dimanche 12 janvier 2014

Qui est progressiste ? Et qui réactionnaire ?


A priori, cette double question ne mérite même pas trois lignes dans un blog : est progressiste toute personne se situant à gauche d'un centre imaginaire, réactionnaire celle qui a pris place à droite de la ligne de démarcation. Mais qu'en est-il dans les faits ?

Si l'on en juge d'après les “luttes” qui prétendent se mener aujourd'hui, en ce moment même peut-être, les “combattants” n'ont guère qu'un seul slogan, qu'il s'agisse de la question des retraites, de la réforme de l'État, de celle des territoires, du statut des fonctionnaires, de la question sociale, des licenciements massifs, du traitement du chômage, de l'Éduc' nat', etc. : il faut préserver les avantages acquis. Ce qui, on en conviendra je pense, n'est pas d'un progressisme bien virulent. On peut être totalement tendu vers l'avenir, ainsi qu'ils aiment à se peindre, tout en s'arcboutant sur un présent en train de virer au passé.

Sur toutes questions relevant plus ou moins de la science, c'est encore pis. L'idéal progressiste consiste à mettre un terme à l'énergie nucléaire et à ne surtout engager aucune recherche sur le gaz de schiste, au profit de moulins post-modernes qui, non contents de ne produire que fort peu d'énergie, sont en outre incapables de transformer le moindre grain de blé en farine. Cela au nom des bougies qu'ils ont allumées devant leur nouvelle icône, le principe de précaution – qui est le nouveau nom de l'obscurantisme. Qui est “pour” l'énergie nucléaire et la recherche massive à propos des gaz en question ? Moi, le vilipendé réactionnaire.

Il en va de même pour les fameux OGM, qui n'ont jamais, en plus de 20 ans de culture intensive, causé le moindre décès, mais dont nos progressistes détournent leurs regards avec force indignation. Ne parlons même pas des biotechnologies lorsqu'elles concernent l'homme… Qui est “pour” les OGM et l'exploration systématique des ressources que la génétique laisse entrevoir ? Moi.

On atteint au plus pur comique lorsque l'on voit les troupes progressistes se mobiliser pour empêcher les commerces d'ouvrir le dimanche, ce qui revient, in fine, à défendre le Jour du Seigneur et son repos sacré.

Sauvegarde des avantages acquis, application aveugle du principe de précaution (grâce auquel nos  très lointains ancêtres se seraient soigneusement gardés de domestiquer le feu, car c'est quand même un truc vachement dangereux) : si c'est cela, être progressiste, et en effet ce l'est, je ne suis pas près de cesser de me vautrer dans le réactionnariat, je vous le dis.

62 commentaires:

  1. Le feu est dangereux oui , mais la massue c'est encore pire : La preuve en est le matraquage médiatique ...
    Les média sont donc la forme la plus aboutie de la massue ...
    Bon , bien sûr l'humanité a également inventé la clef à molette , ce qui n'est pas rien ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans compter le trombone, qui peut être une arme blanche redoutable, quand elle est correctement maniée.

      Supprimer
    2. Un piano manié avec habileté peut aussi faire beaucoup de dégâts.

      Supprimer
    3. Le trombone à couilles lisses alors ! ...

      Supprimer
    4. Ça, c'est plutôt un trombone à répétition, abandonné par la plupart des orchestres symphoniques dès les années 1880, à cause du trop grand nombre d'accidents du travail qui en résultait.

      Supprimer
    5. Rien compris. Qu'est-ce qu'un "trombone à répétition" ?

      Supprimer
    6. Robert Marchenoir12 janvier 2014 à 21:42

      Geoooooorges, allez voir ma photo !

      Supprimer
    7. Pardon, je n'avais pas vu qu'il y avait un lien. Un trombone à répétitions m'évoquait plutôt ces musiciens qui se font remplacer pendant les répétitions, pour pouvoir aller courir le cacheton ailleurs, et revenir toucher leur salaire à la représentation. On parle souvent des "contrebasses de répétitions". Le chef (ou son assistant) fait travailler l'orchestre, parfois très en détail, avec des musiciens qui ne seront pas là pour le concert… Autant pisser dans un violon, ou plutôt dans une contrebasse.

      Supprimer
    8. Pisser dans une contrebasse laisse une marge de sécurité beaucoup plus confortable.

      Supprimer
  2. Ça me rappelle un petit bouquin, de même pas 70 pages, préfacé par Chevènement...
    Comme quoi, hein.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais moi, j'ai fait plus court ! (Même si vous-même n'avez pas fait bien long…)

      Supprimer
  3. "Vautrer" est le bon verbe.

    Emily

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est à cela qu'on reconnaît les réactionnaires authentiques : ils essaient d'employer toujours le bon verbe. contrairement aux progressistes qui passent leur temps à tordre le sens des mots afin de masquer les réalités parfois désagréables qu'ils désignent.

      Supprimer
    2. Mais comment peut-on discuter avec quelqu'un qui se prénomme "Emily" ?

      Supprimer
  4. La frontière n'est pas évidente. Les thèmes que vous abordez sont de bons exemples. Le blocage de la recherche sur le gaz de schiste ou en partie sur les OGM n'est pas progressiste, je suis pour relancer le débat sur la question; préserver les avantages acquis, non, si c'est au détriment d'autres avancées sociales pour le plus grand nombre......etc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la recherche qui compte, le "débat" n'a rien à faire ici. De quoi pourraient bien "débattre" des gens comme vous et moi, totalement (au moins en ce qui me concerne) dépourvus des connaissances de base qui nous permettraient de nous faire une opinion qui ne soit pas de pur principe ?

      Supprimer
    2. Oui, enfin le débat sur la recherche, la pré recherche quoi...suis con, je.commente toujours au premier degré...ceci dit peut être qu'avec notre petite expérience on ferait moins de conneries que d'autres. Rechercher un consensus.....oui je sais ,c'est un pléonasme.

      Supprimer
    3. Dans ce cas, recherchons plutôt un pléonasme : au moins, on est sûr que ce ne sera pas un consensus.

      Supprimer
    4. Vous pouvez aussi rechercher un oxymore. Encore que, phonétiquement, "oxymore" est un pléonasme.
      Consensus : un mot qui commence mal mais qui finit bien.

      Désolé
      Duga

      Supprimer
  5. Réponses
    1. ?

      Encore un sigle qui m'est inconnu…

      Supprimer
    2. Mais si, vous le connaissez ! Tout Le Monde S'en Branle ! Très en vogue au tout début des blogs… Franchement, quel peut être l'intérêt de se demander si l'on est réactionnaire ou progressiste, je ne vois pas. Les réactionnaires sont aussi pénibles que les progressistes, c'est en tout cas ce qu'on constate tous les jours.

      Supprimer
    3. Ah, mais c'est que je n'existais pas encore, moi, au début des blogs !

      (Sinon, c'est vrai qu'on s'en branle un peu…)

      Supprimer
  6. CQFD, vous n'êtes pas plus réactionnaire qu'ils sont progressistes. Cette grille de lecture appartient au siècle passé, et ne vaut rien pour comprendre les enjeux du siècle en cours.

    RépondreSupprimer
  7. Mouarf ! Voilà un billet que j'aurais pu faire (pour le fond, pour la forme, je n'ai évidemment pas les mêmes capacités à écrire). Ça me faisait rigoler du temps de Sarko de voir les progressistes lutter contre les réformes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À force d'être d'accord sur tout, on va finir par boire des bières ensemble, vous allez voir !

      Supprimer
    2. Ça serait bien, je n'ai jamais bu un coup avec un réac sympathique. Bon il faudrait éviter la croix gammée à la Comète, ça ferait désordre, par contre le pantalon velours gros sillon et les poils dans les oreilles ça ne dérange pas.

      C'est en Espagne sur la photo?

      Supprimer
    3. Non, en Californie, apparemment.

      Supprimer
    4. La croix gammée ou svastika est avant tout un symbole religieux notamment en Inde dans la symbolique jaïne, hindoue et bouddhique, en Océanie, aux Amériques (Amérique précolombienne chez les Mayas et amérindiens Navajos et kunas) et plus incroyable dans une synagogue celle d'Ein Gedi, construite durant l’occupation romaine de Judée.

      Il me semble avoir bu une bière avec un mec freluquet selon son copain de comptoir , il avait appris ce soir là qu'il était Grand-père c'est pas bien de mentir

      Supprimer
    5. Je ne suis pas freluquet mais svelte. Et puis à l'époque vous ne faisiez pas partie de la horde réactionnaire. Putain, 2 ans déjà?

      Supprimer
    6. Si, vous ne la saviez pas et de toute je préfère être dans une horde de réactionnaires qu'un mouton de Panurge mais vous êtes pardonné par votre amour des V8

      Supprimer
    7. Je sais ma bonté me perdra!

      Supprimer
  8. Cette assemblée de vilaines éoliennes existe vraiment, si c'est oui, je plains les oiseaux qui passent dans le coin..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je soupçonne le "photoshoppage"…

      Supprimer
    2. Vous aussi vous êtes complotiste ?

      Supprimer
    3. Les ombres des éoliennes sont en effet étonnantes et laisse planer la suspicion.

      Supprimer
    4. Les "fermes" d'éoliennes sont loin d'être rares aux USA, qui d'ailleurs reviennent sur cette lubie en abandonnant au pourrissement ces équipements qui produisent moins qu'ils ne coûtent. Voir ce billet : http://koltchak91120.wordpress.com/2013/12/30/leolien-est-une-impasse-ou-comment-le-gouvernement-nous-mene-droit-dans-le-mur/
      Mais ne vous inquiétez pas, les gouvernements français ayant pour habitude de ne copier les USA que pour ce qui relève des stupidités, la construction de telles saloperies viendront sous peu chez nous.

      Supprimer
    5. Non a priori elles sont au col de tehachapi , juste avant le désert des mojaves. Ha si j'osais je tenterai un très progressiste tehachapi ? Chapeau :.)
      Ok! je sort ...

      Supprimer
    6. Petit Louis : en effet, vous semblez avoir raison. Je suis bien content de n'être pas un Téhachapien de souche, moi…

      Supprimer
    7. Je confirme. Mon fils habite non loin de San Francisco et m'a déjà envoyé une photo ressemblante.
      Je confirme aussi qu'il y a de nombreux parcs qui sont aussi à l'abandon.

      Pas désolé
      Duga

      Supprimer
  9. La beauté de notre époque c'est de voir les réactionnaires pour la nouveauté et les progressistes conservateur, sauf les écolos qui sont pour une bouffe sans conservateur mais pour un retour au valeur de la terre et de la bougie. Vive le réactionnaire progressiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais mieux réactionnaire de progrès : ça vous a un petit côté "parti centriste des années soixante-dix" pas déplaisant du tout.

      Supprimer
  10. J'adhère à votre propos. Toutefois quand je vois comment ça évolue et çà progresse, je me dis qu'une forme d'inertie n'est pas totalement négative.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Inertie sera peut-être notre luxe ultime.

      Supprimer
  11. Un livre à lire:

    Jean de Kervasdoué (attention, il est socialiste! ) " La peur est au-dessus de nos moyens -Pour en finir avec le principe de précaution", Plon

    Une jolie phrase de la conclusion:

    « Comme la peur, le principe de précaution est tout, sauf un bon conseiller (...). Le principe de précaution serait interdit si on l’appliquait à lui-même, tant il est dangereux ».

    Et un bref compte-redu:

    http://www.marianne.net/Principe-de-precaution-ou-de-paralysie-sociale_a201894.html



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un socialiste combattant le principe de précaution est un social-traître : on ne me la fait pas.

      Supprimer
  12. TLMSB Tout le monde se bouge
    Je comprends mieux pourquoi dans l'échiquier politique on me classe centre gauche . Je suis en fait un Réacprogréssiste et à lire ce billet (nouveau lecteur) je ne suis pas le seul ?
    vincent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas, vous devez être le seul centre-gauche…

      Supprimer
  13. Il semble bien que ce site existe à Juchitan, au Mexique . Déja 500 ventilateurs installés , bientôt
    5.000 si tout va bien . Ce coin est une exception mondiale : le vent souffle 24/24 toute l ' année .
    Les paysans tout contents de louer leurs arpents commencent à déchanter : la terre est plus ou moins
    ravagée par les chantiers , et l ' électricité produite est trop chère pour les indigènes , donc elle est
    exportée !

    Jérôme
    Une éolienne c ' est bruyant ( du moins en Bretagne ... ) mais 5.000 ???


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En sortant de l'éole
      Nous avons rencontré
      Un grand chemin de fer
      Qui nous a emmenés…

      Supprimer
    2. Où peut se trouver leur éole ?
      Au milieu des avoines folles ?
      Et leur maître est-il ce corbeau
      Que je vois dessiner là-haut
      De belles lettres au tableau ?

      Supprimer
  14. Le Réactionnaire laisse faire, le Progressiste se mêle de tout...
    Mais qui bosse finalement ? Le Libéral individualiste ?

    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et qui nous dit que des progressistes ne bossent pas plus que vous? mieux que vous?

      Supprimer
    2. Mieux et plus, l'idéal représenté par Stakhanov... On sait se qu'il en est advenu.
      Et puis, tous les philosophes vous le diront : l'altruisme pure n'existe pas.

      Amike

      Supprimer
    3. Ce qui est certain, c'est que les progressistes sont entrain de bosser durement dans les écoles afin de façonner les mômes à leur convenance.

      Je n'aurai qu'une chose à dire, papa porte une robe.

      Supprimer
  15. "les troupes progressistes se mobiliser pour empêcher les commerces d'ouvrir le dimanche," euh vous êtes sûrs que tous les réacs sont d'accord?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que non ! Mais voir des "réacs" défendre le repos sacré du dimanche me paraît davantage dans l'ordre des choses.

      D'un autre côté, l'ordre des choses…

      Supprimer
  16. Excellent mon Cher! 2014 commence vraiment bien!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.