samedi 24 mars 2012

La forfaiture des islamolâtres ou le journalisme couché


Communiqué n° 1362, samedi 24 mars 2012
Sur la médiature par temps d'actes de guerre

Le parti de l'In-nocence tient à souligner combien le complexe médiatico-politique a une nouvelle fois démontré sa participation active et totale à l'entreprise de soumission idéologique au Désastre, à l'occasion des récents événements dramatiques que notre pays vient de vivre. Le déséquilibre aussi flagrant qu'insupportable entre la compréhension mensongère, et pour un peu la compassion, pour un tueur ayant choisi délibérément d'assumer pleinement sa disposition d'ennemi mortel de notre civilisation, conformément aux préceptes de sa religion qu'il a tenu à scrupuleusement respecter, et l'oubli rapide de l'assassinat atroce d'enfants poursuivis dans une cour d'école, pour ne prendre qu'un exemple entre mille, soulève le cœur, révulse la dignité, et disqualifie à jamais ceux — autant dire la quasi totalité de la profession à quelques courageuses et rares exceptions près — qui ont peu ou prou alimenté cette situation, ne serait-ce que par le jeu des images montrés à l'envi, ou au contraire cachées.

Le parti de l'In-nocence est extrêmement préoccupé par cette situation de désinformation permanente, de culpabilisation inversée, de mépris de la plus élémentaire raison, de négationnisme quotidien, situation qu'il estime comparable à celle de la pire collaboration et qui augure d'un bien sombre avenir. 

68 commentaires:

  1. "la pire collaboration"

    et ils savent de quoi ils parlent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils le savent en effet.
      Ils n'étaient pas à la SFIO eux; pas à Vichy mais à Londres.

      Supprimer
    2. Le paradoxe Français.

      Pacifisme et antisémitisme

      Ce lien entre pacifisme et sympathie pour la collaboration était d'ailleurs reconnu au sortir de la guerre. Ainsi, Jean-Paul Sartre dans Qu'est-ce qu'un collaborateur écrira12. : « Si par exemple le pacifisme français a fourni tant de recrues à la collaboration c'est que les pacifistes incapables d'arrêter la guerre, avaient tout à coup décidé de voir dans l'armée allemande la force qui réaliserait la paix. Leur méthode avait été jusqu'alors la propagande et l'éducation. Elle s'était révélée inefficace. Alors ils se sont persuadés qu'ils changeaient seulement de moyen : ils se sont placés dans l'avenir pour juger de l'actualité et ils ont vu la victoire nazie apporter au monde une paix allemande comparable à la fameuse paix romaine. »

      Le même élan humanitaire qui incite les pacifistes à honnir les guerres et ses atrocités les pousse d’emblée à dénoncer les pogroms et leurs horreurs. Les deux engaments reposent sur une même conception du monde, les deux témoignent d’une même révolte contre la misère humaine, l’injustice et la barbarie13. Simon Epstein considère que le pacifisme est la clef permettant de comprendre le parcours de nombreux collaborateurs issus de la gauche14 : « sommés de choisir entre la guerre mondiale et la persécution raciale, certains pacifistes se montreront épouvantés par la première qui risque de décimer l'humanité entière alors que la seconde ne concerne qu'un groupe restreint d'individus ». Les pacifistes se sont ainsi retrouvés d'accord avec certains éléments nationalistes qui ne concevaient la guerre qu'au service des intérêts de la nation et ne voulaient pas provoquer une guerre mondiale pour des raisons idéologiques ou de défense des intérêts juifs.

      Supprimer
    3. L’origine politique des collaborateurs

      L’origine politique des collaborateurs et l’analyse de leurs motivations profondes fait partie des sujets d’étude du professeur Simon Epstein.
      Le PPF : les anciens communistes et l’extrême gauche maîtrisent le parti ; à sa création, le directoire du PPF comprend 7 membres : 6 sont des anciens communistes. A la fin du PPF, le triumvirat qui dirige le parti est composé de trois anciens militants d’extrême-gauche. Non seulement l’armature dirigeante du parti mais une part considérable de son assise militante est composée d’anciens communistes
      Le RNP : une fois parti Eugène Deloncle venu de la droite mais qui s’orientera vers la Résistance, le « socialisme démocratique et antiraciste règne au RNP ». Quant aux Jeunesses nationales populaires, elles sont dirigées par des militants provenant des Etudiants révolutionnaires ou d’autres structures de l’extrême gauche trostkisante de la prédiode . L’Œuvre déatiste abrite de vieux dreyfusards : Francis Delaisi, Alexandre Zevaès, Georges de la Fouchardière et d’autres.
      Le POPF : ce parti est exclusivement composée d’anciens dirigeants communistes.
      Il en va de même de toutes les structures de la collaboration ouvrière et socialiste : Ligue de la pensée française, Comité ouvrier de secours immédiat, groupe France-Europe. Les dirigeants, animateurs, idéologues, militants ou adhérents de ces groupements sont presque tous des gens de gauche, qui continuent de se réclamer, pour la majorité d’entre eux de leur appartenance première
      Le groupe Collaboration est pour sa part doté d’un président-fondateur venu du pacifisme, d’un animateur formé à la SFIO, aux Auberges de jeunesse, au Front Populaire : Marc Augier.

      Supprimer
    4. Merci, Fredi M., de rappeler tout cela.

      Supprimer
  2. la seule forfaiture que je vois ici, c'est d'enfin constater (suis-je naïf) que Mr D.Goux fait partie d'une secte....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une secte satanique, mon cher : vous avez oublié satanique ! Un petit coup de mou dans la vigilance citoyenne peut-être ?

      Supprimer
  3. Avez vous vu que le parti de l In-nocence apporte tout son soutien à MLP pour la présidentielle ? Z'en pensez quoi ? Moi je suis un peu déçu.

    Pour le communiqué ci-dessus, ça a le mérite d'être clair et j approuve, dommage qu'il ne fasse pas plus simple ds le phrasé. La deuxième phrase est un modèle du genre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Compte tenu des positions du parti de l'In-nocence sur un certain nombre de question, à ses yeux essentielles, je trouve ça assez logique.

      Supprimer
    2. Et, sinon, d'accord avec vous quant à la deuxième phrase : dans le genre acrobatique, elle se pose un peu là.

      Supprimer
  4. Il est vrai que si l'on désire toucher un public un peu plus large que celui des agrégés de lettres, une formulation un peu plus directe ne nuirait pas. Mais sur le fond, comment ne pas être d'accord ?

    RépondreSupprimer
  5. "Avez vous vu que le parti de l In-nocence apporte tout son soutien à MLP pour la présidentielle ? Z'en pensez quoi ? Moi je suis un peu déçu".

    Je suis comme vous, déçu:
    Il me semble que pour le parti de l'innocence, le front national est un peu à gauche.Mais bon pour aller danser à Vienne avec des antisémites, ça ira bien quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement il ne pourront pas emmener votre copain Mohamed Merha à la fête…

      Supprimer
  6. J'espère vivement lire un commentaire de Monsieur Marchenoir, doué en la matière.

    Sand

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur Marchenoir n'écrit plus que dans des blogs où l'on ne peut lui répondre que par "oui, maître", "formidable", "vous êtes le meilleur", "vous lui avez bien fermé son clapet", etc.

      Supprimer
    2. C'est vrai qu'on lui fait trop d'honneur. Éclater un Gaston, un Léon, un Ducon (oups ! j'ai fait un amalgame), c'est trop facile^^

      Supprimer
    3. Pas très clair, votre commentaire, Gilou. Déjà bourré ?
      Marchenoir s'éclate peut-être, mais il n'éclate personne. C'est pour ça qu'il a son blog de repli, chez la crevette, où il peut se ressourcer quand il en a trop pris plein la poire ailleurs. Là-bas, pour le protéger, seuls ses inconditionnels ont le droit de s'exprimer en vantant ses vertus et sa puissance. Alors il se remet à y croire et retourne au combat. Mais cela ne dure jamais bien longtemps et il faut vite retourner chez maman crevette, qui panse ses blessures avec amour.

      Supprimer
    4. Oh la la, Caston, je suis vraiment désolé. Je ne pensais pas que Marchenoir provoquait de tels traumatismes... ne vous inquiétez pas, je lui demanderai d'y aller un peu plus mollo la prochaine fois. OK, Dugon ?

      Supprimer
    5. C'est vous qui êtes traumatisé, Gil, par l'absence de votre maître.
      Si ça vous amuse d'être un gentil toutou, libre à vous, mais allez plutôt chez la crevette, le fan club, c'est là-bas !^^

      Supprimer
  7. Je ne donne pas longtemps pour que toute cette histoire se retourne contre "les Dessouches" (sic)… car il ne peut y avoir d'autres coupables aussi faciles et aussi télégénique à livrer à la vindicte publique, je veux dire aux médias. A cet effet, Aujourd'hui sont prévus un certain nombres de défilés organisés par toux ceux qui ont intérêt à le faire, et ils sont nombreux. Je crois qu'on a pas fini de se marrer…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est déjà le cas ! Allez traîner un peu sur les blogs de gauche et vous verrez : si Merah a fait ce qu'il a fait, c'est bel et bien à cause de la stigmatisation que les affreux nazis dans notre genre font peser sans cesse sur ses malheureux frères de… frères de quoi d'ailleurs ?

      Supprimer
    2. Vous avez failli dire un gros mot.

      Supprimer
  8. Il serait bon d'argumenter un peu lorsqu'on accuse ainsi toute une profession, dont vous faites d'ailleurs vous même partie. Faut il donc par cohérence aussi vous blâmer de votre silence coupable vis à vis de ces morts innocents ?
    Le Parti des Innocents qui rejoint le FN, quel scoop ! Je ne pense pas que cela intéresse quiconque, l'élite littéraire qui rejoint la médiocrité de l'extrême droite !
    Intéressant développement sur la filiation entre l'extrême gauche et la collaboration. Il me semble aussi qu'une bonne part des électeurs d'extrême gauche déçus des orientations de leurs partis n'ont pas hésité ces dernières années à rejoindre le FN. Résultat : au volet national, le FN ajoute le volet socialiste, et nous présente un programme national-socialiste qui sauvera la France, nous n'en doutons pas.

    RépondreSupprimer
  9. Ce qui obsède le parti de l'in-nocence, ce n'est pas tant le terrorisme, ou l'immigration, c'est d'une manière générale la présence de gens de couleurs sur le territoire français.
    Le parti de l'in-nocence est sous-tendu par un racisme fondamental.
    Son grand souhait, l'admirable projet que porte ce parti, est de se débarrasser de tous les gens de couleurs en France ou au minimum d'instaurer un régime de l'apartheid.
    Et dire que son guide se veut ultra culturel!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut vraiment ne pas savoir lire…

      Supprimer
    2. " d'instaurer un régime de l'apartheid."
      Mais je pensais que tel était déjà le cas Léon, du moins à lire vote prose…
      D'ailleurs hier j'ai assisté au spectacle de français lapidant dans la rue un malheureux noirs sous les regards complice de la police qui faisait mine de rien, et de la foule qui passait son chemin en chantant Heili heilo heila…
      Je plaisante Léon je plaisante (je suis certain qu'il m'a cru…)
      C'est vrai qu"à côté de la France d'aujourd'hui, le troisième Riech, l'afrique du Sud au 19eme siècle et le régime de Polpot c'est que des amateurs…

      Supprimer
    3. Léon, vous venez de crever un plancher. Mais vous parviendrez sûrement à en trouver d'autres plus bas encore.

      Supprimer
    4. Chez D.F. : la notion de plancher n'existe pas, en Léonistan. C'est pourquoi Léon lui-même, en personne, a accepté la présidence d'honneur de l'association subventionnée SOS – Terre battue.

      Supprimer
  10. Incohérence encore lorsqu'on fait mine d'ignorer que deux des victimes du tueur sont aussi musulmans.
    Je vous propose d'aller voir les familles de ces personnes et leur dire en face ce billet que vous publiez, c'est à dire qu'ils sont morts conformément aux préceptes de leur religion.
    Allez y, faites donc votre oeuvre d'information et de civilisation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ils le sont ! En tant que “traîtres”, puisque appartenant à un régiment ayant été combattre en Afghanistan.

      Et, sinon, vous pensez qu'à ces mêmes familles ça doit faire plaisir, de lire un peu partout, dans le cloaque blogosphérique ou dans les journaux appointés, que l'assassin de leur fils ou de leur frère n'est rien d'autre qu'une pauvre victime du racisme français ? D'apprendre qu'un membre du corps enseignant a fait observer à ses élèves une minute de silence à sa mémoire ?

      Supprimer
    2. Attention, Didier : il semble que cette minute de silence n'ait en fait jamais eu lieu (cliquer sur mon pseudo pour plus d'informations). Cela ne signifie pas que l'enseignante incriminée n'ait pas tenu ce jour-là des propos absolument scandaleux, mais prudence tant que l'enquête administrative est en cours. J'attire par ailleurs votre attention sur le fait qu'il y a en France environ 50.000 établissements scolaires en France (en laissant de côté les maternelles) et qu'à ma connaissance des incidents relatifs à l'observation de la minute de silence ont été rapportés dans 2 (deux) d'entre eux.

      Supprimer
    3. Très juste, cher Ali, on attend les félicitations de Robert Marchenoir à l'ensemble du corps professoral, dont la tenue, dans cette triste affaire, fut une fois de plus exemplaire.

      Supprimer
    4. Robert dira certainement que cette minute de silence n'était pour nous qu'un moyen de travailler encore un peu moins.

      Supprimer
    5. Ah oui, je n'y avais pas songé.
      Fainéants que nous sommes !

      Supprimer
  11. Léon est venu commenter un billet dans lequel je parle des invités d'honneur du congrès annuel de l'UOIF qui sont ouvertement des admirateurs d 'Hitler ( invitant ses amis à continuer le travail inachevé de génocide ) et y voit une tendance que j'aurais aux amalgames faciles.
    Le même jour, il nous parle ICI du fameux "bal de Vienne"....qui prouve à ses yeux que LP est une sorte de monstre.
    Les bras m'en tombent ! à ce niveau de mauvaise foi il doit y avoir un mot pour designer ce genre de Léon, mais lequel ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je vous en prie, chère DX, ne me cassez pas mon Léon ! C'est le troll patenté de ce blog, il est très fidèle et totalement bénévole. Je serais donc très embêté si je devais le remplacer.

      Supprimer
    2. "…à ce niveau de mauvaise foi il doit y avoir un mot pour designer ce genre de Léon, mais lequel ?"

      J'ai bien une petite idée mais je risque de me faire accuser de discrimination anti-crétin…

      Supprimer
    3. "…Je serais donc très embêté si je devais le remplacer"

      Vous n'avez aucun souci à vous faire pour le remplacer : ils sont nombreux et déjà au pouvoir (ce sont les seuls à ne pas le savoir du reste…)

      Supprimer
    4. En effet, Monsieur Y, je suis déjà, comme dit Renaud Camus, "un grand remplaçant" et désormais plus légitime que vous, si j'en crois son discours.
      Si ce sont tous les arguments que vous opposez à ma déclaration sur le racisme fondamental du parti de l'in-nocence,c'est que vous en êtes,vous-même hélas tout à fait convaincu.

      Supprimer
    5. Oui c'est vrai Dxdiag, je suis allé sur votre site, en prenant la liste de gauche de M.Goux.C'est donc par hasard, et il faut m'excuser, je ne viendrai plus, je ne pouvais pas savoir qu'il s'agissait d'un site pour enfants.

      Supprimer
    6. "En effet, Monsieur Y, je suis déjà, comme dit Renaud Camus, "un grand remplaçant" et désormais plus légitime que vous, si j'en crois son discours."
      Limpide, pour une fois.

      Supprimer
    7. Léon : il n'y a rien chez Renaud Camus qui prône le racisme ; nul part. Si vous les dites, vous êtes un menteur. Ou pire, vous êtes intellectuellement incapable de faire la différence entre la question de l'immigration et celle du racisme, du moins ne pas faire cette distinction vous arrange. Personne ne s'en étonne; tout à déjà été dit à ce sujet et tout le monde sait (sauf vous) de quoi il retourne.

      Pour reprendre le fil de notre discussion, il s'agissait de ne pas vous remplacé vous Léon, dans le rôle du dépendeur d'andouille de ce blog;vous êtes irremplaçable (pardon m.Goux!) mais cela vous ne l'avez pas compris non plus ce qui confirme ce que je disais dans un commentaire plus haut. : "…je risque de me faire accuser de discrimination anti-crétin…"
      Bonjour chez vous

      Supprimer
    8. Ecoutez Monsieur.Y,j'ai lu Renaud Camus, j'ai eu un grand doute lorsqu'il a décrété que dans une certaine émission (je m'excuse de ne pas citer la phrase exacte) il y avait trop de juifs à France culture, c'était dans son journal 2000, me semble-t-il, je n'ai pas été le seul à m'interroger à l'époque sur son racisme éventuel à l'époque, souvenez-vous du buzz médiatique de ce temps-là, mais bon, j'ai lu et écouté sa défense, je n'ai pas hurlé avec les loups et j'ai même pensé qu'on lui faisait un mauvais procès,seulement voilà, ce monsieur persiste et signe, et soit directement soit par l'intermédiaire du parti de l'in-nocence, il ne cesse de se plaindre de la présence d'individus étrangers au socle traditionnel français, si ce n'est pas du racisme c'est au moins de la xénophobie haineuse, définitive,agressive, bref, à titre personnel, maintenant, je ne m"étonne plus de ses mots de l'an 2000 et je n'ai plus envie de considérer sa position sous l'angle d'une maladresse (comment y croire) ou de l'incompréhension de ceux qui le lisent.Vous pouvez vous le vénérer comme vous l'entendez, vous pouvez en faire un humaniste ou ce que vous voulez, moi à travers sa permanence, ses dédains, ses condamnations, j'ai formé mon jugement.

      Supprimer
    9. Il s'excuse de ne pas citer la phrase exacte...

      Supprimer
    10. K2R : Il n'y a jamais rien d'exact chez eux. Tout est fait de touches expressionnistes glauques qui ne disent rien mais dont le but est de laisser planer le doute, de salir. La suspicion… C'est une technique connue qui leur évite de répondre aux questions posées. Ses "idées" ressemblent à des carreaux de vitres, entassées dans un panier de vitrier, claires une à une, et obscures toutes ensemble.

      Supprimer
    11. Si vous parlez de Léon, pourquoi ne pas s'adresser à lui directement ? C'est trop facile, la connivence, la meute lachée sur un seul. Et indigne d'un homme d'honneur.

      Supprimer
    12. La phrase exacte :
      "Les collaborateurs juifs du "Panorama" de France Culture exagèrent un peu, tout de même : d'une part ils sont à peu près 4 sur 5 à chaque émission, ou 4 sur 6, ou 5 sur 7, ce qui sur un poste national et presque officiel constitue une nette surreprésentation d'un groupe ethnique ou religieux donné; d'autre part, ils font en sorte qu'une émission par semaine au moins soit consacré à la culture juive, à la religion juive, à des écrivains juifs, à l'Etat d'Israël et à sa politique, à la vie des juifs en France et de par le monde, aujourd'hui ou à travers les siècles. C'est quelquefois très intéressant, quelquefois non; mais c'est surtout un peu agaçant, à la longue, par défaut d'équilibre."

      En ce qui me concerne, je trouve qu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat.

      Supprimer
    13. Je sais bien que Didier aime ses trolls, même les plus abjects, mais ce n'est quand même pas une raison pour leur adresser la parole. En fait, on devrait les ignorer totalement. Mais leur discours est tellement nauséeux ( puisque nauséabond est déjà pris...) qu'un hoquet de dégout est malheureusement irrépressible...

      Supprimer
    14. Merci, Ali Devine, non seulement il n'y a pas de quoi fouetter un chat, mais cela montre tout simplement que RC n'a jamais " décrété qu'il y avait trop de juifs sur France Culture"... Ce Léon est effectivement abject...

      Supprimer
    15. Je me souviens ( mais n'ai retenu que le contenu général, pas les mots exacts) que R Camus a été interpellé à ce sujet par Elie Semoun qui a fini par lui lâcher " que diriez vous si l'on estimait que les homosexuels étaient trop nombreux dans une émission" et qu'il a répondu très tranquillement qu'en effet, s'il s'agissait non pas d'animer une émission pour parler d'homosexualité mais d'une émission généraliste, il trouverait cela très curieux, si tous les journalistes étaient homosexuels.

      Supprimer
    16. Oui et... c'était dans une émission de Thierry Ardisson ! Camus chez Ardisson, franchement !
      http://www.youtube.com/watch?v=FBRya03t99s

      Supprimer
    17. Au cours de cette émission, Camus avait superbement piégé Ardisson, à un moment. Passage qui avait été bien entendu coupé au montage et révélé ensuite par le magazine Entrevue.

      Supprimer
    18. Quant à la phrase exacte de Camus, à propos de l'émission de France Culture, merci de la re-citer. Même si cela n'empêchera pas tous les Léon de la Création de continuer à se "faire une idée" de Camus à partir de propos qu'il n'a jamais tenus. Du reste, se reporter au texte exact avait été, à l'époque, en 2000, le premier et sain réflexe de Finkielkraut, lequel avait aussitôt blanchi Camus de toute péché d'antisémitisme.

      Supprimer
    19. Aussi ai-je dit que je l'ai absous de cette phrase, mais en revanche pas de la récidive.
      Mais bon vous êtes chez vous, vous pouvez lire mes phrases comme vous l'entendez et en revanche ausculter celles de votre grand homme à la virgule près.
      D'ailleurs je ne voudrais pas troubler votre vénération.
      On a les idoles qu'on mérite.

      Supprimer
    20. J'ai absous cette phrase, mais pas la récidive... C'est merveilleux...

      Supprimer
    21. Excusez moi ... Je l'ai absous de cette phrase mais en revanche pas de la récidive... Pas moins merveilleux... En fait, ce type n'est ni un imbécile, ni un traitre. C'est tout simplement un canular, une pure invention de François Desouche ou de Riposte Laïque. Ils y vont un peu lourd cette fois-ci. Cela va finir par se voir...

      Supprimer
  12. Gil Padamalgam25 mars 2012 12:46

    Léon, vous lui présentez une série bien construite de de faits et d'arguments bien limpides, il lit (enfin, on suppose), et il en ressort... qu'il n'a rien compris. Léon, c'est un amalgame à lui tout seul, et un amalgame de choses bien poisseuses, une espèce de cocktail de vodka au jus de poireau. finira-t-on par dire "padléon !" comme on dit "padamalgam !" ?

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour.

    Je me permets de rappeler que Mohamed MERAH a reconnu avoir abattu de sang-froid des enfants de 4 et 8 ans. Il a précisé n'en avoir éprouvé - et c'est un euphémisme - aucun remord. Ce petit rappel devrait clore tout début de commencement de polémique foireuse. Ce type s'est comporté comme une ordure et rien ne l'obligeait à se retrancher dans son appartement, armé jusqu'au calot. Après tout, il n'a obtenu que ce qu'il désirait. On peut gloser indéfiniment sur le déroulement de l'enquête, les conditions de l'intervention policière, les motivations de l'assassin - cela fait vendre du papier et maintien éveillé les cornards de droite comme de gauche - mais je doute que cela ne ramène les victimes à la vie ni ne rende plus supportable les crimes de MERAH. Passons à autre chose, voulez-vous ?

    RépondreSupprimer
  14. Je suis d'accord sur le fond avec le communiqué du parti de l'in-nocence, mais je suis assez surpris par la qualité très médiocre de sa rédaction. Prolifération des adjectifs et des adverbes (délibérément / conformément / pleinement / scrupuleusement), période démesurée, incise parasite, anaphore lourdingue, expression douteuse ("révulse la dignité")... M. Camus, j'espère que la politique ne vous a pas détourné de la lecture des bons auteurs !

    RépondreSupprimer
  15. Le parti de l'in-nocence n'est pas allé jusqu'à préciser que les enfants assassinés étaient juifs.

    Surtout que s'ils ont été assassinés, c'était comme juifs.

    Car enfin, il y a des limites à la pitié et à l'humanité.

    RépondreSupprimer
  16. Vous laissez passer ce commentaire, Didier ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, vous savez, passé un certain stade, dans la surdité comme dans la cécité, on ne peut plus rien faire…

      Supprimer
    2. Alors disons que ce parti n'est que borgne et sourd d’une oreille !

      K2R, soit vous n'êtes pas assez grand pour critiquer vous-même mon point de vue, soit vous appelez Didier Goux à la censure. J'ai bon ?

      Supprimer
  17. Marco Polo Mar 25, 2012 09:12 AM

    Très juste, cher Ali, on attend les félicitations de Robert Marchenoir à l'ensemble du corps professoral, dont la tenue, dans cette triste affaire, fut une fois de plus exemplaire.

    Ali Devine Mar 25, 2012 11:04 AM

    Robert dira certainement que cette minute de silence n'était pour nous qu'un moyen de travailler encore un peu moins.


    ___

    On admirera avec quel aplomb des professeurs-fonctionnaires de notre belle République peuvent s’exprimer sur des sujets sur lesquels ils n’ont aucune compétence, et cela, naturellement, en se vautrant de la plus belle manière.

    La meilleure façon de savoir ce que « je dirais certainement » sur la minute de silence en faveur des victimes de Merah est de me le demander, mais cela est trop évident, trop facile pour la caste Degauche vivant aux crochets de l’Etat, qui sait, mieux que les autres, ce que les autres pensent, et qui se font un devoir de le leur enseigner.

    A défaut, on peut faire des suppositions – mais évidemment, pour ne pas avoir l’air de Trissotins, il vaut mieux que ces suppositions ne tombent pas trop loin de la réalité.

    En l’occurrence, nos jacasseurs professoraux s’imaginent – parce qu’ils n’ont jamais pensé autrement, parce qu’ils sont incapables d’exprimer une opinion autrement que sous forme de pour ou contre, parce que l’essentiel pour eux est de se féliciter d’être dans le camp du Bien et de débusquer ceux qui Pensent Mal, ils s’imaginent que la question est de savoir s’il fallait faire une minute de silence, en classe, pour les victimes de Merah, ou en faveur de Merah.

    Ils s’imaginent que l’essentiel est l’attitude des professeurs, c'est-à-dire d’eux-mêmes, de leur caste, parce que, dans leur bulle fonctionnariale, tout tourne autour de leur petit nombril.

    Et ils se félicitent d’avoir été les meilleurs, d’avoir eu le petit doigt sur la couture du pantalon, d’avoir, comme un seul homme, les 800 000 qu’ils sont ou à peu près, obligé leurs élèves à respecter une minute de silence.

    Outre évidemment qu’ils n’en savent rien (l’Inspection de l’Education nationale, l’ONU auraient-ils placé un observateur dans chacune des classes de l’Hexagone ?), ils se vautrent lamentablement, car la seule attitude digne, pour un professeur, est bien évidemment de s’abstenir rigoureusement d’imposer quelque « minute de silence » que ce soit à ses élèves, sous quelque prétexte que ce soit.

    RépondreSupprimer
  18. Imposer une « minute de silence » à des enfants, c’est considérer que le rôle du professeur consiste à leur enfoncer de la propagande dans le crâne.

    Bien sûr, ils trouvent cela parfaitement normal, puisque c’est ce qu’ils font à longueur de journée ; puisque c’est ce que la caste politique, fonctionnariale, journalistique, pseudo-intellectuelle, Degauche considère comme étant la mission première de l’école.

    Pour la quasi-totalité des Français, quel que soit leur bord politique, la solution à tous les problèmes politiques et sociaux, c’est « l’éducation ». La France est envahie par des hordes d’immigrés haineux, inassimilables et violents ? La solution réside à l’évidence dans « l’éducation », qui va en faire de paisibles Français comme vouvouzémoi. Un criminalité de plus en plus atroce se déchaîne à travers le pays ? N’ayez crainte, « l’éducation est la solution », les troupes de choc professorales sont là –- à condition qu’on leur donne davantage de « moyens », bien sûr.

    Les gens ne savent pas conduire, ils ne savent pas torcher leurs mômes, les femmes ne savent plus cuire un œuf ? Les gens sont racistes, il ont des « préjugés », ils pensent que les hommes et les femmes ce n’est pas tout à fait la même chose ? Les Français craignent le chômage, ils s’angoissent devant la baisse de leur pouvoir d’achat ? Pouf, pouf, « l’école » et les « enseignants » sont là pour les remettre dans le droit chemin, pour leur dire comment on doit penser, pour expliquer à quel point tout cela est la faute de l’ultra-libéralisme mondialisé, du capitalisme international, et comment le remède ne peut venir que de toujours plus d’Etat (c'est-à-dire toujours plus de postes et de privilèges pour leur corporation, et quelques autres).

    Une « minute de silence », si minute il doit y avoir, ne peut être observée que par des adultes, libres et responsables, capables de prendre la décision de se joindre à ce geste symbolique.

    Imposer cela à des enfants, c’est manipuler des esprits non autonomes, c’est abuser de l’innocence d’enfants pour promouvoir des objectifs politiques qui n’ont rien à voir avec leur éducation et leur bien-être, c’est, mutatis mutandum, de la pédophilie politique.

    C’est parfaitement ignoble.

    Et ça n’a l’air de gêner personne.

    Et encore moins les « profs ». Forcément. L’exploitation politique des enfants, c’est leur fonds de commerce.

    Si nos jacasseurs suceurs des impôts des Français avaient un peu moins la tête fourrée dans leur nombril, ils se seraient aperçus que cette minute de silence est loin d’être un immense succès.

    Ils se félicitent qu’eux l’aient imposée.
    Mais, incapables de s’ouvrir à l’Autre et de se soucier réellement de ce que pensent et font les autres, ils ne se sont pas aperçus que cette minute de silence a donné lieu à de nombreux dérapages nauséabonds de la part des élèves eux-mêmes : refus, perturbations, manifestations de solidarité avec Mohamed Merah...

    Mais bon, les profs ont fait leur travail. Ils ont obéi scrupuleusement aux ordres du gouvernement. Ils sont contents d’eux.

    Eux qui, en temps normal, aiment à se portraiturer en rebelz indomptables, en révolutionnaires permanents, à prétendre qu’ils ne vont pas se laisser impressionner par l’Etat et ses ministres, ils se vantent d’avoir scrupuleusement dicté à leurs élèves la propagande que l’Etat attendait d’eux.

    Normal, qu’ils soit anti-libéraux.

    Ils n’aiment pas la liberté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien voilà, je suis sans doute une espèce de rat nazoïde, mais je suis entièrement d'accord avec ce que ce Marchenoir (que je ne connais pas et ne tiens pas à connaître, tellement il est réactionnaire) vient de dire.

      Supprimer
    2. Marchenoir, une fois de plus, n'a rien compris.
      C'est parce qu'il est très bête.
      Alors je me dois de lui expliquer qu'on se fichait de sa figure,gentiment, sans méchanceté, pour détendre l'atmosphère. Mais cet homme qui se prend tellement au sérieux a vraiment cru, le pauvre, qu'on attendait son avis sur un quelconque sujet, et même ses félicitations ! Oui, Marchenoir ne comprend pas que quand on lui demande de féliciter des profs, c'est pour faire une blague, une plaisanterie, histoire, encore une fois, de détendre l'atmosphère !

      Comme d'habitude, Marchenoir répond à côté. C'est sa technique systématique, qui lui permet d'avoir toujours raison, puisqu'il ne parle jamais de la même chose exactement que les autres. Ici, par exemple, il n'était nullement question de se lancer dans un vaste débat (fort intéressant, sans doute) sur la légitimité des minutes de silence à l'école, mais seulement de faire une blague. Marchenoir s'en fiche, ce qu'il veut, lui, c'est écrire une charge contre les profs qui sera ensuite savamment découpée par ses amis, c'est-à-dire privée de la réponse que je lui fait ici, pour être exposée sur un blog où tous ses contradicteurs sont bloqués à l'entrée. Ainsi il est encore plus facile d'avoir raison.

      Marchenoir est tellement malhonnête qu'il feint de croire que j'ai pu me féliciter de cette minute de silence, alors que je ne faisais que plaisanter en signalant la presque inexistence des détournements malsains de cette petite cérémonie officielle (un ou deux cas, même pas complètement avérés, de tentative d'hommage au tueur : c'est peu pour un corps enseignant que Marchenoir décrit comme vérolé en profondeur. Là était toute la teneur de mon tout petit propos sans importance dont Marchenoir s'empare avec une mauvaise foi sidérante).

      Marchenoir est tellement malhonnête qu'il feint de supposer qu'on fait preuve de je ne sais quelle perversité en ne lui posant pas directement la question de savoir ce qu'il pense de cette minute de silence, alors qu'il peut ici répondre à tout moment, ce qui précisément est refusé à ses contradicteurs sur le blog où ses "meilleurs propos" sont religieusement repris (c'est le cas de le dire).

      Marchenoir est tellement malhonnête qu'il ne s'est pas demandé, avant de juger, ce que Marco Polo pouvait penser des minutes de silence à l'école. S'il avait tenu à le savoir, il aurait appris que je suis contre, ai toujours été contre, et pour exactement les mêmes raisons que lui.

      J'espère que ça ne le perturbera pas trop, quand même.

      Supprimer
  19. Personnellement, si j'avais eu le choix, j'eusse encore préféré que l'on s'en tienne à une minute de silence. Parce que l'avantage du silence c'est quand même que, pendant qu'on est silencieux, on ne parle pas.
    Mais au lieu d'un silence de bon aloi, l'institutrice de l'un de mes enfants a expliqué à sa classe que les meurtres de Toulouse étaient l'oeuvre d'un "raciste". C'était avant que l'on apprenne qu'ils étaient l'oeuvre d'un Mohammed Merah.
    Je ne sache pas que, depuis, elle ait expliqué aux enfants dont elle a la charge que l'assassin est en réalité un musulman qui a tué au nom de sa foi.
    C'est étrange.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.