lundi 25 avril 2011

Les vertiges extrémistes du camarade CSP


« C'est quoi, le paysage politique français, du point de vue de l'ouvrier ?
Une droite qui lui raconte des salades pour mieux l'enfiler.
Une pseudo-gauche de bourgeois qui ne savent même plus qu'il existe.
Une gauche de gauche paumée dans des discussions byzantines.
Et une extrême-droite qui est la seule, la seule, à lui dire des choses claires et compréhensibles. »

Le billet de CSP dont j'ai extrait ces lignes me semble très intéressant. À condition, comme toujours chez lui, de passer au large, très au large des commentaires. Car le commentateur, chez CSP, est plutôt un bas-du-front (national). En tout cas, pour l'instant et à ma connaissance, c'est le seul blogueur de gauche qui, à propos du vote massif des ouvriers en faveur de Marine Le Pen, ne se contente pas d'incantations et de pleurnicheries.

17 commentaires:

  1. Expliquez à CSP que le vote FN vient des nuisances immigrées, et il vous rétorquera que NON ce n'est que le résultat d'un infâme manipulation médiatique financée par la section néo-nazie du Medef et avec les nationaux-sionistes Zemmour et Babeth Levy en porte-voies...

    Très souvent les groupuscules gauchistes prennent le peuple pour un ramassis de crétins manipulables. Leur incurie électorale ne vient pas tant de l'absurdité de leurs programmes que de cette manie à infantiliser leurs interlocuteur.

    Or personne n'a envie d'être traîté en bébé, donc personne ne vote pour le NPA.

    CQFD. ^^

    RépondreSupprimer
  2. Didier,

    Le "fascisme fun", vous l'avez élevé au sein ?

    RépondreSupprimer
  3. Non, dans le fameux ventre-encore-fécond.

    Cela dit, je suis content qu'il soit là : je n'ai pas si souvent l'occasion de me sentir gauchiste…

    Monsieur Fun : on déconne, hein ? Ne le prenez pas mal !

    RépondreSupprimer
  4. Je ne suis pas sûr que beaucoup d'ouvriers lisent le "camarade" CSP.

    RépondreSupprimer
  5. Denis : ben non, aucun, évidemment. Ses lecteurs, c'est la trilogie habituelle de l'extrême gauche : fonctionnaires + profs + glandeurs.

    RépondreSupprimer
  6. CSP est évidemment un abruti de compétition en même temps qu'un enculé de première.

    Abruti de compétition :

    CSP commence par dire : "L'ouvrier, c'est con et ça pue c'est bien connu, et en plus c'est tellement mais alors tellement moins 'éduqué' que les urbains qui lisent Libé et perdent leur temps sur Twitter."

    Puis il se contredit allègrement dix lignes plus bas : "Peu importe [à l'ouvrier] que ce que lui raconte [l'extrême-droite] soit de splendides salades, puisqu'un FN au pouvoir se dépêchera d'envoyer promener son vernis social pour appliquer une version hardcore du programme du MEDEF : quand on flippe et qu'on est plus sûr de rien, on finit par faire des conneries. C'est humain. C'est débile. C'est logique."

    Autrement dit, la droite (et la gauche) méprisent l'ouvrier en le prenant pour un con, ce qui est très très mal.

    Mais moi, CSP (qui passe mon temps sur mon blog, ce qui doit être fondamentalement différent de Twitter -- quoiqu'on ne voie pas trop en quoi), je comprends réellement et authentiquement l'ouvrier, car je sais bien qu'il est trop con pour voir le piège énorme que lui tend le FN. Et je l'excuse. Car je suis bon. Moi. CSP. Et vertueux. Moi. Et moral. Moi. Et communiste. Moi. Moi. Moi.

    Donc ma condescendance à moi elle est humaine, elle est empathique, elle est généreuse, bref elle est authentiquement communiste et vertueuse, tandis que la condescendance de la droite, de la gauche et même de l'extrême-gauche qui a perdu les pédales (faute de me demander mon avis, à moi, CSP), elle est méprisable car condescendante.

    Voilà le genre de contradictions irréductibles et grotesques dans laquelle la gauche est condamnée à se débattre.

    Ca doit être un merdier, dans le cerveau à CSP, purée... j'aimerais pas y habiter.

    Par ailleurs, CSP est, évidemment allais-je dire, un enculé de première, car quel est son premier et principal argument contre les blogueurs de la réacosphère, dans son petit caca consacré à MTB, que Didier a eu l'indulgence de linker ? Ce sont des frustrés sexuels, bien sûr !

    Grand classique de "l'argumentaire" de gauche...

    Et ce type a trente-sept ans, hein, pas douze...

    L'autre enculerie étant de présumer des intentions des gens pour les calomnier, de prétendre que le FN, s'il arrivait au pouvoir, ferait bien évidemment une politique plus libérale que celle du MEDEF, ce qui est non seulement une saloperie de la part de CSP (attribuer aux gens des intentions que toutes leurs déclarations démentent), mais évidemment une connerie monstrueuse (une bonne partie du nouveau Front national est effectivement socialiste, et en tous cas anti-libérale, ce que CSP saurait s'il lisait avec la moindre honnêteté les commentaires de Fdesouche ; ce qui n'est pas étonnant, puisque les sympathisants du FN sont, pour beaucoup, les anciens sympathisants de la CGT, du PC"F" et de l'extrême-gauche, bref ses potes à lui... ; quand on importe l'Afrique en France, on transforme la France en Afrique ; et quand on importe les socialistes au Front national... eh bien on obtient un Front national et socialiste ; cela ne devrait surprendre personne).

    Donc, c'est bien ce que je disais : enculé, et abruti.

    RépondreSupprimer
  7. Ah, ça au moins c'est du commentaire ! Rien que pour ça, je trouve que j'ai bien fait d'attirer l'attention du monde libre sur l'enfer concentrationnaire du camarade…

    RépondreSupprimer
  8. Robert Marchenoir note avec beaucoup de perfidie mais de justesse que le FN est en train de se socialiser. Je suis plutôt d'accord même si le propos est assez réducteur. C'est par cet obscur phénomène qu'une sorte de climax peut se produire dans l'opinion et surtout chez des personnes comme CSP : comme une évidence, il faudra Le Pen. Les plus nombreux à le faire n'étant pas ceux qui souhaitent virer les arabes mais ceux qui veulent défendre leur petite subvention. A chacun son ambition historique .....

    RépondreSupprimer
  9. Didier :

    Du monde libre : c'est ça. En effet, ordinairement, ça me ferait mal au cul d'aller chez le camarade CSP. Mais là, exceptionnellement, dans l'intérêt de la science...

    RépondreSupprimer
  10. @didier

    Vous n'avez pas dû en voir beaucoup de gens de gôche.

    RépondreSupprimer
  11. Gauche! Droite! Gauche! Droite! De tous côtés c'est la marche au pas! Pas de l'oie ou pas, toujours la même rengaine. Vous n'avez jamais pensé qu'il y a deux siècles, on ne pensait pas vraiment en ces termes? Et vous pensez que votre gnangnan durera encore? Allez, allez, tous pareils!Le Pen ou la vieille gauche, même vieux balai au bout du même manche! Du balai! Du ballet!

    RépondreSupprimer
  12. Il est évident qu'aujourd'hui, le vrai clivage politique n'est plus "gauche VS droite" (ils ont de toute façon les mêmes politiques euro-mondialistes et ultra-libérales) mais plutôt "mondialistes (UMP-PS-PC-Verts-Centre-NPA, etc) VS Patriotes français" (FN).
    Bref, pour reprendre un slogan du FNJ des années 90 : "Ni droite, ni gauche : FRANCAIS !"

    RépondreSupprimer
  13. Gauche et droite françaises actuelles sont ultra-libérales, vous dites ?

    J'ai raté un épisode ?

    RépondreSupprimer
  14. Marchenoir écrit : « Et ce type a trente-sept ans, hein, pas douze... » Eh bien, c'est exactement la raison, je crois, de mon indulgence (pour ne pas dire de ma tendresse) coupable pour ce gzrçon : j'ai l'impression d'entendre de nouveau discourir mes potes trotskystes dans la cour du lycée Pothier d'Orléans, vers 1973…

    PRR : personne ne souhaite virer les Arabes ! Surveillez-vous, mon vieux…

    (Smiley.)

    Denis : alors là, détrompez-vous : j'ai en ai fréquenté des pleines brassées, depuis 40 ans. Et j'en fréquente encore aujourd'hui, puisque je travaille dans la presse et que 75 % des journalistes se déclarent de gauche.

    Hermès : « tous pourris, du balai » : c'est un thème lepéniste, ça, méfiez-vous…

    Othello : vous êtes sûr de ça ?

    Guillaume : oui, moi aussi.

    RépondreSupprimer
  15. Jacques Etienne26 avril 2011 à 09:51

    "la trilogie habituelle de l'extrême gauche : fonctionnaires + profs + glandeurs."

    Ainsi on joint l'insulte à la calomnie ? En tant que prof glandeur (mais sans être fonctionnaire, hélas !) je me sens grandement offensé. D'extrême gauche ? Moi ?

    N'importe comment, dans 4 mois je serai retraité, ce qui gommera les aspérités passées...

    RépondreSupprimer
  16. Chez CSP, 75% des commentaires sont anonymes. La moindre remarque critique signée est censurée. Il vient sur les blogs qu'il censure, mais n'admet pas qu'on lui réponde dans les commentaires de son blog à lui. Comme si ses idées étaient trop malingres, trop faiblardes, sensibles à la contamination.

    RépondreSupprimer
  17. "le NPA empêtré dans tellement de contradictions qu'absolument personne ne comprend rien à ce qu'il veut. Puisque d'ailleurs ne sachant pas lui même ce qu'il veut vraiment."
    (CSP)
    eh oui. Et c'est l'affaire de la candidate voilée qui a enfoncé le NPA dans la mare. Pour ne pas en débattre, ils ont reculé tant que faire s'est pu la date de leur congrès. Puis quand le moment est venu, ils n'ont pu se mettre d'accord, entre vieux de la gauche laïque pure et dure et musulmanistes altermondialistes. Les islamistes les plus virulents ont fait scission, et la morosité s'est abattue chez les autres: le peuple des banlieues nous fuit si on ne l'accepte pas voilé et islamisé, que faire, camarades ? Ils sont là-dedans et n'en sortent pas.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.