mardi 28 janvier 2014

Du second degré, vous croyez ?


Les caricaturistes ont des cheveux à se faire, maintenant que les hommes politiques semblent décidés à prendre en charge eux-mêmes leur propre caricature. Relayé avec un sérieux imperturbable par un blogueur, généralement fort peu embarrassé par son sens de l'humour et de la dérision, je découvre le programme électoral de l'inénarrable Christophe Girard, que les habitants du quatrième arrondissement de Paris vont devoir se coltiner comme édile à compter de mars prochain – mais c'est bien fait pour eux, c'est rien que des bobos écolo-socialistes.  Cet ébouriffé modernœud va donc s'engager et se battre

pour un 4e innovant, rassembleur et citoyen.

Comme il n'y a pas lieu de soupçonner M. Girard d'être aussi grammaticalement défavorisé qu'un blogueur de base, et encore moins aussi niais que le gros de ses électeurs, on imagine avec plaisir la franche rigolade qui a dû présider à l'élaboration de ce slogan, précipité parfait du progressisme à la parisienne. On se prend à rêver d'être caché sous la table du brain storming, au moment où jaillit la source pure. Après un assez long silence bourdonnant de respect informulable, le naïf du groupe : « Euh… je vais sans doute dire une connerie mais… c'est quoi, un arrondissement innovant, au juste ? Je demande ça parce qu'on va sûrement me poser la question, dans ma rue… » Après avoir levé les yeux vers les moulures, les autres lui expliquent que c'est un arrondissement qui, contrairement aux autres, confortablement assoupis dans leurs trois ou quatre pâtés de maisons, va se mettre à bouger, à déborder subrepticement sur le premier ou dégouliner vers le cinquième, remplacer ses lampadaires par des cracheurs de feu participatifs, instaurer une taxe sur les chaussures trop bien cirées, des choses dans ce genre-là.

« Ah, ouais, d'accord ! Comme ça, je vois mieux, en effet… Et pour le côté rassembleur, on dit quoi ? » Nouveau regard braqué vers le plafond à caissons, puis un futur conseiller arrondi explique que la totalité des habitants, toutes les nuits séparant le samedi du dimanche, seront regroupés dans l'île Saint-Louis, afin d'apprendre à mieux se connaître et vivre ensemble – des orchestres et des spectacles de rue seront bien entendu mis en place, ainsi que des points de location de rollers.

« Génial ! postillonne le naïf, en refusant d'un geste bref le joint qui circule depuis le début du storming. Il faut sortir les gens de leur isolement morose, oui ! leur rendre le sens de la fête…
– … et de l'équilibre, à cause des rollers », ajoute la forte tête, que nous sommes quelques-uns à soupçonner de sympathies droitières refoulées. Le naïf ne se laisse pas désarçonner : « Bon, et pour “citoyen”, c'est quoi la ligne ? »

Un silence se fait ; les brains passent en mode surchauffe, mais rien ne vient. Heureusement, le futur maire arrondi sauve la situation, au moment crucial où de légères fumeroles commencent à poindre des calvities : « Citoyen n'est là que pour respecter le rythme ternaire, car tout n'est pas à rejeter de l'ancien monde ni des manières passéistes de s'exprimer ! C'est une façon de fermer les guillemets, on va dire. »

On se lève et se sépare ; avant de quitter la salle, le naïf fait disparaître le contenu des cendriers.

21 commentaires:

  1. "encore moins aussi niais que le gros de ses électeurs" : je précise que ce n'est pas moi, je ne vote pas dans le 4ème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme l'information. Et j'ajouterai que le citoyen J. ne possède aucun compte en Suisse, bien qu'il soit de gauche.

      Supprimer
  2. Le plus drôle c'est qu'ils vont gagner…
    Tous Citoyen participatif et festif! (y z'ont oublié “Ludique!” : Les cons…)

    RépondreSupprimer
  3. Plutôt que sur l'île Saint-Louis, on pourrait "rassembler" les citoyens dans un vélodrome avant de les emmener prendre le train... Ah oui, non, ça a déjà été fait, ce ne serait pas "innovant".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous voyez que ce n'est pas si simple, d'être innovant…

      Supprimer
  4. Pas comme Gégé Miller...

    Des slogans n'ayant aucun sens, cela permet de faire des programmes irréalistes et donc de se faire élire sur du vent.

    En fait c'est facile la politique, suffit de rassembler des mots et de les lire avec le plus de sérieux possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La politique n'est pas si facile que vous le dites, car il faut pouvoir lire les mots sans éclater de rire, justement.

      Supprimer
    2. Ils n'ont pas d'humour.... ça doit aider...

      Supprimer
  5. Et les cadenas, on n'en a pas parlé, des cadenas ? Il reste encore des ponts à Paris qui rappellent les heures les plus sombres, et ça c'est juste intolérable. J'ai presque envie de dire qu'on est en retard sur la Norvège !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande si cette connerie des cadenas sur les ponts n'est pas venue d'Italie : à Rome, depuis plusieurs années, c'est une véritable calamité !

      Supprimer
  6. Il me semble qu'une des actions innovantes pouvant illustrer ce slogan à merveille serait de reconquérir la Place de la Bastille dans sa totalité. En effet d'après Google map il semblerait que 40% seulement de cette illustre place, symbole de citoyenneté et de rassemblement, appartient au 4e Arrondissement. Sus aux 11e et 12e !

    RépondreSupprimer
  7. Je vous trouve un tantinet persifleur, mais vous voyez juste, et ça fait mal, enfin presque.

    Un 4e innovant, « c'est promettre beaucoup, mais qu'en sort-il souvent ? Du vent. »
    « La montagne qui accouche », La Fontaine.

    RépondreSupprimer
  8. Je constate des manques graves :
    "pour un 4e innovant, rassembleur et citoyen, équitable et écolo-durable. Et festif !" me semblerait plus porteur.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai oublié "culturel et sportif"

    RépondreSupprimer
  10. C'est comme grand remplacement, qu'est-ce que ça veut dire au juste?

    Emily

    RépondreSupprimer
  11. Robert Marchenoir28 janvier 2014 à 18:41

    "Citoyen" veut dire de gauche, tout simplement. Comme "républicain", d'ailleurs. Vérifiez : ça colle toujours.

    RépondreSupprimer
  12. Le langage politique consiste, de moins en moins, à produire du sens, mais à envoyer des messages codés.
    S'il s'agissait d'une réunion des candidats FN , ils auraient sorti " un 4ème de souche, sans immigrés (ce sont les souchiens qui passeront ramasser les poubelles) ni ploutocrates"; des candidats UMP : "d'un 4 ème dynamique, travailleur et en phase avec le XXI ème siècle", etc.

    RépondreSupprimer
  13. Et le slogan, il est à faible émission de CO2?
    Les écolos ne sont plus ce qu'ils étaient...

    SebVer

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.