mardi 14 janvier 2014

Révolution inouïe en Hollandie


Cette fois, la solution à tous les problèmes de la France est bel et bien là, et on se demande comment et pourquoi nul n'y avait pensé auparavant. Il y a cinq minutes, le président de la République, un certain François Gayet, a annoncé qu'allait être créé un

Observatoire des contreparties

Saisi d'admiration devant une si grandiose initiative, j'ai aussitôt cessé d'écouter M. Gayet.

J'ai peut-être eu tort.

27 commentaires:

  1. On observe jamais assez les contreparties, bordel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au lieu de m'engueuler, vous feriez mieux d'admirer le courage dont je fais preuve en écoutant Pépère en direct !

      Supprimer
    2. Je vous admire d'autant plus que je n'ai pas allumé le poste.

      http://youtu.be/8fRYzA_GtZE

      Supprimer
    3. Moi je bosse...

      Vous avez signalé votre départ à l'observatoire des cons partis ?

      Supprimer
    4. Récemment, Mademoiselle Gayet a créé un Observatoire des Parties
      Par souci d'équilibre, de justice et de répartition équilibrée des pouvoirs, il est donc normal qu'il y ait un Observatoire des Contreparties.

      Départi
      Duga

      Supprimer
  2. Saluons donc le courage de ceux qui vont l'écouter jusqu'au bout...enfin, on va essayer !

    RépondreSupprimer
  3. Vous avez signalé votre départ à l'obsewvatoiwe des cons pawtis ?

    RépondreSupprimer
  4. Ma femme a sursauté : " Observatoire des contreparties ? Mais qu ' est-ce que je vais devenir chéri , moi
    qui suis tout contre ? " Comme disait l ' autre ... : )

    Labolisbiotifool

    RépondreSupprimer
  5. Robert Marchenoir14 janvier 2014 à 21:18

    Il y a aussi le Conseil de l'Attractivité.

    RépondreSupprimer
  6. Robert Marchenoir14 janvier 2014 à 21:50

    Ce qu'il faut remarquer, aussi, c'est la qualité extraordinairement mauvaise de la langue utilisée par le président. Il parle vraiment français comme une vache espagnole.

    S'il s'était trouvé que pour la Syrie il aurait été possible de faire une frappe, nous étions en capacité de la faire. Peu de pays peuvent avoir cette souveraineté.

    Gnééé ? Interprète, s'il vous plaît ?

    Pourquoi ce serait aux entreprises de payer la politique familiale ? C'est une question légitime.

    La reprise est là. La croissance attendue est de l'ordre de 1%. Il y a une tendance à l'inversion de la courbe du chômage. Mais très lentement. S'il n'y a pas d'accélération, il n'y a pas d'espoir d'une reprise vigoureuse. Est-ce que la France prend le wagon de queue ou essaie d'être une locomotive ? J'ai voulu prendre les devants et être en avant.

    Je n'en ai pas terminé avec mes exigences de redistribution, de justice.

    Etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un des nombreux points communs entre l'actuel président et son prédécesseur : ils parlent tous deux une langue immonde.

      Supprimer
    2. Mais ne voyez-vous pas le parallèle avec l'éducation nationale, dont ils ont fait baisser le niveau pour s'adapter aux chances pour la France?
      Son discours était audible. Chiant mais audible.

      Supprimer
    3. Merci. Ponctuation aidant, la compréhension est bien meilleure à la lecture. Les discours de notre "grand homme" gagneraient à être sous-titrés.

      Supprimer
  7. Hollande est plus dans les traces de Sarkozy qu'on pourrait le croire.
    Que n'a-t-il répéter des jours durant devant son miroir ?

    "Trierweiler plus pour Gayet plus, ou Gayet moins pour Trierweiler moins ..."

    Amike

    RépondreSupprimer
  8. Comme d'habitude, les idolâtres se pâment et les réalistes vont vomir leur déjeuner devant tant d'âneries débitées par groupe de trois mot, lamentable!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par groupe de trois mots quand tout va bien. Vous avez remarqué que Manu le Valseur fait pareil ? Ils ont acheté un stock de "…" au rabais : on en a pour vingt ans, le temps qu'ils les écoulent.

      Supprimer
    2. C'est peut-être un dommage colatéral de la pratique de l'oreillette.

      Supprimer
    3. Ah, je n'y avais pas pensé, tiens. C'est possible, mais je crois qu'il y a autre chose…

      Supprimer
    4. J'ai aussi fait quelques expériences sur l'effet d'un écho dans la sonorisation. Certains en bégayent jusqu'à ne plus pouvoir dire un mot, d'autres y sont totalement insensibles. Cela dépend du point auquel ils "s'écoutent parler".
      Un écho non désiré peut parfaitement être introduit par une oreillette, notamment si il y a une salle entière de conseillers qui suit le discours.

      Supprimer
    5. J'ajoute que l'effet peut devenir persistant et que donc de trop longues séances de "média-training" mal conçues peuvent induire un défaut d'élocution définitif...

      Supprimer
    6. J'aurais aussi dû mentionner une observation intéressante : les femmes qui ont une voix sensuelle ne s'écoutent pas du tout parler. En jargon d'ingénieur on dit qu'elles parlent "en boucle ouverte".

      Supprimer
  9. Création d'observatoires, de comités, de conseils et tout cela pour rémunérer des tocards à rien faire avec l'argent des contribuables.

    Pour économiser les 50 milliards qu'Hollande veut économiser il faudrait mieux commencer par ne pas augmenter les dépenses salariales de l'Etat avec des emplois fictifs.

    Pour le reste, Hollande est un social-démocrate Français c'est à dire un socialiste étatique donc rien de nouveau...

    RépondreSupprimer
  10. Encore un moyen de filer du boulot aux amis.
    On leur dit que ça suffit le socialisme, que font-ils? Ils nous en rajoutent.
    Quelle arnaque ce parti!

    RépondreSupprimer
  11. « Observatoire des contreparties » Pardonnez ma naïveté, mais que signifie cette expression ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ça… c'est la grande question du quinquennat.

      Supprimer
  12. En lisant trop vite, j'ai vu "l'observatoire des contrepèteries".
    Je trouvais ça plutôt utile pour inverser la courbe, une bonne idée de gauche.
    Donc je suis déçue.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.