jeudi 26 novembre 2009

Y en a deux ou trois que j'ai mis à la poubelle, direct...

Tiens, je vais commencer par répondre à ma nièce. Nefisa, ma poule, il y a des choses que tu ne peux pas encore savoir, parce que tu es trop petite. Tu sembles penser que, quand on vieillit, on devient plus sage : c'est une erreur (tu verras à l'usage). En réalité, ma belle, plus on vieillit et plus on devient con (surtout les filles – smiley...), tu verras.

Tonton aurait dû fermer sa gueule, évidemment. Mais Tonton, vois-tu, adore se friter avec telle ou telle, avec celle-ci (qu'il aime bien) ou celle-là (qu'il aime moins). Tonton, le lendemain, regrette (pas toujours...). Bref : tonton tient à l'estime de sa nièce, et se fout des autres, tu comprends ?

Bien, maintenant. J'emmerde absolument Nicolas qui semble parfaitement incapable de comprendre que ces histoires ne le concernent absolument pas. On en a parlé dix fois : huit par mail, deux en vrai, on ne se comprend pas. Lui pense qu'il est le vrai patron du poulailler, moi je crois que tout cela ne le regarde en rien. Et ni lui ni moi, de ce point de vue, ne sommes capables de faire un pas l'un vers l'autre.

Là dessus. On peut rigoler encore un peu. Tenez : mes ennemis, de gauche, donc forcément dans le camp du Bien-avec-un-B-majuscule, trouvent très amusant de me qualifier d'ALCOOLIQUE. Or, si j'ai bien compris, l'alcoolisme est une maladie – une vraie maladie, un truc dont les gens de gauche ne devraient pas se moquer, quoi.

Or, quand c'est moi (gros réac de merde, and so on), on a le droit de se moquer. Même, c'est recommandé. Didier Goux, on lui pardonne ce qu'il dit PUISQU'IL est alcoolique. Au fond, ce gros con, il ne sait absolument pas ce qu'il dit, n'est-ce pas ? De toute façon, il ne dessaoule à peu près jamais, hein ?

Pas grave, il est amusant, le gros. On le garde pour ça, du reste : il est notre connard de référence, l'abruti de droite dont on a besoin pour se croire intelligent. D'ailleurs, tiens : chez lui, on lui fait des tas de coucous avec "smiley" en prime. Mais, entre nous, n'est-ce pas, on dit ce qu'on en pense vraiment, comme ça, en commentaire, chez Pierre, Paul ou Jacques, en pensant qu'il ne le verra pas.

Ben si, il l'a vu, bande de cons.

48 commentaires:

  1. @ Didier : j'ai en effet laissé un commentaire de ce type hier, en parlant de billet "post-apéritif", mais il ne s'agissait pas de vous traiter d'alcoolique. Cela fait référence à une discussion que nous avions eu une fois, à la Comète pour être exact.

    En tout cas, le message est passé de mon côté, et j'arrête ce type de réflexion.

    RépondreSupprimer
  2. ce qui ne m'empêchera pas de vous traiter de vieux réac lorsque je l'estimerai nécessaire, mais je pense que c'était évident...

    RépondreSupprimer
  3. Ben alors, un petit coup de mou ??
    Courage alors ..

    RépondreSupprimer
  4. Ola, mr Dgoux !
    Permettez moi de glisser un petit billet en votre espace, en guise d'encouragement ou de consolation, parce que je vous lis avec plaisir depuis quelques mois, et que je sens poindre en vous une certaine amertume ces deux derniers jours, sans doute due à quelques déceptions concernant les avis de certains de vos amis. Alors bon, il n'y a pas que des trolls qui vous lisent, et si pour ma part je ne goûte guère la prise d'assaut des blogs que je fréquente, je veux par la présente vous signifier, pour une fois, un peu de respect et de connivence virtuelle. Grâce à vous il m'arrive de rire à cinq heure du matin (on a le sommeil qu'on mérite), de découvrir un artiste dont j'ignorais le nom au beau beau milieu de l'été (par votre excellent journal de Plieux), de parcourir des blogs où je n'aurais pas risqué un clic (hélàs souvent bien moins drôles, ou pertinents que vos aises), et même de goûter aux lentilles à la sauce catherine, très appréciées par mon gnome de 8 ans ce soir au demeurant - désolé mais le choux, vraiment je ne peux pas... Or donc, on peut avoir été élevé dans ce qu'on appelle une famille catholique de gauche, tout ce qu'il y a de plus franco de port, au beau beau milieu d'une ville stalinienne (si si cela existe : grandir dans une cité, rue Gagarine, cela vous pose un homme), se sentir parfaitement dégagé de tous préjugés politiques (je préfère la poétique), demeurer indifférent à la bienséance gauchisante tout autant qu'aux certitudes de la droite des valeurs, se situer par hasard sur l'échelle temporelle quelque part entre votre nièce et vous même, aimer certaines choses que vous abhorrez peut être (au hasard le rock et le luth renaissance), ne pas souffrir certaines que vous vénérez (les charentaises, la pluie, où même le pastis en automne), et tout de même rendre grâce (à personne) d'appartenir à la même, grande, belle, conne, humanité que vous. Tout ça pour dire (je m'aperçois que mes phrases frisent la muraille de chine ce soir) que j'aime bien les gros cons de votre espèce, avec qui l'on peut trinquer autour d'un zinc (personnellement je suis plutôt blanc - sans considération raciale envers le raisin), légèrement philosophe (sur le plat), pétris de certitudes, qui disent des conneries comme tout le monde, mais terriblement humains. Bref, on ne se croisera pas à la comète, je ne lirai (certainement) pas les brigades mondaines et sans doute pas non plus le Renaud (qui ne chante pas, ni ne se rend de son trépas au Panthéon), et pourtant ce soir je lève vers vous mon verre en guise de considération (un bon vieux jurançon que n'aurait pas dédaigner l'Henry IV)en disant paix sur la terre, indulgence pour les cons, et un peu de tendresse dans la blogosphère !!! Salut et fraternité, citoyen !

    RépondreSupprimer
  5. l'avantage du net c'est qu'on ne craint pas de voir couler du sang en vrai.
    l'inconvénient c'est que la surenchère peut monter très haut et que les chances de vous voir vous réconcilier devant une bière ne sont que virtuelles.

    En tout cas vous devez être vraiment touché car votre style s'en ressent et c'est à peine si on peut croire que c'est vous qui l'avez écrit ce billet.

    Didier, m'enfin redevenez vous !

    RépondreSupprimer
  6. Bizarrement (par rapport à ce qu'on pourrait s'attendre), pour moi, c'est chez vous qu'il y a la vraie humanité.
    Et les vraies marques d'intelligence.
    Que parfois, elles ne s'exposent pas en évidence n'a pas d'importance.

    Je vous promets de :
    - ne jamais vous tutoyer en tout cas sur Internet
    - ne jamais vous taper dans le dos après une dispute en vous disant "allez, on est potes, buvons un coup"
    - toujours vous faire savoir quand je trouve que vous dépassez MES limites et (en essayant) sans agressivité

    Je promets aussi à Suzanne de ne jamais l'appeler "la" Suzanne.

    Et aussi de ne jamais tenter d'en savoir plus sur Floreal (parce que bon ...).

    Une petite anecdote : quand je suis arrivée à la Comète, un soir où elle était magique, j'ai été accueillie sans un bonsoir ni un sourire par une brutale interjection d'une élue lyonnaise : "ah, c'est toi la copine de Didier Goux !".

    Finalement, ça m'a fait réaliser que oui, après tout.

    RépondreSupprimer
  7. Mathieu : Je m'en fous, comme vous devez vous en douter. C'est juste que je NE SUIS PAS alcoolique. Pochton, ivrogne, oui, tant que vous voudrez, mais alcoolique, non.

    Voyez-vous, je n'y suis pour rien : j'ai énormément bu entre 1980 et 1990, et il se trouve que je ne suis jamais devenu alcoolique (alors que je l'aurais parfaitement mérité, tout à fait entre nous...). Je n'y peux rien, c'est comme ça.

    Les deux ou trois pétasses qui me tapent sur la gueule aiment bien, elles, me traiter d'alcoolique. C'est leur droit, si vous voulez. Enfin, ce n'est absolument pas leur droit, mais comme je m'en fous, elles peuvent continuer à oe faire.

    Ce qui m'amuse, voyez-vous, c'est que ces pétasses vomissent sur ce qu'elles pensent être les gens comme moi. Des gros réacs, des sous-merdes, qui, bien entendu, méprises les gens atteints de telle ou telle maladie. Car il va de soi que les réacs dans mon genre méprisent les gens malades : c'est connu. Alors que les gentils-gens-de-gauche, eux, adorent les gens malades.

    Sauf que, "stigmatiser" quelqu'un comme alcoolique (qui est une maladie, n'est-ce pas ?), là, ;d'un coup, ça devient permis. Surtout si cet alcoolique est "de droite" : là, ça devient carrément encouragé, hein !

    Ben si, quel bonheur : le Didier Goux,il peut bien raconter tout ce qu'il veut... IL EST BOURRÉ ! Ah ouais ? Ouais ! Ouf ! On se sent mieux, putain ! C'est juste un gros alcoolo, c'est pour ça qu'il est plus de gauche !

    Vache... on se sent mieux...

    RépondreSupprimer
  8. Ouh là, vous êtes bourré, là non ?

    Smiley, bordel !!!

    Bon, je n'ai pas suivi tout le débat, j'ai juste lu votre billet et celui de Nicolas pour être précis. Alors, je ne m'étends pas plus...

    RépondreSupprimer
  9. Bertrao : ouah ! Ravi de vous accueillir ici ! Vous débarquez au moment où j'allais mettre la viande dans le torchon (comme disent les beaufs que j'adore), donc, on se reparle demain, oui ?

    Olympe : Vous, je vous aime vraiment bien. Et je me souviens qu'hier (mais je ne sais plus trop où...), vous m'avez merveilleusement défendu.
    Du reste, vous remarquerez que j'ai viré ma blogroll "féministe", mais que vous avez intégré la blogroll "principale", celle des gens que j'aime vraiment : il arrive que je me moque de vous, mais enfin, en gros (gros toi-même !), je pense que nous vivons dans le même monde et que nous sommes d'accord sur l'essentiel.

    J'aimerais bien, d'ailleurs, qu'on se rencontrez "en vrai", un de ces jours...

    RépondreSupprimer
  10. Je n'ai pas suivie l'affaire, juste lu vos billets et commentaires s'y réferrants, ainsi que ceux appartenant à d'autres blogs, que j'aime lire pour me détendre quand j'ai du temps, la parole est d'argent et le silence est d'or. Vous me semblez valoir bien des silences cher Didier,alors ignorez les paroles et écoutez les silences, ils sont beaux, n'est ce pas et tellement plus essentiels! Bonne soirée!

    RépondreSupprimer
  11. Certainement, je manque rarement vos humeurs (pour la viande dans le torchon, je partage, c'est une expression qui me rappelle mon ami martin).

    RépondreSupprimer
  12. Post Scriptum:

    @ Audine
    Je ne vous connais pas. J'ai cliqué sur votre pseudo pour la 1° fois il y a 5 mn. Je n'ai JAMAIS écrit NULLE PART l'ombre de votre pseudo.

    "Et aussi de ne jamais tenter d'en savoir plus sur Floreal (parce que bon ...)."

    Ah oui? Vous êtes bien inspirée là. C'est une bonne idée.Tâchez de tenir parole. (Parce que bon...)

    @ Didier
    J'espère que vous me reconnaitrez de ne pas être de celleux qui emploient les méthodes que vous dénoncez et que je n'apprécie pas davantage que vous.
    Et ce, à la face d'une Audine.

    Je n'ai jamais nié votre humanité, nulle part. Et je témoigne ici que vous n'êtes pas de ceux qui se moquent des maladies des gens, et je le dis en connaissance de cause.

    J'ai sans doute bien des défauts, pas celui d'être hypocrite ni malhonnête.

    RépondreSupprimer
  13. Audine : Vous faites partie de mes remords. Je n'aime pas l'idée de vous avoir agressée de manière aussi stupide que je l'ai fait. Bon, je défendais Renaud Camus, mon écrivain préféré, néanmoins je ne me sens pas très fier de la manière dont je l'ai fait.
    (On n'est pas mignon, là, à se prosterner gentiment les uns devant les autres, hein ?)

    Bref (que voulais-je dire, au fait ?) ? Ah, oui : Dorham, aujourd'hui, m'a laissé un commentaire superbe (ne le lui répétez pas, à ce connard (avec deux n), il a déjà une trop bonne image de lui-même !), dans lequel il revient sur cet épisode imbécile, où je vous insultâtes sottement. Dorham ne me rate jamais : c'est probablement pourquoi je l'aime ; exactement pourquoi, aussi, j'aime Suzanne qui, tout comme Dorham, comprend toujours ce que je viens d'écrire.

    Et qui, comme Dorham (et comme vous du reste), est tout de même capable de m'envoyer chier si je raconte des conneries.

    Enfin, bon : il est dix heures et demie et je bosse demain. Dodo...

    RépondreSupprimer
  14. Petit passage d'un con de gôche qui vient vous dire M.Goux et même si vous vous en foutez qu'il vous estime loin d'être débile. Pour le reste, j'espère que nous aurons l'occasion d'en deviser à nouveau autour de quelques verres !

    RépondreSupprimer
  15. Avec Dame Hypos d'ailleurs le verre ! :)

    RépondreSupprimer
  16. Floréal : ici, tout le monde a le droit de se friter avec tout le monde : on n'est pas chez Nicolas ! (smiley, bordel !)

    Vous savez bien que je vous aime beaucoup. Mais j'aime beaucoup aussi Audine, alors... démerdez-vous toutes les deux !

    RépondreSupprimer
  17. Jon : Du moment qu'il a quelques verres (à la Comète, par exemple...), je vois mal pourquoi on ne pourrait pas s'entendre...

    RépondreSupprimer
  18. Jon, bis : M'ame Hypos est une fière compagnonne de Comète, je confirme !

    RépondreSupprimer
  19. Mince je vous croyais vraiment alcolo ! Je suis déçu.

    RépondreSupprimer
  20. Quand est-ce qu'on fait un Téléthon pour les alcooliques ?

    (on n'est pas chien, on paiera l'apéro aux myopathes avec les bénefs)

    RépondreSupprimer
  21. Alcoolique, je veux bien, gros non. Je n'ai rien bu ce soir, à part une trentaine de bières parce qu'il faisait chaud.

    RépondreSupprimer
  22. J'ai une question à poser. Quelqu'un a lu le commentaire de Bertrao jusqu'au bout ?

    RépondreSupprimer
  23. Cela dit, on ne pourrait pas arrêter de se foutre sur la gueule pour des conneries.

    Didier, faites donc un billet pour expliquer qu'il faut foutre les sans papier dehors, moi, j'en fait un pour expliquer qu'il faut une régularisation massive et après on boit une bière.

    RépondreSupprimer
  24. J'ignore si je fais partie de la bande de cons dont l'avis à votre égard n'a pas d'importance, je ne pense pas, puisque je ne parle jamais de vous ailleurs sauf chez Suzanne, une fois.
    N'ayant pas l'honneur d'être nommée parmi les bons ou les mauvais, si je ne compte pas du tout, sauf pour du beurre, dites-moi de ne plus venir. Et j'entendrai. Et je ne vous dirai pas que je m'en fous...
    Le ton de ce billet-ci m'attriste.
    Je me demande si vous savez vraiment reconnaître vos amis. Vous nous avez déjà fait le coup avec votre chaine.
    Il y a les brillants.
    Et les autres, plus modestes mais pas moins sincères, même si c'est dans la virtualité. Je ne viendrai jamais à la Comète, et alors?
    Votre blog est excellent, ne le descendez pas avec des humeurs indignes de vous.

    RépondreSupprimer
  25. @ Nicolas : je n'écris pas pour les nains, ça risque de les faire grandir.

    RépondreSupprimer
  26. Finalement, ce que je retiens d'important de toute cette page c'est qu'il y est question d"un bon vieux Jurançon".
    Dois-je apporter un verre ou bien est-il prévu, pour les imprévus, un gobelet de carton ?

    RépondreSupprimer
  27. @ Bertrao,

    Dites donc, mon jeune ami, il faudrait voir à ne pas me piquer trop vite ma place de Tourangeau logorrhéique, là. C'est que, malgré mon état de SBF j'ai de grandes causes à défendre, moi.

    Cela dit, si je puis me permettre, il vaudrait quand même mieux pour vous, si vous tenez à rester dans les petits papiers de ce bon Monsieur Goux, ne pas répondre trop rapidement par l'insulte aux piques de Nicolas le Kremlinois, surtout lorsque, comme en l'occurrence, ces dernières se veulent plus amusantes que véritablement méchantes. L'hôte de ces lieux nous laisse certes nous griffer et nous mordre à notre guise chez lui, mais j'ai comme l'impression que ça le chagrine malgré tout de nous voir nous chamailler trop longtemps dans le bac à sable – à moins que ce qui l'embête dans ce type de querelle ne soit plus simplement de ne pouvoir intervenir dans la bataille sans avoir l'air de prendre parti pour le détenteur de la pelle ou pour le possesseur du rateau.

    Si je puis, là encore, me permettre (car, la nuit venue, je suis d'une audace qui m'étonne moi-même), n'eussiez-vous pas posté votre fort amical commentaire-apostrophe à Didier Goux que celui-ci eût très bien pu, sans remords aucun, prendre un jour ou l'autre pour cible votre propre blogue, dont j'aurais tendance à penser que son côté « chouette bande de parents trentenaires décontractés dans l'un des quartiers les plus huppés de cette ville si prétentieuse de Tours » n'eût pas été loin, dans cette circonstance, de lui valoir l'étiquette infamante de « pur blogue de bobos ».

    Pour le reste, n'étant malheureusement moi-même que ce que je suis, je ne peux évidemment que souscrire à votre demande d'indulgence pour les cons.

    @ Didier Goux,

    Je le confesse : j'ai dit récemment du mal des chiens sur un blogue berrichon où vous eûtes autrefois vos petites habitudes, avant d'ajouter, finement, que cela pourrait contribuer, si DG venait à passer par là, à la réalisation de mon rêve secret : être tricard sur son blogue (sous-entendu, naturellement : ce qui vous pose un véritable homme de gauche).

    Ha ! Ha ! Ha ! Amusante boutade, n'est-il pas vrai ? ... Si, si, je vous assure, rien de plus... Mais, mais, mais... Nooon, je vous en prie, pas la porte... C'était la première fois, et j'ai encore tant de choses importantes à dire... Et déconnez pas non plus, il commence à faire frisquet dehors....

    Aaaahhhh !

    RépondreSupprimer
  28. @DG
    Bon je la fais courte pour que chacun puisse tout bien lire.

    Concernant mon coup de pelle en plastoque sur la tête à Nico, c'était pur réflex et pas méchant (sauf un peu pour les nains) - juste j'aime pas quand on me jette du sable.

    Pour la bande des près, allez y de votre diatribe quand vous le sentirez, c'est tout à fait ce que vous dites : un ramassis de bobos trentenaires à lardons, qui veulent se rassurer dans un quartier peuplé essentiellement de Jean-Luc à pompes à glands, et de Marie pas Claires à serre têtes et jupes plissées... Mais ce n'est pas mon blog, seulement une contribution au susdit collectif de rebelles à vélos électriques (avec la charrette à moutards qui va bien derrière). Par ailleurs je considère me situer plutôt dans la case "bohème précaire", ou "bourgeois fauché", mais comme je suis un peu seul dans ce coin là, j'accepte bien volontiers de pic niquer avec tous les athés de mon quartier qui achètent du vin ailleurs que chez Nicolas.

    A propos du blog berrichon, entendons nous, il s'agit bien du Mr qui raconte ses jours et son ennui ? Sinon j'ai peur de ne pas bien suivre...

    Bon, sur ce je m'en retourne jouer avec mon instrument et mes petites images.

    Et comme on dit dans le Berry, à la revoyure et bonjour chez vous !

    RépondreSupprimer
  29. je ne sais pas quoi penser....vous pouvez être parfois si touchant.
    vous êtes humain
    précision : je ne traite jamais personne d'alcoolique, je ne peux pas, ça me choque à chaque fois que quelqu'un ose le faire, Nicolas en sait quelque chose, j'ai autour de moi des gens qui souffrent de cette terrible maladie, et je connais la douleur immense qu'ils ont pu ressentir ou ressentent encore...et ça ne m'amuse pas.
    voilà bonne journée Didier Goux

    RépondreSupprimer
  30. J'ai lu le commentaire de Bertrao jusqu'au bout et je le trouve très bien.

    RépondreSupprimer
  31. C’est vrai ? On peut faire un long commentaire ? Je peux m’attaquer à cette phrase : « J'emmerde absolument Nicolas qui semble parfaitement incapable de comprendre que ces histoires ne le concernent absolument pas. » ?

    Didier, j’ai très bien compris. Si ça me concernait, j’arrêterais immédiatement de vous causer sauf si vous insistiez pour me payer PLUSIEURS bières.

    Mais :
    Petit 1 : Didier Goux est un gros con réactionnaire raciste, homophobe, antisémite, bourgeois, alcoolique et en plus il porte des bretelles.
    Petit 2 : Didier Goux est ami avec Nicolas et Nicolas le claironne car les conneries dans les blogs c’est une chose, la vraie vie est plus importante et basta, pour une fois que je rencontre un type qui ne vacille pas après une quinzaine de bières, je ne vais pas l’ignorer.
    Petit 3 : Hypos et Trublyonne sont mes amies d’enfance depuis un an ou deux et l’amitié, s’est comme une braguette ouverte, ça ne se décrète pas, ça se constate. Certes, on s’est connus par les blogs, vouzetmoizaussidailleurs, mais la vraie vie a pris le dessus.

    A défaut d’un beaujolais nouveau, éclusons le petit 3 : je n’aime pas voir mes amies attaquées. Votre billet sur Hypos a été mal pris, au début, par elle, c’est dommage. Votre billet sur Trub était de trop. Ca m’a gavé.

    Pour ce qui concerne le petit 1 et le petit 2, admettez que vous me mettez dans une position inconfortable qui raisonne aux yeux des imbéciles et des ségolistes comme : « Nicolas est un trou du cul qui n’ai même pas de gauche puisqu’il soutient Didier Goux et préfère être pote avec ce gros que soutenir ses copines gauchisses ».

    Vous et moi savez que je ne soutiens rien et que je me contrecarre de beaucoup plus de conneries que l’humanité peut penser mais j’ai mauvaise humeur : je suis obligé de répondre à un nombre incroyable d’attaques.

    En outre, j’aime Hypos et Trublyonne mais ça reste platonique car je ne voudrais pas que leurs amants respectifs, Tonnégrande, Djibril, Mamadou, Léopol Sédar, Makélé et Homard Bongo me tombassent sur la gueule.

    Tiens ! A propos de Tonnégrande, vous avez vu qu’il a sortie un billet, cette andouille. Où il vous cherche. Ha ha ! Une blogoware entre le gros et vous, ça me changera de mon quotidien et on ne me soupçonnera pas de connivence. Je soutiens Tonnégrande : c’est avec lui que j’ai rendez-vous au bistro, ce soir ! C’est à lire ici.

    Il est beau, ce commentaire, non ? J’aurais du en faire un billet.

    N.B. : Hypos, Trublyonne, quand je dis que je vous aime, c’est pour faire joli, hein ! N’allez pas croire des conneries. Je préfère les jeunes. Et Catherine.

    RépondreSupprimer
  32. Allons bon ! Pendant que je déclarais ma flemme à Trub et Hypos, Maâme Cloud Nez en profite pour passer. J'espère qu'elle ne va pas me faire une scène de ménage. Béa, je plaisantais.

    RépondreSupprimer
  33. "Audine : Vous faites partie de mes remords. Je n'aime pas l'idée de vous avoir agressée de manière aussi stupide que je l'ai fait."

    Ouais, si vous aviez attentivement lu mon mail lors de cette affaire-ci, ça n'aurait pas mis si longtemps, spèce de conard (avec un "n").

    RépondreSupprimer
  34. j'aime bien les commentaires de ce billet.
    (je fais court sinon Nicolas ne lira pas jusqu'au bout)

    RépondreSupprimer
  35. Bonjour Didier,

    Encore un peu et on pourrait croire que ces gens de gauche ont certaines affinités avec les supporters des Boulogne boys du Parc des princes, rappelez-vous sur une célèbre banderole...ils avaient qualifié les gens du Nord de 2Pédophile, alcoolique, chômeur...attention Didier, bientôt on va vous attribuer le qualificatif de Pédophile et puis on va vous demander si en fait vous ne seriez pas du Nord...bon comme dit le poète la bave du crapaud...la blanche colombe...

    Cherea

    RépondreSupprimer
  36. Cherea,

    Pourquoi pédophile avec une majuscule.

    RépondreSupprimer
  37. N'empêche, j'aime beaucoup le : "Ben si, il l'a vu, bande cons". Je ne sais pas vraiment pourquoi, c'est autant l'esprit que la sonorité, "bande de cons", ça sonne drolatiquement...Bref, je n'arrête pas de ricaner, depuis ce matin, en relisant cela.

    Ah, et je viens d'avoir le temps de lire le commentaire de Bertrao et comme dit Audine (avec qui je ne suis jamais d'accord, c'est bien connu) c'est de la parole d'or en barre.

    On pourrait bien entendu tous réclamer notre droit à être de gros cons.

    RépondreSupprimer
  38. @ Bertrao,
    Je la fais courte également, mais uniquement parce que j'ai à peine le temps d'avaler ma platée de nouilles au beurre.
    Le blogue berrichon que j'évoquais n'est pas tenu par ce monsieur dont vous nous parlez et qui, le pauvre, s'ennuie, mais bien plutôt par une dame qui m'a plutôt l'air du genre hyperactif (on peut très bien, me direz-vous, brasser beaucoup de vent tout en s'emmerdant ferme, mais je ne peux développer cette idée sans me priver de ma tranche de sainte-maure, ce qui me gâcherait ma journée).
    Accessoirement, je ne suis pas Didier Goux, ce dont tout un chacun – notamment les lecteurs de ce blogue – ne peut d'ailleurs que se réjouir.
    (Putain ! Je vais pas avoir le temps de bouffer mon dessert !)

    RépondreSupprimer
  39. P'tain, j'en ai raté des choses en peu de temps . En tout cas cher Didier, on vous aime comme vous êtes et merci pour tout vos billets. Et je vous trouve dans une forme OLYMPIQUE !! Et vivement qu'on se retrouve !

    RépondreSupprimer
  40. Didier, je n'ai pas lu les commentaires, mais je tenais à vous dire que ma petite amie (blonde, 22ans, 1m82 de grâce et d'élégance lorsqu'elle est juchée sur ses talons de femme du monde), vous lit presque tous les jours et vous trouve tout à fait charmant.

    Si ça, ça ne vous remonte pas le moral... ^^

    RépondreSupprimer
  41. Pluton : ouais, ç'a castagné pas mal...

    Hank : en effet, merci ! (Et mes hommages à Madame...)

    RépondreSupprimer
  42. Je trouve les commentaires beaucoup trop long, quelqu'un a-t-il osé un résumé ?

    Personnellement, je veux bien faire roi des cons mais uniquement si on peut voler gratis !
    :-))

    RépondreSupprimer
  43. Un petit coup de mou le GouX. Courage, ça va passer.

    AppAs

    RépondreSupprimer
  44. Je suis une nigérienne aux cheveux crépus et mon mari est pakistanais plus noir que moi encore. Nous nous sommes rencontrés à Angers, et nous vivons au Mans. Nos parents étaient pauvres et ils sont morts jeunes. Nous lisons comme des fous, nous nous abreuvons sans relâche de culture française. Nos enfants et nous allons devenir tous français mais nous n'habiterons pas dans les banlieues violentes.
    Je lis votre blog en vous remerciant.

    Jacqueline

    RépondreSupprimer
  45. et moi je suis vert avec des tentacules rose et je vis dans la mer.. trouvez mon nom.. haha..
    @ hank on veut une photo...

    ben oui moi je suis alcolo et repenti donc, 1) je bois pas 2) je suis grincheux et 3) j'ai les yeux facilement rouges..
    geargies

    RépondreSupprimer
  46. Vous remarquerez que je ne demande jamais dans lesquels vous me classez (les petits cons intéressants ?), non pas que je m'en foute, mais je fais semblant.
    Sur ce coup là, je n'ai pas voulu m'en mêler, je distribue assez de coups de canon comme ça, je me calme un peu (mais le cas échéant, je me serais fait plus ou moins l'avocat du diable en ce qui vous concerne, c'est mon côté anti-conformiste, bien qu'Hypos aura sans doute apprécié que je ne me marre pas chez vous comme certains de ses amis politiques comme elle l'a mentionné, de choses qui visiblement ne la font pas rire.)
    Et puis la blogosphère me gave, en ce moment, mon boulot me plait plus, tiens, j'ai serré la paluche aujourd'hui au père Chirac (adversaire politique, mais humainement plaisant) qui venait à la fnac de Troyes pour une dédicace (j'ai failli lui dire de venir faire un tour à la Comète, sans Bernadette, mais bon, j'étais en service...)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.