vendredi 6 novembre 2009

La triste mésaventure du pot de chambre (allégorie)

– Le caviar, c'est délicieux et raffiné. Surtout le beluga, mais le sevruga aussi.

- Le filet de turbot en gelée au riesling, ça glisse tout seul tellement c'est frais.

– Le chevreuil sauce grand veneur, c'est l'érection des papilles gustatives assurée, même chez les mous de l'arrière-langue.

– Une jardinière de légumes printaniers frais cueillis, il n'y a quasiment pas de mots.

– Le cantal (interdit de boycott, idiotes !), le parmesan et le munster, ça s'accorde très bien, pour peu qu'on les consomme dans l'ordre adéquat.

– Les profiterolles au chocolat et la charlotte aux fraises... difficile de choisir entre les deux : une petite part de chaque ?

Maintenant, vous prenez tous ces mets d'élection, vous les versez dans un pot de chambre, vous mélangez bien avec une cuiller en bois et, sous le nom de “sommet gastronomique”, vous servez bien tiède : vous ferez vomir un bouc. Ou un jeune marié.

Ce qui revient au même.

12 commentaires:

  1. formidable lecture matinale. Je n'irai pas me chercher de croissant finalement.
    Merci tonton.

    RépondreSupprimer
  2. Christophe : pièce démontée : je garde...

    Nefisa : je dois reconnaître que c'est plutôt une lecture de mi-journée (à dire avec l'accent de Ventura dans Les Tontons flingueurs.

    RépondreSupprimer
  3. Je vais vomir et je reviens !
    :-))

    [Cela dit, il y a des trucs qui se mélange de manière fort étonnante et imprévisible. Il ne faut pas non plus y renoncer ! :-))) ].

    RépondreSupprimer
  4. Poireau : à condition de ne pas confondre les choses qui se MARIENT avec celles qui se MÉLANGENT...

    RépondreSupprimer
  5. Allégorie ou bien Allez Gorets !

    RépondreSupprimer
  6. Trop d'allégorie tue l'allégorie.

    Je suggère la démarche inverse. Style: Tu vois, dans un quartier, quand ya des zarabes, des ploucs bien français qui viennent de la campagne pour bosser à la ville, des chinois qui veulent même pas dire bonjour, ben ils ne se mélangent pas. Alors, pour la bouffe, c'est pareil. On ne mouline pas ensemble le foie gras avec le coulis de fraise et la sardine à l'huile de Lorient pour en faire une émulsion à la noix.

    RépondreSupprimer
  7. Hmmm ! Quelle photo ..! Courage, on sait ce que c'est l'abstinence !! ;))

    RépondreSupprimer
  8. Suzanne:
    "des chinois qui veulent même pas dire bonjour" ça ne me gène pas du tout.
    Par contre un seul : "hé c'teu plé t'as pas une clop enculé? j'vai t'niké ta rassse" me donne envie de'utiliser le pot de Didier.

    RépondreSupprimer
  9. beurk, beurk!
    Rien d'autre à dire!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.