vendredi 12 juin 2020

De la démagogie des faux philanthropes


C'est un sujet qui n'est pas nouveau, puisque Louis-Napoléon Bonaparte l'abordait déjà, dans un article écrit et publié par lui en 1843. Le futur empereur y disait ceci :

« L'ardeur de ces hommes s'accroît toujours en raison directe du carré des distances où se trouvent les objets de leur sympathie. ils sont insensibles à la misère du prolétaire français, au dénuement de l'ouvrier qui habite le même toit qu'eux ; mais aussitôt qu'à nos antipodes quelques iniquités se commettent, oh ! alors leurs passions s'exaltent, l'humanité qui souffre au bout du monde leur paraît bien plus digne de pitié que celle qui languit dans leur propre patrie. »

La citation m'a paru pertinente, à l'heure où, par ici, quelques grappes humaines s'émeuvent bruyamment de ce que, à plusieurs milliers de kilomètres de chez eux, UN homme a été (malencontreusement) tué par UN policier. Et puisque nous sommes en compagnie de Napoléon III, un petit bonus, tiré de l'un de ses livres, Fragments politiques, écrit à peu près à la même époque que l'article sus-cité : 

« Le plus grand ennemi d'une religion est celui qui veut l'imposer. »

Phrase que que nous allons donner comme sujet de méditation à tous nos camarades imams, de banlieue, de province et d'outre-frontières.

28 commentaires:

  1. Ben oui mais ça ne colle pas : aujourd'hui c'est bien nos Traoré à nous qui émeuvent jusqu'aux sommets de l'État...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est quand même bien exotique, votre Traoré, non ? Quand les victimes de la police ont des tronches de Normands ou d'Auvergnats… et qu'en plus elles portent des gilets jaunes, les indignés professionnels restent tranquillement chez eux.

      Supprimer
    2. Exotique c'est limite raciste...😀

      Supprimer
  2. Cretinus Alpestris12 juin 2020 à 12:23

    "Camarades imams"... un terme que ne renierait pas Mélenchon depuis qu'il a goûté à cet "opium du peuple". Après tout, le communisme, c'est l'islam sans dieu. Et comme il est trop compliqué de laïciser certaines religions, autant ajouter un zeste de religieux dans le marxisme. On n'en est plus à une croyance près : réchauffement climatique, petit Chinois, révolutions noires (de couleur), etc... Quelle sera la prochaine ? Eduquer le véganisme aux animaux carnivores ? Le tofu pour rottweiler ?

    Soyez rassurés : on y viendra.

    Sérieusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez oublié le trou dans la couche d'ozone. Dont, désormais, tout le monde semble se foutre. Il a été rebouché ou bien ?

      Supprimer
    2. Cretinus Alpestris13 juin 2020 à 13:07

      Le trou dans la couche d'ozone a finalement été comblé par l'évaporation gazeuse des fameuses pluies acides qui devaient décimer l'Europe en 1990.

      Tout le monde sait ça, voyons.

      Votre ignorance me sidère, Didier Goux.

      Mais ce n'est que partie remise car la haine produite à l'encontre des LGBTQXDTC pourrait bien générer un anticyclone qui pourrait, si nous n'en prenons pas garde, déplacer le "trou de la couche" et pourrait générer un tsunami nauséabond qui pourrait fouler au pied les valeurs de la République au niveau des Açores, entre 2032 et 2034, Paco Rabane pourrait nous donner une date plus précise en fonction des retombées d'une station spatiale dont j'ai oublié le nom.

      Mais ça pourrait revenir.

      Supprimer
    3. « Votre ignorance me sidère, Didier Goux. »

      J'ai toujours été nul en ozone. déjà au lycée, je n'étais jamais foutu d'avoir la moyenne dans les “interros ozone”. Et j'ai raté la mention "bien" au bac à cause de ça.

      Supprimer
    4. Cela dit, j'avais AUSSI oublié les pluies acides : c'est vous dire à quels sommets atteint mon ignorance atmosphérique…

      Supprimer
    5. Cretinus Alpestris13 juin 2020 à 19:00

      Je ne vous jetterai pas l'Abbé Pierre car je serais totalement incapable de vous dire si le pot catalytique est apparu avant ou après les lessives sans phosphate.

      Supprimer
  3. Finalement la seule question qui vaille est : qui sera notre nouvel Empereur ?
    Si vous avez une idée, ne manquez pas de nous la transmettre !

    RépondreSupprimer
  4. être "l'ennemi d'une religion" n'est que raison.

    RépondreSupprimer
  5. Nul contrainte en religion !
    Je vous laisse deviner l'auteur de cette phrase.

    RépondreSupprimer
  6. " Le plus grand ennemi d'une religion est celui qui veut l'imposer "

    Si on ne croît pas au surnaturel, aux dieux, etc., une religion n'est qu'un système politique fondé, comme tous les autres, sur une vision du monde,des valeurs,des commandements et des interdits; il est donc normal que, comme tout système politique, elle cherche à s'imposer... et y parvienne assez souvent.
    EA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Suite) ... Et, comme tout système politique, les religions suscitent des scissions entre ceux qui veulent le dominer: multiplicité des christianismes, des islamismes, etc., conflits entre le chef ( le pape François) et l'appareil du parti (la Curie) qui parvient à paralyser ses réformes, etc.

      Au fond,les plus francs sont ceux qui reconnaissent que la foi n'a aucune importance, et que ce qui compte, c'est de ne pas changer de camp ( de parti) : les musulmans, qui n'ont pas le droit d'adopter une autre religion même s'ils ne le sont que par filiation ( l'apostasie étant punie de mort, ce qui prouve bien l'absence de toute importance accordée à la foi)et les juifs, qui vont jusqu'au bout de cette logique en ayant le droit de se proclamer athées.

      EA

      Supprimer
  7. Ah là là. Il manque toujours 1 sou pour faire dix sous dans les tentatives d'être d'accord avec les uns ou les autres. Vous ne pourriez pas enlever "malencontreusement" dans ce texte, juste pour moi? Et ce sera parfait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous ai accordé une demi-satisfaction…

      (Mais je persiste, quant à moi, à trouver cet adverbe tout à fait approprié.)

      Supprimer
    2. Vous êtes non seulement le maître ici, mais l'écrivain, et je ne saurais être trop prudent. Cependant il me semble que le terme "malencontreusement" connote le hasard qui "tombe" mal. Dans le cadre strict des USA, j'ai tout de même quelques doutes doutes sur l'aspect "de hasard" de cet épisode. Quant au fait de tomber mal, il tombe très bien au contraire pour toute sorte de gens.

      Supprimer
    3. Pour que cette mort ne soit pas "malencontreuse", il faudrait prouver que le policier responsable a bel et bien eu l'intention de tuer l'homme qu'il a plaqué au sol : à ma connaissance, ce n'est pas (encore) le cas. Mais il est vrai que j'ai tendance à ne pas trop me pencher sur les détails des faits divers ; surtout quand, déjà, ils ne m'intéressent pas beaucoup en eux-mêmes.

      Supprimer
    4. Le détail amusant, c'est que ce flic américain s'appelle Chauvin.

      EA

      Supprimer
    5. Si Trump en personne n'a jamais expressément défendu ce policier, il n'y a guère besoin de s'intéresser beaucoup à ce fait divers pour porter un jugement. Et il existe des "violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner" qu'il est difficile de ranger avec les purs accidents dans la catégorie "malencontreuse". Du point de vue strictement stylistique qui j'imagine vous intéresse plus, je me demande si les parenthèses, loin de l'atténuer, n'accentuent pas le mot "malencontreusement": au lieu qu'il glisse, en quelque sorte malencontreusement, il ressemble davantage à une incise soigneusement pesée.

      Supprimer
    6. Mes parenthèses n'étaient là que pour vous ! Prenez-les comme un clin d'œil…

      Pour le reste, vous avez sans doute raison. Mais, vraiment, je vous assure, quand je disais que je ne m'intéressais "pas beaucoup" à ce genre de faits divers, c'était une litote : en réalité, je n'en sais rien de rien.

      Cela étant, dans votre exemple ("violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner"), il me semble que s'il n'y a pas eu "intention de la donner", la mort peut bien être qualifiée de "malencontreuse". Mais il est possible que j'emploie ce mot de façon abusive, ou trop étendue.

      Enfin, bon…

      Supprimer
  8. Un vieux monsieur qui avait participé au débarquement, m'avait dit :" la veille du 6 juin, il n'y avait aucun athée sur le bateaux".
    Je serais pour le retour des anciennes croyances avec sacrifice humain, les précolombienne avaient de la gueule, chez les aztèques rien n'était perdu, ils boulottaient le sacrifié.

    RépondreSupprimer
  9. ( pas hors sujet: toujours les religions)

    Terrible, l'épisode d'hier de Marie- Ftance Garraud, cette femme remarquable qui menait Pompidou et surtout Chirac par le bout du nez ( et peut-être plus que celui du nez), découverte errante dans sa voiture,et dont on apprend qu'elle est atteinte d'"une forme d'Alzheimer" ( sans doute la maladie des corps de Loewy).

    Ça me rappelle Jules Moch, ce vrai socialiste anticommuniste, résistant, polytechnicien, et homme à poigne, également retrouvé, atteint d' Alzheimer, une nuit, errant sur les Champs-Elysées, sans savoir où ni qui il était.

    Comment croire en un Dieu qui prendrait plaisir à ridiculiser les gens remarquables à la fin de leur vie,pour effacer tout ce qui a fait leur côté exceptionnel et qu'ils terminent sur une image grotesque?

    (Et je rappelle ici la terrible histoire de Manuel Azaña, dernier président de la Républiquue Espagnole, réfugié à Montpellier après le coup d' Etat de Franco, et qui, atteint d'une démence sénile, demandait " Mais comment donc s'appelait ce pays dont j'étais président de la République?"... ce que tous les déments séniles ne peuvent pas faire.)

    Quel sadisme divin! Si Dieu existe, j'espère qu'il a une bonne excuse.

    EA


    RépondreSupprimer

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.