jeudi 8 novembre 2012

Des elfes, des trolls, et trois cent mille hommes blancs


Dix mille signes écrits, cet après-midi, sur les elfes islandais : comment ces andouilles (les Islandais, pas les elfes) peuvent-ils croire à tout cela ? Mystère. En même temps, cependant que je creusais l'affaire, je me disais que, si j'étais islandais moi-même, je ferais au moins semblant d'y croire aussi ; je revendiquerais, même ; et sans doute je pisserais à la raie des andouilles rationnelles de l'Europe continentale. En fait, je crois que, pour peu qu'on ne m'oblige pas à écouter les navrantes productions de Björk, j'aurais bien aimé être islandais ; faire partie d'un petit peuple de trois cent mille personnes, sur une île suffisamment septentrionale et lointaine pour être inaccessible aux Arabes et aux nègres revendicatifs, violents, pleurnichards et inutiles ; parlant une langue délicieusement incompréhensible à tout le reste de la terre : vraiment, j'aurais bien aimé. Et je pense que je ne serais jamais sorti de ce petit périmètre, s'il m'avait été par bonheur échu. Mais français je dois continuer d'être, hélas, international et stupide. Quand va-t-on se décider à importer des elfes plutôt que des trolls ?

30 commentaires:

  1. Cher Didier, bien que ne partageant pas (totalement) votre avis sur Bjork, je vous trouve parfait.

    -)
    Ali Baba

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Catherine ADORE cette créature chantante (si l'on peut dire) : voyez avec elle…

      Supprimer
    2. Vous chantez, Didier ?

      Supprimer
    3. Oui, parfois : quand je suis seul dans ma voiture…

      Supprimer
  2. Robert Marchenoir8 novembre 2012 à 21:16

    "FUne île suffisamment septentrionale et lointaine pour être inaccessible aux Arabes et aux nègres revendicatifs, violents, pleurnichards et inutiles."

    Hahaha. Pouf, pouf. Les Arabes revendicatifs et violents ont capturé 200 esclaves en Islande, du temps où ils s'appellaient Barbaresques et écumaient les côtes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais qu'est-ce qu'ils sont allés foutre si loin de leurs bases, ces malfaisants ?

      Supprimer
  3. Attention, le moindre alcool, même la plus misérable bière est excessivement cher en Islande.

    Un simple apéro en douce est une activité très onéreuse!

    En tenant compte de cette donnée, et à la lecture de votre journal, je pense que vous seriez un islandais moins casanier que vous ne le postulez!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On organisera une petite contrebande familiale…

      Supprimer
  4. ....et se tremper les couilles dans une source chaude...
    Le pied.
    Mais la nuit est trop longue.

    RépondreSupprimer
  5. d'un petit peuple de trois cent mille personnes,

    Ce qui fait par ailleurs que la vie politique de ce charmant pays est réellement une affaire de famille.

    RépondreSupprimer
  6. L'islandais est aussi et je dirais surtout la dernière langue classique au monde à être parlée couramment.

    Quand aux membres du huldufólk (le peuple caché), les Vœttir (esprits) peuvent prendre plusieurs formes : trolls, elfes, afturganga (revenants), etc. Et comment ne pas y croire lorsqu'on vit sur une île où les aurores boréales, les feux follets, et autres manifestations d'un tellurisme particulièrement actif sont visibles par tous quasiment au quotidien ?

    Au final ça reste moins effrayant que la tronche de Normal 1er dans le poste à l'heure du repas. Après tout, il y a des esprits bénéfiques, on ne peut pas en dire autant des socialistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la langue, je laisserai Catherine s'en charger : elle adore ça, apprendre des sabirs imprononçables…

      Supprimer
  7. Le seul interêt de ce pays finalement, c'est que Balzac parcourant les rues de Reykjavik aurait eu bien de la peine à y trouver un crétin.

    RépondreSupprimer
  8. Un sacré peuple si vous voulez mon avis. 320.000 âmes, 170 maisons d'éditions, 32 millions d'euros de chiffre d'affaire pour 2,5 millions d'ouvrages vendus. Ça force le respect, si on veut bien considérer que l'illétrisme y est inconnu. Ce qui me les rend encore plus sympathiques, c'est que la TVA sur le livre papier est de 7%, alors qu'elle est de 25,5% pour le livre numérique. Un islandais achète en moyenne 8 livres par an. Quant aux bibliothèques de prêt, elles semblent bien fonctionner puisqu'un islandais emprunte en moyenne 9 livres par an.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le seul problème est qu'il faut accepter d'acheter des livres écrits en islandais…

      Supprimer
  9. Que le gouvernement Islandais offre 750€ par mois d'emblée au "primo-arrivants", même clandestin, puis au bout d'un an un visa, puis au bout de deux ans un rapatriements familial, le tout exonéré d'impôts et logé dans des cités à bons marché où tout ce petit monde pourra parler du pays et vous allé voir la foule qu'il y aura à l'aéroport de Reykjavik… Vos Elfes deviendront en dix ans des Elfes desouche, c'est à dire nauséabondes…
    Le gouvernement français se propose d'organiser une mission pour expliquer au Islandais comment il ont fait pour foutre la merde en France en à peine quarante ans…

    Mais bons soyons pas xénophobes…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai oublié : il faut ajouter le droit de vote et la nationalité Islandaise…
      Y Sont pas "sympas" ces Islandais?

      Supprimer
    2. Des elfes nauséabonds, ils en ont déjà : ce sont les trolls !

      Supprimer
  10. A ma connaissance les Islandais n'ont pas donné un centime aux banques ayant foutu en l'air leurs fonds de pension il y a quelques années. Certains banquiers croupissent en prison, d'autres sont recherchés. L'économie islandaise a très bien récupéré, tout en refusant les aides du FMI. Ce dernier a fini par reconnaître officiellement que la voie choisie par l'Islande n'était pas si mauvaise.

    Sinon, il sont en train de mettre le point final à leur nouvelle constitution, écrite (en partie) avec la participation directe des citoyens - à moins que ce ne soit déjà fait.

    Evidemment tout ceci a peu de chances de faire la une des produits médiatiques offert par nos Propagandastaffel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec projet de nationaliser toutes leurs ressources naturelles, si j'ai bien lu.

      Supprimer
  11. Magnifique peuple, en effet.
    Outre Björk, je recommande chaudement (c'est le cas de le dire) le groupe Sigur Ros, petits génies de l'expérimentation musicale, la bonne, celle qui débouche sur des choses écoutables. Voir la vidéo Heima, à la gloire de leur île. De petits concerts sont improvisés en des lieux improbables, y compris en pleine nature, loin de toute habitation, devant un public prévenu au dernier moment. On y admirera une certaine homogénéité ethnique, même s'ils ne sont pas tous blonds, et un étonnant mélange des genres et des âges.
    Tout cela ne devrait pas durer. Il est inconcevable qu'un pays riche ne finisse pas par accueillir quelques centaines de milliers de "défavorisés" mélaninés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la musique, j'en resterai à Boulez, je crois.

      (Smiley…)

      Supprimer
  12. Bonjour Didier, je m'étais fait la même remarque. Quel admirable pays.
    Croire aux elfes est un trésor, même si elles n'existent pas. C'est la liberté de croire en des êtres magiques, et cela soude
    fortement les liens de ce peuple.
    Que dire sur Bjork, si ce n'est qu'elle est la soeur de Jean Vincent Placé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie comparaison !

      (Et “elfe” est un mot masculin…)

      Supprimer
  13. tiens vous revoila vindicatif

    Sinon si vous aimez les contes islandais, un beau groupe de musique de la bas Of Monsters and Men

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Revendicatif, moi ? Pas du tout ! Simplement, j'aime bien faire mon désagréable, de temps en temps, juste pour le plaisir d'énerver un peu par des moyens puérils et simplets (dire “nègre” pour noir, “pédé” pour homosexuel, etc.) ; des trucs de cour d'école, quoi.

      Supprimer
  14. je pense que vous vous trompez un peu sur l'Islande. Je vous conseille la lecture d'Arnaldur Indridasson, ses romans (policiers) sont tout à fait à l'image que l'on se fait de l'Islande. Dans un de ses bouquins dont je n'ai plus le titre, il parle de ses joyeux méridionaux qui arrivent en Islande et qui sont mal acceptés par les Islandais du cru, les pécheurs...et tout le bordel anti-raciste....et richesse des cultures...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent! J'en ai lu un qu'on m'avait offert.
      Une histoire de père Noël retrouvé mort dans un placard, avec le froc sur les genoux.
      Sont présents des thème surprenants, du genre enfants de coeur, sexe, chorale... Vraiment chouette.

      Supprimer
    2. C'est "Hiver Arctique" avec en effet la petit leçon de tolérance, "ils font les boulots qu'on ne veut pas faire", "Est-ce qu'on les accueille comme il faut?. Et le dépliant émis par le ministère de l'intérieur "Your first steps in Iceland" a plein de jolies illustrations avec des familles de toutes les couleurs.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.