jeudi 7 avril 2011

La route est un bouquet de Crevette

On a eu un moment de profond désarroi, l'Irremplaçable et mécolle, lorsqu'on a appris qu'il allait devenir à peu près impossible de lire leur département d'origine au cul des bagnoles, pour cause d'un microscopisme graphique décrété par ce gros malfaisant de Modernœud : qu'allions-nous faire durant nos longs trajets trans-franciens si nous ne pouvions plus jouer aux départements ? Comme la transhumance allait devenir triste ! Et puis, ainsi qu'il en va souvent, Catherine a trouvé la parade, quelque part entre Noyon et Beauvais.

Désormais, lorsque la conversation entre nous s'alanguit et que l'ennui pointe, nous nous récitons les prénoms des enfants Crevette en essayant de n'en oublier aucun. Je vous vois sourire, mais ce n'est pas à la portée de tout le monde. D'autant que l'on peut varier à plaisir et compliquer à l'envi : choisir l'ordre inverse de la chronologie, par exemple, ou en faire une liste alphabétique, ou bien encore panacher les âges et les sexes, etc. On ne voit plus passer les Sedan – Le Plessis.

Je dois cependant reconnaître que Catherine me bat pour l'instant à plate couture : je bloque encore pas mal sur le bouquet de Crevette, je dois dire. Oui, mais, hein : je conduis, moi, en même temps ! C'est vrai quoi…

20 commentaires:

  1. Crevette ROSE, pour moi, GRISE pour vous.

    RépondreSupprimer
  2. C'est chouette, même quand vous n'avez rien à dire, vous le faîtes bien :)

    RépondreSupprimer
  3. Oui, Corto, mais il est assez habitué à ne rien avoir à dire d'intelligent.

    RépondreSupprimer
  4. Si elle a des triplés cette année, vous êtes mal barrés...

    RépondreSupprimer
  5. Jacques Etienne7 avril 2011 à 12:46

    Vous soulignez là l'inégalité intolérable qui existe entre ceux qui connaissent la Crevette (ou toute famille très nombreuse) et ceux qui ne la connaissent pas et qui continueront de s'emmerder sur la route.

    RépondreSupprimer
  6. Suzanne : on l'a fait passer à l'échographeur avant de publier le billet, histoire de bétonner le truc.

    Jacques Étienne : c'est vrai que ça discrimine grave, sur ce coup.

    RépondreSupprimer
  7. Cher Didier...et les enfants titte-guoute, quelqu'un y pense?
    Je vous aide pour le départ: Steven, Corinne
    (à prononcer avec un fort accent nordiste)
    "S'ti v'eun'tite goutte..."
    "'Cor eun'tite goutte?..."

    RépondreSupprimer
  8. Vous vous intéressez aux enfants, vous ? Je croyais que c'était sans interêt.

    RépondreSupprimer
  9. La mère Castor,

    T'as encore oublié les aspects gustatifs et sexuels.

    RépondreSupprimer
  10. N'exagérons rien ! Roselyne fait tout le boulot, alors... ;))

    RépondreSupprimer
  11. Oh, mais c'est une vicieuse : il lui arrive de faire exprès de nous planter ! Juste pour voir si je suis toujours éveillé.

    RépondreSupprimer
  12. Et je connais un Tonga qui s'appelle Amédée....

    RépondreSupprimer
  13. Mais c'est charmant ce joli billet, le meilleur de l'année bien évidemment!^^

    Il m'arrive d'oublier un prénom moi-même ou pis, je l'avoue, un enfant... J'ai déjà oublié des enfants à l'école et lorsque je rentrais chez moi, c'est la secrétaire qui m'appelait parce que je ne me rendais compte de rien... L'horreur intégrale.

    Le souci, avec une famille nombreuse, c'est que parfois, quand je veux gronder un mouflet, je commence par confondre deux-trois prénoms ce qui me fait perdre tout mon crédit... ça donne ceci :
    "Basile! heu non, Grégoire! Heu, Rémi! Pierre!!!"
    Mais en fait, rapidement on se rend compte que c'est toujours le même qui s'en prend plein la poire, en l'occurrence mon pauvre Pierre....

    Dans tous les cas, nous sommes très fiers, nous avons réussi à nous mettre d'accord avec mon mari pour le prochain prénom avant la naissance!!^^

    RépondreSupprimer
  14. PDLL
    Ne vous en faîtes pas , c'est simplement l'âge ...
    Ma grand-mère me donnais le nom du Père , de l'oncle et du Grand-Père avnt de trouver le mien .
    Attendez d'avoir 80 petits-enfants ... Ou 150 ...

    RépondreSupprimer
  15. Ah, chère Comtesse, je me demandais si vous alliez finir par passer ici aujourd'hui…

    RépondreSupprimer
  16. Et merci pour votre témoignage, qui prouve qu'on peut donc être totalement alzheimer et parfaitement féconde.

    RépondreSupprimer
  17. Jacques Etienne7 avril 2011 à 22:31

    "La route est un bouquet de Crevette"
    L'amour est plus doux que ces fleurettes
    Quand le bonheur en passant vous fait signe et s'arrête
    Il faut lui prendre la main sans attendre à demain

    Décidément, Didier, vous devez beaucoup à Luis Mariano...

    RépondreSupprimer
  18. Denis : c'est toujours ce qu'on dit aux vieux quand on veut être aimable avec eux…

    Jacques Étienne : ah, mais c'était fait exprès !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.