lundi 16 novembre 2009

Didier Goux lance une nouvelle chaîne (ça va cingler !)

L'idée m'en est venue au beau milieu d'une conversation avec l'Irremplaçable, alors que nous dégustions un curry de pois chiches espagnols, il n'y a pas un quart d'heure (billet écrit hier soir et programmé pour ce matin : on ne prend pas de curry au petit-déjeuner...). Catherine me parlait du dernier commentaire que m'avait laissé Suzanne en fin d'après-midi et qu'elle avait trouvé drôle, parfaitement en phase, superbement concis, etc. Et je me disais que si je ne devais conserver que cinq commentateurs sur ce blog, elle en ferait assurément partie. D'où l'idée de la chaîne :

Si vous ne deviez conserver que 5 commentateurs sur votre blogs, lesquels choisiriez-vous, et pour quelles raisons ?

J'ai conscience que l'exercice est périlleux, dans la mesure où il risque de brouiller à mort chaque blogueur qui se livrera à l'exercice avec un minimum de deux cent cinquante personnes (ce qui fait deux cent cinquante bières en moins, dirait Nicolas). Pour réduire un peu la voilure, on peut décider (et je décide : c'est ma chaîne, merde...) qu'entrent en ligne de compte uniquement les commentateurs ayant eux-mêmes un blog. Il convient aussi de préciser que le sujet de la chaîne n'est pas : “les blogueurs que je préfère parmi ceux qui commentent chez moi”, mais bien : “ mes commentateurs préférés”. C'est-à-dire qu'il conviendra d'établir son classement en fonction de la seule qualité de leurs commentaires, sans tenir compte, s'il est possible, de celle de leurs blogs personnels. Cela posé, je commence mes “exercices d'admiration”.


1) Suzanne. Puisqu'elle est l'inspiratrice de la chaîne, la “muse du lien”, c'est bien le moins que lui revienne le haut bout de la table. Je crois qu'elle est l'une des très rares personnes avec qui je suis certain de n'avoir jamais besoin de "smiley", quoi que je dise, et sous quelque forme que je m'exprime – y compris les plus nuageuses lorsque l'alcool me poigne. Suzanne est quelqu'un qui sait lire, cela devrait en principe suffire. Lorsque Suzanne me contre, me réfute, j'en éprouve toujours une certaine tristesse ; non pas parce qu'elle est en désaccord avec moi, mais parce que je le suis avec elle, ce qui me paraît toujours imputable à charge et me donne le regret de n'être pas d'un autre avis que celui que j'ai exprimé – et auquel, souvent, je ne tiens pas plus que ça.

2) Nicolas. Parce qu'il est le numéro un, le chef, le guide suprême, le phare dans la nuit, et que je suis une fiote de première bourre, qui file doux devant le pouvoir. Plus sérieusement parce que, comme je crois l'avoir déjà dit ici ou là, nous ne sommes jamais d'accord sur rien sauf sur l'essentiel – et je ne parle pas de la bière, qui n'est pas plus essentielle pour lui que pour moi, on l'aura compris. Et surtout, peut-être, parce que ce garçon qui déteste que je rentre dans le lard de ses amis passe une partie de son temps à venir me traiter de gros con d'ivrogne ici même.

3) Nefisa. Elle commente très peu, mais jamais pour ne rien dire, même quand elle feint de ne dire rien. À l'inverse de Nicolas, elle met une suprême élégance à me traiter de vieux con radoteur et pénible lorsqu'elle juge bon de le faire. Et puis, tout de même, c'est la première fois de ma vie que j'adopte une nièce – et qu'elle m'adopte aussi. Alors, hein, je voudrais vous y voir.

4) Dorham. Parce que c'est un chieur, essentiellement. Un cador, au sens cynégétique du terme, un mâtin de Naples tout miniaturisé, sec comme un sarment de Lagrima Christi, qui ne desserre jamais les crocs quand il pense tenir le mollet (ou l'œuf mollet pour les jours sans viande, car l'homme est de stricte observance). Lorsque ce Ritalalacon vous annonce qu'il cesse de commenter, vous pouvez être assuré d'encore quinze feuillets d'argumentaire serré, vous n'avez plus qu'à lui laisser les clés de la boutique et partir à la campagne : contrairement aux apparences, Dorham est donc un commentateur reposant – ou reposoir, c'est selon.

5) Ygor Yanka. C'est mon Monsieur Plus de référence, celui que je mettrais volontiers au pavillon de Breteuil-Plus. Plus brillant, plus cultivé, plus profond, plus réfléchi, plus mieux écrivant, plus lecteur et même plus québécois que moi. Le seul endroit où je suis certain de lui rendre des points, c'est sur la balance : l'avantage reste maigre.


Je refile l'exercice à ceux qui ont été promus, soit Suzanne, Nicolas, Nefisa, Dorham et Ygor Yanka. Bien fait..

24 commentaires:

  1. "sec comme un sarment de Lagrima Christi"

    Celle-là, elle est bien trouvée. Exercice difficile que voilà mais je vais m'y plier.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Didier,
    en fait j'aimerai bien avoir cinq commentateurs mais je n'en ai que 3 ou 4...
    Bonne semaine

    Cherea

    RépondreSupprimer
  3. Eh bien, au moins, en désignant les meilleurs, vous ne vous fâcherez avec personne !

    RépondreSupprimer
  4. Si je faisais la même chose chez moi, vous me faciliteriez grandement le travail. Merci Didier.

    (Ah oui, la disparition du verre de petit jaune au profit d'un fabuleux détail de chapiteau, lequel détail peut faire peur, augure de billets bien trempés, moi j'vous l'dis.)

    RépondreSupprimer
  5. Houla la, j'arrive, et que lis-je ?
    Je vais enchaîner, mais en ne respectant pas toutes vos contraintes discriminatoires (elles sont discriminatoires parce qu'elles stigmatisent les SBF, qui sont commentateurs comme tout le monde, commentateurs tout simplement, c'est honteux de les exclure de la chaîne, décidément ce cyberland monstrueux me dégoûte et je vais aller habiter ailleurs (j'aurais bien dit blogobiter, mais je suis une dame)))

    RépondreSupprimer
  6. (il y a une parenthèse en trop, du coup je ne fermerai pas celle-là. Et je vous remercie pour toutes les gentillesses que vous me dites, mais je continuerai à vous gronder quand même.

    RépondreSupprimer
  7. Christophe : oui, j'ai vu que vous crouliez sous les commentaires. C'est même pour ça que je ne commente jamais : je vous estime assez nourri...

    Suzanne : dans la mesure où le principe consiste à refiler la chaîne à ceux que l'on a distingués soi-même, il faut bien qu'ils aient un blog, non ?

    Et continuez à m'engueuler, ça flatte mon masochisme judéo-chrétien (ainsi que les heures les plus sombres de mon histoire, naturellement).

    RépondreSupprimer
  8. Je sens que ça va être très familial comme billet...

    Entre mon oncle qui me trolle à grand coups de crayons rouge et de zéro pointé peut mieux faire,mon père qui le soutient dans sa lutte contre la virgule mal placée et les envolées lyriques de ma fratrie décadente...

    Y'a matière, merci mon oncle pour ce billet gratuit.

    RépondreSupprimer
  9. Suzanne, toutes mes félicitations !

    Didier, excellente notation !

    RépondreSupprimer
  10. très bonne idée de chaîne...j'espère qu'elle me retombera dessus...!

    RépondreSupprimer
  11. LomiG : vous n'avez pas besoin d'attendre qu'elle tombe : tirez dessus un bon coup !

    Mais si vous voulez absolument que les choses soient faites dans les règles, alors...

    JE VOUS TAGUE !!!

    RépondreSupprimer
  12. Mieux écrivant ? Moins picolant plus sûrement. Vous avez écrit ici-même des textes que je jalouse fort sur le double plan du style et de la profondeur, et ce en 40 ou 50 lignes, quand il m'en faut à moi 3000 pour parvenir à tirer un peu le truc de l'obscurité. Cultivé ? Un peu tout de même, mais pas tant que ça. J'ai une excellente mémoire et de bonnes notes. Je relis plus que je ne lis. Je décante, alors que des années durant j'ai accumulé. Je cherchais la complexité. Je vise désormais le bon sens. Ce doit être une bonne voie, car sans être du tout d'accord avec tout le monde et en conservant des opinions assez tranchées, j'ai fort peu d'ennemis sur la toile, à mon grand étonnement.

    Je ne consacrerai pas de notes à mes meilleurs commentateurs, parce que ceux-ci se manifestent plus volontiers par mail et que je ne peux dévoiler leur identité du fait qu'ils préfèrent la discussion privée aux interventions publiques. Ce ne sont pas toujours des inconnus...

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  14. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  15. Marine tente le coup par deux ellipses magistrales. Ne pouvait-on souhaiter plus bel hommage ?

    RépondreSupprimer
  16. Marine a fait un commentaire qui, moi, me plaît bien. Du coup, juste pour l'emmerder, je le remets ici :


    Cher Didier
    Je hais les chaînes, TOUTES.
    Je n'ai rien lu depuis quelques jours et je tombe sur ça, et sur le derrière.
    Heureusement que je suis sans attaches sur le net, car votre idée de faire ce genre de sélection me débecte grandiose.
    Non mais quelle idée!
    M'en fous, je suis SBF!
    On dirait un gamin qui dit à son journal "celui-là, je l'aime, celle-là, je l'aime pas" (ou l'inverse).
    Et si vos 500 autres commentateurs non nominés vous plaquaient là? Imaginez une seconde...
    J'entends d'ici "pas grave, j'ai les 5 de la substantifique moelle". Non mais quelle idée de cour de récré... Si c'est comme ça, restez entre vous, les gens de la secte!
    Là, je vous attribue généreusement un 01/20, ça lavera le 19 ;)


    Et je pense qu'elle a raison : les chaînes, c'est vraiment n'importe quoi.

    RépondreSupprimer
  17. Ygor : si vous picolez moins que moi depuis quelque temps, c'est que vous êtes abstinent, je ne vois pas autre chose...

    RépondreSupprimer
  18. Mtislave : z'avez vu, comment que je lui ai niqué son ellipse ?

    RépondreSupprimer
  19. Pluton: merci.
    (oh, purée, je suis un peu d'accord avec Marine)

    RépondreSupprimer
  20. Le silence d'Océane était assourdissant...

    RépondreSupprimer
  21. Suzanne : y a pas de purée qui tienne : on est deux à être d'accord avec Marine.

    (C'est ce qui me semble jouissif, chez mes commentateurs, en fait : quand ils me rentrent dans le lard, j'ai presque toujours tendance à être d'accord avec eux.

    On n'est pas des putains de Céleste, bordel !

    Mouarf !

    RépondreSupprimer
  22. « Ygor : si vous picolez moins que moi depuis quelque temps, c'est que vous êtes abstinent, je ne vois pas autre chose... »

    S'il y a à boire, je bois et même rebois. S'il n'y a rien six mois durant, je ne bois rien, parce que ça ne me manque jamais, de boire. Je n'ai aucun mérite : c'est gé-né-ti-que. Pas un seul alcoolique dans la famille depuis Abraham. Mais des gros buveurs de café (depuis Néron).

    Seriez-vous au régime ?

    RépondreSupprimer
  23. Il manque le noble Chevriou qui chez vous brille par ses interventions étincelantes !
    :-))

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.