samedi 8 mars 2014

L'Ukraine les rend amok (les néo-nazis ôssi !)


« Je n’aime pas l’argument "per se" qui consiste à prôner le statu-quo autocratique au motif que l’opposition comprend des éléments peu fréquentables. »

Outre le fait que la phrase aurait mérité de se retrouver, toute nue, chez les Modernœuds, on ne peut que donner quitus à ce brave Juan Sarkofrance (non mais ce nom, tout de même…), lui qui s'est toujours scrupuleusement gardé de s'abaisser à ce genre d'amalgame qu'il dénonce aujourd'hui, au moment des “Manif pour tous”. Sinon, il se livre à un merveilleux exercice de contorsions multiples, avec triple saltos arrière et commentaires de Léon Zitrone, que je vous invite à découvrir, en espérant que vous y prendrez le même plaisir que moi. Surtout, ne manquez pas les commentaires : un cénacle de géopolitologues sous ecstasy (ou autre chose, je ne suis pas spécialiste) qui vous règle la question ukrainienne en deux coups de cuiller à pot, et que si ça veut rigoler un peu on va voir ce qu'on va voir. Il n'y manque même pas le rutilant cuistre qui croit bon d'appeler Poutine Putin, parce que quand même, hein, il connaît la Russie un peu mieux que vous, bande de ploucs franco-français, et il sait parfaitement qu'en alphabet cyrillique, on écrit Putin. On suppose que sa parfaite maîtrise des idéogrammes le conduit à faire de Pékin Beijing, et sa profonde connaissance de l'arabe à transformer l'Irak en Iraq. Bref : un pur moment de blogo-bonheur. Allez-y de ma part, vous serez forcément bien reçus.

18 commentaires:

  1. Putin de bordel. Je vais finir par supprimer ma blogroll. Occupez vous donc des blogs réacs qui défendent SarkEn plus, Juan s'appelle comme il veut. Il faut bien reconnaître malgré la journée de la femme que "Josiane Sarlofrance" aurait été ridicule. Et arrêtez de m'engueuler en message privé quand je fais des billets avec trois grammes. Je vais finir par réagir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non seulement je ne vous ai pas engueulé, mais j'ai eu l'immense gentillesse de ne vous supposer qu'un gramme cinq…

      Supprimer
  2. Mille regrets, mais je préfère retourner sur "Les soirs qui s'attardent".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'est vous qui voyez, la maison est en libre-service !

      Supprimer
  3. Et si on redevenait un peu sérieux ?

    http://rue89.nouvelobs.com/2014/03/08/hubert-vedrine-cinq-propositions-sortir-crise-ukrainienne-250511

    ou encore:

    http://www.chevenement.fr/Sans-la-Russie-il-manque-quelque-chose-a-l-Europe_a1603.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais ces deux-là sont tout de même moins amusants que mes encamisolés.

      Supprimer
  4. Décidément, le néo-nazis sont partout : dans la manif pour tous, en Ukraine, dans les films de série B avec Zombies ; en ce moment sur le net — élections approchantes oblige, leurs spectres rôdent ! j'en ai même trouvé un dans mon café au lait ce matin. Dois-je m'inquiéter ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous devriez surtout vous inquiéter d'aimer le café au lait.

      Supprimer
  5. Vous trouvez ça sympa de nous mettre en lien un des blogs de Morandini?
    Merci Didier.

    RépondreSupprimer
  6. Que dire de ces gauchistes, rien ils sont petits et misérables et en plus ils voient des nazis partout comme d'autres voient des nains.

    RépondreSupprimer
  7. Pourquoi a-t-on volé leurs briquets à ces pauvres jeunes gens ? C'est inhumain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finement observé ! Je m'en veux un peu de ne pas avoir "légendé" la photo dans ce sens, tiens.

      Supprimer
  8. Robert Marchenoir9 mars 2014 à 14:36

    Je ne comprends pas bien le rapport entre cette photo et le nécessaire gauchiste-bashing auquel se livre périodiquement cet auguste blog, remplissant ainsi une mission d'hygiène publique.

    La photo semble provenir de l'un de ces charmants commandos soviétiques, heu... pardon, russes, qui capturent régulièrement des homosexuels, les obligent à se déshabiller devant un appareil photo dans des postures ridicules, puis balancent les images sur Internet, afin de les humilier publiquement.

    Ce qui, soit dit en passant, montre que l'activisme anti-homosexuels de Vladimir Poutine, tant vanté par Aymeric Chauprade, récemment bombardé responsable de la politique étrangère au Front national, ne se borne pas à "interdire la promotion de l'homosexualité auprès des mineurs", et n'est pas si inoffensif que ça.

    Il encourage la violence de ces courageux militants, qui osent s'attaquer à de dangereux homosexuels à mains nues.

    Décidement, entre Poutine qui se fait photographier torse nu sur son cheval et les curieuses pratiques du gentleman au T-shirt sur la photo, il y a quelque chose d'assez pervers chez certains militants de la "Russie éternelle".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage le point de vue de Marchenoir, et j'avoue avoir du mal à faire de l'humour sur cette photo, qui me semble complètement décalée par rapport au sujet du billet.

      Pour en revenir à l'affaire ukrainienne, il est amusant de constater que l'argumentation des pro-russes rejoint l'antienne soviétique, celle qui, dans "L'Humanité" et les discours des communistes et des "compagnons de route", a servi pendant des décennies de justification aux interventions de l'URSS dans les "pays-amis" : l'impérialisme yankee et le grand méchant loup capitaliste, qui finançaient les révoltes hongroises, tchécoslovaques ou polonaises....

      Supprimer
    2. Bon, bon, j'avoue : il était tard, j'ai pris la première qui se présentait, à peu près sans la regarder…

      (Mais, maintenant que tout le monde en parle, je ne puis plus la changer !)

      Supprimer
  9. Tiens, Bob n'aime pas les russes, comme c'est surprenant. J'en profite pour recommander aux amateurs de littérature, fort nombreux sur ce site, un Soljenitsyne qu'il n'ont peut-être pas lu Deux siècles ensemble aux éditions Fayard ou sur le site www.pdfarchive.info
    Ne me remerciez pas, tout le plaisir est pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir9 mars 2014 à 17:06

      "Bob n'aime pas les Russes"

      On voit bien là le réflexe tribal des militants mono-neuronaux et autres complotistes. Je critique Vladimir Poutine et ses caniches français, je trouve répugnant que l'on capture des homosexuels dans la rue pour les humilier sur Internet, conclusion : je n'aime pas les Russes.

      Comme si un voyou abruti, chasseur d'homosexuels, représentait "les Russes". Comme si Vladimir Poutine représentait tous "les Russes", comme si tous "les Russes" approuvaient son action. Comme si "les Russes" d'hier et de demain s'incarnaient tout entiers en Vladimir Poutine.

      Au demeurant, je ne vois pas quelle loi, juridique ou morale, obligerait qui que ce soit à aimer qui que ce soit.

      L'intérêt national n'a pas grand chose à voir avec l'amour. La réprobation que l'on peut porter à telle ou telle action ne vient pas de ce que l'on n'aime pas son auteur : c'est parce qu'il se conduit mal qu'on ne l'aime pas.

      C'est étonnant de voir à quel point ceux qui crient le plus fort contre le "système" sont aussi ceux qui en embrassent le plus spontanément les travers. La philie universelle et obligatoire en fait partie.

      Il faut m'aimer et aimer mes amis parce que je suis une pôv' victime, et que j'ai droit à l'amour.

      Voilà, en gros, à quoi revient votre idiote remarque.

      Supprimer
  10. L’incohérence intellectuelle du degôche n'a décidément pas de limite...

    "Soutenir" de loin des manifestants violents et pour certains carrément nazis ça passe mais accepter que certains français ne soit pas d'accord avec vous et le degôche cri aux HLPSDNH.

    Le fameux deux poids deux mesures si chère aux totalitaristes...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.