lundi 30 décembre 2013

On ne regrettera pas novembre…


Il a pourtant eu lieu.

7 commentaires:

  1. Bonjour,

    J'ai relevé ceci:

    " En fait, non : je voudrais revenir en arrière.


    Mardi 26 septembre "

    ...au lieu de Mardi 26 novembre!

    RépondreSupprimer
  2. Voici sur quoi se termine la journée du 24 et commence la suivante :
    "
    En fait, non : je voudrais revenir en arrière.


    Mardi 26 septembre"

    Acte manqué ? Subtil clin d’œil ?

    RépondreSupprimer
  3. Merci à tous les deux, c'est corrigé ! Et, en effet, l'acte manqué est amusant…

    RépondreSupprimer
  4. Plein de coups de poignards au coeur avec ce journal, je ne parlerai que de ce qui m'est le plus léger, peut on avoir sept enfants qui se sentent une vraie fratrie? Je crois que oui. Aujourd'hui enfin de tout temps.

    Cette question est dans mes pensées depuis qu'Iris m'a demandé de donner ds "trucs" en ai je? Oui, des grosses ficelles mais surtout j'ai la certitude que peu de femmes sont à même d'avoir beaucoup d'enfants sans en faire de l'élevage groupé où seuls, les voisins de fratries se solidarisent.

    Bien sûr il y a les écarts d'âge, les souvenirs pas en commun, mais il y a aussi les morceaux de puzzle qui se mettent en place, les aînés qui se reconnaissent dans les cadets et d'autres choses aussi.


    Mais il est certain que je ne suis pas fille, je suis mère,mon mari est la fois fils et père, mais son rôle principal est compagnon, il aurait accepté mes choix.

    Je ne parle que de ce qui est le plus léger, aussi je m'en vais. Novembre est terminé, d'ici fin décembre cela devrait aller. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reconnais n'avoir que l'exemple de ma propre famille à faire valoir. Et encore : le regard que je porte sur cette famille.

      Supprimer
    2. « mais son rôle principal est compagnon, il aurait accepté mes choix. »

      Rien qu'à lire ça, on a une de ces triques !

      Supprimer
  5. Bonjour Didier!
    J'ai lu "les soins palliatifs". L'étaient-ils seulement? Votre père se plaignait, ce qui semble indiquer qu'il n'était pas vraiment soutenu.
    Je vois mon conjoint maigrir de plus en plus, c'est vrai qu'il mange peu, mais certains jours je suis d'accord avec vous, il ressemble à son futur cadavre, c'est cautant plus terrifiant qu'il ne s'en rend pas compte.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.