samedi 30 avril 2011

Le tourisme à balles réelles a rattrapé Modernœud

« Nous ne sommes pas venus ici pour couvrir une guerre, nous voulions juste voir une révolution, comme celle en Tunisie »

Une révolution en trois D et en temps réel, voilà ce qui leur semblait fun, furieusement peuple-en-lutte, à nos jeunes modernœuds hexagonaux. Les sables de la Libye en direct live, c'était quand même autre chose que de jouer à insurrection-sur-blog tous les jours à heures fixes depuis sa petite piaule d'étudiant, non ? Là, on allait faire dans le tourisme de l'extrême, l'Ushuaïa à balles réelles. Et en plus, on ne risquerait rien, puisqu'on est les gentils. Et que, comme il a été pleurniché ensuite, “ on était juste là pour voir, M'sieur, c'est trop injuste à la fin, ces blockbusters qui massacrent même les spectateurs ! »

Ce n'est pas injuste, c'est bien fait. Je reconnais que pour apprendre que l'eau mouille, que la guerre tue et que la bonne conscience n'est pas un gilet en kevlar la leçon est cher payée – mais c'est bien fait tout de même. Je ne vois pas pourquoi la connerie satisfaite et ostentatoire devrait toujours rester impunie. L'avalanche du skieur hors-piste, l'arraisonnement pirate du caboteur en eaux somaliennes ou la balle perdue pour le warrio-touriste, c'est du pareil au même : bien fait.

Le seul bémol c'est la souffrance que l'on imagine chez les braves gens qui ont enfanté ce crétin et qui, eux, sont peut-être tout à fait normaux – et donc dans l'incapacité de comprendre ce qui a bien pu se produire pour que leur petit garçon, d'une belle gravité rieuse autrefois, se transforme un sale jour en ce cyborg progressiste, enragé de rédemption introuvable. Ils pourront toujours se dire qu'aux rescapés indemnes de ce war tour il reste encore un espoir collectif, ainsi que le signale L'Express.fr en guise de conclusion : « Après avoir financé leur voyage en Libye sur leurs propres deniers, ils espèrent pouvoir vendre leurs reportages à leur retour en France. »

Je crains que la consolation ne leur soit maigre, mais enfin : pendant le travail du deuil, les affaires continuent, le show goes on – et tournent, tournent les révolutions en dolby.


Et un petit bonus, qui dit ce qu'il faut dire :



TOMBEAU POUR UNE TOURISTE INNOCENTE ( Extraits )

MINNIMUM RESPECT / PHILIPPE MURAY




Rien n'est jamais plus beau qu'une touriste blonde
Qu'interviouwent des télés nipponnes ou bavaroises
Juste avant que sa tête dans la jungle ne tombe
Sous la hache d'un pirate aux manières très courtoises.

Elle était bête et triste et crédule et confiante
Elle n'avait du monde qu'une vision rassurante
Elle se figurait que dans toutes les régions
Règne le sacro-saint principe de précaution

[...]

Elle avait découvert le marketing éthique
La joie de proposer des cadeaux atypiques
Fabriqués dans les règles de l'art humanitaire
Et selon les valeurs les plus égalitaires

[...]

Sans vouloir devenir une vraie théoricienne
Elle savait maintenant qu'on peut acheter plus juste
Et que l'on doit avoir une approche citoyenne
De tout ce qui se vend et surtout se déguste

[...]

Dans le métro souvent elle lisait Coelho
Ou bien encore Pennac et puis Christine Angot
Elle les trouvait violents étranges et dérangeants
Brutalement provocants simplement émouvants

[...]

Elle se voyait déjà mère d'élèves impliqués
Dans tous les collectifs éducatifs possibles
Et harcelant les maîtres les plus irréductibles
Conservateurs pourris salement encroûtés

[...]

Elle disait qu'il fallait réinventer la vie
Que c'était le devoir du siècle commençant
Après toutes ces horreurs du siècle finissant
Là-dedans elle s'était déjà bien investie

[...]

Faute de posséder quelque part un lopin
Elle s'était sur le Web fait son cybergarden
Rempli de fleurs sauvages embaumé de pollen
Elle était cyberconne et elle votait Jospin

[...]

L'agence Operator de l'avenue du Maine
Proposait des circuits vraiment époustouflants
Elle en avait relevé près d'une quarantaine
Qui lui apparaissaient plus que galvanisants

[...]

Elle est morte un matin sur l'île de Tralâlâ
Des mains d'un islamiste anciennement franciscain
Prétendu insurgé et supposé mutin
Qui la viola deux fois puis la décapita

C'était une touriste qui se voulait rebelle
Lui était terroriste et se rêvait touriste
Et tous les deux étaient des altermondialistes
Leurs différences même n'étaient que virtuelles

21 commentaires:

  1. Entre Philippe Muray et vous mon coeur balance.

    RépondreSupprimer
  2. Houlà !Houla !
    Moi, toutes ces histoires ça me fait peur !

    RépondreSupprimer
  3. A Benghazi, les blogueurs déplorent que les autorités françaises n'aient pas envoyé d'avion militaire pour évacuer leur ami.
    .....
    Allo maman ? J'crois qu'on a fait une connerie..

    RépondreSupprimer
  4. "Je ne vois pas pourquoi la connerie satisfaite et ostentatoire devrait toujours rester impunie."
    Attention là, vous jouez avec le feu! Non pas que vous soyez plus con qu'un autre (hélas!) mais parce le con ne se définit qu'en étant un con pour l'autre.
    Mais vous (et moi aussi!) vous y survivrez.
    Gros malin, va!

    RépondreSupprimer
  5. Je croyais que le ridicule ne tuait pas , les cons !

    Ce Muray et trop fort !

    RépondreSupprimer
  6. Elle est morte un matin sur l'île de Tralâlâ
    Des mains d'un islamiste anciennement franciscain
    Prétendu insurgé et supposé mutin
    Qui la viola deux fois puis la décapita

    C'était une touriste qui se voulait rebelle
    Lui était terroriste et se rêvait touriste
    Et tous les deux étaient des altermondialistes
    Leurs différences même n'étaient que virtuelles

    Génial. Les sables mouvants du village global.

    RépondreSupprimer
  7. @D/Goux : l'analyse est incomplète. Rue89 est totalement exonérée de la moindre petite faute. Cé pô juste.

    RépondreSupprimer
  8. la vie est triste et le monde est dangereux. C'est une vraie découverte, bande de cons.
    Merci pour le billet !

    RépondreSupprimer
  9. Putain ! J'en reste littéralement scotché devant tant de bêtise alliée à tant d cynisme. Il faut lire l'article l'Express, sa fin en particulier :

    "Notre présence a apporté un soutien moral à la révolution", s'est défendu un autre, portant un pin's à l'emblème de la révolution libyenne.

    A Benghazi, les blogueurs déplorent que les autorités françaises n'aient pas envoyé d'avion militaire pour évacuer leur ami. Ils les accusent aussi d'avoir donné leurs noms à la presse sans leur accord.

    Maman, dis à Sarko qu'il envoie un avion militaire ! Du pur délire !

    RépondreSupprimer
  10. Il y a quand même des choses qui prouvent qu'on peut être très pertinent dans son analyse et pourtant très mauvais poète

    RépondreSupprimer
  11. J'ai fini par entr'apercevoir la Duchesse Catherine.
    Poor thing !
    Il paraît que son mec lui aurait dit : "Bon ! C'est pas tout ça - foin de honeymoon - moi, les fellows m'attendent, je retourne au turf, lundi !"
    Ce n'est peut-être pas tout à fait le bon blog pour raconter ça, mais finalement, on est bien toujours sur la page des exécutions sommaires, non ?

    RépondreSupprimer
  12. L'exemple de ces touristes me rappelle le cas de ce militant "pacifiste et pro-palestinien" italien, Vittorio Arrigoni, venu à Gaza apporter son soutien au peuple palestinien (et témoigner de sa détestation d’Israël). A la mi-avril, il a été enlevé puis étranglé par des militants salafistes dissidents du Hamas... La dépouille a été rapatriée en Italie en passant par l’Égypte, pour éviter de transiter par Israël, "sur demande expresse de la famille". Il y a eu des obsèques religieuses à Lecco ; le cercueil était recouvert du drapeau palestinien.

    RépondreSupprimer
  13. Pourquoi aller si loin quand on veut rencontrer le danger ?
    Il suffit de voir ce qui est arrivé chez elle, en Suède, à la petite blondinette suédoise chantre du vivrensemble.
    C'est triste, mais c'est comme ça.
    On peut juste avoir de la compassion pour sa famille, en effet.
    Je ne mets pas le lien, ça pourrait choquer.

    RépondreSupprimer
  14. Stéphane Bily1 mai 2011 à 13:37

    "Notre présence a apporté un soutien moral à la révolution", s'est défendu un autre, portant un pin's à l'emblème de la révolution libyenne.

    RépondreSupprimer
  15. Carine, que lui est-il arrivé à cette Suédoise ? Elle s'est brulée avec des allumettes ?

    RépondreSupprimer
  16. "MINNIMUM" Poésie.

    Mon Dieu, ce n'était que ça Murray!

    RépondreSupprimer
  17. Fredi Maque:
    je ne veux ni ne peux mettre les liens ici.
    Si vous voulez des infos, allez voir dans les commentaires du dernier billet du Pélicastre (27 avril 2011 à 00:02 et suivants).

    RépondreSupprimer
  18. @Carine
    Ah oui en effet ! Ca craint très fort et je comprends vos réticences.

    RépondreSupprimer
  19. "Nous voulions juste voir la révolution".

    Quand le crétinisme atteint de tels sommets, il n'y a pas de balle(s) perdue(s).

    Alors "bavure", "dommage collatéral", nécessairement accidentels ou "forces ennemies prenant délibérément pour cible des civils désarmés", impossible de se prononcer dans le déluge de la propagande.

    Une chose est sûre : de révolution, point, juste une redistribution des cartes entre puissances. Mais ça, c'est une autre histoire incompréhensible pour le rebelle moderne.

    RépondreSupprimer
  20. Une fois n'est pas coutume, je suis d'accord avec vous.
    (en fait, je me prend à penser que ça arrive souvent, sauf lorsque vous parlez d'immigration).

    RépondreSupprimer
  21. J'ai une idée pour le futur développement touristique durable, sympa et écolo de la Libye : si les plages sont belles, il faudrait favoriser les lunes de miel et autre renouvellements de voeux, à la sauce locale, typique et authentique, pour bobos en mal d'exotisme, exactement comme aux Maldives.

    http://www.lematin.ch/actu/suisse/maldives-couple-suisse-fait-traite-porc-renouvellant-voeux-mariage-340835

    C'est moins aventureux que cette expédition blogueuse et moins humanitaire que l'Arche de Zoé, mais prometteur de sensations fortes néanmoins.

    Tintin en Libye.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.