vendredi 5 juin 2009

Faire la foire aux urgences

À Pluton...


Ce matin, l'Irremplaçable était fâchée après moi. Elle avait d'ailleurs d'excellentes raisons pour cela. En effet, cette nuit, saisi par je ne sais quelle maladie (le rêve irrempien ne le précisait pas), je me suis rendu par mes propres moyens à l'hôpital d'Évreux, laissant donc Catherine à la maison. Or, aux urgences, m'attendaient tous mes habituels commentateurs : Nicolas, Suzanne et tous les autres. Et on s'est mis à faire une bringue d'enfer, à vider force flacons (et pas des flacons d'eau oxygénée, je vous le dis !). Donc, Catherine était furieuse après moi, qui l'avais lâchement confinée à la maison. « Je n'étais pas là mais je voyais tout quand même ! », m'a-t-elle précisé pour finir.

Je me suis retenu de lui dire que c'était précisément à cette faculté que l'on reconnaissait une vraie épouse...

23 commentaires:

  1. Il n'y avait pas Pluton en anesthésiste?

    (pssst, Catherine, ya des fois où je compatis, mais chuuuut)

    RépondreSupprimer
  2. Catherine est mon Irremplaçable Épouse, devenue l'Irremplaçable au fil de ce blog, avant d'être rebaptisée Irrempe par Renaud Camus. S'où l'adjectif irrempien.

    RépondreSupprimer
  3. Suzanne, Pluton est bien anesthésiste-réanimateur mais exerce exclusivement en réanimation. Cela dit, j'étais de garde la nuit dernière (Marseille) , Didier s'est tout simplement trompé d'hôpital dans son envie de me retrouver en vue de quelques très probables libations...!! Ce n'est évidemment que partie remise, isn't it Didier ?

    RépondreSupprimer
  4. Ca va encore est de ma faute !

    RépondreSupprimer
  5. Didier vous venez de me féliciter pour le billet chez criticus.

    Didier, je ne vous connais pas, je ne sais pas quelle tête vous avez le matin ou le soir. je sais que vous aimez la bière. Vos écrits et vos lectures je les imagine. Vous avez une épouse irremplaçable. Mais à part ça vous m'êtes un parfait inconnu. Alors pourquoi vos compliments me touchent ?
    Encore une question de civilisation ?

    RépondreSupprimer
  6. Soyons clair, ce n'est pas Didier que s'est trompé d'hôpital, mais Catherine qui s'est trompée dans son rêve

    RépondreSupprimer
  7. Olivier P en sait quelque chose. Il est entré dans le rêve à 3h27mn. Moi, j'étais dans le couloir, je cherchais les toilettes et j'ai ouvert par mégarde la porte du chenil.

    RépondreSupprimer
  8. Suzanne,
    je en vous ai pas mordu, au moins ?

    RépondreSupprimer
  9. Pluton : on part demain matin !

    Nicolas : vous faites le bouquet missaire ?

    PRR le blogueur aime les compliments, c'est connu ! Mais les miens était sincère : je trouve ce texte remarquable. Tiens, je le mets en lien, pour les autres.

    Olivier & Suzanne : vos turpitudes onirico-hospitalières ne regardent personne !

    RépondreSupprimer
  10. Le bouquet missaire de police ?

    RépondreSupprimer
  11. Il y avait Nef aussi. Et je pense que ce devait être Pluton qui lui mettait du vin blanc en intraveineuse...

    RépondreSupprimer
  12. NE JAMAIS confier une jeune femme à un anesthésiste !

    RépondreSupprimer
  13. Olivier, on va être obligés d'aller s'aimer ailleurs, le taulier ne veut pas entendre la suite du rêve !

    RépondreSupprimer
  14. Si, si, continuez... jusqu'à ce soir, où les commentaires seront fermés pour huit jours !

    RépondreSupprimer
  15. Suzanne et Olivier, venez donc à Marseille, je vous garde une petite place au frais dans la réa. Pour le reste, on fermera les yeux...

    RépondreSupprimer
  16. Didier, si d'aventure vous me confiez une jeune femme, j'utiliserai la voie orale et non intra-veineuse... pour le vin blanc évidemment ! smiley smiley

    RépondreSupprimer
  17. Je ne vois pas en quoi ce rêve serait teinté d'inhabituel…
    ;-)))))

    RépondreSupprimer
  18. La réa, pas le frigo, ça me rappellerait cette vieille chanson de Ramon Pipin/
    "Astrid est à l'amour ce que la chambre froide
    est dû à sa nature sentimentale
    et si elle préfère Charcot au Marquis de Sade
    c'est dû à sa nature sentimentale..."
    Si Suzanne est d'accord, je le suis également... faites péter le pastaga et les glaçons!

    RépondreSupprimer
  19. Ah, Olivier, ce serait plus original que de s'aimer sous les palétuviers roses !

    RépondreSupprimer
  20. @ Pluton, on veut des palétuviers roses
    @ Suzanne,
    Tout ça grâce à Didier, c'est un peu notre Macha Berenger...
    @Didier, pas frapper, j'ai pas dit François Beranger...

    RépondreSupprimer
  21. Olivier, on se fera le petit défibrillateur, la brouette hypertendue, l'électrode pulsatille?

    RépondreSupprimer
  22. La dernière phrase de ce billet, GouX, semble venir des tréfonds de la sagesse du plus chenu des sages, ou du plus civilisé des lettrés encore vivants.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.