lundi 26 novembre 2018

Les Juifs, le Russe et moi


C'est ma lecture du moment ; un moment qui risque de durer un moment, puisque l'ensemble des deux tomes compte environ 1200 pages bien tassées : quand je disais que les Russes ne savaient jamais s'arrêter, dès lors qu'on leur avait mis plume à la main… Qu'en dire ? En fait, pas grand-chose, dans la mesure où j'ai à peine dépassé la moitié du premier volume et que, donc, je vais seulement aborder tout à l'heure l'année 1905 (Potemkine, Odessa, le landau dans l'escalier, pitoussa…). Et puis, je dois dire que, dans ma hâte d'en arriver à la seconde partie (les Juifs pendant la tyrannie communiste), j'ai eu tendance à lire les deux cents premières pages, celles qui traitent de la “préhistoire” du sujet, un peu au galop. Ce qui frappe d'emblée, tout comme dans L'Archipel ou dans le peu que j'ai lu de La Roue rouge, c'est l'incroyable abondance de la documentation que l'auteur parvient à maîtriser, la largeur panoramique de sa vision. Étonnante aussi sa justification préambulatoire, lorsqu'il dit que, ce sujet important et épineux, il aurait nettement préféré le voir traiter par d'autres que lui, plus qualifiés ou simplement plus jeunes ; mais comme personne ne s'y mettait…

Lorsque j'en a assez des pogroms et de l'agitation révolutionnaire, je vais prendre un petit bain de Russie à l'ancienne en lisant quelques pages de La Maison de Matriona : on y mange assez mal, mais, hormis les galopades de souris sous les papiers peints de l'isba, les nuits y sont fort tranquilles.

9 commentaires:

  1. Je n'ai que trois mots : oh la la !

    RépondreSupprimer
  2. SI je peux me permettre de suggérer un complément de lecture : https://www.persee.fr/docAsPDF/slave_0080-2557_2004_num_75_3_6922.pdf

    (pardon, je ne sais pas comment activer les liens)

    RépondreSupprimer
  3. Je me demande ce que vont répondre les spécialistes qui ne tarderont pas à se précipiter ici pour faire leurs commentaires, à l'ahurissement qui a été le mien ce matin, quand j'ai entendu Guillaume Durand, sur Radio Classique, convoquer A.S. - à l'occasion du centenaire de sa naissance - pour défendre la position de Porochenko dans le différend qui l'oppose aujourd'hui à Poutine ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le centenaire, il est un peu en avance…

      (D'autre part, j'ignorais que le consternant Guillaume D. existât encore.)

      Supprimer
  4. Vous nous raconterez tout ça, mais il me semble que les deux titres " Juifs et Russes" annoncent la couleur : pour lui, les Juifs ne semblent pas être des Russes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas seulement "pour lui" ! Au moins dans les époques qu'il étudie, Juifs et Russes se considéraient eux-mêmes comme des peuples distincts.

      Supprimer
  5. Dans son chapitre intitulé : Rothschild - "Vous êtes juif, Jacob ?" Eric Zemmour note que la Révolution française a proclamé l'émancipation des juifs et qu'elle a été mise en oeuvre par Napoléon. "Le sanhédrin établira ce principe : les Français et les juifs sont frères… les juifs doivent considérer, comme s'ils étaient à Jérusalem, tous les lieux où ils sont citoyens…"
    Dans tous les pays où passe la Grande Armée, elle ouvre les ghettos et transforme les habitants en "citoyens"..."
    Destin français - pages 382 et 383
    Dommage pour les juifs de Russie qu'il y ait eu cette défaite de la Campagne de Russie !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.