mercredi 21 novembre 2012

Loin

Parce que, ce matin, au volant, sous une pluie sale et monotone, au milieu de banlieues pas suffisamment lointaines pour se faire tout à fait oublier, l'envie m'a saisi d'écouter quelques chansons de Félix Leclerc, mais qu'il n'était malheureusement plus temps de le faire :




Je brise tout ce qu'on me donne
Plus je reçois et moins je donne
Plus riche que forêt d'automne
N'aide personne

Bonheur m'alourdit et m'ennuie
Ne suis pas fait pour ce pays
Avec les loups suis à l'abri
Clarté qui bouge et toi qui gigues

L'amour n'est pas sous tes draps blancs
Au fond des cieux où sans fatigue
Le vent
Matin qui joue sur l'océan

Soir de gala rempli d'enfants
Ailleurs, cher amour, on m'attend
Il faut que tu y sois aussi
Sinon je ne sors pas d'ici

Cent fois mourir homme dans tes bras
Que vivre dieu là-bas sans toi
Te l'ai dit en janvier
Te le dirai en août

10 commentaires:

  1. Didier, je vous assure, je commence à carrément me faire du souci pour vous !
    Mais d'où vous nous sortez cette chanson ?
    Il l'a écrite la veille de sa mort ou quoi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pfff ! Retournez donc à Mike Brant et à Francis Cabrel, puisque tel est votre destin !

      Supprimer
    2. Ah mais non ! Il est hors de question que je vous laisse ainsi peser sur mon destin !
      Mike Brandt, oui je vois, le pauvre. et Francis Cabrel aussi, je vois le pauvre !
      Mais il y en a d'autres, et même des chansons de Félix Leclerc qui sont plus joyeuses que celle que vous avez trouvée derrière les fagots.

      Supprimer
    3. M'enfin, qui a dit que je voulais rendre mes lecteurs joyeux ? Il y a les blogs progressistes pour ça ! Ici, c'est déprime à tous les étages, lendemains qui ne chantent pas, etc.

      Supprimer
    4. Pour remonter le moral des populations, vous avez aussi ceci, venu également du Québec et très bien chanté par Catherine Sauvage : "Quand vous mourrez de nos amours"...

      Supprimer
  2. sinon il y a le chanteur Boboïsant Raphael qui est extrèmement déprimant , d'ailleur il a intitulé une des ses chansons "dépression N°7" . Chaque fois que je l'entend , même s'il chante un autre titre , j'ai l'impression que des jeunes filles un peu fragiles franchissent le pas , en finissent avec la vie .

    RépondreSupprimer
  3. Brel, c'est pas mal non plus pour avoir le bourdon.

    RépondreSupprimer
  4. Les belles chansons mélancoliques ne dépriment pas, elles consolent.

    Un peu comme ce blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, enfin quelqu'un qui apprécie le mal qu'on se donne !

      Supprimer
  5. Robert Marchenoir23 novembre 2012 à 09:46

    Félix Leclerc, un monde qui a disparu.

    Hier, l'habitant qui avait six vieux lacs à déplacer et une ville à faire avant la nuit. Aujourd'hui, l'immigré qui vient se mettre sur le bien-être social.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.