lundi 20 janvier 2014

Un peu moins d'attrait à ce monde

Claudio Abbado, 26 juin 1933 – 20 janvier 2014

Deuxième symphonie de Gustav Mahler, festival de Lucerne, 19 août 2003.

35 commentaires:

  1. Réponses
    1. Non, j'aurais pu mettre un lien vers le disque en question.

      Supprimer
  2. J'ai eu le même sentiment quand Pauline Carton a disparu. On se sent orphelin. Et puis le temps passe, les douleurs s'atténuent, la vie continue, et on finit par ne garder au fond de soi que le fantôme d'une douleur atroce. Courage, Didier !

    RépondreSupprimer
  3. Ne me demandez pas de m’apitoyer , je ne me suis toujours pas remis de la disparition de Karajan, ce salaud ayant eu l indélicatesse de s'en aller avant qu'il ne me soit donné l occasion de "l'écouter" , en vrai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le problème avec les nazis : on ne peut jamais compter sur eux.

      Supprimer
    2. C'est malin, on va encore crier au complot. Maintenant il n'y a plus que des Juifs parmi les grands chefs d'orchestre.

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir21 janvier 2014 à 16:52

      Et je ne vous parle pas des violonistes (qui ont triché aux concours). Heureusement, beaucoup sont morts.

      Supprimer
  4. Cet homme avait de la classe…

    RépondreSupprimer
  5. Robert Marchenoir21 janvier 2014 à 00:09

    Et je vous dis pas ce que ce sera lors de la mort de Mick Jagger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce jour-là, je crois que je resterai au lit toute la semaine.

      Supprimer
  6. La mort de Lou Reed fut un coup bien plus sévère pour la musique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celle de Luis Mariano fut encore bien pis.

      Supprimer
    2. Quelque chose me dit que Marco Polo ne plaisante pas du tout…

      Supprimer
    3. Quelque chose m'a dit la même chose…

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir21 janvier 2014 à 14:48

      Lou Reed est mort ?

      Supprimer
    5. Je crains qu'il ne soit en effet très sérieux !

      Supprimer
    6. Il était si peu vivant que sa mort est passée tout à fait inaperçue.

      Supprimer
  7. Je ne comprends vraiment pas ce que tout le monde a avec cette Deuxième de Mahler par Abbado. En revanche, sa Septième (celle avec Berlin) est à couper le souffle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est par ce disque-là que je suis “entré" dans Mahler : je suppose que ça doit jouer. Et je continue à préférer cette symphonie par Abbado plutôt que la version de Bernstein. Mais je serais, évidemment, bien incapable de dire pourquoi.

      Supprimer
    2. Oui, ça je sais, vous me l'aviez dit. Mais apparemment vous n'êtes pas le seul. (Il se trouve que la première fois que j'ai vu Abbado diriger, c'était précisément dans cette symphonie là, au Théâtre des Champs Élysées.) Il est impeccable, évidemment, mais je trouve qu'il lui manque une dimension. Sans doute l'aurait-il trouvée s'il l'avait enregistrée beaucoup plus tard, c'est en tout cas ce qu'on se dit en projetant sur cette partition ce qu'on a entendu de lui avec d'autres œuvres de ce calibre. Il a beaucoup changé après 2000… Bernstein n'est pas très bon au disque dans Mahler, je trouve, mais j'ai eu la chance d'entendre un jour une bande radio de Résurrection qui était époustouflante.

      Supprimer
  8. Didier, est-ce que "attrait à ce monde" est absolument correct ? La forme originale peut-être ? J'aurais mis "envers" plutôt que "à". Je n'arrive pas à me souvenir d'avoir lu "attrait à" quelque part. Et quand je gougueule, j'arrive...ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rétablissez la forme verbale “je trouve”, qui est sous-entendue, et vous verrez que c'est correct (en fin, il me semble) : Je trouve un peu moins d'attrait à ce monde.

      Supprimer
    2. "Un peu moins d'attrait pour ce monde" pourrait-il vous réconcilier ?

      Supprimer
    3. Dans ce cas, ne faudrait-il pas écrire "un peu moins d'attraitS à ce monde" ?
      Geneviève

      Supprimer
    4. En fait, je crois que "l'un et/ou l'autre se dit, ou se disent" :-)
      Geneviève

      Supprimer
    5. Dites donc, les filles (pardon, Monsieur Bar…), vous comptez me concasser les burettes encore longtemps ?

      Supprimer
  9. Toute ce déversement et déchaînement culturel chez tes commentateurs quand tu fais un billet de feignasse (en plus) me laisse admiratif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jaloux ! Mais vous avez raison : on se demande parfois pourquoi on se casse le fion à faire des phrases.

      Supprimer
  10. Johnny ne meurs pas, je n' ai pas envie de t'écouter en boucle durant 48 heures, rappelons nous Michael, j'ai failli vomir de surdose.

    Pour moi ce fut Alfred Deller, depuis il n' y a rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et n'oublions pas que la musique s'est arrêtée à Guillaume de Machaut et la littérature à Homère.

      Supprimer
    2. Pas d'accord, il y eut François Villon.

      Supprimer
  11. Pour ceux que ça pourrait intéresser, la Neuvième de Mahler par Abbado, gratuitement jusqu'au 31 janvier, ici : http://fr.medici.tv/?utm_source=facebook&utm_medium=cpc&utm_term=FR+-+Fans+d%27Abbado&utm_content=Concert+gratuit&utm_campaign=20140123+-+Catalogue+-+Abbado#!/claudio-abbado-mahler-9-lucerne-festival-2010

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.