dimanche 11 novembre 2012

En Socialie, le peuple redevient souverain


75% des Français déclarent que « l’islam progresse trop en France », selon un sondage Ifop publié dans le Journal du Dimanche aujourd’hui (1),
donc le gouvernement va doubler le nombre d’immigrants en provenance du Maghreb et d’Afrique.

80% des personnes trouvent qu’ « il y a trop d’assistanat et beaucoup de gens abusent des aides sociales »,
donc le gouvernement a maintenu la scandaleuse AME (aide médicalisée de l’État qui couvre les étrangers à 100%).

70% pensent qu’il faut que « l’Etat donne plus de libertés aux entreprises »,
donc l’État a décidé de leur faire supporter 10 milliards d’impôts supplémentaires et de refiscaliser les heures supplémentaires.

66% pensent qu’il y a « trop d’immigrés en France »,
donc le gouvernement Hollande a décidé de réduire le coût des visas d’immigration de 110 à 50 euros.

Une majorité de 56% juge qu’on « ne se sent en sécurité nulle part »,
donc Christine Taubira ne met plus les racailles en prison et supprime les peines planchers.

41 commentaires:

  1. 70% pensent qu’il faut que « l’Etat donne plus de libertés aux entreprises »,
    donc l’État a décidé de leur faire supporter 10 milliards d’impôts supplémentaires et de défiscaliser les heures supplémentaires.


    Parfaitement incompréhensible et contradictoire.
    Des explications ?

    RépondreSupprimer
  2. Pourtant les français ont eu le chois et ils ont mis au pouvoir l'Hollande et sa clique de bras cassés mais quand vous demandez qui a voté pour Culbuto, ils sont moins nombreux à l' avouer.

    Je me pose une question simple: "Sarkozy serait il élu façon plébiscite?"; cela serait amusant.

    Ce qui est certain, c'est qu'il manque aux bloggers de gauche et cherchent désespérément sur quel politicien de droite ils peuvent assouvir leur aigreur, à force de voir leurs Ayrault de Hollande se ramasser tous les jours.

    On peut rêver quand même si les français demandaient plus d'immigration venue d'outre-méditerannée , les socialistes feraient ils le contraire ?

    RépondreSupprimer
  3. La seule chose qui soit compréhensible en matière d'impôts c'est:
    -Stop ! la coupe est pleine ! Laissons à ceux qui ont encore la chance d'avoir un travail les fruits de leur travail!
    Si, encore, nous pouvions nous réjouir de nos services publics...
    Mais nos impôts payent les erreurs des banques, calment les banlieues, tandis que des enfants naissent au bord des routes. Et meurent.

    RépondreSupprimer
  4. Dreuz, c'est le journal du dimanche?

    RépondreSupprimer
  5. Bastien Lefrançois11 novembre 2012 à 21:44

    De mémoire de quarantenaire, jamais, je dis bien jamais, je n'ai entendu ni le CNPF, ni le MEDEF, se prononcer contre l'immigration.
    Dans un mouvement quasi symphonique, le patronat nous encule à sec pendant que les socialos susurrent que, non, ça ne fait pas mal, pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir11 novembre 2012 à 22:40

      - Le CNPF et le MEDEF ne sont pas compétents en matière d'immigration. Je sais que tout le monde se croit autorisé à donner son avis sur tout dans spéhi, mais les syndicats de patrons sont destinés à défendre les intérêts des patrons, pas à se présenter aux élections.

      - Le fait de ne pas se prononcer contre l'immigration n'est pas probant. Cela ne veut pas dire que les patrons ont organisé l'immigration à leur profit.

      - La mémoire d'un quarantenaire est courte. Les patrons se sont bel et bien prononcés contre l'immigration maghrébine, et dans des rapports officiels rédigés par des préfets, encore. Simplement, c'était avant que vous ne soyez né. Je n'ai pas la date en tête, mais il me semble bien que c'était avant guerre. Enfin c'est vérifiable, cela figure dans des travaux d'historien.

      - Les patrons en question, interrogés par les préfets sur demande du gouvernement, regrettaient que l'Etat leur impose de faire travailler des immigrés Arabes qu'ils jugeaient peu qualifiés, peu productifs et peu travailleurs. Les rapports ne contiennent pas exactement la formule "travail d'Arabe", mais enfin c'est bien ce qu'ils veulent dire.

      - Ces documents officiels contredisent explicitement la thèse selon lesquels ce seraient les patrons qui "les" auraient fait venir pour baisser les salaires, etc.

      - Faire baisser les salaires n'est pas un objectif en soi pour un patron. Si je peux obtenir le même travail en payant une seule personne 1 000 bourzoufs, au lieu de payer 10 personnes 110 bourzoufs chacun, je vais prendre le type à 1 000 bourzoufs.

      - Naturellement, un travail sérieux sur les ressorts de l'immigration devrait compléter ces éléments par d'autres relatifs à l'histoire récente, mais je n'ai jamais vu aucun des partisans de la thèse de la responsabilité des patrons citer des recherches approfondies sur le sujet à l'appui de leurs thèses.

      - En revanche, il existe des travaux d'historiens qui démontrent l'inverse, à savoir que ce sont les gouvernements, et non les patrons, qui ont fait venir les immigrés, et ce pour des raisons de politique extérieure, et non d'économie intérieure.

      Supprimer
    2. Marchenoir n'a pas ajouté Cépas Léjuifs, parce que là il vaut mieux être discret.

      Supprimer
    3. "il existe des travaux d'historiens qui démontrent l'inverse, à savoir que ce sont les gouvernements, et non les patrons, qui ont fait venir les immigrés, et ce pour des raisons de politique extérieure, et non d'économie intérieure".

      - ah bon, lesquels? parce que moi aussi j'ai entendu parler de travaux impliquant la responsabilité de grands patrons dans le recrutement (par les officines de migrations de l'époque) à grande échelle de types sans qualification au fin fond du maghreb.
      Et il s'agissait d'autre chose que des propos de Zemmour ou de la fameuse vidéo avec Bouygues.

      - l'immigration de masse se justifie à la fois pour des raisons de politique extérieure (volet immigration dans les accords d'Evian, par exemple) ET d'économie intérieure.
      Pourquoi chercher à opposer les deux si ce n'est dans le but de contrer une propagande par une autre propagande?

      - opposer les gouvernements d'un côté, et le grand patronat de l'autre (hein, pas les patrons comme vous le dîtes. Vous vous doutez bien que 95% des patrons de ce pays n'ont jamais rien demandé) revient à nier la possibilité que le grand patronat puisse soit influencer des décisions gouvernementales (voir les déclarations de Postel-Vinay, sur cette question, par ex: http://rutube.ru/video/a4d35b17b777d4ff572e31f429957eb4/), soit tout simplement les acheter.

      C'est un peu gros et orienté votre démarche, comme souvent sur certaines questions.

      Supprimer
    4. Fallait lire: l'immigration de masse a été justifiée par...
      Il est évident qu'à cette échelle, il n'y a absolument rien qui puisse la justifier.

      Supprimer
    5. Bastien Lefrançois12 novembre 2012 à 09:14

      Postel-Vinay:
      « Lorsqu’une entreprise estimait avoir besoin de mille turcs, elle demandait l’introduction en France de mille turcs et elle obtenait généralement satisfaction et les mille turcs lui étaient livrés à l’entrée de l’usine moyennant une redevance à payer à l’Office d’Immigration qui s’élevait à 250 francs par turc. Cela ne donnait nullement l’impression d’une politique d’ensemble, il n’y avait aucune prévision annuelle, il n’y avait pas non plus vraiment de réflexion suffisamment approfondie sur les conséquences de l’immigration, ni sur les efforts qu’il aurait fallu faire pour accueillir cette main d’œuvre qu’on faisait venir d’une façon massive »
      Chaque phrase, chaque mot valent leur pesant d'or, n'est-ce pas?
      L'intérêt des uns, la cécité des autres:
      la voilà l'alliance dévastatrice.

      Supprimer
    6. A Robert Marchenoir
      vous avez fait une coquille il s'agit de Brouzoufs et non de Bourzoufs
      Sinon , tout à fait d'accord avec vous .

      Supprimer
    7. Robert Marchenoir13 novembre 2012 à 21:06

      Bastien Lefrançois12 novembre 2012 09:14

      Postel-Vinay:
      "Lorsqu’une entreprise estimait avoir besoin de mille turcs, elle demandait l’introduction en France de mille turcs et elle obtenait généralement satisfaction et les mille turcs lui étaient livrés à l’entrée de l’usine"


      Comme d'habitude. Une vidéo de 40 secondes extraites de leur contexte, dont on ne sait rien.

      Je vous parle de travaux d'historiens. Je ne vous parle pas de "vidéos" postées sur Fdesouche dans le but de manipuler les naifs et les ignorants.

      Ce type n'est pas historien, c'est un ancien ministre. Il n'a fait aucune recherche sur le sujet, ou alors on n'en sait rien, car on ignore tout de ce qui précède et de ce qui suit sa déclaration.

      Ce type parle de Turcs. Depuis quand l'immigration de masse, en France, est-elle le fait des Turcs ? Mille Turcs étaient "livrés" à l'entrée de l'usine ? Comment ? Ils voyageaient sur des galères ? Dans des wagons à bestiaux ? C'est l'armée turque qui les apportait, enchaînés dans des avions de transport de troupes ?

      Ce type ne dit pas que les patrons ont déclenché l'immigration de masse. Il dit : "Quand une entreprise estimait qu'elle avait besoin de mille Turcs..." Il ne dit pas que les patrons français, dans leur ensemble, avaient besoin de Turcs et ont fait pression pour les faire venir. Il ne cite aucun chiffre.

      Bref, cette vidéo ainsi présentée est un acte de propagande et de manipulation. On ne peut tirer aucune conclusion sérieuse de ces 40 secondes. Assez de la dictature des "petites phrases" !

      Moi je vous parle de livres, pas de vidéos.

      Voyez Daniel Lefeuvre, "Pour en finir avec la repentance coloniale", chapitre "Qui a reconstruit la France après 1945 ?".

      Supprimer
    8. "Bref, cette vidéo ainsi présentée est un acte de propagande et de manipulation. On ne peut tirer aucune conclusion sérieuse de ces 40 secondes. Assez de la dictature des "petites phrases" !"

      Non mais attendez... vous êtes sérieux là?

      L'ouvrage de Daniel Lefeuvre, très instructif au demeurant, concerne essentiellement (pour ce qui touche au chapître « immigration ») l'Algérie.
      Il concerne de surcroît l'Algérie d'avant 1954. L'ouvrage nous rappelle alors une Algérie en pleine explosion démographique (+50% entre 1926 et 1954), frôlant une situation de crise alimentaire.

      Le gouvernement va donc utiliser l'immigration des algériens vers la métropole pour soulager la misère, maintenir le calme et la souveraineté française en Algérie; immigration qu'il encourage jusqu'en 1954, date à laquelle il commence à mettre le frein à main en raison des "événements".

      Il parle donc, en effet, de motivations politiques (plus fortes durant cette période, et uniquement durant cette période 1945-54, que les motivations économiques), essentiellement dans le but de contrer l'argument: "les colonisés ont reconstruit la France d'après guerre", argument resservi à outrance pour justifier notre repentance.

      A aucun moment, il ne dit qu'il n'y a jamais eu par la suite de motivations économiques; et ce pour la simple raison que l'immigration "pour raisons économiques" (celle qui est massive, musulmane, celle qui nous intéresse, celle qui est entrain de condamner notre pays et celle qui a été réclamée par une partie du grand patronat, ne vous en déplaise) ne concernait pas cette période, car elle a démarré pendant les années 70.

      Postel-Vinay n'est certes pas historien. Cela fait-il de ce Secrétaire d'Etat aux immigrés (secrétariat dont il a démissionné pour désaccord avec le dogme immigrationniste se mettant alors en place), un type totalement ignare et incompétent en la matière?
      Benjamin Stora, qui pourfend le travail de Daniel Lefeuvre est aussi un historien. Dois-je le trouver plus crédible que Postel-Vinay sur cette question?

      La petite vidéo de 40 secondes me paraît dans ce cas bien plus éclairante que le fait de citer un ouvrage dont on détourne en partie la visée du message.
      Et après, vous venez parler de propagande et de manipulation...

      Supprimer
    9. Robert Marchenoir14 novembre 2012 à 14:36

      Anton :

      "L'ouvrage de Daniel Lefeuvre, très instructif au demeurant, concerne essentiellement (pour ce qui touche au chapitre « immigration ») l'Algérie."

      Et il se trouve que l'immigration en France provient massivement (et sans doute majoritairement) d'Algérie. Donc ce que Lefeuvre dit à ce sujet, sur plusieurs dizaines de pages, est certainement plus pertinent que ce que dit un vague ancien secrétaire d'Etat, en 40 secondes, sur les Turcs (quels Turcs ?), dans une interview dont le contexte a été soigneusement amputé.

      "Le gouvernement va donc utiliser l'immigration des algériens vers la métropole pour soulager la misère, maintenir le calme et la souveraineté française en Algérie; immigration qu'il encourage jusqu'en 1954."

      Voilà. Vous le dites vous-même. Vous me donnez raison.

      "A aucun moment, il ne dit qu'il n'y a jamais eu par la suite de motivations économiques."

      Non, et je ne le dis pas non plus. Je dis simplement que l'antienne d'extrême-droite et d'extrême-gauche réunies, selon laquelle "ce sont les patrons qui ont fait venir les immigrés pour faire baisser les salaires", est fausse. Et vous le confirmez.

      Je dis aussi que c'est à ceux qui prétendent cela de le prouver, et qu'ils ne le font jamais.

      Pour moi, tant qu'une assertion n'est pas prouvée, elle est fausse, surtout quand elle est invraisemblable. Excusez-moi de me conformer aux principes de la science.

      "L'immigration "pour raisons économiques" (celle qui est massive, musulmane, celle qui nous intéresse, celle qui est en train de condamner notre pays et celle qui a été réclamée par une partie du grand patronat, ne vous en déplaise) ne concernait pas cette période, car elle a démarré pendant les années 70."

      Bien sûr que non. Elle a commencé bien avant, vous venez de le reconnaître vous-même. Les Algériens venus en France avant 1954 n'étaient pas musulmans ? Je pensais qu'ils "avaient reconstruit la France". S'ils ont "reconstruit la France", ce n'était pas à partir de 1970, et ils n'étaient pas quelques-uns.

      Supprimer
    10. Robert Marchenoir14 novembre 2012 à 14:37

      "Postel-Vinay n'est certes pas historien. Cela fait-il de ce Secrétaire d'Etat aux immigrés (secrétariat dont il a démissionné pour désaccord avec le dogme immigrationniste se mettant alors en place), un type totalement ignare et incompétent en la matière?"

      Non, mais cela fait des ignares et des incompétents de ceux qui tronquent son interview, voire l'émission dans laquelle elle figure, qui ne disent pas un mot de ce qu'était ce Postel-Vinay dont le rôle historique avait échappé à tout le monde jusqu'à présent, qui ne disent pas un mot de ce qui se dit dans l'émission avant et après, et qui balancent le tout sur Fdesouche pour étayer leur thèse marxiste, toujours la même, toujours exclusive, toujours sans nuances, selon laquelle l'immigration de masse dans les pays occidentaux en général et en France en particulier aurait été due "au patronat" pour "faire baisser les salaires".

      Alors que nous avons des documents historiques qui prouvent le contraire : dans un premier temps, l'immigration de masse a été voulue par les gouvernements pour des raisons de politique étrangère ; dans un deuxième temps, l'immigration de masse a été voulue par les gouvernements pour importer une clientèle et des électeurs, et aussi pour des raisons idéologiques. N'oublions pas le poids de l'idéologie. Il n'y a pas que le pognon dans la vie.

      Accessoirement, avec des dizaines de millions d'immigrés oisifs présents dans les pays occidentaux, il est probable que dans certains cas, certaines entreprises dans certains secteurs d'activité en aient profité. Cela ne signifierait nullement que "les patrons" aient été la cause historique de cette immigration.

      Au demeurant, si "les patrons ont fait venir les immigrés pour faire baisser les salaires", il devrait être facile de produire une foultitude d'études qui montreraient que les salaires ont baissé, et que cela a coïncidé avec les époques, les secteurs d'activité et les entreprises qui auraient eu recours de façon massive aux immigrés. Où sont ces études ? Je ne les vois pas.

      En revanche, j'ai vu des kilomètres de lamentations, venant du même bord politique, pendant des décennies, se plaignant que les pauvres immigrés soient au chômage, et que les méchants patrons refusent des les embaucher en raison de leur indécrottable racisme.

      Il faudrait savoir : les méchants patrons ont fait venir les immigrés pour remplacer les employés français et faire baisser les salaires, ou bien les méchants patrons refusent obstinément d'embaucher les immigrés parce que ce sont de sales racistes ?

      Supprimer
    11. Robert Marchenoir14 novembre 2012 à 14:39

      Je vois UNE petite phrase de quelques dizaines de secondes dans UNE vidéo extraite de son contexte à la télévision (Bouygues), et maintenant vous nous servez une DEUXIEME petite phrase de quarante secondes et du même tonneau (Postel-Vinay) qui "prouve" la vérité marxiste.

      Si cette deuxième petite phrase prouve quelque chose, elle prouve surtout ma thèse et non la vôtre, puisque Postel-Vinay critique la politique DU GOUVERNEMENT de l'époque en matière d'immigration.

      Par quel miracle une LOI, promulguée sauf erreur par un GOUVERNEMENT, devient-elle soudain "la faute des patrons" ? Et par quel miracle une loi sur le regroupement familial, c'est-à-dire ouvrant les portes à un flot de gens venus a priori pour tout autre chose que le travail, devient-elle un complot des patrons pour faire baisser les salaires ?

      "Benjamin Stora, qui pourfend le travail de Daniel Lefeuvre est aussi un historien. Dois-je le trouver plus crédible que Postel-Vinay sur cette question ?"

      Si Benjamin Stora, en tant qu'historien, a recueilli des FAITS et des DOCUMENTS inédits tendant à prouver que l'immigration est la faute des sales patrons capitalistes français, vous êtes libre de les citer ici. En ce qui me concerne, je n'ai jamais vu Stora cité à l'appui de cette thèse.

      Au demeurant, si Stora a écrit cela, j'espère qu'il a bien bétonné ses arguments, parce que Stora est LA voix Degauche autorisée à s'exprimer sur les médias français concernant l'Algérie, toujours avec la même thèse : les Français sont des sales cons racistes et les Algériens sont de petits saints injustement opprimés par les Français.

      Donc a priori, non, Stora ne me paraît pas une source spécialement crédible, très loin de là. Mais enfin, s'il a trouvé des trucs que personne ne cite jamais, tendant à prouver ce canard dont tout le monde parle tout le temps, selon lequel "les patrons ont fait venir les immigrés pour faire baisser les salaires", voyons voir.

      Supprimer
    12. Robert Marchenoir14 novembre 2012 à 14:47

      D'autre part, Benjamin Stora est opposé à l'immigration de masse ? Il milite pour la fermeture des frontières, et l'inversion des flux migratoires ?

      Jamais remarqué. Je pensais plutôt que c'était un immigrationniste.

      Mais je ne suis pas omniscient, hein, ça a pu m'échapper. Peut-être qu'il conseille Marine le Pen en secret.

      Supprimer
    13. Robert Marchenoir14 novembre 2012 à 15:50

      En revanche, voilà des immigrés que les patrons ont effectivement fait venir, tout récemment, dans le but de faire baisser les salaires, ou bien dans le but de pourvoir des postes impossibles à pourvoir par des Français, parce que ceux-ci préfèrent être payés par l'Etat à ne rien faire :

      http://www.leparisien.fr/economie/plus-de-300-000-salaries-etrangers-low-cost-en-france-13-11-2012-2316939.php

      Sachant que ces immigrés sont européens, et que parmi ces patrons, on trouve... l'Etat.

      Le même Etat qui est systématiquement exonéré de ses responsabilités par les Degauche et les rouges-bruns, qui nous expliquent que l'immigration est la faute du capitalisme.

      Alors qu'il suffirait à l'Etat de transmettre une directive à ses policiers, aux frontières, pour tarir instantanément une grande partie de l'immigration de masse.

      A ma connaissance, l'écrasante majorité des Arabes et des Africains qui arrivent en France (et qui composent, eux-mêmes, l'essentiel de l'immigration) font la queue à un poste de police à Roissy ou à Orly.

      Supprimer
    14. Robert Marchenoir,

      J'abuserais, pour la dernière fois, de l'hospitalité du patron pour tenter de clarifier mon propos.

      Car j'en arrive à me demander s'il est possible d'avancer, d'échanger dans cette discussion, tant il me semble que vous faites preuve de mauvaise volonté (foi?), tout en campant sur des positions idéologiques, dont on ferait mieux de se départir si l'on veut y voir un peu plus clair.

      Vous vous plaignez que l'on vous soumette un extrait vidéo, sorti de son contexte et vous répliquez par le même procédé, en interprétant une source d'historien en dépit du contexte et de l'objectif qu'elle prétendait défendre.
      Lorsque par malheur, on vous le signale, vous extrayez une phrase de son contexte, quand vous ne la retournez pas à votre avantage pour en conclure: "voila, vous me donnez raison"...

      Je vous dis ne pas trouver Benjamin Stora crédible et vous me répondez en gros, "ah, parce que vous le trouvez crédible Benjamin Stora?" bon... et ainsi de suite tout au long de votre imposant argumentaire, où en guise d'une certaine appréhension de la vérité, vous semblez privilégier l'idée que vous ayiez le dernier mot (juste, vrai et raisonnable, il va de soi) en toute circonstance.

      Vous prétendez, de manière schématique (pour ne pas dire binaire), qu'il y a d'un côté une vision marxiste imputant aux seuls patrons la responsabilité de l'immigration tout en réfutant en bloc l'idée d'une quelconque responsabilité patronale en la matière.

      Je vous réponds qu'il convient d'être plus nuancé, "que l'immigration a été justifiée à la fois pour des raisons de politique extérieure ET d'économie intérieure". Je ne parle d'ailleurs jamais des patrons mais seulement d'une partie du grand patronat, et vous assimilez mon propos à des lamentations marxistes...

      Supprimer
    15. L'immigration en France, depuis la seconde moitié du XIXème siècle a rempli deux fonctions essentielles: une fonction économique et une fonction de peuplement. Elle revêt dernièrement un caractère électoraliste, nous y reviendrons.

      Dans ce domaine, les attributions régaliennes de l'Etat ont été importantes, claires et identifiées; et la politique d'immigration est donc devenue une politique publique. Cela, personne ne le remet en cause.

      La question est: Comment cette politique s'est-elle structurée? Donc, quelles sont les pouvoirs et contre-pouvoirs qui ont été à l'oeuvre dans la mise en place d'une telle politique? A quel type de contingences a t'elle soumise?

      Là, vous arrivez et vous dites: "ce sont les gouvernements, pas le patrons".
      Je vous fais juste remarquer que votre jugement est partiel, qu'il ne correspond pas à l'ensemble du tableau, bref, qu'il est erroné, voire orienté, dogmatique; car il faut être en plus naïf pour imaginer qu'à aucun moment les forces économiques d'un pays puissent ne pas influencer, composer voire acheter des décisions gouvernementales.

      Quand en 1974, le gouvernement Giscard décide de mettre fin à l'immigration de travail, c'est bien que jusqu'alors il existait une immigration de travail.
      Et croyez-vous qu'un tel type d'immigration se soit réalisée sans consultation des organismes patronaux?
      A titre d'exemple, à partir de 1924, l'organisation du recrutement de la main d'oeuvre étrangère se fait à travers la Société générale d’immigration, constituée par les organismes patronaux spécialisés.

      Mais, pour en venir à une période qui nous concerne un peu plus, "la croissance économique des années 60, et la raréfaction progressive des sources de main d'oeuvre européenne, vont changer la donne.
      Pour faire face aux besoins en main d'oeuvre des entreprises, la procédure exceptionnelle de la régularisation s'est généralisée et l'immigration des faux touristes a été encouragée par des accords bilatéraux supprimant les visas pour les séjours de courte durée...
      Les industries, particulièrement de construction automobile, font alors appel à une fort contingent de migrants Nords-Africains...
      La politique de la main d'oeuvre a pris l'ascendant sur la politique de la population, les introductions nouvelles étant bien davantage dictées par l'analyse de la conjoncture que par des préoccupations de repeuplement"
      (Vincent Viet, "La France immigrée, construction d'une politique, 1914-1997", certainement un affreux gauchiste).

      Supprimer
    16. Vous insistez en disant que l'immigration est réduite dans un premier temps à des questions de politique étrangère puis dans un second à des questions idéologiques et électoralistes: "N'oublions pas le poids de l'idéologie. Il n'y a pas que le pognon dans la vie" (il faut avouer que c'est quand vous ne cherchez pas à être drôle que vous l'êtes le plus).

      Je viens de vous démontrer que la situation n'est pas si tranchée et, vous n'allez pas, de plus, m'apprendre que 93% des musulmans ont voté socialiste aux dernières élections.
      Mais faut-il vous rappeler que le gouvernement ayant institutionnalisé, en 1976, le regroupement familial (qui représente depuis l'immense majorité des flux migratoires) n'était pas un gouvernement socialiste?

      Donc l'idéologie, je veux bien (la gauche est clairement, depuis trois décennies, dans une logique électoraliste, et je la vomis pour son hypocrisie fondamentale sur toutes ces questions), mais dans une certaine limite historique; car ni le regroupement familial, pas plus que l'abrogation de la double peine n'ont été des mesures prises par des gouvernements de gauche.

      Il arrive donc un moment où l'on fait la part entre ce qui ressort de la pratique politique d'une côté (qui, pour être trivial et un peu lucide, tient plus du business que de quoi que ce soit), et du monde des idées, de l'autre.

      Pendant ce temps, Business Europe (sorte de patronat européen, regroupant 41 organisations nationales de 35 pays européens) réclame toujours plus d'ouverture des frontières. Son porte parole déclarant en mai 2011: "les avantages de la migration de travailleurs vers l'UE sont indiscutables. Non seulement la main-d'œuvre se fait plus rare en Europe à cause du vieillissement de la population, mais en plus, les travailleurs immigrés (…) permettent de combler des postes vacants là où l'Europe ne peut ou ne veut le faire".

      Du reste, la patrone de notre Mefed national n'était pas en reste sur la question (dans un entretien au Monde d'Avril 2011): "Restons un pays ouvert, qui accueille de nouvelles cultures et tire profit du métissage"...

      Supprimer
    17. Robert Marchenoir15 novembre 2012 à 23:00

      Vous me cherchez une mauvaise querelle, Anton.

      Moi, je m'oppose à une "vérité d'évidence", à un stéréotype copié-collé un peu partout, selon lequel "ce sont les patrons qui ont fait venir les immigrés pour faire baisser les salaires".

      Cela circule partout. A droite, à gauche, au milieu et dans les interstices du fond.

      Ce n'est pas spécialement vous qui le dites. Ce sont des MILLIONS de gens qui le disent. Ca dégouline de tous les blogs, de l'extrême-gauche à l'extrême-droite. C'est le propos de ces millions de gens qui m'intéresse et dont je m'occupe.

      Je démontre que c'est faux.

      Pour démontrer que c'est faux, il faut et il suffit de présenter des documents suffisamment probants, relatifs à des événements suffisamment significatifs dans l'histoire générale de l'immigration en France (mettons depuis la fin du XIXème siècle -- on ne va pas remonter aux invasions barbares), montrant soit que "les patrons" se sont OPPOSES à l'immigration, à tel ou tel moment, soit que les gouvernements ont décidé d'ouvrir les portes à l'immigration, à tel ou tel moment, pour des raisons tout à fait indépendantes de l'intérêt des entreprises.

      Ce que j'ai fait.

      Quod erat demonstrandum.

      Donc ne venez pas me casser les couilles en m'accusant de mauvaise foi sous prétexte qu'il pourrait y avoir eu, aussi, en plus, à tel ou tel moment, des pressions des entreprises en faveur de l'immigration.

      Je l'ai moi-même écrit, mais ça semble vous avoir échappé :

      Robert Marchenoir 14 novembre 2012 15:50

      En revanche, voilà des immigrés que les patrons ont effectivement fait venir, tout récemment, dans le but de faire baisser les salaires, ou bien dans le but de pourvoir des postes impossibles à pourvoir par des Français, parce que ceux-ci préfèrent être payés par l'Etat à ne rien faire, etc.


      Et ne venez pas me parler de gouvernements de droite ou de gauche, dans cette affaire. Evidemment que des gouvernements de droite ont pris des décisions favorables à l'immigration. De Gaulle, Giscard, ils n'étaient pas à droite ? Et alors ? Cela confirme ce que je dis, à savoir la responsabilité de la raison d'Etat.

      Supprimer
    18. Robert Marchenoir15 novembre 2012 à 23:17

      Après, il reste à établir la balance globale des responsabilités, et ça personne ne semble l'avoir fait -- ou alors c'est soigneusement enterré au fin fond d'une bibliothèque universitaire, et personne n'en parle.

      En tous cas, la responsabilité des gouvernements est infiniment supérieure à celle des patrons dans tous les cas de figure, pour une raison très simple, que j'ai déjà mise en évidence : il suffirait au gouvernement d'appuyer sur un bouton pour arrêter instantanément l'essentiel de l'immigration.

      Alors que les patrons, qu'ils soient vigoureusement favorables ou radicalement opposés à l'immigration, n'ont en la matière qu'un pouvoir d'influence et de revendication.

      En tant que libéral, je me permets de remettre l'église au centre du village : le rôle des entreprises est de développer leur activité et de faire des profits. Et c'est dans ce domaine qu'elles ont les moyens d'agir et le pouvoir de décider.

      Le rôle du gouvernement est d'assurer le respect de la liberté individuelle, du droit de propriété, et de faire régner la sûreté intérieure et extérieure. Et c'est dans ces domaines qu'il a les moyens d'agir et le pouvoir de décider.

      La sûreté extérieure du pays comprend le fait de ne pas être envahi par des hordes d'immigrés pauvres, illettrés, paresseux, haineux et violents.

      Cela est de la responsabilité des gouvernements. Pas des patrons.

      Même si, par hypothèse, les patrons faisaient des pipes à n'en plus finir aux gouvernants pour que la France soit envahie par des hordes d'immigrés pauvres, illettrés, paresseux, haineux et violents, ce serait du devoir de l'Etat que de s'y opposer -- et il en a les moyens.

      Donc, que les étatistes de droite et de gauche commencent par s'en prendre à leur idole : l'Etat. C'est lui qui a failli en la matière.

      La confusion des tâches et des responsabilités est un sport national, en France.

      Tout ce qui est le moindrement marxiste en France (ce qui inclut de nombreuses personnes officiellement "de droite") adore taper sur les patrons pour exonérer l'Etat de ses responsabilités.

      Supprimer
    19. Robert Marchenoir15 novembre 2012 à 23:19

      J'ajoute que de nombreux patrons sont étatistes et de gauche. Chef d'entreprise et libéral n'est pas synonyme, curieusement. En tous cas pas en France. Le poids mafieux de l'Etat est tellement étouffant et tellement ancien qu'il a réussi à convaincre de nombreux patrons de soutenir le stato-gauchisme.

      Enfin, sur un plan économique, s'il était avéré, globalement, que les patrons ont fait pression en faveur de l'immigration pour faire baisser les salaires, CE SERAIT AUSSI LA FAUTE DES GOUVERNEMENTS, et du système stato-gauchiste.

      Pourquoi ? Pour une raison très simple : parce que si la fonction publique n'avait pas le poids écrasant qu'elle a en France, le coût du travail, en France, ne serait pas plombé par les cotisations, charges, impôts, taxes et réglementations multiples qui le plombent aujourd'hui.

      Pourquoi, dans l'article que j'ai linké, parle-t-on d'ERDF et des salariés étrangers sous-payés qu'il importe de l'étranger ? Parce qu'EDF ne peut pas, à la fois, entretenir une armée de fonctionnaires grassement payés à ne rien foutre, et faire ce qu'on attend de lui.

      Il importe donc des esclaves de Pologne ou d'ailleurs, qui font le boulot pendant que les camarades syndiqués se tirent la nouille en défendant leurs zavantajaki –- et ça devient la faute des méchants capitalistes du caca-rente. Alors que c'est la faute des communistes de 1945 à ce jour.

      Pourquoi, dans cet article, et dans les témoignages de Fdesouche qu'il a suscités, parle-t-on des grandes entreprises du BTP qui, elles aussi, "font venir des immigrés pour faire baisser les salaires", cela dans le but d'exécuter des commandes publiques de l'Etat bienfaisant et communiste ?

      Parce qu'il faut bien payer à ce dernier les énormes commissions qui permettent le financement des partis et l'enrichissement personnel des politiciens, et que curieusement, pour des chantiers d'Etat, les contrôles sont suffisamment inexistants pour que la pratique soit généralisée.

      Supprimer
  6. Je pense qu'ils ont écrit défiscaliser à la place de refiscaliser, sinon, c'est effectivement contradictoire.

    RépondreSupprimer
  7. Ben oui Bastien...
    La gauche a assassinée Robespierre, c'est vous dire s'ils ont une grande expérience de la trahison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. assassiné...
      que le grand cric me croque !!!

      Supprimer
  8. Et le plus étonnant dans cette histoire est qu'à peu près toutes ces mesures figuraient déjà dans le programme du candidat pour lequel une majorité de Français a voté. Il faut croire qu'en plus d'être souverain, le peuple est aussi légèrement schizophrène...

    RépondreSupprimer
  9. Les Français n'ont pas voté pour Hollande mais contre Sarkozy. Peu de gens attendaient quelque chose.
    Jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Les Français n'ont pas voté pour Hollande mais contre Sarkozy. Peu de gens attendaient quelque chose."

      Oui, c'est un argument que l'on entend souvent, et qui est certainement pertinent ; il n'en reste pas moins qu'ils ont donné à Hollande, dans la foulée, une (assez) large majorité de députés pour lui permettre de mettre en place son programme, pour – si l'on en croit ces sondages – le désapprouver quelques semaines plus tard. C'est en ce sens qu'il ne me semble pas impossible de parler de schizophrénie, ou au moins d'inquiétante versatilité...

      Supprimer
  10. benjamin_randow@yahoo.fr12 novembre 2012 à 08:49

    Petite coquille (paragraphe 3) : le gouvernement a décidé de REfiscaliser les heures supplémentaires...
    J'en profite pour signaler qu'à mon avis il s'agit là d'une des mesures les plus scandaleuses prises par l'actuel gouvernement. On a beaucoup reproché à Nicolas SARKOZY d'avoir "enrichi les riches" ; mais il y a plus grave encore, bien plus synique, c'est d'appauvrir les pauvres (ou, pour être plus précis, les travailleurs modestes).

    RépondreSupprimer
  11. Attendez donc la conférence de presse de Flanby et vous verrez que tous vos doutes et toutes vos angoisses seront levés.

    RépondreSupprimer
  12. "…donc le gouvernement va doubler le nombre d’immigrants en provenance du Maghreb et d’Afrique."

    Pourquoi?
    Quel est le but, l'objectif?
    Ajouter de la misère à la misère?
    Aggraver la crise du logement?

    On ne sait pas trop …

    RépondreSupprimer
  13. Pareil divorce entre peuple et pouvoir politique socialiste augure mal des mois à venir. Pas besoin d'être gramscien pour comprendre que nous sommes entrés dans une période pour le moins erratique, sinon pré-révolutionnaire.

    RépondreSupprimer
  14. L'affaire des heures sup est complètement sous estimée par le gouvernement . Dans certains secteurs comme le transport le fait de diminuer les heures sup va induire une diminution de salaire de 200 à 300 € par mois . L'état d'esprit des gars est difficilement descriptible , disons que Hollande ne doit surtout pas se promener sans gardes du corp .
    Par contre quand on dit qu'il avait annoncé cette mesure pendant sa campagne et qu'il ne fallait donc pas voter pour lui , on ne trouve plus aucun électeur de Normal 1er .

    RépondreSupprimer
  15. Je me barre aux Grenadines!
    Si un socialo passe par ici, qu'il sache que la Solidarité est devenue indigeste.
    Un gros majeur en l'air pour la racaille socialiste!

    RépondreSupprimer
  16. Le fil sarcastique.12 novembre 2012 à 10:45

    PS: Parti Socialafiste.
    Aimez votre prochain, soyez solidaire de la barbe et du voile...
    Aimez donc ces bourricots!
    Quelle réjouissance de savoir qu'on nous force à cotiser pour que ces gens fassent 8 enfants et les éduquent dans la haine de la France.

    J'ai espoir que le ps nous amène enfin un peu de soleil, qu'on apprenne à vivre les uns avec les autres, dans la paix et le respect d'autrui.
    Si tu es de gauche, que tu aimes la prière sur les parkings, que tu aimes aussi les femmes hargneuses qui mordent les méchants policiers,
    alors rejoins notre parti communautariste. Si tu viens d'une petite communauté, ton combat trouvera écho dans nos idées.
    Et surtout, prends part au conflit Israëlo-Palestinien, et transmets la haine que tu as envers la France et Israël tout autour de toi. Surtout, ne t'inquiète pas
    si tu n'as pas de travail, car le système solidaire Français fera en sorte que tu puisses vivre sans le moindre effort, tout en cultivant ta haine.
    Ainsi tu auras le temps de transmettre ton venin après avoir déposé tes enfants à l'école Choranique.
    Ne t'inquiète pas, maintenant que François Hollande est là, les choses vont aller pour le mieux. 8 journaux sur 10 l'ont dit pendant des mois.
    S'il te plaît, continue à lire Libé et conserve tes idéaux d'ill y a 3 siècles, car à l'évidence, c'est toujours la même société injuste et méchante qui
    prédomine.
    Socialistes! Avec moi pour soutenir tous nos frères qui veulent pratiquer l'Islam en paix, sur des parkings!
    Tous ensemble pour protéger les islamistes des vilains Français racistes....

    RépondreSupprimer
  17. Oula, oula ! Ça tape très fort dans le dur ce matin.
    Je comprends que Nicolas se soit mis à l'abri !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.