dimanche 18 novembre 2012

Pendant ce temps, la propagande pro-palestinienne continue à la télévision française…


Je viens de faire un rapide passage devant mon écran de télévision, connecté à une chaîne diffusant un “journal”. On y expliquait (des “journalistes”, n'est-ce pas…) qu'Israël était occupé à bombarder les pauvres gens de Gaza. Comme le sujet était court, on n'a pas eu le temps, à la télévision française, de nous expliquer que l'armée israélienne ne faisait que répliquer aux tirs incessants que l'organisation terroriste et mortifère appelée Hamas fait peser sur ce pays, et aussi sur cette Palestine inexistante et en proie au chaos depuis sa pseudo-fondation. Pour les “journalistes” français, une organisation terroriste maintenant en coupe réglée un pays qui n'existe pas et qui attaque une démocratie parfaitement fonctionnelle, c'est un petit peuple courageux qui se défend

Tout le monde sait, je crois, que si la paix au Proche-Orient ne dépendait que d'Israël, elle serait signée depuis au moins quarante ans. Et, en plus, cette région du monde bénéficierait d'une prospérité enviable, portée par le dynamisme des Juifs. Encore faudrait-il, évidemment, que ces abrutis de musulmans comprennent où est leur intérêt, qu'ils voient enfin le naufrage absolu de leur “civilisation”, qu'ils reconnaissent humblement la supériorité des juifs et des chrétiens sur eux-mêmes, et de la démocratie sur leurs dictatures crasseuses, braillardes, pleurnichardes et sanguinolentes.

Je le répète une fois de plus : je n'ai rien à faire de l'islam ; je me moque tout à fait qu'ils coupent les mains de leurs voleurs, les têtes de leurs femmes adultères, les couilles de leurs violeurs ou de leurs pédés. Je veux juste qu'ils aillent le faire ailleurs que chez moi. 

Virons ces abrutis violents et incultes, quand il est encore possible.

32 commentaires:

  1. Là vous allez avoir minimum 150 commentaires.
    Je file avant qu'ils n'arrivent.

    RépondreSupprimer
  2. Il me semble que dans quelques instants,les gentils progressistes and co vont se déchaîner, pour ma part je plussoie.

    RépondreSupprimer
  3. Robert Marchenoir18 novembre 2012 à 21:17

    Elle est jolie, mais pourquoi diable tiennent-ils à mettre leurs filles dans l'armée ? Ca leur servirait de propagande, à la rigueur, on pourrait le comprendre. Si c'était le but, ça n'a pas l'air d'être très efficace...

    Les blogueurs conservateurs américains tartinent beaucoup en ce moment sur le fait que c'est une catastrophe d'avoir mis des femmes dans l'armée. Je ne vois pas pourquoi ce serait différent pour Israël.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert, la chair à canons n'a pas de sexe.
      Mais qu'est-ce qui vous donne à penser que la jeune femme de la photo est israélienne ? L'armée israélienne, comme toutes les armées, comme notre légion étrangère, recrute un peu partout.

      Supprimer
    2. Il s' agit d'une jeune d'une unité médicale , reconnaissable à son écusson:serpent entourant une torche avec l'étoile de David sur la boule de la torche.

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir18 novembre 2012 à 23:36

      En plus, c'est une infirmière ! Ils sont très forts, ces Juifs...

      La petite mine boudeuse avec la coiffure genre je sors du plumard, plus le fantasme de la femme-soldat, plus le fantasme de l'infirmière...

      Ca devrait pas être permis, d'être aussi vicieux que ça, pour un service de propagande...

      Supprimer
    4. Raisons démographiques Robert. Israël à conscience que rapport a ses hostiles voisins, sa seule population masculine ne peut faire fonctionner son système de défense.
      A.g.

      Supprimer
    5. Marchenoir, j'avais oublié votre anti-sémitisme latent.

      Supprimer
    6. Robert Marchenoir19 novembre 2012 à 17:56

      Mon cher Grandpas, êtes-vous sénile ? Ce serait votre seul alibi pour ne pas être considéré comme un abruti complet.

      Je suis un sioniste déclaré. Je passe une partie non négligeable de mon temps à dénoncer l'anti-sémitisme de l'extrême-droite, ce qui me vaut les insultes les plus ordurières de la part de nombreux "réactionnaires".

      Visiblement, le concept d'humour vous échappe. Savez-vous qu'il est possible de se moquer de gens que l'on considère par ailleurs comme ses alliés, et que l'on défend contre ceux qui les attaquent injustement ? Savez-vous qu'il est possible de parler d'autre chose que de politique ? Savez-vous qu'il est possible de bavarder sans avoir pour but, nécessairement, de distinguer les Bons et les Méchants ? Vous devriez essayer, cela vous ouvrirait des horizons.

      Je sais : votre épouse est noire.

      Non, ça n'a aucun rapport avec la choucroute, mais je m'empresse de le rappeler avant que vous ne le fassiez vous-même.

      Supprimer
    7. Le sens de l'humour, amusant vous avez très mal réagi quand je vous ai apostrophé, évoquant la taille ridicule de votre sexe et la jalousie qui en découlait, pourtant cette information est scientifiquement prouvée puisque les congolais en ont une de près de 19 cm.

      Il s' agissait d'humour mais apparemment vous ne l'avez pas pris ainsi, je sais la vérité fait toujours mal mais on fait de très bonne prothèse.

      Pour terminer, mon épouse est bien plus humaine que vous mais cela est une autre histoire que vous en pourriez comprendre, votre médiocrité crasse vous obture l' esprit.

      Supprimer
    8. Robert Marchenoir21 novembre 2012 à 20:54

      Vous êtes un grand malade, Grandpas.

      Puisque vous faites de l'humour qui ne fait rire personne, je vais faire de la psychanalyse d'urgence : les Blancs qui épousent des Noires (ça marche aussi pour les femmes) le font essentiellement pour insulter leur propre communauté.

      Vous m'accusez d'antisémitisme à rebours de toute vraisemblance, vous vous abaissez à des insultes sexuelles indignes d'un adulte (et même d'un enfant), et vous faites savoir tous les deux commentaires, en dehors de tout contexte pertinent, que vous avez épousé une Noire.

      Cela constitue votre viatique pour dire merde à tout le monde, pour mettre vos doigts dans votre nez, bref pour faire tout ce qui ne se fait pas.

      Vous avez épousé une Noire (du moins est-ce ce que vous prétendez), par conséquent vous êtes au sommet de la vertu (puisque l'anti-racisme est l'idéologie indépassable de notre temps), par conséquent vous pouvez vous comporter comme le dernier des malotrus, ayant déjà fait vos preuves par ailleurs.

      Supprimer
    9. Marchenoir,

      Deux jours de réflexion pour pondre une bouse pareille, c'est misérable.

      Sachez que se faire pas un étron tel que vous est un honneur.

      Supprimer
  4. Monsieur Marchenoir, les femmes dans l'armée israélienne sont employées dans des taches de bureau ou dans des unités de l'arrière, ce qui permet d'envoyer les hommes qui sont habituellement à ces postes dans les unités combattantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir18 novembre 2012 à 22:18

      Des unités de l'arrière ? En Israël ? Pour distinguer l'avant de l'arrière, dans spéhi, faut prendre une loupe...

      Supprimer
  5. Information d'une gravité exceptionnelle:

    La journaliste Audrey Pulvar a annoncé dimanche 18 novembre la fin de sa relation avec le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

    "La journaliste Audrey Pulvar annonce la fin de sa relation avec Monsieur Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, et poursuivra tout auteur d'atteinte à sa vie privée ou à celle de ses proches", a écrit la directrice du magazine "Les Inrockuptibles" dans un texte transmis par SMS à l'AFP.

    Les palestiniens et les israéliens vont respecter une trêve de 48 heures minimum.

    Tout se souviendra de ce jour le 18 Novembre où Dame Pulvar annonça sa séparation du bel Arnaud un peu comme pour le 11 Septembre.

    Pleurons ensemble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "J'étale ma vie privée à la une des agences de presse mais je poursuivrais tout auteur d'atteinte à ma vie privée ou à celle de mes proches."

      Cherchez l'erreur.

      Supprimer
  6. "Tout le monde se souviendra"; c'est l'émotion !

    RépondreSupprimer
  7. Il y a bien eu une tentative de réglement du problème palestinien à Beyrouth en 1982, mais les gentils onusiens ont tout fait capoter. On notera que la Vème république française, fidèle à sa tradition, a dépêché quelques bâtiments de sa flotte pour exfiltrer les locustes vers la Tunisie. Pays qui leur a gentiment montré la sortie peu après. Étonnant quand même que ce soi-disant peuple dont aucun pays arabe ne veut.

    RépondreSupprimer
  8. Tout ça n'en finira jamais…

    RépondreSupprimer
  9. Très bien.
    Le seul problème, c'est que les relais philo-israéliens dans nos pays nous empêchent juste d'agir à l'identique.
    Donc, difficile de se sentir solidaires de gens dont "la famille étendue" nous lie constamment les mains.

    RépondreSupprimer
  10. Et très jolie, la petite infirmière blonde, ethniquement européenne et accessoirement membre de l'armée israélienne.

    Une photo qui fait bien son effet sur moi, à savoir susciter un très profond et très élémentaire sentiment de proximité ethno-raciale.

    Sentiment que je vais m'empresser de réfréner, étant donné que la Licra et le Crif m'ont bien enseigné où pouvaient mener de tels sentiments...

    RépondreSupprimer
  11. "Encore faudrait-il, évidemment, que ces abrutis de musulmans comprennent où est leur intérêt, qu'ils voient enfin le naufrage absolu de leur “civilisation”, qu'ils reconnaissent humblement la supériorité des juifs et des chrétiens sur eux-mêmes, et de la démocratie sur leurs dictatures crasseuses, braillardes, pleurnichardes et sanguinolentes."

    Didier Goux

    "L'ennemi d'une civilisation n'est pas tant son adversaire externe que son étiolement interne."


    N. Gomez Dàvila.


    Lequel de ces deux penseurs est plus à même de PENSER ce qui survient ?...


    RépondreSupprimer
  12. Je ne comprends pas Goux. Vous trouvez normal qu'Israël continue de s'emparer de territoires, si j'ai bien compris, et vous ne supportez pas que les Arabes ne soient pas contents et bombardent Israël. En plus, vous pensez que les Allemands sont civilisés!
    Jard.

    RépondreSupprimer
  13. L'importation massive d'adversaires externes, ne contribue t-elle pas à l'étiolement interne d'une civilisation ? Non, ça se saurait.
    Charles Robert.

    RépondreSupprimer
  14. C'est justement parce qu'elle s'étiole de l'intérieur qu'elle accueille massivement (et passivement) ses adversaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle aurait donc pris goût à l'étiolement et choisit de son plein gré, de l'amplifier, de l'accélérer, dans un élan euthanasique. C'est pas impossible. Difficile de savoir qui de l'œuf ou de la poule...
      Charles Robert.

      Supprimer
  15. ce que je n'ai jamais compris avec les médias français et la gauche en général c'est la façon dont ils passent du juif victime d'un antisémitisme intolérable quand il se fait agresser en France au Juif fasciste très méchant quand il se fait agresser en Israel .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez dû rater une étape. Depuis que l'antisémitisme en France est le fait des Arabes, il n 'est plus si intolérable que ça pour les médias de gauche.

      Supprimer
  16. Commissaire Politique Politrouk19 novembre 2012 à 20:06

    A été effacé de la photo de groupe comme à la grande époque.
    L T

    RépondreSupprimer
  17. Tout est dit et bien dit. ET en plus on ne risque pas de confondre avec un édito de Libération.
    C'est rafraichissant.

    RépondreSupprimer
  18. Commissaire Politique Politrouk20 novembre 2012 à 09:11

    C'est un penchant très gauche d'engager en premières lignes des femmes : Armée Rouge, Républicains espagnoles, Rot Armee Fraktione, etc

    RépondreSupprimer
  19. Le chien et les chacals

    Du coquin que l’on choie, il faut craindre les tours
    Et ne point espérer de caresse en retour.
    Pour l’avoir ignoré, maints nigauds en pâtirent.
    C’est ce dont je désire, lecteur, t’entretenir.
    Après dix ans et plus d’homériques batailles,
    De méchants pugilats, d’incessantes chamailles,
    Un chien estoit bien aise d’avoir signé la paix
    Avecque son voisin, chacal fort éclopé
    A l’allure fuyante, que l’on montroit du doigt,
    Qui n’avoit plus qu’un oeil, chassieux de surcroît,
    Et dont l’odeur, partout, de loin le précédoit.Voulant sceller l’événement
    Et le célébrer dignement,
    Le chien se donna grande peine
    Pour se montrer doux et amène.
    Il pria le galeux chez lui,
    Le fit entrer, referma l’huis,
    L’assit dans un moelleux velours
    Et lui tint ce pieux discours :
    « Or donc, Seigneur Chacal, vous êtes ici chez vous !
    Profitez, dégustez, sachez combien je voue
    D’amour à la concorde nouvelle entre nous !
    Hélas, que j’ai de torts envers vous et les vôtres,
    Et comme je voudrois que le passé fût autre !
    Reprenez de ce rôt, goûtez à tous les mets,
    Ne laissez un iota de ce que vous aimez ! »L’interpellé eut très à cour
    D’obéir à tant de candeur.
    La gueule entière à son affaire,
    Il fit de chaque plat désert
    Cependant que son hôte affable
    Se bornoit à garnir la table.
    Puis, tout d’humilité et la mine contrite,
    En parfait comédien, en fieffée chattemite,
    Il dit : « Mais, j’y songe, mon cher,
    Nous voici faisant bonne chère
    Quand je sais là, dehors, ma pauvrette famille :
    Mes épouses, mes fils, mes neveux et mes filles,
    Mes oncles et mes tantes que ronge la disette,
    Toute ma parentèle tant nue que maigrelette.
    Allons-nous les laisser jeûner jusqu’au matin ? »
    « Certes non ! » répliqua, prodigue, le mâtin,
    Qui se leva, ouvrit, et devant qui passèrent
    Quarante et un chacals parmi les moins sincères.
    Sans tarder cliquetèrent les prestes mandibules
    Des grands et des menus, même des minuscules.
    Ils avoient tant de crocs, de rage et d’appétit,
    Ils mangèrent si bien que petit à petit
    Les vivres s’étrécirent comme peau de chagrin
    Jusqu’à ce qu’à la fin il n’en restât plus rien.

    Ce que voyant, l’ingrat bondit :
    « Ah ça, compère, je vous prédis
    Que si point ne nous nourrissez
    Et tout affamés nous laissez
    Tandis que vous allez repu,
    La trêve entre nous est rompue ! »

    Ayant alors, quoi qu’il eût dit,
    Retrouvé forces et furie,
    Il se jeta sur son mécène,
    Et en une attaque soudaine il lui récura la toison,
    Aidé de toute sa maison.
    Puis, le voyant à demi mort,
    De chez lui il le bouta hors.
    Et l’infortuné crie encore
    «La peste soit de mon cœur d’or ! »

    Retenez la leçon, peuples trop accueillants :
    À la gent famélique, point ne devez promettre.
    Ces êtres arriérés, assassins et pillards
    Marchent en rangs serrés sous le vert étendard.
    Vous en invitez un, l’emplissez d’ortolans,
    Et c’est jusqu’à vos clefs qu’il vous faut lui remettre.

    Jean de La Fontaine

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.