jeudi 12 décembre 2013

C'est rien qu'une chanson


Les copains affligés, les copines en pleurs,
La boîte à dominos enfouie sous les fleurs,
Tout le monde équipé de sa tenue de deuil,
La farce était bien bonne et valait le coup d'œil.
Les quat' z'arts avaient fait les choses comme il faut :
L'enterrement paraissait officiel. Bravo !

Le mort ne chantait pas :«Ah c' qu'on s'emmerde ici ! »
Il prenait son trépas à cœur, cette fois-ci,
Et les bonshommes chargés de la levée du corps
Ne chantaient pas non plus « Saint Éloi bande encor ! »
Les quat' z'arts avaient fait les choses comme il faut :
Le macchabée semblait tout à fait mort. Bravo !

Ce n'étaient pas du tout des filles en tutu
Avec des fesses à claque et des chapeaux pointus,
Les commères choisies pour les cordons du poêle,
Et nul ne leur criait: « A poil ! A poil ! A poil ! »
Les quat' z'arts avaient fait les choses comme il faut :
Les pleureuses sanglotaient pour de bon. Bravo!

Le curé n'avait pas de goupillon factice,
Un de ces goupillons en forme de phallus,
Et quand il y alla de ses de profundis,
L'enfant de chœur répliqua pas morpionibus.
Les quat' z'arts avaient fait les choses comme il faut :
Le curé ne venait pas de Camaret. Bravo !

On descendit la bière et je fus bien déçu :
La blague maintenant frisait le mauvais goût.
Car le mort se laissa jeter la terre dessus,
Sans lever le couvercle en s'écriant: « Coucou ! »
Les quat' z'arts avaient fait les choses comme il faut :
Le cercueil n'était pas à double fond. Bravo !

Quand tout fut consommé, je leur ai dit : « Messieurs,
Allons faire à présent la tournée des boxons ! »
Mais ils m'ont regardé avec de pauvres yeux,
Puis ils m'ont embrassé d'une étrange façon.
Les quat' z'arts avaient fait les choses comme il faut :
Leur compassion semblait venir du cœur. Bravo !

Quand je suis ressorti de ce champ de navets,
L'ombre de l'ici-gît pas à pas me suivait,
Une petite croix de trois fois rien du tout
Faisant à elle seule de l'ombre un peu partout.
Les quat' z'arts avaient fait les choses comme il faut :
Les revenants s'en mêlaient à leur tour. Bravo !

J'ai compris ma méprise un petit peu plus tard,
Quand, allumant ma pipe avec le faire part,
Je m'aperçus que mon nom, comme celui d'un bourgeois,
Occupait sur la liste une place de choix.
Les quat' z'arts avaient fait les choses comme il faut :
J'étais le plus proche parent du défunt. Bravo !

Adieu ! les faux tibias, les crânes de carton…
Plus de marche funèbre au son des mirlitons !
Au grand bal des quat' z'arts nous n'irons plus danser,
Les vrais enterrements viennent de commencer.
Nous n'irons plus danser au grand bal des quat' z'arts,
Viens pépère, on va se ranger des corbillards.

58 commentaires:

  1. Réponses
    1. J'avais une dose de condoléances d'avance. Amitiés. N.

      Supprimer
    2. J'avais pieusement conservé votre à-valoir, en effet. Nous sommes donc à jour.

      Supprimer
  2. Hé, ho ! Je l'ai mise dans l'avant-dernier billet de mon blog, avant-hier; c'est même son titre:

    http://www.marianne.net/elie-pense/Les-vrais-enterrements-viennent-de-commencer_a284.html

    Ce n'est pas difficile de se faire un joli blog, en pompant les billets des autres!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais moi, j'ai une bonne raison.

      Supprimer
    2. Désolé, j'aurais dû deviner.

      Supprimer
    3. Rien à vous dire, dans ces circonstances, sinon que, si votre père avait mon âge ou davantage, c'est dans l'ordre normal des choses...ce qui n'est pas une consolation, l'"ordre normal des choses" est scandaleux, la condition humaine est un scandale.
      Nous sommes des animaux comme les autres - mais le seul animal qui n'arrive pas à accepter sa condition d'animal.

      Supprimer
  3. Triste épilogue d'une année qui n'en finit pas de cogner. Bonne nuit au Papa Goux. Une pensée pour son fils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fils a une vague casquette en plomb, mais bon.

      Supprimer
  4. Vous avez l'air d'être complètement abattu, une tès mauvaise nouvelle, décidément, triste Décembre .

    Votre photo avec votre chien m' a fait penser à Jean-Marie Proslier dont voici l'ouvrage:

    http://supermomo07.skyrock.com/3091097193-VIEUX-CON-ET-SON-CHIEN-ma-derniere-lecture.html

    Bonne journée quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas trop abattu. Anesthésié, sans doute.

      Supprimer
    2. Que son esprit vous accompagne et vous protège, vous donne l'énergie de continuer, non sans lui, mais avec lui, avec tout ce qu'il vous a donné.

      Supprimer
    3. Toutes mes condoléances. Je vous lis (et relis) sans trop commenter, mais je suis de tout cœur avec vous.

      Supprimer
    4. Si jeune que l'on soit, le jour où l'on perd son père, on devient vieux tout à coup.

      Supprimer
  5. Je sais trop votre peine. Sincères pensées.

    RépondreSupprimer

  6. Mes pensées du cœur


    (votre poème est superbe)

    RépondreSupprimer
  7. Toutes mes condoléances.
    Geneviève

    RépondreSupprimer
  8. Toutes mes condoléances.

    Il y a une seule certitude, cette année horrible est bientôt finie, avec son lot de catastrophes et épreuves derrière vous.

    RépondreSupprimer
  9. Bon courage à vous et à Catherine, en cette épreuve.

    RépondreSupprimer
  10. Je souhaite sincèrement que le partage de votre peine puisse être partagé avec nous tous et qu'elle vous sera ainsi plus légère.

    RépondreSupprimer
  11. Rien d'autre à ajouter que tout ce qui a été dit par d'autres...Condoléances. L'année finit. Peu superstitieux, mais je me suis rendu compte que les années impaires me réussissaient peu, c'est peut être aussi le cas pour vous.

    RépondreSupprimer
  12. Toutes mes pensées, cher Didier, en ce détestable décembre.

    RépondreSupprimer
  13. "Quelle merde, je suis désolé,,
    c'est ce chien à la con,
    qu'il eut fallu enterrer"

    Oui, je sais, moi et la poésie...

    Condoléances, sincères.

    RépondreSupprimer
  14. Bon courage. Je crois savoir ce que vous ressentez pour avoir traversé cette épreuve il y a deux ans. Il faut se dire que c'est l'ordre normal des choses que les enfants voient mourir leurs parents, et si c'est très triste et lourd de chagrin, c'est l'inverse qui serait révoltant.
    Prenez bien soin de votre mère, elle en aura certainement besoin.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  15. Ma mère s'en fut en terre hier...
    Elle avait choisi Brel, J'arrive :
    De chrysanthèmes en chrysanthèmes
    Nos amitiés sont en partance
    De chrysanthèmes en chrysanthèmes
    La mort potence nos dulcinées
    De chrysanthèmes en chrysanthèmes
    Les autres fleurs font ce qu'elles peuvent
    De chrysanthèmes en chrysanthèmes
    Les hommes pleurent les femmes pleuvent

    J'arrive j'arrive
    Mais qu'est-ce que j'aurais bien aimé
    Encore une fois traîner mes os
    Jusqu'au soleil jusqu'à l'été
    Jusqu'à demain jusqu'au printemps
    J'arrive, j'arrive
    Mais qu'est-ce que j'aurais bien aimé
    Encore une fois voir si le fleuve
    Est encore fleuve voir si le port
    Est encore port m'y voir encore
    J'arrive j'arrive
    Mais pourquoi moi pourquoi maintenant
    Pourquoi déjà et où aller
    J'arrive bien sûr, j'arrive
    N'ai-je jamais rien fait d'autre qu'arriver
    (...)

    RépondreSupprimer
  16. Toutes mes condoléances. Bon courage car cette année fut bien difficile pour vous deux

    RépondreSupprimer
  17. Quelqu'un est parti, qui ne vous parlera plus jamais de votre enfance...
    Sympathie.

    RépondreSupprimer
  18. La religion catholique a ceci d'exceptionnel, c'est qu'après le décès d'un proche, la prière permet de rester en contact avec lui.
    Ce n'est pas forcément évident à saisir lorsqu'on est athée, mais cette clé donnant accès à l'intemporel, est malheureusement occultée par nos dirigeants laïcards qui nous privent d'un outil fort précieux.
    Ceci dit, je peux comprendre que certains préfèrent distinguer le monde des morts de celui des vivants.

    RépondreSupprimer
  19. Une pensée pour vous et vos proches.

    RépondreSupprimer
  20. Toutes mes condoléances, Didier.

    RépondreSupprimer
  21. Croyez à mes prières, pour lui et pour vous.

    RépondreSupprimer
  22. http://www.flickr.com/photos/fulyllars/11355791464/lightbox/

    RépondreSupprimer
  23. Mes sincères condoléances, Didier.

    RépondreSupprimer
  24. (Il me semble que "la religion catholique permet" beaucoup plus que ce que vous dites, Fil.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Georges.
      Ce serait très réducteur de ne considérer que ce côté-là.
      J'ai dit ça car c'était le thème du billet.
      J'approuve le fait qu'elle est bien plus que ça.

      Supprimer
    2. Je voulais parler de la résurrection des corps.

      Supprimer
  25. Mes sincères condoléances, Monsieur Goux.

    RépondreSupprimer
  26. Toutes mes condoléances également.

    RépondreSupprimer
  27. Ils sont à moitié chiants avec leurs condoléances, les gens. Ils auraient pu faire comme moi : les présenter par avance, et c'était régler. Tiens ! Je vais les présenter à Catherine par avance au cas où vous mourriez dans l'année. Ça sera fait. Par contre, j'ignore si les condoléances ont une date de fin de validité. Je ne voudrais pas gâcher.

    Smiley, les gens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison : le problème des condoléances, c'est qu'il y a sans doute un mort là-dessous. Je ne crois pas que les condoléances perdent leur fraîcheur comme le saucisson, le pâté ou les rillettes. Donc, je transmets les vôtres à Catherine pour quand je serai mort.

      Supprimer
    2. Voilà une chose de réglée, donc. Sujet suivant. Vous pourriez faire un billet sur les merles homosexuels, par exemple.

      Supprimer
    3. Je viens de lire la bien triste nouvelle mais comme vous dites qu'il n'y a pas de DLC pour les condoléances, je vous présente les miennes qui sont bien fraîches de surcroît avec le temps que l'on se tape en Lozère !
      Avec toute ma sympathie.

      Supprimer
  28. Le Père a lâché la barre, que le bateau vogue sans lui ... adieu Capitaine.
    Vous voici monté en grade, vous n'êtes plus le Second.
    Sympathie.

    RépondreSupprimer
  29. Je réagis bien tard, désolé, et j'ai bien du mal à enchaîner après les commentaires de votre complice blogueur blagueur. Courage . Mille pensées du bloc x de Lahr.....

    RépondreSupprimer
  30. Je suis triste avec vous, Didier! Il vous faudra du temps pour surmonter ce chagrin. Je ne sais pas pour vous, n'étant pas un homme, mais j'ai plus vite surmonté la perte de mon père que celui de ma mère: dix ans déjà et je ne m'en remets pas, à part que je rêve d'elle presque toutes les nuits, ce qui me réconforte sur le moment mais me réveille en larmes aussi..

    RépondreSupprimer
  31. J'arrive bien tard moi aussi. Je prends part à votre peine et vous assure de toute mon amitié cher Didier.

    RépondreSupprimer
  32. Avec un décalage dû à mon retard de lecture, je vous adresse, Didier, mes plus sincères condoléances.

    RépondreSupprimer
  33. Mes très sincères condoléances, Didier.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.