mardi 19 avril 2011

La condition de la conquête, par Renaud Camus



« Le flux actuel des immigrés clandestins — au demeurant fort peu clandestins : on ne voit qu'eux — aurait tous les caractères de la farce s'il n'était si lourd de menaces pour notre civilisation, ou ce qu'il en reste. Nous avons eu pendant trente ans les réfugiés de la dictature (nous disait-on), voici les réfugiés de la liberté (la plupart viennent de Tunisie, ces temps-ci). Toute référence au droit d'asile est à peu près abandonnée, comme un vieux prétexte devenu inutile. Les nouveaux arrivants quittent leur pays à la faveur des progrès démocratiques qui y ont cours, ils profitent du désordre entraîné par l'effondrement des anciens pouvoirs pour gagner des terres plus rémunératrices, et voilà tout. Leur patrie n'est pourtant pas misérable et il semble que ce serait le moment où jamais, pour eux, de contribuer à son développement historique, économique, institutionnel. Non, ils préfèrent venir jouir ici de notre développement à nous, quitte à le compromettre et à le paralyser par leur afflux et par leur mécompréhension des exigences de son bon fonctionnement (au premier rang desquelles le fameux moins pour le plus du pacte d'in-nocence : eux rêvent plutôt d'un plus pour le plus qui ne s'est jamais traduit, où qu'il ait sévi, que par un plus pour le moins). »

La suite est ici.

16 commentaires:

  1. Texte remarquable!

    C'est aussi grâce (où à cause de) vous que j 'ai connu R Camus : vous voyez bien que vous êtes responsable...en tant qu 'influent.
    A part ça l 'extrait de Chateaubriand doit il nous soulager en nous apprenant que ces folies ont déjà été vues ou doit-on au contraire s 'inquiéter davantage?

    RépondreSupprimer
  2. "Les conquerrants désarmés" ! j aime beaucoup, c'est tout a fait cela.

    RépondreSupprimer
  3. Superbe. C'est tellement vrai. Pourvu, pourvu qu'il ait ses 500 signatures. Vous imaginez ? Les médias obligés de lui accorder du temps d'antenne...
    By the way, je l'ai entendu samedi dernier dans Répliques avec Manuel Valls. Ce qui m'a le plus étonné c'est l'incapacité totale de Valls à lui opposer des arguments sérieux sur la question du Grand Remplacement. On avait l'impression que dans le fond il partageait son diagnostic, mais qu'il n'osait pas faire face aux conséquences.

    RépondreSupprimer
  4. Ah ! Voilà Valls camusien. On le soupçonnait d'être à droite, on a gagné.

    Didier,

    D'après Dxdiag, vous êtes influent. Faites pas le con, pour le Wikio, hein ?

    RépondreSupprimer
  5. Le ver est dans le fruit
    mais le fruit ne le sait pas
    il culpabilise

    RépondreSupprimer
  6. dxdiag : je ne sais pas trop, à vrai dire…

    Corto : oui, et c'est exactement ce que Modernœud ne peut imaginer : la conquête sans armes (enfin, relativement) sans armes…).

    Aristide : même impression exactement. Je pense que Valls avait décidé de ne pas parler directement avec Camus (avec Finkielkraut il était tout de même un peu obligé) pour ne pas risquer de se laisser entraîner de son côté. Car il est, je crois, un des responsables du PS à être conscient de ce qui se joue. J'allais écrire "un des seuls", mais je pense que, en privé, la plupart, surtout s'ils sont élus dans des régions déjà à demi conquises, sont parfaitement au courant. Seulement, bien entendu, ils ne peuvent pas le dire, sous peine de se faire immédiatement sulfater par la bien-pensance au pouvoir.

    Nicolas : je vous promets de rester sagement deuxième…

    TG : À nous de constituer le noyau sur le quel Modernœud cassera ses jolies petites dents.

    RépondreSupprimer
  7. "Antiqueue" est persuadé d'avoir raison. Il ne peut pas se casser les dents sur quoi que ce soit vu qu'il n'en a plus vraiment.

    Salutations matinales.

    RépondreSupprimer
  8. Chemin de Travers II20 avril 2011 à 10:19

    Vomitoire. On frémit à l'idée de vivre dans un monde uniquement peuplé de Renaud Camus, de ses rancœurs, de sa xénophobie, de la pureté sectaire de son concept de culture..
    Dire qu'on a ici critiqué le "Indignez-vous" de Hessel.
    On nous sert le même en négatif.
    Ici on s'indigne aussi sans solution d'avenir.
    Mais hélas avec l'intention d'attiser les haines, alors que chez Hessel on voulait au moins suciter de la tolérance.

    RépondreSupprimer
  9. Tranquillisez-vous, mon bon ami : il y a très peu de Renaud Camus, alors que les Hessel, gâteux ou non, pullulent. Par conséquent vous pouvez vous rendormir bien sagement : aucune haine ne sera attisée.

    (Je suppose que par vomitoire vous avez voulu dire vomitif ? Merci de me le confirmer, pour la bonne compréhension de votre petite indignation.)

    RépondreSupprimer
  10. Alors quoi!
    Les Tunisiens eux n'auraient donc pas le droit de tourister à Paris ?
    Bon d'accord!
    Alors, rendez-leur Djerba

    RépondreSupprimer
  11. On leur rendra Djerba quand les Anglais nous auront restitué Jersey et Guernesey, bordel !

    RépondreSupprimer
  12. Chemin de Travers II20 avril 2011 à 10:44

    Non, non, j'ai bien dit "vomitoire".
    Merci de la leçon de français,mais...

    "vomitoires à l'usage de nouveaux Barbares qui sortant du nord avec l'immense train des armes à feu, viendront inonder des régions favorisées de l'intelligence et du soleil" (Chateaubriand hélas!)

    RépondreSupprimer
  13. Tiens,
    Didier Goux est cité (aux côtés de Chateaubriand, excusez du peu!) mais, hélas, dans le torchon gauchiste caviardé intitulé Marianne, version en ligne...
    Atroce!
    Est-ce La Gloire ou La Déchéance ?
    Signé Tonnegrande

    RépondreSupprimer
  14. c'est curieux cette passion que les gauchistes ont pour le vomitoire;

    RépondreSupprimer
  15. Mais vomitoire comme l'emploie Chateaubriand, d'accord, on comprend. Mais dans votre commentaire à vous, désolé mais ce n'est pas clair du tout. Enfin, bon, on s'en fout.

    Claude : je suis régulièrement repris par Marianne2. Parfois les choix de Philippe Cohen me laissent dubitatif, mais enfin, c'est lui qui décide, hein.

    Ça vaz, vous, sinon ? Le gros frisé ne devient pas trop pénible, avec l'âge ?

    Julie : Ah ? qui d'autre ?

    RépondreSupprimer
  16. "c'est curieux cette passion que les gauchistes ont pour le vomitoire;"
    Pour le vomi tout court, sans suffixe.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.