lundi 30 novembre 2009

Sont-ils pas mimis, nos gentils démocrates ?

Mon bons amis, ce matin (mais la fête va durer toute la journée), si vous voulez vous offrir une bonne tranche d'hilarité saupoudrée d'ironie, il vous faut absolument aller traîner sur les blogs de gauche – en sélectionnant habilement ceux qui parlent de la Suisse (je ne mets pas de liens, vous vous débrouillerez très bien). L'impression dominante est que Père Ubu vient de réussir un putsch et prendre le pouvoir dans le camp des progressistes progressants.

D'abord, il y a l'attendrissant désarroi : mais comment les Suisses ont-il pu nous faire ça ? De là, on passe facilement à l'insulte et au mépris : 57 % des Helvètes sont pis que des Waffen-SS, des waffenculo (cet approximatif jeu de mots italo-nazi est dédié à Dorham) de leur race. Ensuite, on arrive au meilleur.

Le meilleur, c'est l'espoir fou qui saisit nos modernants depuis ce matin : grâce au ciel, d'ici 5 ans, on pourra faire revoter les Suisses sur la même question et effacer le résultat-de-la-honte d'hier. Car nos modernants sont certains d'une chose : cette votation dominicale (qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire de la Suisse), c'est une sorte de petit coup de calcaire que nos voisins ont pris derrière la nuque. Dès qu'ils auront retrouvé leurs esprits placides et débonnaires, ils s'apercevront que, comme tout le monde autour d'eux, il désirent ardemment voir des minarets hérisser demain leurs cantons.

Donc, nos avenirophiles commencent déjà à bouillir d'impatience en attendant cette rebelote qu'ils appellent avec des accents chateaubriannesques (Levez-vous, votations désirées !). Tellement enthousiastes qu'ils ont apparemment oublié avoir récemment poussé des cris d'orfraie lorsqu'on a fait revoter les Irlandais sur la constitution européenne, et d'horreur quand Méphisto Sarkozy a contourné le “non” des Français pour le faire transformer en un “oui” par ses laquais du palais Bourbon et de l'hôtel de Lassay réunis.

Et c'est pour ne rien dire du tracsir intense qui saisit nos futurolâtres lorsqu'il songent que l'on pourrait poser la même question au peuple français. Grâce au Ciel, et dans le but charitable de ne point troubler la dormition de nos vierges laïques, il ne lui sera rien demandé, à ce connard de populo populiste.

33 commentaires:

  1. Bien envoyé Didiez !

    RépondreSupprimer
  2. Avec 5 appels à la prière par jour, bruyantes (évidemment bruyantes !) je crois que beaucoup regretteront d'avoir "voté" oui aux minarets quand ils se feront réveiller tous les matins vers 5 heures (si je ne me trompe pas).

    RépondreSupprimer
  3. "grâce au ciel, d'ici 5 ans, on pourra faire revoter les Suisses sur la même question et effacer le résultat-de-la-honte d'hier. "

    L'effaçage pourrait survenir avant: les Nations Unies sont déjà sur le coup, et les écologistes suisses songent à interjeter recours auprès de la CEDH.

    Détails:

    http://www.lematin.ch/flash-info/suisse/seuls-39-interdiction-minarets-grandes-villes

    et

    http://www.lematin.ch/actu/suisse/premiere-tendance-favorable-anti-minarets-197152

    RépondreSupprimer
  4. Pour ce qui est de la religion de l'amour de l'Autre, qui se traduit en pratique par "offrons carte blanche et tapis rouge aux voiles noirs", ça devient tellement grotesque que je finis par croire que ce qu'on appelle en riant le bisounoursisme n'est rien d'autre qu'une fascination de moins en moins bien cachée pour une idéologie totalitaire, c'est moins fatigant que la démocratie.

    RépondreSupprimer
  5. Pétula : pourriez pas me rendre mon "r" final, siouplaît ?

    Cathertine : oh, s'il n'y avait que ça, encore...

    Daniel Fattore : ouf ! vous me rassurez : j'avais peur que mes progressistes ne tiennent pas, sur la durée.

    Suzanne : je crois que vous avez raison : il y a là une fascination pour la force. Mais, d'un autre côté, Muray était persuadé, lui, que "Festivus" serait finalement plus fort que l'islam : "Nous vaincrons parce que nous sommes les plus morts."

    RépondreSupprimer
  6. à l'initiative de Mme BOUTIN, la prochaine votation sera la transformation des églises et chapelles en lupanards (avec ou sans d, j'ai jamais su, mais cela reste du langage parlé...)

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve qu'il n'y a pas gras de commentaires sur les blogs qui ont abordé ce sujet, et peu de blogs l'ont abordé. (je compare avec ce qui se passe quand on parle de la burqa...)

    RépondreSupprimer
  8. Si on pouvait organiser un scrutin local ici pour me démonter cette foutue église Notre Dame qui sonne à pas d'heure tous les dimanche, s'il vous plait !
    :-))

    [Personnellement, je trouve ça très bien de limiter les interventions architecturales des religions. Ils sont cons, y'a pas de d.ieu, bordel ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  9. Suzanne,

    Je crois que vous avez raison : pas beaucoup de blogs gauchistes abordent le sujet. Ceux qui le font sont comme moi : ils hésitent entre fromage et dessert.

    RépondreSupprimer
  10. (les grandes religions sont nées dans le dessert)

    RépondreSupprimer
  11. Bientôt une nouvelle mosquée près de Levallois, à Clichy, mais sans minaret apparemment. Peut-être la verrez vous de votre fenêtre.
    http://www.clichyevenements.fr/2009/07/projet-de-mosqu%C3%A9e-%C3%A0-clichylagarenne-avec-lumc.html

    RépondreSupprimer
  12. Rien sur les blogs de gauche? passons voir par curiosité sur les blogs réacs!

    "bruyantes (évidemment bruyantes !)"

    C'est sûrement vrai, mais là aussi, clin d'oeil amusé: que de faux prétextes donnés à sa propre intolérance et à son Dgoût des autres...
    Bruyants, les minarets? Pas plus que les sonneries et carillons et cloches d'églises qui continuent leurs méfaits contre oreilles et sommeil: avoir habité longtemps près d'un beffroi qui retentissait en sons de bronze toutes les heures -y compris la nuit- et vécu dans un quartier cerné d'églises dont les cloches célébraient à toute volée (et grandes envolées) le moindre des événements, les appels sortant du minaret paraissent de la "gnognote". Je peux vous l'assurer (je n'apprécie pas la religion, aucune, ni ses manifestations diverses, mais enfin, la liberté de croire réaffirmée par la loi peut s'exprimer dans des lieux adéquats, non? puisque nous sommes au royaume des libertés, paraît-il).
    C'était en province, ces concerts assourdissants, heureusement, Paris, dans ce domaine, semble presque calme, en regard...



    l'ex-Passante, fureteuse
    ("passante", mouais: quand on furète sur les blogs, forcément, on se rejoue souvent "il court il court le furet (...) il repassera par là")

    RépondreSupprimer
  13. Rien sur les blogs de gauche? passons voir par curiosité sur les blogs réacs!

    "bruyantes (évidemment bruyantes !)"

    C'est sûrement vrai, mais là aussi, clin d'oeil amusé: que de faux prétextes donnés à sa propre intolérance et à son Dgoût des autres...
    Bruyants, les minarets? Pas plus que les sonneries et carillons et cloches d'églises qui continuent leurs méfaits contre oreilles et sommeil: avoir habité longtemps près d'un beffroi qui retentissait en sons de bronze toutes les heures -y compris la nuit- et vécu dans un quartier cerné d'églises dont les cloches célébraient à toute volée (et grandes envolées) le moindre des événements, les appels sortant du minaret paraissent de la "gnognote". Je peux vous l'assurer (je n'apprécie pas la religion, aucune, ni ses manifestations diverses, mais enfin, la liberté de croire réaffirmée par la loi peut s'exprimer dans des lieux adéquats, non? puisque nous sommes au royaume des libertés, paraît-il).
    C'était en province, ces concerts assourdissants, heureusement, Paris, dans ce domaine, semble presque calme, en regard...



    l'ex-Passante, fureteuse
    ("passante", mouais: quand on furète sur les blogs, forcément, on se rejoue souvent "il court il court le furet (...) il repassera par là")

    RépondreSupprimer
  14. Rien sur les blogs de gauche? passons voir par curiosité sur les blogs réacs!

    "bruyantes (évidemment bruyantes !)"

    C'est sûrement vrai, mais là aussi, clin d'oeil amusé: que de faux prétextes donnés à sa propre intolérance et à son Dgoût des autres...
    Bruyants, les minarets? Pas plus que les sonneries et carillons et cloches d'églises qui continuent leurs méfaits contre oreilles et sommeil: avoir habité longtemps près d'un beffroi qui retentissait en sons de bronze toutes les heures -y compris la nuit- et vécu dans un quartier cerné d'églises dont les cloches célébraient à toute volée (et grandes envolées) le moindre des événements, les appels sortant du minaret paraissent de la "gnognote". Je peux vous l'assurer (je n'apprécie pas la religion, aucune, ni ses manifestations diverses, mais enfin, la liberté de croire réaffirmée par la loi peut s'exprimer dans des lieux adéquats, non? puisque nous sommes au royaume des libertés, paraît-il).
    C'était en province, ces concerts assourdissants, heureusement, Paris, dans ce domaine, semble presque calme, en regard...



    l'ex-Passante, fureteuse
    ("passante", mouais: quand on furète sur les blogs, forcément, on se rejoue souvent "il court il court le furet (...) il repassera par là")

    RépondreSupprimer
  15. Les oreilles de tous ces petits Français réacs ne se réveillant pas en Suisse, et pourtant se réjouissant "suissement" (ou benoîtement) de ce qui regarde les Suisses, je me demande si tout cela (vos petits cris de joie de judéo-crétins énamourés envers une "victoire" contre l'"envahisseur" musulman) n'est pas purement et simplement de l'ordre de la Croisade... et de la haine de l'autre parce qu'il est autre (et pas comme nous), du racisme (racisme "choisi", bien entendu voire racisme moisi: on n'est pas raciste envers tout le monde, l'effet est meilleur quand on s'attaque à ceux qu'il est plus facile de discriminer, il y a moins de moyens de rétorsions sociales à craindre...).
    De quoi plaire à toutes les Marine, bretonnes ou non bretonnes, c'est certain. Dont leur Père est le Guide... spirituel (arf!)...

    Quant à l'emploi de l'argument "burqa", "voile", etc., pour contrer cette religion, il est dépassé, dans le sens où ces "accessoires" (que je réprouve d'ailleurs comme moyens d'entraver la femme, comme tant d'autres contre lesquels il faut encore lutter) sont issus de contraintes culturelles qui n'étaient pas liées à la religion au départ mais à toutes ces traditions visant à discriminer la femme parce qu'elle est femme (selon l'époque et les diverses cultures dans le monde entier, soit une condition universellement partagée : excision, infibulation, interdiction de toucher à certains aliments, d'aller dans des lieux réservés au mâle, de boire de l'alcool, de fumer, d'aller dans un pub ou dans un club, de sortir seul en public, de sortir le soir, de travailler la nuit, d'accéder à certains postes, de traverser le plafond de verre...), afin de placer l'homme sur un piédestal très immérité, vous l'avouerez...
    C'est à ce titre que ces éléments culturels doivent être combattus par nos lois françaises: comme des atteintes à la dignité de la femme (et de l'être humain, donc de l'homme). Pas pour atteindre une religion qui a certes encore à se repenser et à s'adapter à la modernité, dans un combat délirant qui sortirait d'une lutte de "civilisations".

    En tout cas...
    Il manque une chose à votre blog, un avertissement qu'il ne me semble pas avoir vu clairement, alors que vous étalez pourtant plaisamment vie, tentatives d'écrire et opinions, du coup cette absence me surprend : "blog réac", ou "blog appartenant à la réacosphère".
    J'ai dû mal regarder, sûrement.

    l'ex-Passante (suite)
    Mon com'précédent a bégayé, bizarre...

    RépondreSupprimer
  16. Julien : tout le monde a le droit de squatter ici, sans risque de censure : on n'est pas sur un blog de gauche !

    La preuve, même la tristement prévisible "Passante" a droit de cité, c'est vous dire...

    RépondreSupprimer
  17. Oui: "tristement prévisible", c'est ce que nous sommes, chacun, les uns (réacs) pour les autres (progressistes ou socialisants) et réciproquement. Tellement d'accord avec vous sur ce point.
    Et merci de ne pas avoir censuré, en effet (quand la plupart des blogs réacs s'adonnent à ce sport dès que le bâton de vérité leur échappe).

    "Passante"

    RépondreSupprimer
  18. Tiens, c'est vrai, j'ai habité près d'une mosquée en Afrique (en fait plusieurs fois) et je ne me souviens pas d'avoir été réveillée à 5 heures ni gênée par quelque prière que ce soit. En revanche, les cloches du dimanche matin... Mais qui irait se plaindre du bruit des cloches ?

    RépondreSupprimer
  19. Passante : vous pouvez continuer à venir et à commenter en toute liberté, bien entendu.

    Mifa : si on ne supportait pas le bruit des cloches, on ne lirait pas de blogs.

    (Smiley...)

    RépondreSupprimer
  20. Si, si, je vous assure, il y a des gens qui ne supportent pas. A preuve, mon blog quasi déserté !

    RépondreSupprimer
  21. tiens je partage vos propos pour le coup Didier

    RépondreSupprimer
  22. Ah ! Didier Goux ! vous qui passez par là, peut-être allez vous pouvoir m'aider.

    Je m'arrache les cheveux de ne plus trouver le nom de ce procédé jadis à la mode, et qui donnait ce genre d'inversions : "enfance de la littérature/littérature de l'enfance" ; "fin du politique/politique de la fin" ; etc.

    Avez vous une idée là dessus ? Ou quelqu'un, dans la salle ?

    (Ma question - et je sais certains commentateurs prêts à s'en offusquer - n'a certes aucun rapport avec votre billet, mais vous m'avez une fois prêté vos lumières, et l'oiseau revient toujours, alors ... )

    RépondreSupprimer
  23. Amiral Potiron : je dirais une régression mais bon, à vérifier !
    :-))

    RépondreSupprimer
  24. Amùiral : je vais vous faire la réponse que tout le monde fait dans ses cas-là (simplement parce qu'elle est vraie : je l'ai su... et suis incapable de m'en souvenir, ni de le retrouver ! (C'est n'est pas "régression", tout cas, je viens de vérifier.)

    C'est tout le problème des procédés littéraires : quand on connaît le mot, trouver ce qu'il désigne est un jeu d'enfant, mais l'inverse est toujours très compliqué.

    Pour nous tirer de là, il n'y aurait guère que Guillaume Cingal, mais je ne sais trop s'il lui arrive de passer encore par ce blog...

    RépondreSupprimer
  25. Romain : vous devriez sans doute consulter. en ces temps de grippe A, on n'est jamais trop prudent, avec ce genre de symptômes...

    RépondreSupprimer
  26. @Amiral Potiron:

    Langue au chat (aux chiens, avec la meute des gâteux, peut-être. Bien la peine d’avoir aussi suivi des cours de linguistique, de stylistique dans la jeunesse… la culture s’évapore chez certain(e)s !)…

    C’est quoi ? ce mot qui mélangerait :
    1-l’anadiplose (reprise du dernier mot –ou expression- d'une proposition à l'initiale de la proposition qui la suit) : "enfance de la littérature/littérature de l'enfance".
    2-l’épanadiplose (reprise, à la fin d'une proposition, des mots –ou expressions- identiques à ceux qui commencent la même proposition ou la proposition précédente) : "enfance de la littérature et littérature de l'enfance".
    3- voire une antanaclase ? (répétition, dans une même phrase, d'un même mot employé avec une acception –légèrement- différente) : "fin du politique et (la) politique de la fin"
    4- d’ailleurs, ne serait-ce pas, alors, une sorte de chiasme ? (je ne connaissais pas le suivant : l’antimétabole, qui consisterait à reprendre les mots d'une proposition dans la suivante en modifiant l'ordre, et proche de l’anadiplose et de l’épanadiplose… Les manuels ou articles en ligne donnent souvent cet exemple pour l’illustrer : “Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger.”

    Si vous avez retrouvé le nom exact qui correspond, à vot’ bon cœur, la curiosité est éveillée… (l'évocation des 4 tentatives plus haut pourra peut-être redonner la mémoire à celui ou celle qui avait la réponse sur le bout de la... langue!)

    (re)Passante

    RépondreSupprimer
  27. C'est ce qui semble le plus proche, en effet. Merci (de secouer le cocotier de l'oubli).
    Passante

    RépondreSupprimer
  28. @Didier Goux: j'assure le suivi: le verdict de l'ONU est tombé hier:

    http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/europe/20091201.FAP5777/linterdiction_de_minarets_en_suisse_est_discriminatoire.html

    RépondreSupprimer
  29. Soit, antimétabole me semble convenir à moi aussi.

    Merci, camarades !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.