samedi 29 mars 2014

L'esprit de Monseigneur

Mgr Guibert (1802 – 1886), archevêque de Tours, puis de Paris

« Monseigneur Chapon se mit aussitôt à raconter des histoires savoureuses. Il parla de l'illustre Crémieux, le grand avocat israélite qui, après un entretien avec l'Archevêque de Paris, Monseigneur Guibert, lui avait demandé la permission de l'embrasser. Ils s'embrassèrent… Alors M. Clemenceau qui assistait à la scène de s'écrier : “ Voilà enfin l'Ancien et le Nouveau Testament réunis ! ” Mais l''Archevêque de Paris répondit : « Je ne m'y connais guère en droit, Monsieur, mais j'ai toujours entendu dire que lorsqu'on faisait un nouveau Testament, l'ancien ne valait plus rien ! ” »

Ferdinand Bac, Intimités de la IIIe République – Des ballets russes à la paix de Versailles, p. 31 de l'édition Hachette de 1935.

21 commentaires:

  1. Donc, si je comprends bien, il suffit de faire deux testaments pour résumer la civilisation judéo-chrétienne ? Ça ouvre des perspectives.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand un cardinal archevêque dit une chose, vous et moi n'avons plus qu'à fermer notre gueule.

      Supprimer
  2. Rappelons que le bénéficiaire d'un testament a toujours le droit de refuser l'héritage.

    RépondreSupprimer
  3. En théologie classique, et cela en conformité avec la parole même de Jésus, l'Ancien testament n'est nullement aboli par le Nouveau, mais accompli. Cependant l'Eglise a connu plusieurs hérésiarques ayant tenté d'abolir l'ancienne Loi, en dernier lieu Simone Weil, juive elle-même comme chacun sait, et qui détestait le Dieu des hébreux. Les idiots verront là un symptôme de maladie mentale, à tout le moins de sévère confusionnisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que mon Monseigneur avait plus d'humour que vous…

      Supprimer
    2. Ce n'est pas impossible...

      Supprimer
  4. c'est pas le prédécesseur de Dupanloup ?

    OK , je sors

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mgr Dupanloup était évêque d'Orléans. Donc, rien à voir.

      Supprimer
  5. Et c'est ainsi, avec son histoire d'ancien Testament qui ne vaut plus rien, et presque inopinément, sans avoir l'air d'y toucher, que Mgr Guibert, Archevêque de Paris, est sans doute le tout premier des antisémites modernes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, pas du tout ! D'ailleurs, il venait d'embrasser M. Crémieux…

      Supprimer
    2. Il pourrait s'agir d'un "baiser de Judas" dont il est justement fait référence dans le Nouveau Testament.

      Supprimer
    3. Ah l'antisémitisme des catholiques, vieille antienne basée essentiellement sur l'exorde incluse dans la prière du Vendredi Saint :

      “Prions aussi pour les perfides juifs, afin que Dieu notre Seigneur enlève le voile de leurs cœurs et qu’ils reconnaissent Jésus-Christ Notre Seigneur.
      Dieu tout-puissant et éternel, qui, par votre miséricorde, ne repoussez pas la perfidie juive, exaucez les prières que nous vous adressons pour que cesse l’aveuglement de ce peuple, afin que, reconnaissant la lumière de votre vérité qui est Jésus-Christ, ils soient retirés de leurs ténèbres”.

      Sauf que le terme "perfides" signifie "incroyants". Il est vrai que prier pour sauver des âmes est la marque d'une intolérance insoutenable, d'un antisémitisme intolérable.

      Sinon je rejoins Didier Goux sur la finesse de l'humour de Mgr Guibert.

      Supprimer
    4. c'est vrai qu'on a attendu une vingtaine de siècles pour massacrer les juifs en occident , les rejeter
      les pogroms , les exils forcés , les exterminations ne sont apparus qu'avec les nazis

      Supprimer
    5. Je me fous de ce que vous avez écrit, mais votre avatar est un concentré d'imbécilité.

      Supprimer
    6. Vous mélangez tout et n'importe quoi. Je vais très certainement passer pour un salaud de la plus belle eau, mais où est-il inscrit que tous autant que nous sommes soyons obligés de vibrer du même amour inconditionnel pour les juifs, les musulmans, les orthodoxes, les protestants, les animistes, les bouddhistes, etc. ? Et ça vaut également pour les nationalités. Nous serions donc condamnés à aimer toute l'humanité ou de subir les foudres de la condamnation sociale en attendant la pénale qui ne saurait tarder à venir grâce au quarteron de gouvernants de rencontre que nous sommes, pour le coup, condamnés à subir jusqu'en 2017.

      Rejeter les juifs, est-ce aussi horrible que cela ? Après tout, ne rejettent-ils pas ce que nous sommes en refusant dans leur immense majorité le mariage avec des gentils, en rechignant à convertir les goys que nous sommes. Tiens, rien que ce mot, on ne peut plus péjoratif dans leur bouche, ne sonne-t'il pas comme une marque de mépris à l'endroit de tous ceux qui n'ont pas eu la chance de faire partie du peuple élu ? Et ensuite de s'étonner d'être rejetés.

      Les pogroms, comme le mot l'indique, ont eu lieu en pays slaves. Je ne suis pas particulièrement versé dans la connaissance encyclopédique de leur histoire, mais de ce que j'ai pu en lire, cela tenait plus à la désignation de boucs émissaires pour détourner la colère des peuples, suite à la misère, aux mauvaises récoltes, etc. qu'à leur qualité de juifs proprement dite. Il se trouve qu'ils étaient là, qu'ils étaient une minorité visible, parce que là-bas, a contrario de la manière de vivre des juifs en Europe occidentale, on pouvait discerner rien qu'à sa vêture, et sa manière de se coiffer, le juif du non-juif.

      Pour l'exil, je suppose que vous parlez de ce qui s'est passé en Espagne après la Reconquista. Certes, ce n'était pas très gentil, mais les Espagnols n'ont pas oublié que bon nombre de juifs avaient ouvertement collaboré avec le pouvoir musulman durant l'occupation de l'Espagne par les Maures, que de nombreux vizirs et ministres avaient été des juifs. Partant de là, je ne vois pas pourquoi on reprocherait aux Espagnols des mesures de rétorsion, quant les Français en 1945 se sont comportés de la manière que l'on sait; pratiquement 9000 exécutions sommaires par les groupes FTP, pour ne parler que de cet aspect, ce n'est quand même pas rien.

      Maintenant, si vous lisez bien, je ne dis pas que c'est cool de s'en prendre aux juifs, je me contente de faire mon post-moderne, je relativise, je contextualise, je montre la complexité des choses alors que vous avec vos jugements à l'emporte-pièce, vous simplifiez à outrance, comme tous les moralisateurs donneurs de leçons. Surtout lorsque celui qui est visé par la leçon est blanc et chrétien.

      Supprimer
    7. Parmi les autres "bases essentielles" de l'antisémitisme des catholiques, il ne faudrait pas oublier la fameuse accusation de "peuple déicide", qui a tout de même eu son importance dans l'Histoire (et que l'on voit d'ailleurs régulièrement ressurgir aujourd'hui encore du côté de divers intégrismes), même si l'on peut discuter les diverses formulations et interprétations qui ont pu en être données dans les textes canoniques...

      Supprimer
  6. Robert Marchenoir29 mars 2014 à 18:21

    C'est nettement plus spirituel que les tweets de Nadine Morano. (J'ignore si Nadine Morano tweete, quoiqu'elle ait une gueule à ça. Mais c'était juste pour donner un exemple.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus, à ma connaissance, Mgr Guibert n'était pas une gonzesse.

      Supprimer
    2. Pourtant il portait une robe.

      vous voyez: "monseigneur porte une robe"

      Le ver etait dans le fruit depuis longtemps...

      Supprimer
  7. C'est étrange : votre cardinal ressemble à Cahuzac : même nez, même regard, même lèvres minces et serrées. Les cheveux de Monseigneur sont juste un peu plus longs et plus blanchis. Pas le même parcours pour ces deux hommes de haute volée, mais un peu la même rouerie, me semble-t-il.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.