mercredi 17 juin 2009

Ça plane pour elles

Sortant de l'immeuble, une femme à sa collègue :
– Tu vas sur la cantine ?

26 commentaires:

  1. Il y en qui préfèrent aller aux putes, mais bon ...

    RépondreSupprimer
  2. Son mari est marin. Il a une cantine pour transporter son bazar quand il part faire un tour du monde. Cette fois-ci, il est très chargé et a du mal à fermer sa cantine. Sa femme va donc sur sa cantine pour l'aider en pesant de tout son poids.

    RépondreSupprimer
  3. On commence par habiter sur Paris, et on finit par aller sur la cantine.

    RépondreSupprimer
  4. Et on travaille sur un groupe...

    RépondreSupprimer
  5. Des jeunettes ou des femmes sur le tard ?

    RépondreSupprimer
  6. Elles s'appelaient sur le portable ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  7. J'étais sûr que ç'allait inspirer tout le monde ! Après ça, crevez-vous à faire des billets intellos de deux feuillets...

    PRR : plutôt fidèles de TF1 que lectrices de Public...

    RépondreSupprimer
  8. Oublie pas d'aller sur la boulangerie (non pas sur la boulangère !).

    RépondreSupprimer
  9. C'est fait ! je viens même d'en faire un billet...

    RépondreSupprimer
  10. C'est du parler paysan, routier ou auto-stoppeur... "Vous allez sur Toulouse ?" La cantine ainsi désignée, serait donc là, plus le bâtiment et son terrain que la fonction.

    RépondreSupprimer
  11. Et s'il y avait un salon de thé sur le toit-terrasse de la cantine ? Hein ? Hein ? Dites... Bon, j'arrête. Inutile de courir, il fallait partir à point.

    RépondreSupprimer
  12. Appas : n'essayez pas de jeter le trouble en moi : c'est MA cantine et il n'y a pas de terrasse !

    C'est vrai quoi, merde...

    RépondreSupprimer
  13. Catherine : z'avez pas honte ?
    Non seulement votre époux travaille plus que de raison, non seulement il doit ramener du pain, mais en plus vous profitez de cette plate-forme pour le harceler, témoignant ainsi à son égard un manque de confiance et exprimant de façon ostentatoire le désir mégalomane de diriger les opérations.
    Didier, vous laissez pas faire, merde !
    Du coup, moi, je fonde une association : "Ni gigolos ni boboys".
    Non mais !

    RépondreSupprimer
  14. Ça me rappelle un dessin animé de Tex Avery. Le propriétaire du saloon dit:" The drinks are on the house" et tout le monde file sur le toit.

    RépondreSupprimer
  15. Pascal, vous feriez mieux de vous taire sur ce sujet.

    RépondreSupprimer
  16. Didier, les billets intellos, l'en faut. Comme ça, on a l'impression de l'être (intello) rien qu'en comentant le billet d'à côté, par imprégnation, par transpiration.

    RépondreSupprimer
  17. Ouais , comme ça on peut se culturer sur le tas.

    RépondreSupprimer
  18. Didier, Didier, y a votre Dame qu'est méchante avec moi, là !

    RépondreSupprimer
  19. C'est amusant, j'ai relevé moi aussi, il y a quelques jours seulement, un « En c'moment, j'bouge sur la préfecture » du plus bel effet, proféré par un de ces nombreux crétins qui semblent tenir absolument à ce que le monde qui les entoure partage avec eux les barbarismes qu'ils hurlent dans leur téléphone portable.

    RépondreSupprimer
  20. On dit "j'ai lu ça sur le blog de Machin" ou "dans le blog de Machin"?

    Tout le monde dit "sur", j'ai l'impression.

    RépondreSupprimer
  21. Je pense que le "sur" vient de ce qu'on assimile un blog à un journal. Mais bon...

    RépondreSupprimer
  22. "Je pense que le "sur" vient de ce qu'on assimile un blog à un journal".

    Oui, mais comme - me semble-t-il - on lit une information "dans" le journal...

    RépondreSupprimer
  23. Geneviève, vous avez raison : j'ai dit une connerie...

    RépondreSupprimer
  24. Heureusement que Geneviève veille !

    "j'ai relevé dans votre billet, sur votre site, cette expression qui me rappelle celle de Gide dans son Journal"
    Le site et le blog se lisent sur un écran, c'est plutôt pour ça ? Le billet et l'article sont finis, mis en forme, ils ont des limites, on peut aller dedans, tandis que le blog et le site se déroulent sans fin sur l'écran ?

    RépondreSupprimer
  25. Ah ! à moins que d'ça... (comme dirait la tante Léonie)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.