris que c'était une arnaque : les gens ont intégré le fait que ça revient moins cher quand c'est vendu par deux, par conséquent ils prennent le lot et se font avoir.

      Et comme personne ne sait plus compter (et qu'en plus c'est plus difficile avec les euros, puisque c'est après la virgule que ça se passe), eh bien les gens se font ramoner avec le sourire.

      Même chose avec les grands conditionnements. La plupart du temps, ils reviennent moins cher. Mais il y a des exceptions...

      Prenez une calculette pour faire vos courses, et regardez les prix au kilo ou au litre (quand ils sont marqués, ce qui est en principe obligatoire).

      Supprimer
    3. Carine, d'autres ont essayé de surpasser Mildred. Là c'est bien parti, mais il faut tenir la distance.

      Supprimer
    4. Robert
      Oui, je suis d'accord.
      Mais lui, il précise "au prorata de la quantité"...

      Supprimer
  17. Parfois, les gens qui vendent des livres très chers font de la speculation. Ils se debrouillent pour l'acheter pas cher, puis le revendent tres cher parce que c'est un livre qui n'est plus edité et qui est rare et que certains lecteurs sont prets a payer cher pour se le procurer.
    Mais dans ce cas, comme le livre est edite... ?

    RépondreSupprimer
  18. Notez qu'il y a deux phénomènes étranges et opposés : les livres anormalement chers, et les livres anormalement bon marché (genre 0,01 centime). Une explication envisageable serait que ces articles soient utilisés pour contourner les réglementations de prix. Vous savez que Bercy peut vous mettre des bâtons dans les roues que vos prix soient trop élevés, ou qu'ils soient trop faibles. Eh bien, l'une des techniques pourrait être d'introduire ces aberrations de prix afin de fausser les statistiques. Je connais une personne qui faisait ce genre de choses, sous l'empire de l'ancienne réglementation des prix, avant 1986. Comme elle n'avait droit de pratiquer en moyenne que des hausses de prix limitées, elle gardait volontairement des articles invendus et les comptabilisait à des prix absurdes pour respecter le taux d'augmentation moyen requis. Bon, le problème est que la plupart de ces lois ont été abrogées en 1986.

    RépondreSupprimer
  19. Ca il faut demander à Jacques Attali

    RépondreSupprimer
  20. Dernière hypothèse jusqu'à présent non évoquée.
    Le vendeur et l'acheteur sont consentants et savent très bien ce qu'ils font, et le livre en question n'est que le messager qui permet la transmission du message ou du colis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pas plus simple de se passer un coup de fil ?

      Supprimer
    2. Un coup de fil ça ne remplace jamais une livraison.
      Mais bon, j'ai bien conscience que mon hypothèse est un peu fantaisiste, mais je n'arrive pas à comprendre comment un acheteur qui paye trois fois le prix normal peut ensuite émettre un avis positif en commentaire. L'attitude normale et humaine est de crier à l'escroquerie ou de la fermer, mais dire merci monsieur de m'avoir soulagé de 40 euros, c'est tout de même bizarre.
      Une occasion en tout cas de louer ce blog qui seul pose les vrais questions...
      mais bien sûr n'y répond jamais !

      Supprimer
  21. Ce qui est encore plus surprenant, c'est que "La Belle Librairie" qui vend sur Amazon l'exemplaire à 69 EUR précise bien que le prix éditeur est de 26 EUR. C'est assez étrange.
    "Joukov" à 69 EUR

    RépondreSupprimer
  22. Dans la série des livres-anciens-qui-ont-de-la-valeur, il faut songer à faire le plein de méthodes anciennes de lecture (Luti le petit lutin), de livres d'histoire, de livres de géographie (séparés, l'histoire et géo), d'anciens livres de maths avec cours et exercices (introuvables).

    Pensez à en offrir à vos enfants adultes pour les fêtes !
    Ils leur seront bien utiles pour leurs propres enfants.

    RépondreSupprimer
  23. Repéré, il n'y a pas très longtemps, un vendeur qui s'intulait carrément "plus cher que le prix éditeur" (ou quelque chose d'approchant), avec un stock conséquent et... quantité d'appréciations positives.

    Jérémie Teyssier

    RépondreSupprimer
  24. Conclusion de l'affaire : le maréchal a atterri ce matin dans ma boîte aux lettres, trois jours après que j'ai passé commande. On aura beau dire mais, au risque de fâcher ce grand défenseur des petits libraires de proximité et pourfendeur des multinationales judéo-américaines qu'est Robert Marchenoir, Amazon c'est quand même quelque chose !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir22 novembre 2013 à 01:22

      Personnellement, Madame Amazone doit me livrer incessamment sous pneu deux bouquins accompagnés de 16 paquets de PQ. J'ai trouvé que c'était une solution élégante pour éviter de détourner ces ouvrages de leur destination première, au cas où ils s'avéreraient véritablement à chier.



      Supprimer
  25. Ayant voulu simplifier l'intitulé de mon blog, LE LIEN DE VOTRE LISTE DE BLOGS VERS MON BLOG NE FONCTIONNE PLUS.

    IL FAUT CHANGER CE LIEN POUR : http://vudescollines.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  26. Quand vous nous écrirez un billet sur les opérateurs de téléphone, j'aurais quelque chose de très peu aimable à dire sur FREE !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais allez-y donc sans attendre !

      Supprimer
    2. FREE qui a fait sa clientèle en proposant un tarif de base défiant toute concurrence, et a donc réussi à détourner les clients de ses confrères en sa faveur, compense le manque à gagner en taxant très sévèrement les clients, dans un deuxième temps.
      Quelle que soit la façon dont vous vous y preniez, vous n'arrivez jamais à payer la somme de 37 euros quelque chose annoncée.
      Mais le pire, c'est ce qui m'est arrivé cette semaine. Mon mari ayant souscrit des chaines cinéma. Ces chaines avaient disparu des écrans. Je reçois le relevé bancaire : 60,65 euros.
      Je leur téléphone, et là j'apprends que sans en avertir le client ils ont changé le numérotage des chaines.
      La jeune femme très polie me dit que c'est vrai qu'un mail "eût été le bienvenu", malgré cela elle n'en démord pas, je dois payer pour les chaines que je n'ai pas pu regarder.
      Dégoutée je lui dis d'annuler tout de suite ces abonnements pour toutes ces chaines, et là, stupeur : je dois me désabonner moi-même, ce qui a pris une demi-heure, montre en mains, de manipulations sur les recommandations téléphoniques de la dame, que de toutes les façons j'aurais été incapable de faire toute seule.
      Donc j'ai dû perdre une demi-heure à faire un boulot qui n'est pas le mien.
      Cette sensation d'être tombée dans un piège qui s'est refermé sur moi est insupportable.

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir22 novembre 2013 à 11:33

      D'un autre côté, le patron de Free est de gauche. Et il a commencé avec des sites de cul. Deux bonnes raisons de se méfier.

      J'ajoute qu'il diffuse des chaînes de télévision islamiques, et à un prix dérisoire, en plus.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.