mercredi 11 novembre 2009

Elstir fait son numéro de charme (avec peu de succès pour l'instant)

Oui certes, l'Irremplaçable a prévu très grand pour le panier du nouvel arrivant. Même s'il va multiplier son poids par six dans les huit ou dix mois à venir. Du coup, à part quand il s'agit de faire l'avantageux pour la photo, il le dédaigne ostensiblement et préfère prendre ses quartiers dans celui de Bergotte, laquelle elle-même a tendance à planter son bivouac nocturne sur mon fauteuil.

Entre ses deux-là, les relations sont normalisées depuis hier : des heures de jeu ensemble, lequel consiste essentiellement, pour Elstir, à faire semblant de mordre Bergotte aux babines ou aux oreilles, et à se prendre des pains dans la tronche en retour, puis à se casser la gueule tout seul à chaque fois qu'il tente de lui sauter sur le dos. Il a l'air de trouver ça divertissant, personne ne songe à l'éclairer sur ce point.

Mais la grande affaire d'Elstir, depuis trois jours qu'il est là, ce sont ses manœuvres de séduction en direction de Swann, lequel continue de se montrer réticent. Dès que le petit bout de viande s'approche de son propre panier, il grogne comme un imbécile, ce qui n'impressionne personne, même pas Elstir.

Sinon, lorsqu'ils sont tous les trois dehors, Swann va ostensiblement s'asseoir à l'autre bout du jardin (petit, le jardin...) ; et, si Elstir le rejoint, il détourne la tête et va lentement s'installer un peu plus loin.

Ce qu'il ne sait pas encore, c'est que le temps œuvre contre lui, et que, d'ici une semaine au plus, il aura complètement oublié qu'il fut un temps où Elstir ne faisait pas partie de la maison – il pensera avec sincérité et force que l'Autre a toujours été là et, du coup, n'osera plus lui interdire l'accès à son panier. Le connaissant, je suis bien certain qu'il se poussera pour lui faire une place, et même finira par aller se coucher ailleurs pour la lui laisser toute.

Il n'est pas français pour rien, Swann.

8 commentaires:

  1. Quand on est nourri par l'Irremp, on grossit nécessairement ?

    RépondreSupprimer
  2. Oui ! Moi-même, j'ai multiplié mon poids par six depuis notre première rencontre. Mais je ne parviens pas encore à me gratter l'oreille avec la patte de derrière.

    (Elstir non plus, remarquez...)

    RépondreSupprimer
  3. "Il n'est pas français pour rien, Swann."
    Franchement, vous exagérez, mais ça m'a bien fait rire !
    "Mais je ne parviens pas encore à me gratter l'oreille avec la patte de derrière"
    Vous vous rendez compte à côté de quoi vous passez ?
    L'étape suivante serait de réussir à vous lécher les roustons, imaginez la victoire sur vous même...

    RépondreSupprimer
  4. L'étape d'après est encore moins réjouissante, dans la mesure où Swann est castré depuis plus de sept ans...

    RépondreSupprimer
  5. "Le connaissant, je suis bien certain qu'il se poussera pour lui faire une place, et même finira par aller se coucher ailleurs pour la lui laisser toute.

    Il n'est pas français pour rien, Swann."
    Lui aussi a l'habitude de voter avec ses pieds?

    RépondreSupprimer
  6. Ben, ça, que vous soyez castré, ce ne serait pas réjouissant pour vous, mais rassurant pour nous.
    ;)

    RépondreSupprimer
  7. Vous avez raison, il ne manquerait plus que je me reproduise ! Mais rassurez-vous : j'ai toujours fait très attention à ce genre de désagréments...

    RépondreSupprimer
  8. Je suis complètement fan d'Elstir. J'espère qu'il ouvrira son blog d'ici peu.

    Pensées cabotines, quelque chose comme ça.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.