mardi 31 décembre 2013

Si tous les réveillons pouvaient se donner la main


C'est alors qu'on s'est dit, sur les coups de huit heures, que si un étonnant mécène international décidait de doter d'une dizaine de millions d'euros le couple terminant son réveillon de nouvel an le plus tôt, nous serions en passe d'être riches. Et, en effet, à huit heures, tout était remballé. Nous ne nous étions privés de rien, mais nous avions commencé tôt : c'est le secret. Dès six heures, un Macallan âgé de douze ans, pour se mettre en train. À partir de sept heures, l'orgie proprement dite. Orgie résolument alsacienne, à bulles pour Catherine, sans pour moi. Et puis, évidemment, le solide.

Sur la photo, de mini-verrines (terme modernœud pour désigner des verres à liqueur) contenant chacune un œuf de caille en gelée parsemé d'œufs de saumon, ainsi que de petites bouchées comprenant saumon et pétoncle crus marinés, coriandre, sur un lit de bébé-avocat. Hors champ : de petits roulés de saumon fumé d'Écosse au fromage frais (dont le nom m'échappe…) et à la pomme verte, ainsi que des canapés individuels (des fauteuils, donc) aux deux saumons. Il y avait aussi des torsades de pâte au parmesan passées au four, dont les deux chiens ont été fort heureux d'en croquer quelques-unes : c'était réveillon pour tout le monde.

À huit heures, plus personne n'avait faim, on a tout remis dans le frigo (pour demain soir : bonne excuse pour un apéritif supplémentaire), le réveillon était fini. Avant, Catherine m'avait rappelé que le plus précieux de nos 31 décembre communs était celui de 1999.

Nous vivions alors à Sainte-Scolasse, dans l'Orne. Grâce à la fameuse tempête de cette année-là, il y avait déjà six jours que nous vivions devant la cheminée, sans électricité, sans eau chaude, rebalancés vers le Moyen Âge au point de se mettre à parler en ancien français sans même s'en apercevoir, et à puer comme des putois, faute de douches chaudes.

Verts cinq heures, ce 31-là, Catherine a décidé que nous “ferions réveillon” tout de même et, sautant dans la voiture (qui était chauffée, elle…), a filé vers Mortagne, afin d'y faire razzia de petites choses à haute teneur en mauvais cholestérol. Elle était à peine partie que trois hommes d'EDF ont frappé à la porte et m'ont demandé si nous étions toujours sans électricité. Je me suis gardé de leur répondre quelque chose comme : « Si, si, nous avons l'électricité, mais en bons réactionnaires nous préférons les bougies que vous voyez. » Je me sentais, par rapport à eux, en état de nette infériorité. Ils se sont éloignés dans la nuit, en me disant qu'ils allaient voir ce qu'ils pouvaient faire. Je n'attendais évidemment rien d'eux et suis retombé dans mon apathie frigorifiée.

Dix minutes plus tard, j'ai entendu le frigo se remettre en marche. D'un pas mal assuré je me suis approché du plus proche commutateur électrique, duquel j'ai approché un index tremblant… Lux ! Mon premier travail a été de remettre la chaudière en marche, puis de filer sous la douche. Ensuite, j'ai enfilé une chemise blanche et mon plus beau costume (manière de parler : je ne devais en avoir qu'un seul). Puis, j'ai allumé toutes les lampes de toutes les pièces de toute la maison. Ensuite, je me suis rassis dans mon fauteuil pour attendre Catherine. Je ne m'en souviens pas, mais il est probable que je me suis servi un verre de quelque chose contenant de l'alcool.

Tout à l'heure, Catherine me disait que lorsqu'elle avait tourné le coin de notre minuscule rue et qu'elle avait découvert la maison illuminée…

Enfin quoi : notre réveillon 2013 fut bref, mais riche de mémoire.

24 commentaires:

  1. Vous êtes LE titre 2014:
    si tous les réveillons pouvaient se donner la main.
    J'ai hurlé de rire, et je n'exagère pas.
    Ma compagne, Pink floyd (nous l'écoutons en ce moment) et moi vous souhaitons une année riche en trouvailles linguistiques.

    A n'en pas douter, ce gouvernement est une mine d'or pour l'inspiration.

    RépondreSupprimer
  2. Merveilleux souvenir de la tempête de 1999, coincés plusieurs jours chez ma fille dans un village de Corrèze, mais sans voitures (route unique coupée par les arbres), sans le matériel dont disposaient les gens avant l'électricité (bois pour se chauffer, lampes à huile, etc.), et où mes petits-enfants ont découvert qu'il y avait une vie en dehors de la télé et de l'ordinateur, à écouter à la seule lumière des bougies toutes les histoires qu'on leur racontait. Et puis qu'on survit très bien sans se doucher quelques jours, surtout en hiver...

    RépondreSupprimer
  3. La photo et votre description me mettent l'eau à la bouche! Je regrette l'époque où Catherine vous faisait des lunch boxes (ça a peut-être un nom en français mais je ne vais pas chercher) plus qu'appétissantes et qu'elle les photographiait.
    J'aimerais bien les revoir, ça me donnerait des idées. C'était en quelle année?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Orage, sur mon blog, colonne de droite, tag bento. Vous en avez 31. Bonne année à vous et à votre mari, qui j’espère ira mieux.

      Supprimer
    2. Merci Catherine! Bonne année à vous aussi!

      Supprimer
  4. Pour 2014 je vous souhaite une meilleure année, et une meilleure santé. J'ai cru comprendre que c'était approprié.
    Et, un peu égoïstement, beaucoup de billets blog.

    RépondreSupprimer
  5. Monsieur Goux et Dame Catherine , je vous souhaite une excellente année 2014 qui sache éffacer les malheurs de l' année passé qui vous ont frappés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec un e à "passée", bordel.

      Supprimer
    2. Merci d'avoir rectifié et bonne année à vous Monsieur Jegoun,

      Supprimer
    3. Voir Nicolas se muer en gardien de l'orthodoxie grammaticale, c'est un peu comme si, moi, je devenais animateur aux Alcooliques Anonymes…

      Supprimer
    4. Oui. Vous n'êtes pas anonyme.

      Supprimer
  6. Passez une bonne année 2014 !
    Elle n'aura pas beaucoup d'efforts à faire pour être meilleure que 2013...
    Meilleure santé et beaucoup de bonheur !

    RépondreSupprimer
  7. N'est-il pas un peu mesquin, un peu radin, de ne souhaiter qu' UNE SEULE bonne année à chaque fois?

    Je souhaite à chacun, ici (sauf à quelques uns, ils se reconnaîtront...) à tous leurs proches, et même à tous leurs lointains, des très bonnes et heureuses années 2014, 2015, 2016 et 2017 (ensuite, on avisera, le moment venu).

    Mais tous les gens qui ont passé une année 2013 épouvantable, ou même qui sont morts en 2013, se sont pourtant entendus souhaiter une très bonne année, le 31 décembre 2012...
    Ces voeux n'étaient-ils pas sincères, ou est-ce que ça ne marche pas à tous les coups?

    RépondreSupprimer
  8. Meilleurs vœux à tous les deux. Que cette nouvelle année vous soit plus douce que la précédente.
    Geneviève

    RépondreSupprimer
  9. Merci à tous ! On va tâcher de faire en sorte…

    RépondreSupprimer
  10. Une fois n'est pas coutume, je m'aventure ici pour vous présenter mes vœux... Et en plus ils sont sincères. Ça devient grave. C'est vraiment du grand n'importe quoi la blogo du 1er janvier.
    Quant à moi, en 1999, je rentrais d'Indre-et-Loire et plus nous avancions vers Paris, plus nous découvrions des trucs incroyables comme cette cabine téléphonique en équilibre sur une clôture ou cette caravane, elle aussi en équilibre, sur la niche d'un chien...
    Et enfin, notre maison avec mon beau-frère sur le toit en train de colmater les brèches...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous fumiez quoi, en ces années lointaines ?

      Supprimer
    2. Zéro substance!
      Tout ceci est véridique.

      Supprimer
  11. Je souhaite une bonne année à la France... mais ne suis quand même pas très optimiste.

    De mon poste d'observateur un peu lointain, à 11 000 km de la métropole, et surtout sans aucun lien désormais avec elle, je m'attriste de la voir sous le joug d'une dictature médiatique et politique la plongeant un peu plus chaque jour dans la médiocrité et la pensée unique.

    Espérons que les Français sauront se retrouver de plus en plus nombreux à résister et affirmer leurs valeurs, même si celles-ci ne sont ni politiquement, ni médiatiquement correctes.

    RépondreSupprimer
  12. Cela dit, il sont pas mal vos démonte-pneux en verre.

    RépondreSupprimer
  13. Le réveillon 1999 fut le dernier avec mon grand-père: j'en garde un souvenir toujours ému.

    Je vous souhaite une année 2014 meilleure que la précédente. Quant à la santé, elle ne peut être que meilleure, puisque je vois que vous vous soignez au Maccalan!

    RépondreSupprimer
  14. Vous avez fait un ravalement par ici ?
    J'avoue que ces considérations esthétiques ne sont bien évidemment qu'un prétexte pour vous présenter mes voeux.

    RépondreSupprimer
  15. Bonne année 2015 !!! (Je fête pas 2014, c'est déjà has been....)

    RépondreSupprimer
  16. Robert Marchenoir2 janvier 2014 à 16:16

    Le numéro un mondial de la distribution Wal-Mart a rappelé de certains de ses magasins en Chine des lots de viande d'âne qui, selon les autorités, contenaient de la viande de renard.

    Donc les petits problèmes de bobos concernant les lasagnes à la viande de cheval, hein...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.