vendredi 22 janvier 2021

Didier G. pointe aux hassidiques

 La famille Moskat, éponyme de l'ample roman d'Isaac Bashevis Singer, vit à Varsovie depuis toujours. Ce sont des Juifs hassidim, de plus ou moins stricte observance selon les individus. Nous la découvrons, cette famille, au moment où Reb Meshulam, le patriarche millionnaire, vient de prendre épouse pour la troisième fois : lui-même se demande bien quel coup de folie l'a empoigné ; ses enfants, déjà adultes, encore bien plus. Mais, en dehors de ce petit soubresaut dans les habitudes, on baigne dans l'éternité, tout semble immuable, on est assuré qu'aucun bouleversement ne viendra secouer ces Juifs pieux, solidement ancrés dans leurs habitudes féodales. Nous sommes, dans ces premiers chapitres, à l'orée des années 10 du XXe siècle.

Lorsque le roman s'achève, 850 pages plus avant, l'armée du IIIe Reich est occupée à envahir la Pologne et à bombarder sa capitale. Tout va bientôt se terminer, et le lecteur sait comment, pour les quatre générations de Moskat qu'il a vu vivre et vieillir devant lui. Mais, pour Reb Meshulam et sa descendance, l'écroulement du monde a déjà eu lieu. De larges fissures sont apparues dans l'édifice qui semblait aussi solide que le temple de Jérusalem, et qui va crouler comme lui. Le ferment le plus visible de la dissolution, c'est la mort du patriarche et les dissensions provoquées par son héritage. En apparence au moins. Car, en réalité, le drame est plus profond, le mal vient de plus loin : c'est le XXe siècle naissant qui constitue l'acide le plus corrosif.

Car les Moskat se sont divisés contre eux-mêmes. Il y a les Moskat “modernes”, ceux dont les filles n'hésitent pas à fréquenter des goyim et qui rêvent de l'Amérique, où ils vont aller vivre en effet. Il y a les Moskat “sionistes”, qui frémissent de partir pour la Palestine, y fonder une colonie pieuse ; certains franchiront le pas et les mers. Et il y a les Moskat qui, à partir de 1917, se laissent happer par la tentation diabolique du communisme russe. Enfin, il faut compter avec les influences diverses et contradictoires des éléments extérieurs à la famille proprement dite.

Tout cela donne un foisonnement de personnages aux prénoms exotiques, mais au milieu de qui le lecteur ne se perd jamais ; sauf dans la dixième et dernière partie, mais c'est normal : à ce moment, alors que tous les Moskat se retrouvent à Varsovie pour la Pâque de 1939, la famille n'est déjà plus qu'un champ de ruines, et ses membres eux-mêmes ont bien du mal à se reconnaître entre eux, à retisser les liens de parenté, entre ceux qui arrivent de New York, les autres qui débarquent de Jérusalem et les derniers qui sont demeurés dans la capitale polonaise. Peu de temps après cette ultime réunion, qui n'est déjà plus qu'un simulacre désespéré pour retenir le temps, les bombes se mettent à pleuvoir sur Varsovie. Le roman se termine par ces lignes :

Et Hertz Yanovar éclata en sanglots. Il tira d'une de ses poches un mouchoir jaune et se moucha. L'air à la fois confus et honteux, il ajouta, comme pour s'excuser :
« Je n'ai plus du tout de force. »
Il hésita un instant, puis dit en polonais :
« Le Messie va bientôt arriver. »
Asa Heshel, stupéfait, le regarda :
« Que voulez-vous dire ?
– La mort est le Messie. Voilà la vérité. »

26 commentaires:

  1. Et qu'on ne vienne pas me dire que j'ai déjà publié ce billet il y a trois ans : je le sais mieux que vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Premier à vous auto-commenter... Non seulement vous trainez des pieds pour pondre un billet (et je ne parle pas de Nicolas qui roupille).

      Supprimer
    2. Eh ! oh ! Quand on commence une phrase par "non seulement", on est tenu de donner aux lecteurs le "mais encore" qui le suit obligatoirement ! C'est le non tantum / sed etiam des latins, quoi.

      Supprimer
    3. Du coup, je commente le billet d'il y a trois ans.

      Supprimer
    4. Ce n'est pas "non solum" plutôt ?
      Vous avez lu " Le Club des policiers yiddish" de Michael Chabon ? je crois que ça vous plairait.

      Supprimer
    5. Les deux sont équivalents… si mes souvenirs de lycée ne me trompent pas !

      Supprimer
  2. Le mouchoir était jaune ? C'est la piste aux étoiles ce roman !

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Oui, hein ? C'est de loin ce qu'il y a de meilleur dans ce billet, il me semble.

      Supprimer
  4. Quand j'ai lu la célébration hassidique d’Élie Wiesel, je n'imaginais pas que le fondement d'une religion pouvait être le doute sur l'existence de Dieu. Un livre sans doute assez inintéressant sur le plan littéraire, qui a la vertu de nous plonger au cœur du judaïsme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le doute sur l'existence de Dieu ? Z'êtes sûr de ce que vous avancez là ?

      Supprimer
    2. Oui...
      Même des rabbins en discutent.
      C'est compliqué d'être juif...

      Supprimer
    3. Bon, bon, si vous vous mettez à plusieurs pour le dire, d'accord…

      Supprimer
    4. Cela dit, les quelques textes que j'ai lus sur le sujet ne semblent pas confirmer l'existence d'un tel doute.

      Mais j'ai peut-être mal lu.

      Supprimer
  5. Hassidiques n'existe plus depuis la fusion avec l'ANPE. C'est maintenant Paul Emploi.

    RépondreSupprimer
  6. Il faut dire qu'être juif, vivre à New-York, et se rendre à Varsovie en 1939 ne témoigne pas d'un flair politique très aiguisé.

    RépondreSupprimer
  7. Je préfère le titre d'il y a 3 ans.
    La réplique qui clôt votre billet m'avait déjà ébranlé, et c'est toujours le cas.
    Merci de ce rappel salutaire.

    RépondreSupprimer
  8. C'est plus subtil.
    Un rabbin, dont j'ai oublié le nom, a eu la bonne formulation :
    "Pour les juifs, Dieu est une hypothèse".

    RépondreSupprimer
  9. Quant à moi, il n'y qu'un seul Juif dont je sois une fan absolue !
    Vous le connaissez sans doute, il est né vers l'an 6 avant notre ère, sous le règne de l'empereur Auguste à Bethléem en Judée. Il était le fils d'un charpentier de Nazareth. Il se nomme Iéshoua.
    Maintenant si vous aimez les histoires plus épicées, je vous renvoie à celle de Jacob dans la Genèse où les incestes et autres putasseries abondent à tel point que ce pauvre Olivier Duhamel à côté, pourrait passer pour un enfant de choeur.
    Et quant à la littérature, s'il m'est arrivé de lire du Singer, il y a au moins quarante ans, je dois dire que je trouve bien supérieurs nos Juifs à nous, tel notre Proust !
    Pour ce qui est des Juifs New-Yorkais je confesse volontiers que Woody-Allen et ses films comblent largement mon appétit d'humour juif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Essayez Edgar Hilsenrath (Fuck America, le Nazi et le Barbier, ...).
      Plus marrant que Woody Allen, moins chiant que Proust.
      Que du bon.

      Supprimer
    2. Je vous remercie très sincèrement pour ce conseil de lecture, et j'espère qu'il pourra servir à d'autres car pour ma part, au cas où vous ne l'ayez pas compris, j'ai une overdose pour tout ce qui touche à cette époque !

      Supprimer
  10. "aux hassidiques" ? Mais vous n'étiez pas en retraite vous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes. Mais vous reconnaîtrez avec moi que "Didier G. émarge à la caisse de retraite" n'aurait pas eu tout à fait la même saveur…

      Supprimer
  11. On imagine les premières difficultés des Moskat aux Etats-Unis
    -"We are Hassidiques"
    - "What? you're Ass and dick??"
    allez pour la gloriole et le jeu de mots pourris...bien sûr, toute enquête par la police des idées devra être dirigée vers l'hébergeur du blog qui tend la perche pour des jeux de mots pourris/racistes/antisémites....

    RépondreSupprimer

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.