lundi 29 juin 2009

Le Chinois est bien poli (mais n'en fait qu'à sa tête)

J'ai toujours beaucoup aimé l'expression se polir le chinois, servant à désigner l'acte masturbatoire au masculin. Très certainement en raison de son aspect profondément énigmatique (énigmatique pour moi : j'attends avec impatience les érudits, les argotologues qui ne vont pas manquer de débarquer en foule sur ce blog).

Car si on comprend très bien l'emploi du verbe polir ainsi que son dérapage pronominal, une question demeure : le chinois ! Pourquoi précisément un chinois ?

Ne serait-il pas tout aussi agréable et exotique de s'astiquer le Sud-Coréen, se vernir le thaï, se raboter le birman (technique plus hard) ou bien encore s'encaustiquer l'Annamite ?

Il sort d'où, bon sang, ce chinois irréprochablement poli (comme seuls savent l'être les Chinois), dressé sur ses ergots et la tête près du bonnet ?

29 commentaires:

  1. Le chinois,c'est parce qu'il a l'oeil bridé, non ?


    Le Chinois, avec la photo (excellente) du chat, ça me fait penser au chat de Léautaud.

    RépondreSupprimer
  2. Suzanne : oui, mais alors, ce serait un chinois cyclope ? Du genre : on se polyphème le chinois...

    RépondreSupprimer
  3. Franchement de ma vie d'homme, c'est bien de polir, avec mon chinois, une japonaise, que j'ai trouvé de très agréable. Ça se lime, ça se visse, ça s'enfonce, ça se cloute et ça se tringle. J'arrête, rideaux !

    RépondreSupprimer
  4. c'est pour ça qu'on dit de le Pen le Pen à jouir ?

    RépondreSupprimer
  5. Didier, où est passée la vidéo précédente?

    RépondreSupprimer
  6. Ce qui est bien, avec un sujet pareil, c'est que je ne sors pas de l'ambiance "Mondaine" qui est mon lot. Aucune solution de continuité, c'est parfait.

    RépondreSupprimer
  7. Et quand chinois poli, point de polichinelle, dans le tiroir j'entends...

    RépondreSupprimer
  8. Pluton : elle était trop lourde, je l'ai virée ! Mais vous pouvez la retrouver ici.

    RépondreSupprimer
  9. Pour la docte assemblée et sans prétention aucune.
    Il existe tout de même depuis la nuit des temps, une référence sacrée et révélée : le plaisir des Dieux sourate 1 verset 4.
    Du dieu Vulcain, quand l'épouse friponne
    Va boxonner loin de son vieux sournois,
    Le noir époux, que l'amour aiguillonne,
    Tranquillement se polit le chinois.
    Va-t-en, dit-il à sa fichue femelle,
    Je me fous bien de ton con chassieux;
    De mes cinq doigts, je fais une pucelle,
    Masturbons-nous, c'est le plaisir des dieux.

    Coach Berny.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héphaïstos, qui croit son épouse friponne,
      N’en souffre pas beaucoup, car lui-même est sournois ;
      Donc, aussitôt qu’Éros de son dard l’aiguillonne,
      Il ouvre sur sa table un vieux livre chinois.
      Contemplant les portraits de mille anges femelles,
      Il révise l’amour, et le plaisir des yeux.
      Son coeur étant ému surtout par les pucelles,
      Il imite Diogène, alors qu’il est un dieu.

      Supprimer
    2. 1000 anges femelles ?
      V'là qu'les anges ont un sexe et on ne me dit rien.

      Supprimer
  10. Chinois : Cône métallique servant de tamis pour passer les sauces... Cherchez l'erreur !

    RépondreSupprimer
  11. J'ouvre le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud à l'article « chinois » :

    CHINOIS « pénis »
    Jeu de mot sur « habitant de l'Empire du Milieu, de l'Empire Céleste » (v. ce mot). Il est surtout employé dans la locution se polir le chinois.

    RépondreSupprimer
  12. Et l'Empire Céleste, c'est évidemment le sexe de la femme. Le con, quoi !

    RépondreSupprimer
  13. Je crois bien qu'à une certaine époque, tout asiatique était simplement dénommé chinois sans précision géographique !
    :-))

    RépondreSupprimer
  14. Le Chinois ! Le Chinois ! Le Chinois ! (si la photo est votre Chinois à vous, Didier, je consulterai d'urgence.)

    RépondreSupprimer
  15. Didier bonjour, connaissez vous l'expression, "avoir les chinois pendus par les nattes,"
    Se polir le chinois c'est pas de F. Dard ?

    RépondreSupprimer
  16. Yanka : votre explication m'agrée : je l'adopte !

    Fidel : je ne connais pas, non. Que veut-elle dire ?

    Pour "se polir le chinois", je pense que Dard (!) s'est contenté de l'annexer.

    Et on va arrêter de se branler là-dessus...

    RépondreSupprimer
  17. Pourquoi, après tout, les Chinois, ne seraient-ils pas des gens polis ? Avons-nous des leçons à leur donner en ce domaine ? Abandonnons ces réflexes chauvins qui ne nous grandissent pas (cette dernière remarque ne constituant évidemment aucunement une allusion à un quelconque "grand chauve"). Avec mes remerciements bien sicncères.

    RépondreSupprimer
  18. L'Empire du Milieu...

    pour leur petit robinet...

    j'te jure....

    RépondreSupprimer
  19. J'ajoute quand même aux autres propositions, cette partie de la définition du TLF, qui pourrait avoir inspiré l'argot: «MUS. Bonnet, chapeau, pavillon chinois. Instrument de musique ayant des formes propres à la Chine, composé d'un disque de cuivre à clochettes disposé au bout d'un bâton qu'on agite en mesure.»

    RépondreSupprimer
  20. J'avoue que le bâton qu'on agite en mesure fait réfléchir...

    RépondreSupprimer
  21. La Chine est aux antipodes de la FRANCE.
    En effet, lorsqu'un français se couche, il a le chinois qui se lève...

    ARAURIS.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.