lundi 15 juin 2009

Inutile de cliquer, il n'y a rien à lire

C'est curieux, inhabituel, presque saugrenu : cette semaine qui fut si riche en rencontres, conversations, agapes, échanges (et beuveries, pour faire plaisir à Nicolas), je n'éprouve pas le besoin d'en rien dire. Une envie de tout conserver au frais dans le silence, derrière les voilages de la pluie.

23 commentaires:

  1. Ce blog serait-il donc votre poubelle ?

    RépondreSupprimer
  2. Il nous reste néanmoins un excellent souvenir de ces heures de quiétude passées en si bonne compagnie!

    P.S. : pour moi le grand jour approche et pas question de fanfaronner, oups... Une chance, je tiens la bouteille de la main gauche !

    RépondreSupprimer
  3. Y'aurait pas une triple négation, ici : "je n'éprouve pas le besoin d'en rien dire". Enfin, c'est vous qui causez bien la France.

    Cela dit, vous avez raison : s'il fallait que je fasse un billet à chaque fois que je prends du bon temps avec des gens, mon blog ne serait pas suffisant.

    RépondreSupprimer
  4. On n'est pas comme la pluie, obligé de se répandre…

    RépondreSupprimer
  5. Je garde plutôt mes souvenirs au chaud personnellement mais bon…
    :-))

    [Je coche !].

    RépondreSupprimer
  6. "je n'éprouve pas le besoin d'en rien dire"
    Même remarque que Nicolas, double négation qui signifie que vous mourrez d'envie d'en parler...

    RépondreSupprimer
  7. rien voulant dire chose, je ne vois pas où est la double négation.
    Si je peux me permettre.

    RépondreSupprimer
  8. Le mieux ce serait d'y mettre un quadruple négation, "je n'éprouve pas le besoin de ne rien en dire", comme ça on n'y comprendrait plus rien.

    RépondreSupprimer
  9. il ne serait pas en train de nous demander de la fermer le père Goux ?

    RépondreSupprimer
  10. Pascal : non, pourquoi ?

    Pluton : on pensera à vous ! (Après-demain, c'est ça ?)

    Nicolas et Olivier : c'est Mère Castor qui a raison ! Déjà, il ne peut y avoir de triple négation, "ne...pas" n'en constituant qu'une seule. Quant au mot "rien", il n'a jamais été une négation en quoi que ce soit, mais signifie en effet quelque chose comme "chose", au sens le plus neutre et le plus général possible.

    Pour produire une double négation, voir le commentaire d'Henri : là, c'en est une !

    Monsieur Poireau : oui, parfois c'est aussi bien. Et puis, ça intéresse qui ?

    PRR : que non point, que non point ! (Une seule négation, là encore, mais répétée...)

    RépondreSupprimer
  11. Merci Didier, c'est après-demain oui; quant à l'apéro, si on m'a bien tout expliqué, elle n'est pas pour tout de suite...

    RépondreSupprimer
  12. On dit : "je ne bois rien" et pas "je bois rien". C'est donc, une négation et on n'est pas obligés d'avoir des exemples crédibles.

    RépondreSupprimer
  13. On n'est pas obligé de ne rien boire, donc !
    :-))

    RépondreSupprimer
  14. Nicolas : le fait même de devoir employer le "ne" prouve que "rien" n'est pas une négation en soi.

    RépondreSupprimer
  15. La preuve, c'est qu'on peut se saouler d'un rien (enfin, ni vous ni moi) : c'est donc que c'est déjà quelque chose.

    RépondreSupprimer
  16. Je suis bon à rien en grammaire.

    RépondreSupprimer
  17. Le silence de Lussan est si beau que le silence qui suit c'est encore du silence de Lussan.
    Une pensée pour vous Pluton, je vous ouvrirai la bouteille :)

    RépondreSupprimer
  18. Merci Catherine, merci Fidel Castor. Je vous donnerai de mes nouvelles jeudi soir si je ne suis pas trop cuit !

    RépondreSupprimer
  19. Ce qui prouve que c'est bon aussi, la vraie vie.

    RépondreSupprimer
  20. Ce n'est pas moi qui vous reprocherai d'en exclure à la lecture les damnés d'éloignés que nous sommes.

    RépondreSupprimer
  21. Maître Capello16 juin 2009 à 11:10

    Effectivement,"rien" n'est pas une négation et vient de l'accusatif "rem" de res, rei : "chose" en latin (qui a donné "réification" par exemple).
    En français, ce qui porte la négation, c'est le "ne" ; ce qui la complète n'étant qu'un reliquat qui insiste :
    "ne pas"= lttéralement, "ne pas faire un pas dans la direction de telle action".
    "ne point"= de pas esquisser un point dans l'ébauche de telle entreprise,
    etc...
    Et débarrassé de ce "ne", le complément n'a plus rien de négatif :
    "trois fois rien", "à jamais" qui veut dire toujours, "plus", ...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.