lundi 5 mars 2012

Deux dimanches de printemps où je ne devrais pas mettre le nez dehors…


En ce qui concerne l'élection prochaine, je m'achemine lentement mais de plus en plus sûrement vers l'abstention – au premier comme au second tour. Voter Le Pen me paraît chaque jour plus dénué de sens véritable, et choisir entre Hollande et Sarkozy sans le moindre intérêt, dans la mesure où, à deux ou trois broutilles “sociétales” près, les deux feront la même politique – ou plus exactement pas de politique du tout. Il est d'ailleurs fascinant de voir à quel point les deux candidats principaux en sont à énoncer tout et son contraire presque dans l'élan d'une même phrase, le premier pour conserver à tout prix sa confortable avance sondagière et le second pour tenter de remonter au score. Pour la palme du ridicule et de l'inconséquence aussi, ça devrait se jouer dans un mouchoir…

176 commentaires:

  1. Marine dénuée de sens véritable vous dites ? Alors je me permettrais de citer un vers d'André Chénier : « Sur des pensers nouveaux formons des vers antiques. » Car c'est à ce propos d'André Gide expliquait ceci ( je vous recopie un extrait que je choisis à cette occasion politique qui se marie à mon goût fort bien ! ) : « Je crois, en dépit de ce précepte, qu'aucun - penser nouveau - n'entre dans le temple de l'Art avec un vêtement d'emprunt. Le point de perfection est atteint seulement lorsque la nouveauté de la forme répond exactement à la nouveauté intérieure. Or nous ne sommes que trop enclins, dans ce cas, à demeurer insensibles à la fois à l'un et l'autre ; tandis que nous paraîtra parfaite une forme que nous reconnaissons, alors même que, par rapport au - vin neuf - qu'elle contient, ce - vieux vaisseau - ne saurait proprement convenir. On a vite fait de déclarer informe une apparence entièrement nouvelle, une forme insolite, alors même que cette forme est exigée par la nouveauté de son contenu, dont elle est du reste indissociable, avec laquelle elle se confond. Car c'est une vieille absurde querelle que celle qui s'élève en traitant à part - forme - et - fond -; à dire vrai, c'est, ou ce devrait être, même chose. La renaissance sera formelle, ou ne sera pas. Tout véritable artiste crée sa forme propre, à la manière dont un mollusque sécrète, de son être même, sa coquille. »

    RépondreSupprimer
  2. Ben pas mieux cher ami. Et ce n'est pas très réjouissant.

    RépondreSupprimer
  3. Je voterai Eva Joly, un vieux fond de charité chrétienne.

    RépondreSupprimer
  4. Avant qu'elle ouvre la bouche, je comptais voter pour Madame Le Pen. Mais elle est aussi catastrophique que les deux autres. Guéant a déclaré un truc du genre: le FN est un parti nationaliste et socialiste. Il a tout à fait raison. Si Madame Le Pen s'était cantonnée à la partie nationaliste, j'aurais sans problème voté pour elle. Malheureusement, le socialisme s'en est, comme toujours dans notre beau pays, mêlé.

    J'irai jouer au golf.

    Qu'ils se démerdent entre eux, ces socialauds à la con.

    RépondreSupprimer
  5. Je voterai pour le candidat qui me stimulera intellectuellement le plus, avant même de m'intéresser au contenu de son programme. N'importe qui, juste le premier qui me fera réagir.

    RépondreSupprimer
  6. J'irai voter Marine, sans enthousiasme, mais parce que c'est peut-être la dernière fois que je pourrai m'exprimer contre le grand remplacement.
    Mais c'est vrai que c'est bien triste

    RépondreSupprimer
  7. Je recolle ce que j'ai écrit chez Vincent Bénard, salopard ultra-libéral certifié :

    J'ai été parmi les premiers à dénoncer le socialisme forcené de Marine le Pen. Je voterai néanmoins pour elle pour une raison très simple : tous les candidats sont anti-libéraux, avec des nuances qui relèvent de la cosmétique.

    Un seul candidat est réellement opposé à l'immigration, Marine le Pen.

    Or, si cette dernière se poursuit, le peuple français disparaîtra, victime de génocide ethnique par substitution.

    Ce jour-là, le débat entre libéraux et anti-libéraux sera devenu sans objet. Discuter des modes d'organisation politique d'un peuple disparu n'a pas de sens.

    Je vote donc pour la survie du peuple français. C'est prioritaire par rapport au sujet du libéralisme.

    D'ailleurs, dans la discussion théorique et futile qui consisterait à envisager l'organisation politique que voudraient bien se donner nos envahisseurs, colonisateurs et génocideurs une fois parvenus à leurs fins, le libéralisme est exclu d'avance.

    Le libéralisme est une doctrine et un mode d'organisation politique qui n'est possible que dans une société d'origine européenne, blanche et de culture chrétienne. C'est dans une telle société qu'il est né, et il n'a jamais existé ailleurs.

    L'islam est fondamentalement anti-libéral, et les théoriciens musulmans le disent explicitement. Pour s'en persuader, il suffit d'observer les sociétés islamiques.

    Les Africains noirs sont incapables d'une organisation politique autre que tribale : il suffit d'observer l'Afrique et les municipalités noires aux Etats-Unis.

    Et si Marine le Pen est empêchée de se présenter, eh bien je voterai blanc, ou j'irai à la pêche. Ou à la chasse.

    http://www.objectifliberte.fr/2012/02/hollande-bluffe-t-il.html?cid=6a00e54ef28dc18834016301514dd9970d#comment-6a00e54ef28dc18834016301514dd9970d

    Incidemment, j'ai été très surpris par les réactions à cette prise de position. Se déclarer opposé à l'immigration et adopter des positions réalistes sur la question raciale parmi les libéraux français, c'est comme péter à la messe. En général, je m'en prends plein la gueule.

    Eh bien, là, il y a eu une espèce de long silence, suivi seulement des caquètements d'un enfant socialiste de passage (ce qui ne compte pas), et de l'approbation bruyante d'un facho également venu d'ailleurs (ce qui ne compte pas non plus).

    Parmi les libéraux qui squattent l'endroit, en gros plutôt sérieux, intelligents et rationnels, rien du procès en nauséabonderie habituel dans ce milieu en pareil cas.

    Donc, soit ces gens ont eu un accès de politesse subit, et ont fait semblant de ne pas remarquer que quelqu'un avait pété, soit... eh bien... ils se sont mis à réfléchir.

    RépondreSupprimer
  8. Pour ma part, je vais tenter le geste punk. De toute façon, c'est ce que préconise Aristide et c'est le plus malin de la bande.

    RépondreSupprimer
  9. Et bien, pour les mêmes raisons, je ferai comme le sieur Marchenoir.

    RépondreSupprimer
  10. La position de Marchenoir est la plus réaliste et la plus pragmatique .

    Même si Marine a des positions agacentes sur sa "république" et autres
    attrape couillons , je pense que c'est une tactique électorale pour rameuter
    le mouton de base intoxiqué depuis 60 ans avec ce charabia novlangue , elle peut
    quand même pas se pointer dans les médias en déclarant que ce sont tous des fils de
    putes quelle va pendre le long des champs Élysée dès qu elle prendra le pouvoir
    (quoi que le dernier qui a fait cela a remporté les élections haut la main) mais
    c'était une autre époque , faut pas paniquer les veaux élevés aux hormones ...

    Force est de constater que la priorité est de stopper cette immigration de remplacement
    qui va détruire définitivement ce qui fut ce beau pays et bien sur de supprimer cette débilité
    de droit du sol qui permet à n'importe quel traine savate de la planète de devenir automatiquement
    français parce qu’il est né sur un vol Air France (c'est pas une connerie , c'est déjà arrivé )

    Et c'est ici que je rejoins le Robert ,
    j'en ai rien à foutre de savoir quels seront les systèmes économiques , sociaux et religieux
    de cette populace qui aura remplacé le peuple historique et légitime de la France .

    Donc je voterais Marine , faute de mieux .

    RépondreSupprimer
  11. Il me fait tordre de rire le Marchenoir, il votera pour la survie d'un peuple français dont il dit qu'il est composé majoritairement de fonctionnaires, d'assistés, de gens de gauche, de pauvres, qu'il déteste tous cordialement.Il est tenté par le suicide?

    RépondreSupprimer
  12. Rien n'est plus civique que le vote blanc. Les candidats sont tous indignes du mandat qu'ils briguent, mais je participe quand même au rite sacral, pour manifester à l'avance ma soumission à l'heureux vainqueur de la foire d'empoigne pour l'assiette au beurre.
    Rien de plus incivique que l'abstention : tu sais où je me le mets, le rite sacral ?
    Les anarchistes ne sont pas seuls à prêcher l'abstention par principe. Moi aussi.

    RépondreSupprimer
  13. Marchenoir : que Marine Le Pen soit opposée à l'immigration, c'est très probable en effet. Mais que ferait-elle une fois élue ? Et surtout, que pourrait-elle faire, concrètement, avec Bruxelles qui s'opposerait immédiatement et frontalement à toute initiative visant à ce but (la réduction drastique, voire la suppression de l'immigration) ?

    Léon : petite forme, ce matin, on dirait…

    RépondreSupprimer
  14. J'oubliais : me déplacer pour voter blanc, eh bien… ça m'emmerde, pour tout dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se déplacer pour voter, c'est tout simplement défendre la continuité du droit de vote, principal acquis de la démocratie, acquis pour lequel des gens se sont battus et ont laissé leur vie.
      Si le droit de vote n'est plus utilisé, il tombe en désuétude et nous, nous tombons dans la dictature d'un type qui décidera à notre place.

      Ne voyez dans mes propos aucun caractère révolutionnaire. Je suis tout le contraire d'un modernoeud.

      Duga

      Supprimer
  15. Si Marine est empêchée, je prendrai un bulletin blanc et j'écrirai son nom.
    Ca sera quand même un vote anti-immigration et préventif anti-émigration.

    D'accord aussi avec Marchenoir.
    Didier, vous pouvez toujours voter MLP envers et contre tout et tous, sur ce seul critère. Evidemment que ça n'est pas le pied, un vote nul, mais c'est mieux que de rester chez soi et jouer l'indifférence.

    RépondreSupprimer
  16. Malheureusement, Didier, vous avez raison car même chez nous, en Suisse, Bruxelles se mêle de nos choux, alors pour la France..

    RépondreSupprimer
  17. "Que pourrait-elle faire, concrètement, avec Bruxelles qui s'opposerait immédiatement et frontalement à toute initiative visant à ce but ?"

    Heu... s'opposer immédiatement et frontalement à toute tentative d'ingérence dans la souveraineté nationale ?

    Qu'est-ce qu'a fait Thatcher ? D'où sort ce mythe qu'on ne peut pas s'opposer à Bruxelles ni à l'ONU, que la "communauté internationale" est un dieu vivant contre lequel on ne peut rien, qu'on ne peut pas dénoncer les traités qu'on a signés ?

    D'ailleurs d'autres commencent à le faire. Les Anglais ont dit qu'ils voulaient arrêter l'immigration, les Danois (ou les Hollandais ?) ont dit qu'ils rétablissaient les contrôles aux frontières, les Suisses ont commencé à remettre en cause Schengen, et jusqu'à présent je n'ai pas vu les chars européens débarquer à la Haye, ou l'aviation bruxelloise bombarder Londres.

    D'ailleurs Marine le Pen n'est pas en position d'être élue. Son score, s'il est bon, fera passer un seul message : non à l'immigration (et peut-être un deuxième : non à Bruxelles). Personne ne se dira que les Français veulent plus de fonctionnaires parce qu'ils ont voté Front national. Ce n'est pas un scoop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Geert Wilders veut que les Pays-Bas sortent de l'euro. Il a 24 députés au parlement et le gouvernement a besoin de son soutien.

      Il est aussi opposé à l'immigration et à l'islamisation.

      http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/afp_00431018-pays-bas-geert-wilders-veut-revenir-au-florin-appelle-au-referendum-298331.php

      Supprimer
  18. Robert, que pensez-vous d'un vote MLP quand même ?
    Bien sûr que c'est un vote nul, mais pas inutile, il me semble.
    J'espère qu'elle donnera cette consigne ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voter Marine le Pen si elle n'est pas candidate ? Oui, ça peut être rigolo, mais personne n'en saura rien.

      Supprimer
    2. Bin si ! Les gens qui iront dépouiller.
      Si c'était une consigne générale, ça pourrait être rigolo, pour peu que le mec qui vide les enveloppes dise "Marine le Pen" au lieu de dire "bulletin nul".
      Faut pas rêver…

      Supprimer
  19. Et oui , c'est le talon d’Achille du programme FN , ne pas aborder la question qui fâche : sortir de cette Europe de Bruxelles qui nous enchaine à un programme obligatoire et nous empêche d’exercer notre pleine souveraineté .

    Tactique électorale de la part de Marine ? point ne sais , mais elle a répondu à cette question dans une émission sur une radio de l'ile de la Réunion : de toute façon cette Europe va s'effondrer ...

    Paradoxe alors qu'elle veut "négocier" avec cette Europe moribonde sur la sortie de l'Euro .

    Ya rien à négocier , on en sort et on les envoie balader , ça ne semble pas inscrit dans son programme , bizarre mais révélateur sur cette politique incohérente , on ne peut pas négocier à moitié sa souveraineté , c'est tout ou rien .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh... non. Ca, c'est sur les blogs. Dans la réalité, quand on veut rompre un traité, prendre son indépendance, on a besoin de négocier. Dans son propre intérêt.

      Vous ne pouvez pas "envoyer balader" votre monnaie. Ca ne se passe pas comme ça.

      Supprimer
  20. "Son score, s'il est bon, fera passer un seul message : non à l'immigration"

    Pour les joueurs de foot, on va être embêté, on fera jouer Marchenoir à l'arrière!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette : plus de fouteballe! enfin une bonne nouvelle!

      Supprimer
    2. 1. C'est vrai qu'il n'y a jamais eu de champions de foute blancs. D'ailleurs le foute a été inventé par les Noirs, c'est bien connu.

      2. Si on pouvait se passer de l'essentiel du foute, ce serait en effet un Progrès, comme on dit à gauche. Et même un Progrès Social.

      Supprimer
    3. Sociétal, le progrès, Marchenoir : SOCIÉTAL !

      Supprimer
  21. LéonMar 6, 2012 03:01 AM

    "Son score, s'il est bon, fera passer un seul message : non à l'immigration"

    Pour les joueurs de foot, on va être embêté, on fera jouer Marchenoir à l'arrière!

    1 million d'immigrés de plus depuis le quinquennat lamentable du nabot , et vous réduisez cette invasion catastrophe à quelques footeux millionnaires ?

    Il vous manque un grain .

    RépondreSupprimer
  22. Carine , nous n'en sommes plus à ces enfantillages , le vote ou vous inscrivez le nom de votre favori éliminé par une loi stupide ne sert à rien ,le système a tout verrouillé à son profit et se fiche éperdument des fantaisies de certains électeurs , le vrai vote utile pour le délégitimer est de ne pas rentrer dans son jeu , donc , ne pas voter en cas de manque de signatures pour Marine .

    Vous voyez le flamby élu avec 30% de votants ? putain la honte !

    RépondreSupprimer
  23. "Vous voyez le flamby élu avec 30% de votants ? putain la honte !"
    C'est pas ça qui va le gêner.

    C'est à peu près ce qui se passe couramment par rapport au nombre d'inscrits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème, c'est qu'un homme politique élu avec 50.00000001% des voix avec une abstention de 99.999999% se considèrera malgré tout comme quelqu'un de légitime, choisi par le "peuple français".

      La démocratie en France, c'est une mascarade: vous avez le choix entre les socialistes de gauche, les socialistes de droite, les socialistes d'extrême gauche et les socialistes d'extrême droite... Ils ont exactement le même programme: plus d'état-mama, plus de diversité, plus de taxes taxes taxes taxes taxes, plus d'impôts, pôts, pôts, pôts, pôts et quelques ponctions par-ci par-là au cas où on n'aurait pas compris le message.

      Je trouvais Marine Le Pen honnête et intéressante. Il s'avère qu'elle me dégoûte finalement autant que les autres: ses solutions sont merdiques. Si seulement son père était là putain. Il serait à 25%, au lieu de voir le FN plafonner à 15%. J'étais persuadé qu'elle serait au second tour. Mais son discours de socialiste de merde la condamne à ses misérables 15%. Elle va l'avoir le vote ouvrier. Mais le petit blanc cadre moyen qui est la principale victime des politiques l'aura, comme toujours, dans le fondement. Et avec les graviers.

      ... Quand je la vois répondre à FOG la semaine dernière (?): "mais pas du tout. Les musulmans sont des français comme les autres. Je les aime, moi, les musulmans".
      ... Quand je l'entends débiter ses conneries sur la dette qu'est la faut des méchants banques et pas du tout des politiques sociales irresponsables des trente dernières années. Et pis qu'on n'a qu'à pas rembourser, d'abord, alors que notre dette est détenue à 40% par les Français eux-mêmes.

      Putain, ce que ça m'énerve, autant d'incompétence.

      Supprimer
    2. "Si seulement son père était là putain. Il serait à 25%, au lieu de voir le FN plafonner à 15%."

      Je ne crois pas, Heimdal, je ne crois pas. Marine le Pen a un sens politique que son père n'avait pas. Dans un pays où les musulmans sont peut-être 7 %, un aspirant à la présidence ne peut pas tenir en public le discours que nous tenons sur les blogs.

      La qualité de Marine le Pen est justement de chercher à faire l'unité, très au-delà de la marginalité à laquelle le FN se condamnait jusqu'à présent.

      Pour cela, il est obligatoire de dire certaines choses qui ne satisfont pas entièrement une partie de son public. Vous ne pouvez pas devenir un politicien crédible si vous dites à une partie des Français : vous êtes musulmans, donc j'aimerais que vous débarrassiez le plancher.

      Vous ne pouvez pas dire : j'interdirai l'avortement si j'arrive au pouvoir, dans un pays où l'avortement est largement considéré comme une chose normale. Donc, elle dit : je n'exclus pas de dérembourser l'avortement si les finances de l'Etat m'y contraignent.

      Elle ne peut pas dire : si j'arrive au pouvoir, j'interdirai la pratique de l'islam. Elle dit : les Français ont le droit de refuser de manger hallal.

      Ce sont des positions intelligentes. Des positions de compromis. Des positions politiques.

      Si les Suisses avaient lancé une initiative populaire pour interdire l'islam, elle aurait sans doute été rejetée. Ils ont demandé un référendum pour interdire les minarets, et ils ont été interdits.

      C'est de la politique.

      Supprimer
    3. Heimdal qui vient prendre la défense des kippas de Wall Street contre la méchante Marine, c'est trop mignon.

      Supprimer
    4. Tiens, un néonazi qui vient prendre la défense des trouducs qui comprennent rien à l'économie. C'est trop mignon.

      Retourne tourner-fraiser pauvre con.

      Supprimer
    5. "Je ne crois pas, Heimdal, je ne crois pas. Marine le Pen a un sens politique que son père n'avait pas."

      Si par sens politique, vous entendez capacité à noyer le poisson, je suis d'accord avec vous. Le problème, c'est qu'elle commet des erreurs fondamentales qui lui coûtent un maximum de voix, et elle s'étonne de rester bloquée à 15-18% des intentions de vote...

      La base du FN, c'est grosso modo 10% de la population. Ceux-là voteraient FN même si Hollande était leur candidat. Le reste, elle doit le gagner chez les mecs de droite classique qui en ont marre de la mollesse de l'UMP et chez ceux qui, plus largement, VOIENT AVEC LEURS YEUX, et il y en a de plus en plus.

      Mais ces conneries sur les banques ("bouh les vilaines"), la sortie de l'Euro (je ne suis pas contre, mais elle présente cela n'importe comment, en foutant sur le dos de l'EUR la merde dans laquelle nous sommes) et surtout tout son charabia étatito-étatique, ça refroidit sérieusement ceux qui pouvaient voter pour elle (moi le premier, et je suis loin d'être le seul, ne serait-ce qu'en comptabilisant les personnes que je cotoie et qui pensent la même chose).

      Supprimer
    6. Tu méprises les ouvriers, tu confonds économie et pratique usuraire, c'est mal.

      Supprimer
    7. Pratique usuraire ? A 3 % par an ? Vous ne savez pas de quoi vous parlez.

      Supprimer
    8. C'est une question de principe, quand on prête de l'argent qu'on crée au fur et à mesure, même 3% c'est de l'usure.

      Supprimer
    9. My god. Parce que la dette de la France, c'est de l'argent qui a été créé par les banques?

      Putain mais on touche le fond, là.

      Supprimer
    10. Et non, je ne méprise pas les ouvriers. Je méprise ceux qui, en ayant le niveau de connaissances économico-mathématiques d'un ouvrier (vous, en l'occurrence) se permettent de ramener leur gueule sur des sujets qu'ils ne maîtrisent absolument pas.

      Imaginez une seule seconde que j'aille dans votre usine demain et que je vous dise que la vis H12, c'est pas la bonne et qu'il faut mettre du B27. Vous me prendriez pour un con, non? et vous auriez raison.

      Et bien là, c'est pareil.

      Supprimer
    11. Tu vas peux-être me dire que c'est le fruit du travail des tourneurs-fraiseurs ?
      Ou des imprimeurs-offset, les seuls que ta communauté ne méprise pas trop ?

      Supprimer
    12. Tu ne maîtrises pas l'économie, tu maîtrises un discours fait de termes économiques.
      Les mathématiques qui permettent de comprendre réellement quelque chose à l'économie sont définitivement hors de ta portée.

      Supprimer
    13. ma "communauté"?
      Je ne vois pas de quelle communauté tu parles. Peux-tu être plus explicite?

      C'est justement pour éviter de faire tourner la planche à billets (pour limiter l'inflation) que les Etats ont fait appel aux méchants marchés financiers pour financer leurs politiques. Les marchés financiers ne sont rien d'autre qu'un endroit où se trouvent ceux qui ont besoin de financement, et ceux qui ont de l'argent à placer. Les banques sont un intermédiaire financier. La dette de la France, c'est à un gros tiers l'argent des EPARGNANTS FRANCAIS, ceux qui bossent et qui placent leurs disponibilités, tu sais? Ca te parle bougre d'abruti? Pour le reste, ce sont des investisseurs étrangers, qui placent leur argent par l'intermédiaire de fonds ou en direct.

      IL N'Y A PAS DE CREATION MONETAIRE. C'ETAIT LE BUT DE LA MANOEUVRE. LES BANQUES NE SONT PAS RESPONSABLES DE LA MERDE DANS LAQUELLE LA FRANCE S'EST FOUTUE TOUTE SEULE.

      Mais bon, c'est un coup des Juifs, tout ça. C'est Hévident.

      C'est bien joli de dire qu'il faut voter Le Pen parce que c'est un moindre mal (je pense à vous Robert, et d'autres), mais comment peut-on voter pour le même candidat que des connards finis comme ce Goyboy?

      Désolé, mais moi, je ne peux pas.

      Supprimer
    14. Je te trouve bien nerveux pour quelqu'un qui prétend avoir la conscience tranquille.

      Supprimer
    15. Heimdal : c'est sûr que la sortie du bois de néo-nazis qui croient à la magie noire est un aspect pittoresque de l'histoire françouése contemporaine.

      "Quand on prête de l'argent qu'on crée au fur et à mesure, même 3 % c'est de l'usure." (Goyboy)

      "C'est de l'usure." "C'est du racisme." "C'est de l'islamophobie." Pensée magique. Il suffit de jeter des mots sur la réalité, et on a pensé. Ayé. C'est fait.

      Machin est un sorcier, c'est à cause de lui que tout va mal, il faut le tuer. Voilà le niveau d'un certain nombre de gens à l'esstrêm' drouâte.

      Il se trouve que prêter de l'argent qu'on crée au fur et à mesure, c'est précisément le programme de Marine le Pen et d'un certain nombre d'allumés "anti-mondialistes", et parfois franchement néo-nazis.

      Il faudra nous expliquer comment vous comptez faire tourner l'économie si vous interdisez le prêt à intérêt.

      Il faudra aussi que vous acceptiez de ne pas avoir de livret de caisse d'épargne.

      Supprimer
    16. "Ou des imprimeurs-offset, les seuls que ta communauté ne méprise pas trop ?"

      Putain, les Juifs sont maqués avec les imprimeurs-offset, et on ne m'en a rien dit ? Je me débarrasse de tous mes bouquins demain matin.

      Supprimer
    17. Il faudrait quand même placer un déconnomètre à l'entrée de ce blog.

      Supprimer
    18. Je parlais de la planche à billets de la FED et tu le sais très bien.

      Supprimer
    19. Oui, comme les parcmètres. Faut mettre des sous dedans pour avoir le droit de dire une connerie.
      Avec quelques déconnomètres bien placés dans la blogosphère on aurait vite de la rembourser la dette de la France.

      Supprimer
    20. Aristide, j' achètes une part de votre société de déconnomètres,un emprunt sera vite remboursé.

      Supprimer
    21. Un n ou deux n, à déconomètre ?

      Normalement il faudrait en mettre deux, puisqu'on déconne.

      Mais déconomètre me paraît plus élégant, moins chargé.

      Typiquement le genre de débat qui serait monnaie courante dans une France islamisée et négrifiée.

      Supprimer
    22. "Je parlais de la planche à billets de la FED et tu le sais très bien."

      L'abruti total qui pense que tout le monde habite dans son cerveau. Du coup il se permet de tutoyer tout le monde. Une raison de plus pour cogner très fort sur les antisémites.

      Et la planche à billets que Marine le Pen veut installer dans la cave de l'Elysée, elle est cacher, celle-là aussi ?

      Supprimer
    23. Le plus marrant avec Goyboy, c'est qu'il "pense":
      - que c'est Goldman Sachs et JP Morgan qui impriment des billets
      - qu'on fait fonctionner la planche à billets à tort et à travers et que ça arrange les méchants Juifs
      - que la dette de la France est le fait de Goldman Sachs et de JP Morgan
      - qu'il aurait simplement fallu que la Banque de France imprime des billets

      Bref, c'est à mourir de rire. Cela n'a ni queue ni tête. C'est complètement incohérent. Il dit tout et son contraire. Et il a l'air de s'en satisfaire.

      J'ai connu le même genre de connards sur le blog du Pélicastre, ça m'a guéri d'y laisser des commentaires. Heureusement, ici, les types comme lui ne sont pas nombreux.

      Supprimer
  24. Lemartien, c'est parce que je ne voulais pas affoler Marchenoir, en plus de jouer au foot, il devra balayer les rues, faire les chambres d’hôtel, le tapin au bois de Boulogne, chanter du rap etc. etc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même dans la blague, Léon, vous êtes d'une nullité abyssale.

      - Si le rap disparaissait, d'un seul coup d'un seul, ce serait un grand Progrès Social.

      - Si la prostitution était fortement réduite, idem.

      - Cela fait longtemps que vous n'avez pas regardé les gens qui balayent les rues : il y a de nombreux Blancs parmi eux, et il s'agit souvent d'emplois très recherchés, des postes de fonctionnaires où l'on travaille peu et où l'on jouit de multiples avantages (indus, mais c'est une autre histoire).

      - Il n'y a bien entendu pas des centaines de milliers de chômeuses françaises de souche qui seraient ravies de faire le ménage dans les chambres d'hôtel. Les femmes françaises ne savent pas passer l'aspirateur. C'est un truc génétiquement africain, l'aspirateur. C'est comme le foute.

      Supprimer
    2. C'est vrai que vous, vous etes drôle par contre.

      Supprimer
    3. Je me contente d'être dans le vrai. Ca me suffit amplement.

      Supprimer
    4. Monsieur Marchenoir,

      Je suis fonctionnaire et je vous emmerde, il fallait passer un concours et votre aigreur à l'égard des fonctionnaires serait peut être moindre.

      Quand vous marcherez sur 30 kms pour aller chercher votre courrier, vous maudirez peut être moins le facteur tout fonctionnaire qu' il était à l' époque où il vous amenait de merveilleuses lettres qu'il vente,qu'il pleuve ou qu'il neige.

      Mais rassurez vous, nous sommes de moins en moins nombreux et certains le regrettent déjà.

      Supprimer
    5. Monsieur Grandpas,

      Je suis citoyen, vous êtes mon employé et je vous encule.

      Vous prétendez me faire devenir fonctionnaire. C'est effectivement ce que nous disent toujours les représentants de votre sale race.

      Vous oubliez que si tout le monde devenait fonctionnaire, il n'y aurait plus de citoyens honnêtes pour payer votre salaire.

      Je doute que vous fassiez alors beaucoup de kilomètres dans la neige pour m'apporter mes lettres.

      Vous n'êtes hélas pas de moins en moins nombreux, contrairement à vos pleurnicheries d'enfant gâté. Vous êtes au contraire de plus en plus nombreux, et surtout de plus en plus nombreux à ne rien foutre.

      C'est la raison pour laquelle, déjà, c'est nous qui devons marcher 30 kilomètres et attendre des heures pour récupérer nos lettres, qui sont déchirées et pillées dans les centres de tri par des fonctionnaires-voleurs professionnels qui, en plus, se permettent, comme vous, d'insulter ceux qui les nourrissent.

      La police parisienne vient d'arrêter un "postier" qui, depuis deux ans, volait dans les lettres et des colis de son centre de tri deux fois par semaine.

      Pour le confondre, elle a dû expédier des colis chargés de particules scintillantes qui se sont collées à ses habits.

      Si la police a dû avoir recours à un tel stratagème (qui a dit « caméra vidéo » ?), et si cette raclure de bidet a pu se livrer impunément à ce pillage pendant deux ans, c'est bien évidemment que cette racaille socialiste a bénéficié de complicités internes et institutionnelles extrêmement étendues.

      Donc ne venez pas faire pleurnicher Margot avec les lettres que soi-disant vous porteriez dans la neige en marchant. Les postiers d'aujourd'hui, ça les fatigue déjà de monter deux étages par l'ascenseur, alors vos fables pour enfants de quatre ans, vous pouvez vous les tailler en pointe et vous les carrer dans le fondement.

      A force d'avoir la tête fourrée dans le cul à humer le parfum du communisme, vous ne vous êtes pas rendu compte que vos "merveilleuses lettres" avaient disparu, et qu'elles ont été remplacées par le mail, les SMS et le téléphone portable.

      Vous n'avez ni remarqué ni prévu que le commerce par Internet allait faire exploser le trafic de colis.

      Aujourd'hui, c'est moi qui dois me rendre quatre fois de suite à mon bureau de poste pour tenter de récupérer un colis "perdu". Je suis confronté à des paquets d'abrutis qui se mettent à deux pour ne pas arriver à faire un truc, et qui ne voient pas où est le problème. Je vois des armées de connards pas même foutus de concevoir un système simple pour identifier et repérer les colis en attente.

      Quand je dépose une réclamation écrite parce qu’un objet s’est « perdu », soit je ne reçois aucune réponse, soit je reçois une réponse qui me demande, à moi, de prévenir vos copains glandouilleurs professionnels quand j’aurai retrouvé ma lettre recommandée ! La conception française du service public, c’est, pour le fonctionnaire, de faire faire son boulot par ceux qui le payent !

      Supprimer
    6. A l'heure qu'il est, la poste françouése devrait rouler sur l'or et faire des bénéfices insolents, si elle avait correctement tiré parti de la chance de cocu qui lui est tombée sur le dos de façon totalement imméritée, et qui s'appelle Internet.

      Au lieu de ça, ce sont des entreprises privées qui ont conçu des circuits adaptés aux nouveaux besoins de livraison des colis. C’est un entrepreneur français qui est allé en Belgique fonder Kiala, le réseau français de livraison en magasin, pour ne pas être matraqué par les impôts que vous, postier incapable et insolent, lui soutirez pour être payé à perdre mes colis et à ouvrir mes lettres recommandées pour voir s’il n’y a pas quelque chose à voler dedans.

      Après avoir magnifiquement réussi à fournir le service que vous, abruti paresseux et arrogant, avez été incapable de me proposer, il vient de vendre son entreprise à... UPS, le géant américain de la livraison de colis.

      Pas une seule entreprise française pour racheter cette entreprise française, et pourquoi ? Parce qu’aucune ne possède les capitaux nécessaires, à cause des montagnes d’impôts, de taxes et de cotisations anti-sociales en tous genres que les salopards de votre genre leur volent jour et nuit pour assurer leur confortables petites sinécures et leurs retraites à 50 ans + 90 % du dernier salaire.

      Alors votre cours de propagande communiste, hein, allez le faire à Cuba.

      Ah pardon, même à Cuba, les frères Castro viennent de reconnaître que le communisme, c’était pas une bonne idée. Même Cuba est en train de privatiser sa fonction publique.

      Et j’espère que c’est ce qui arrivera le plus vite possible à la poste.

      Supprimer
    7. Comme d' habitude mon pauvre Marchenoir, vous vous ridiculisez car La Poste n'est plus depuis une entreprise d' état les nouveaux postiers qui distribuent votre courrier sont de plus en plus des contractuels enfin pour finir , les employés de La Poste disposait encore d'un ministère ,nous étions payé par la recette que faisait l’entité P.T.T et non par vos impôts enfin au cas où vous en douteriez, je paye des impôts qui permets à un misérable tel que vous de se faire soigner.

      Donc avant de m'enculer, pensez à vous faire allonger votre petit sexe rabougri .

      Quant à ma retraite, je l'aurais comme tout le monde à 60 ans et pour votre information, m^me si l'ancien système existait encore au plutôt cela aurait été 55 ans pour avoir travaillé 32 ans en nuit et dans un centre de tri ou on chargeait des sacs de courrier pesant 30 kgs.

      Vous ne devez pas être fatigué par votre emploi pour passer autant de temps à écrire des monceaux de conneries à longueur de journée.

      Vous êtes un âne sans l'intelligence de ce dernier ni sa virilité et je suis à votre disposition pour un contact plus percutant.

      Supprimer
    8. "Je suis à votre disposition pour un contact plus percutant."

      Mais bien sûr. Le gauchiste finit toujours par en venir là. Il fait semblant de flotter au sommet de la raison et du savoir, et puis, dès qu'on dégonfle ses petits arguments minables, il se livre à des provocations de voyou de cour d'école dont il sait fort bien qu'elles ne lui font pas courir le moindre risque. Le gauchiste a la violence et la lâcheté dans le sang.

      Vous êtes profondément méprisable, Grandpas. Si vous vouliez pas qu'on vous encule, fallait pas emmerder le monde.

      Encore une leçon de base que les fonctionnaires françoués n'ont pas assimilée.

      Mais ça viendra, hein. Un jour ou l'autre, ils seront fatalement licenciés, puisque le pays est en faillite.

      Mais n'en doutez point : ce jour-là aussi, ce sera la faute des autres, des riches, des Juifs, de l'ultra-libéralisme, de Liliane Bettencourt et des Américains.

      On leur doit tout, et ils ne sont jamais responsables de rien. Un peu comme les zimigris, quoi. Pas étonnant que le stato-gauchisme promeuve l'immigration.

      Supprimer
    9. Robert Marchenoir, commentaire du Mar 7, 2012 02:06 AM

      Tout simplement magique.

      Bravo.

      Supprimer
    10. Robert : tout ce qu'on pensait des fonctionnaire sans jamais oser le dire (ou plutôt sans trouver les mots exacts) !

      Vous êtes cependant un peu injuste envers les postiers.

      J'ai un cousin qui est devenu facteur. Gros, dépressif, il a failli abandonner le poste au début parce que... parce qu'il devait faire chaque jour 30 km sous la neige ? Non, parce que... il ne tenait pas sur son vélo, qui lui faisait très peur. Il s'est rendu compte à près de 30 ans qu'il ne savait pas faire du vélo !

      Cependant, réfutant toutes vos accusations de lâcheté envers nos vaillants piou-pious d'la FP, il a pris son courage à deux mains et à deux pied et à deux fesses, et maintenant il pédale comme un chef (dans la semoule ? allons...). Grâce à la Fonction Publique, un homme a appris à faire du vélo en 2010. On comprend que le monde entier nous l'envie.

      ... Il est malheureusement retombé en dépression après cet exploit, parce qu'il semblerait que la poste oblige désormais ses facteurs à démarcher les clients pour leur vendre des assurances-vie ou je ne sais quoi, et qu'ils doivent faire des heure sup'... bref, l'enfer ultra-libéral a fait son entrée à la poste (dixit son père, à fond de gauche, ancien prof pété de fric grâce à sa femme qui occupe un très haut poste... dans une entreprise publique).

      Dernier détail : mon cousin est un trotskyste convaincu. Est-ce l'exemple besancenotien (qu'on a vu pédaler vigoureusement à la télé en sifflant L'Internationale) qui lui a donné le courage de dompter l'huileuse bête en acier qui grince au fond des savanes urbaines ? Allez savoir...

      Je certifie l'exactitude de tous ces faits sur l'honneur et sur le Coran d'ta reum.

      Supprimer
    11. Gil :

      "Tout ce qu'on pensait des fonctionnaire sans jamais oser le dire (ou plutôt sans trouver les mots exacts) !"

      Lorsqu'un type déclare qu'il m'emmerde, cela m'aide à trouver les mots exacts.

      Supprimer
  25. Il me semble, sans en être certain, qu'un vote blanc n'est pas comptabilisé mais qu'il est réparti entre tout les candidats, ce qui signifie que vous voter en fait pour tous alors que vous ne désirez voter pour personne. C'est assez drôle en fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors que l'abstention est comptabilisée…

      Supprimer
    2. "Il me semble, sans en être certain, qu'un vote blanc n'est pas comptabilisé."

      C'est en effet le but de la manip. Le but est, à terme, de ne comptabiliser que le vote brun et noir.

      Supprimer
  26. Si voter tombait en désuétude, la classe politique trouverait immédiatement un autre piège à cons pour légitimer, dirait-elle, le pouvoir qu'elle exerce.

    RépondreSupprimer
  27. Et ainsi, nous passerons une nouvelle fois de l'ombre à la lumière.
    Cela se produira de toute façon mais de là à laisser faire sans bouger...

    RépondreSupprimer
  28. Je vote ce jour pour Robert Marchenoir et le jour du scrutin pour MLP.

    RépondreSupprimer
  29. Marine Le Pen n'est pas socialisante par tactique, ou pas seulement, elle l'est par goût (peut-être) et par tradition, celle de la droite non libérale. Il faudrait arrêter d'assimiler la droite et le libéralisme, qui sont deux choses différentes. Il faudrait également arrêter d'assimiler libéralisme et défense des libertés. D'abord on peut défendre les libertés sans être libéral ; ensuite, le libéralisme n'est pas propice à la défense de toutes les libertés, notamment collectives, notamment nationales. Le libéralisme est fondé sur l'individualisme, et ce n'est pas le fondement de la droite traditionnelle, chez Louis de Bonald, Joseph de Maistre ou Maurras, par exemple. En tout cas, cette droite-là n'est pas libérale comme Tatcher a pu l'être (Tatcher, qui, du point de vue de ces auteurs, serait assez à gauche - mais je dis ça uniquement pour faire enrager Robert).

    J'ajoute que Marchenoir a entièrement raison de revenir à la question essentielle, qui est celle de la survie du peuple français. S'il y a encore quelque chose à faire ou à espérer (ce n'est même pas sûr), le vote Marine Le Pen est le seul soutenable. On peut avoir la coquetterie de trouver tout le monde trop vilain et trop vulgaire, comme fait Didier, et se réfugier dans la solitude du refus, mais ce dandysme est violemment impolitique, et, à mon avis, immoral. C'est trop facile de prendre de la hauteur et de trouver tout le monde trop bas, trop minable. Je soupçonne dans cette attitude une sorte de haine de l'ouvrier bas du front qui, désormais, constitue l'électeur moyen de Marine. Mais je me trompe peut-être.

    RépondreSupprimer
  30. Au grand jury RTL de dimanche, Marine le Pen, interrogée par un des journaleux sur la proposition de Hollande de taxer les hauts revenus à 75 % a répondu que c'était un gadget mais que cela ne lui posait pas de problème moral
    Oui, je vais voter pour elle, par défaut, parce que j'estime qu'il n'y a pas le choix,
    comme dit Robert Marchenoir, Mar 5, 2012 02:00 PM "Un seul candidat est réellement opposé à l'immigration, Marine le Pen.
    Or, si cette dernière se poursuit, le peuple français disparaîtra, victime de génocide ethnique par substitution.
    Ce jour-là, le débat entre libéraux et anti-libéraux sera devenu sans objet. Discuter des modes d'organisation politique d'un peuple disparu n'a pas de sens.
    Je vote donc pour la survie du peuple français. C'est prioritaire par rapport au sujet du libéralisme."

    Mais nom d'un chat, quand j'irai voter, ce ne sera franchement pas en sifflotant le 3ème mvt du concerto pour violon de Beethoven.

    RépondreSupprimer
  31. Bonsoir Mr Marchenoir, je lis vos coms toujours avec attention, bouffé d'oxygène, et j'ai une question pour vous concernant la pratique de l'Islam.

    Dans le logiciel libéral, qu'est ce qui permet de faire reculer la pratique l'Islam ?

    Par exemple, au moment de l'affaire de la burqa, on a retenu le critère " ordre public " , et non pas l'argument identitaire ou féministe( même si l'ump a brosser là dessus).

    Cela recoupe la question de l'immigration.
    Si les libéraux ont l'impression que vous péter en étant anti-immigrationniste, c'est que dans leur structure mental le patriotisme, qui plus est son attachement ethnique, ne doit pas trouver de reflet politique. ( beaucoup d'entres eux ne sont ils pas anti conservateur ? Daniel Toure ...?)
    C'est tout à votre honneur d'aimer la France, de penser qu'elle est blanche et chrétienne, mais cela ne vous donne par le droit ( selon eux ) de dire non à l'immigration massive et à l'Islam hormis sur une base JURIDIQUE.

    Or cette base juridique n'existe que de manière anecdotique ( hallal illégal, polygamie, burqa, prière dans la rue ect...). Pour l'islam en tant que communauté ethnique, rien n'est possible d'un point de vue libéral.

    Le seul moyen de stopper radicalement l'immigration, n'est ce pas de liquider le socialisme et l'assistanat ?
    Ainsi un candidat à même de stopper l'immigration, ne serait il pas un authentique libéral sur le plan économique, se gardant de toute opinion sur l'immigration ? ( au risque le cas échéant d'être renvoyer à la bête immonde par tous les camps, y compris par les libéraux )

    Merci.

    RépondreSupprimer
  32. Je ne me déplacerai pas ces 2 Dimanche et encore moins pour voter blanc, ce dernier n'étant pris en compte lors du dépouillement des votes.

    RépondreSupprimer
  33. Tiens, j'ai envie de choquer. Je me lance :

    Je préférerais vivre dans un système communiste Blanc où le christianisme serait toléré (type Cuba) que dans un monde libéral rempli de musulmans et de noirs.
    Donc, même si Marine était ouvertement communiste, je voterais pour elle, et avec le sourire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca n'a pas beaucoup de sens ce que vous dîtes là.

      Ca revient à tolérer une charia à la condition que les musulmans soient blanc.

      Supprimer
  34. Bandini,

    Beaucoup de libéraux pensent en effet qu'il suffirait de liquider le socialisme et l'assistanat pour mettre fin à l'immigration. C'est nécessaire, mais pas suffisant.

    Pour se protéger de l'immigration de masse, il vaut mieux plus de socialisme et plus de contrôles aux frontières, que plus de libéralisme et moins de contrôle aux frontières. Voyez l'URSS.

    Les Soviétiques admettaient des étudiants africains au compte-gouttes, mais ils ne sont pas noyés aujourd'hui sous une immigration africaine qui prétendrait être russe depuis toujours.

    L'immigration musulmane n'est pas seulement une immigration économique attirée par l'assistanat. C'est aussi une immigration de conquête imposée par une obligation religieuse.

    Je répète (parce que c'est assez difficile à croire) : l'immigration en pays non-musulman est une obligation religieuse faite aux musulmans. C'est l'émigration de Mahomet de la Mecque à Médine, avec sa bande de potes, qui lui a permis de "convertir" (par la force) les Arabes à l'islam : c'est un acte fondateur de l'islam, qui doit être scrupuleusement imité par tout musulman pieux, comme tous les actes de Mahomet.

    D'autre part, l'assistanat ne sera jamais supprimé (et il n'est pas souhaitable qu'il le soit totalement) ; on peut seulement espérer le réduire. De plus, l'effet répulsif d'un assistanat faible est une incitation à ne pas venir, pas une barrière étanche à l'immigration.

    En revanche, on peut interdire à des étrangers d'entrer sur notre territoire, ou d'y demeurer. Du jour au lendemain. Il suffit de le décider.

    Beaucoup de libéraux ont la passion des équilibres naturels, avivée par le plaisir du jeu intellectuel que permet cette théorie. Le seul jeu du marché suffirait à rendre la société harmonieuse. C'est une interprétation abusive du libéralisme. Comme toutes les bonnes choses, si vous les poussez à l'absurde, elles deviennent, eh bien... absurdes.

    Le foie gras c'est très bon, mais si vous en mangez cinq kilos de suite vous serez malade.

    Le mouton-rothschild ça déchire sa race, mais si vous en buvez une caisse de douze d'affilée vous serez mort.

    Rien ne s'oppose, dans la théorie libérale, à ce qu'un pays empêche, par ses lois, l'immigration de masse. C'était d'ailleurs la disposition d'esprit de certains des pères fondateurs des Etats-Unis, qui n'avaient nullement l'intention de transformer leur pays en hall de gare pour le monde entier, contrairement à ce qu'on peut nous laisser croire aujourd'hui.

    Le libéralisme accorde une grande importance au droit, et le but du droit, c'est aussi de maintenir l'intégrité de la collectivité nationale.

    .../...

    RépondreSupprimer
  35. Il existe aussi des libéraux mondialistes, qui pensent, sans toujours le dire, que les frontières sont superflues et les nations obsolètes. Hélas, ils ne militent pas explicitement pour leur suppression, ce qui permettrait de réfuter très facilement leurs idées absurdes.

    C'est ce genre de libéraux qui pense que s'opposer par la loi à l'immmigration est un blasphème anti-libéral, ce qui est absurde. L'immigration de masse est une invasion et une conquête qui ne dit pas son nom. Aucun des fondateurs de la démocratie libérale ne rêvait une seule seconde d'abandonner le droit naturel et sacré des peuples à se défendre contre l'invasion et la conquête.

    On voit là à l'oeuvre une malhonnêteté intellectuelle assez courante : sous prétexte qu'une doctrine n'aurait rien dit sur tel ou tel point, on pourrait lui faire dire ce qu'on veut à ce sujet.

    Sous prétexte que Tocqueville (ou d'autres) ne se serait pas explicitement opposé à l'immigration de masse (qui n'existait pas à son époque), il serait anti-libéral de s'opposer à l'immigration de masse.

    Mais c'est idiot. Tocqueville ne s'est pas non plus opposé à la cuisson rapide des rutabagas, au calcul de la superficie du triangle ou aux éoliennes.

    Voyez Hans-Hermann Hoppe, théoricien libéral qui justifie des mesures de protection étatiques contre l'immigration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais m'intéresser à Hoppe, merci.

      Supprimer
  36. Marche-noir...

    Niveau de réflexion digne d'un étudiant boursier d'une fac de la Creuse de deuxième année.
    Mais c'est sur que sur les blogs que vous fréquentez vous passez pour un naintelectuel libertaire punk sa race de rebelle,,,,,
    Voir Hoppe ou tocqueville (qui peut décemment encore parler de ces faiseurs de matrice fondue) ne suffit pas il faut le comprendre, hein

    Revoyez vos épistémologies de poche.

    I like your style

    ééé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, vous, vous avez tout compris de Hoppe. Enseignez-nous donc, à nous autres ignorants. Partagez votre savoir. Eblouissez-nous avec votre immense culture et votre fabuleuse compréhension.

      Votre style inimitable est dû à l'alcool, à la drogue ou juste à la connerie ?

      Supprimer
  37. Rien compris au discours de Nyckho.
    Simple giclée de haine, peut-être.

    RépondreSupprimer
  38. Citer Hoppe juste comme ça c énorme.
    Je ne partage pas, bcp trop socialiste comme vision, je n'éblouis personne beaucoup religieux.
    Ma culture est effectivement immense, mais même avec toute ma pédagogie vous seriez incapable de vous retourner.
    Vous pourriez pourtant m'écouter, mais je doute que vous n'en n'ayez jamais la possibilité. Il faudrait pour cela que vous ayez été reconnu à un moment ou à un autre de votre vie par vos paires. Peu ou prou de diplôme et la porte vous claque au nez. Mais cela ne vient pas de vous, c'est l'autre qui ne vous a pas reconnu :)
    Vous êtes un avant gardiste dans votre genre. Un autodidacte post moderne dégénéré, comme tous les autodidactes ne croyant qu'en eux.
    Avec internet et votre auditoire, vous paraissez savant et vous y avez cru.
    Vous pensez déjouer la pensée unique grâce à l'unique force de votre pensée.
    Vous ne vous rendez pas compte que vous êtes le fade et insipide clone moderne de la culture populaire importé. Vous êtes un immigré intellectuel

    Je vais boire un verre moi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Il faudrait pour cela que vous ayez été reconnu à un moment ou à un autre de votre vie par vos paires."

      Regarder par curiosité ses paires dans la glace pour être capables de les reconnaitre parmi d'autres au cas où est certes superflu mais pas complètement inutile, par contre le jour où elles commencent à vous parler, il est temps d'aller consulter.

      Supprimer
  39. "Ma culture est effectivement immense."

    Oui, c'est flagrant. Il suffit de vous lire.

    "Je vais boire un verre moi."

    Un ? Vous êtes sûr ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien le reconnu "par vos paires".
      Mais il faudrait préciser lesquelles, car j'imagine que Marchenoir en a plusieurs.

      Supprimer
  40. "je n'éblouis personne beaucoup religieux"
    et
    "Ma culture est effectivement immense"

    le tout à un "." d'intervalle.

    Magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous trouvez contradictoire de s'opposer à l'utilisation d'un terme qui relève du religieux pour assener une vérité objective et intangible ?
      C'est cela que vous trouvez magnifique ?
      Moi aussi.

      Supprimer
    2. Quand vous aurez fini de vous "opposer à l'utilisation d'un terme", vous pourrez peut-être nous donner un témoignage de l'immense culture qui est la vôtre.

      Enfin, quand vous aurez fini d'écluser au bar, hein. Je m'en voudrais de perturber le fonctionnement du petit commerce.

      Supprimer
    3. C'est la "pensée" magique.

      Supprimer
    4. Il y avait comme ça, sur Causeur, un abruti communiste qui écrivait à peu près comme Nyckho (non, pire que ça), et qui passait son temps à insulter tout le monde au motif qu'il avait un doctorat de kékchose.

      Dans son esprit, le fait qu'il ait un doctorat voulait dire qu'il avait par définition raison. Sur tout. Dans n'importe quel débat.

      Ah, et puis il avait écrit un livre, aussi. Sur du vrai papier, avec de la vraie encre et de vraies lettres dessus.

      Aussi curieux que cela puisse paraître, cette caricature ambulante était effectivement un authentique "intellectuel" à la française, qui avait vraiment écrit le livre qu'il prétendait avoir écrit, et qui avait micro ouvert sur France-Culture à l'occasion. Où il intervenait en tant que personnage sérieux, et non comme le malade mental bon à mettre au cabanon qu'il était.

      Quelque part, ça fait peur.

      En même temps, ça explique bien des choses.

      Supprimer
    5. Il est en crise, il voit des communistes partout.
      :)

      Supprimer
    6. Oui, après le sentiment d'insécurité, le sentiment de communisme. Dormez bonnes gens.

      RM : A.J., c'est ça ? Non mais Nyckho est marrant. On dirait du cadavre exquis surréaliste et bien alcoolisé.

      Supprimer
    7. C'est des initiales qui me disent quelque chose. Si vous me dites le nom, je vais peut-être m'en souvenir...

      (Ce n'était pas Jérôme Leroy, bien qu'il soit assez performant dans le genre également.)

      Supprimer
    8. Alain Jugnon. J'y ai pensé parce que j'ai le souvenir d'interventions bien barrées sur Causeur, et que j'ai eu la surprise de le voir chez Taddeï (donc pourquoi pas à FCulture), en tant qu'auteur d'un livre.

      Supprimer
    9. Gagné !

      Alain Jugnon, qui écrit des "livres" comme "Encyclique anale". Sisi, ça se vend :

      http://www.amazon.fr/Encyclique-anale-Vous-naurez-jamais/dp/2841901882/ref=sr_1_4?s=books&ie=UTF8&qid=1331158006&sr=1-4

      Bon, pour pas cher, hein : 7,60 €. (Plus que 1 ex., réapprovisionnement en cours. Commandez vite !)

      "Alain Jugnon enseigne la philosophie."

      http://www.editions-lignes.com/Jugnon-Alain.html

      En lycée technique, hein. Petit niveau.

      Supprimer
    10. Ah ouais, ouais, ouais. Encyclique anale, hein. Je crois que je vais l'offrir à la Crevette, je sais plus quoi faire pour la séduire, ça a l'air 'achement métaphysique, ça devrait lui plaire :

      "Roman eschatologique. Etude des fins dernières et connaissance des fèces ..... Analyse analitiquement correct. 53 aphorismes, de la crotte à l'étron, du dicton bien léché à la thèse universaliste ..... Une histoire du mot et de la chose, le mot est dit et la chose est là : anus de Dieu."

      Euh non, peut-être pas finalement.

      Supprimer
    11. "Vous trouvez contradictoire de s'opposer à l'utilisation d'un terme qui relève du religieux pour assener une vérité objective et intangible ?"

      Non. Je trouve juste très drôle que quelqu'un qui prétend avoir une culture immense écrive n'importe comment, c'est tout.

      Supprimer
    12. Ah, Gil en est.
      Même si je préfère m'identifier à Tanguy personnellement.

      Je m'en vais boire le vin nouveau.

      Supprimer
  41. Cours de communisme en 5 leçons :

    1.
    -- Hé. Vieux. Retire ta main de ma poche. C'est mon larfeuille, là. Je rêve, ou les communistes sont des voleurs ?
    -- Ta gueule, je suis en train de payer mes impôts pour soigner tes maladies.

    2.
    -- Ah, d'accord. Les communistes sont aussi des menteurs.
    -- Je t'emmerde !

    3.
    -- Bon, ça se confirme. Les communistes sont aussi des gros cons mal élevés.
    -- Kessta, ta ? Tuveutbat ? Tuveutbat ? Viens ici kejtekasladjeul !

    4.
    -- Ah, et les communistes sont aussi des racailles avec une mentalité d'assassins.
    -- Petite bite !

    5.
    -- Exact, j'oubliais : les communistes sont aussi des pervers sexuels.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marchenoir,

      Vous êtes un misérable aux petits pieds, pas de couilles sauf derrière un clavier d'ordinateur.

      Non seulement je vous emmerde et en plus je vous pisse dessus.

      Je préfère encore boire une bière Nicolas Jegou qu avec une sous merde tel que vous.

      J' ai des communistes bien plus ouverts que votre esprit d'aigrefin.

      Passez votre chemin et surtout Marchenoir arrêtez de vous branler en vous prenant pour un caïd.

      Votre refus de me rencontrer ne m'étonne pas, il démontre votre lâcheté commune à tous les petits dont vous êtes le phénix.

      Supprimer
  42. "Votre refus de me rencontrer."

    Hahaha, jamais vu un abruti pareil. Pour qui vous prenez-vous, exactement ?

    RépondreSupprimer
  43. Pour une personne qui a de la gueule derrière un clavier et dans la réalitè, ce qui n'est votre cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet. Tout le monde l'a bien remarqué. Vous êtes un gueulard, un type qui n'a pas la bouche propre, et un voyou. L'étonnant est que vous pensiez que cela soit une qualité, et qu'il soit habile de vous en vanter.

      J'ai croisé des dizaines de fonctionnaires comme vous sur Internet. Leur faible niveau d'intelligence et de moralité est stupéfiant. Dans un premier temps, ils vont faire des pieds et des mains pour vous expliquer que, bien loin de défendre leurs intérêts personnels au détriment de leurs concitoyens, il travaillent pour l'intérêt général.

      Une fois démasqués, une fois leurs pitoyables arguments réfutés (ce qui est très facile), ils passent directement à l'insulte et aux menaces physiques, trahissant ainsi leur vraie nature.

      Nous avons ainsi la confirmation d'une vieille règle de la sagesse humaine : plus un type essaie de vous persuader qu'il travaille dans l'intérêt général, plus il vante sa moralité soi-disant supérieure, plus il y a de chances que ce soit un escroc et un voyou.

      Le faible niveau de moralité de nombreux fonctionnaires étant ainsi établi, on peut souligner leur faible niveau d'intelligence.

      En effet, ceux d'entre eux qui interviennent ainsi, sur Internet, le font, ostensiblement, dans le but de convaincre les foules du bien-fondé de leur statut, et de la pertinence de la dépense publique.

      Il va de soi qu'insulter ses concitoyens, ceux qui payent votre salaire, ceux dont vous prétendez servir les intérêts, puis les menacer de violences physiques, réduit à néant les prétentions charitables et moralisatrices mises en avant dans un premier temps.

      Non seulement cela, mais cela prouve que ceux qui se comportent de cette manière sont des menteurs.

      Les nombreux fonctionnaires qui adoptent cette méthode de "débat", sur Internet, sabotent donc profondément et durablement la réputation des fonctionnaires, et cela d'autant plus qu'ils interviennent de façon anonyme.

      Ils semblent totalement inconscients du mal qu'ils font à l'image même de l'instution qu'ils prétendent défendre. Un Grandpas sur un blog, ce sont des centaines de Français convaincus qu'il faut radicalement réduire la dépense publique et ôter du pouvoir aux fonctionnaires.

      Qu'un postier, profession qui n'est pas réputée accueillir la partie la plus intelligente de la population, se conduise de cette manière, c'est scandaleux, mais cela n'est pas forcément le plus étonnant.

      En revanche, que de nombreux professeurs en fassent autant, c'est non seulement stupéfiant, mais c'est encore plus inquiétant.

      Les postiers se "contentent" de voler les letres et les colis de leurs concitoyens (on attend toujours que le voyou Grandpas condamne ces agissements). Les professeurs ont entre leurs mains l'éducation de tous les enfants du pays.

      Supprimer
  44. marche-noir :

    "Monsieur Grandpas,

    Je suis citoyen, vous êtes mon employé et je vous encule.

    Vous prétendez me faire devenir fonctionnaire. C'est effectivement ce que nous disent toujours les représentants de votre sale race."

    marche-noir :

    " En effet. Tout le monde l'a bien remarqué. Vous êtes un gueulard, un type qui n'a pas la bouche propre, et un voyou."

    :)

    La mauvaise foi à ses limites que vient de repousser marche-noir.

    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nyckho :

      Vous omettez assez commodément de préciser que, si j'ai indiqué à Grandpas que je l'enculais, c'est qu'auparavant il m'était tombé sur le dos sans la moindre provocation de ma part, alors que je ne m'adressais nullement à lui, avec cette adresse :

      grandpas Mar 7, 2012 12:13 AM

      Monsieur Marchenoir,

      Je suis fonctionnaire et je vous emmerde, il fallait passer un concours et votre aigreur à l'égard des fonctionnaires serait peut être moindre."


      Il y a une différence considérable entre insulter quelqu'un qui ne s'adresse même pas à vous, simplement parce que ses opinions politiques sont différentes, et répondre à cette grossièreté délibérée par une autre grossièreté.

      Mais c'est une tactique bien connue de la gauche que de se livrer à des provocations, pour mieux se plaindre ensuite de la réaction à ces provocations.

      La mauvaise foi est de votre côté.

      Supprimer
    2. Et j'attends toujours les arguments circonstanciés des fonctionnaristes, étatistes, gauchistes et autres rouges-bruns sur les problèmes sérieux et précis que j'ai soulevés concernant le fonctionnement de la poste.

      Evidemment, il est plus facile de faire diversion en réclamant un rendez-vous pour "me casser la gueule" dont on sait pertinemment qu'on ne le souhaite nullement et qu'il n'aura pas lieu.

      Supprimer
    3. Les postiers sont très forts pour "emmerder" ceux qui ont le culot d'être en désaccord avec leur statut et menacer de leur casser la gueule, mais ils le sont beaucoup moins quand il s'agit de protéger leurs boîtes aux lettres des vols de courrier.

      Ce communiqué de la préfecture de police de Paris tombe à l'instant :

      25kg de courriers volés découverts !

      "4 mars, 1h40, 7e arrondissement, une personne dérobant du courrier dans une boîte aux lettres de la Poste a été signalée ; la brigade anti criminalité (BAC) locale se rend sur place et interpelle une femme de 47 ans en possession de 107 enveloppes."

      "Placée en garde à vue au service de l’accueil et de l’investigation de proximité (SAIP) du 7e, elle est hospitalisée 24 heures à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police à l’issue desquelles la garde à vue reprend. Son domicile est perquisitionné : 25 kg de courriers y sont découverts. Elle reconnaît les avoir volés dans différentes boîtes aux lettres de la Poste."

      "Elle a été remise en liberté dans l’attente des conclusions de l’enquête qui devra notamment déterminer si des chèques ont pu être détournés et encaissés."


      Pendant ce temps-là, le voyou Grandpas "emmerde" ceux qui ne sont pas d'accord avec le socialisme.

      Supprimer
    4. Les vols existent aussi chez les coursiers privés mais on en parle moins, dans les supers ou hyper marchés, les vols sont une part importante et pourtant, les clients et mêmes les employés ne sont pas des fonctionnaires.

      Donc mouche ton nez morveux.

      Supprimer
  45. Donc, quand on devient vieux, on devient cinglé comme ça ?

    RépondreSupprimer
  46. Quand Marchenoir dit "je t'encule" à Grandpas qui lui dit "je t'emmerde", ça fait penser à ces personnages de cartoon qui mettent leur index dans le trou du canon d'un fusil dont le propriétaire s'apprêterait à faire parler la poudre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vieux du Muppet Show mais Marchenoir, c'est lui faire trop d'honneur quant à sa haine des fonctionnaires, sa femme a du s'enfuir avec un fonctionnaire communiste mais on comprend la pauvre dame, vivre avec un tel aigrefin.

      Supprimer
  47. Putain, mais elle est à chier cette phrase... Je ne la comprends même pas en la relisant. Heureusement que je vois très bien ce que je voulais dire.

    RépondreSupprimer
  48. Non, elle est marrante votre phrase, Dorham.
    Et l'échange entre Marchenoir et Granpas ne manque pas de sel.

    Ce que vous ne comprenez pas, Marchenoir, c'est que la haine irrationnelle de certains à l'égard des fonctionnaires, haine dont vous faites preuve plus souvent qu'à votre tour, peut rendre fou le fonctionnaire honnête. Il ne faut pas s'étonner ensuite que celui-ci devienne désagréable. Vous ne vous rendez pas compte de ce que ça fait, quand vous êtes un travailleur consciencieux, de vous faire traiter de sous-merde, de parasite et de salaud par quelqu'un qui ne vous connaît pas, simplement parce que vous êtes fonctionnaire. Il y a dans cette généralistaion évidemment abusive, qui se transforme trop vite en insulte, une injustice proprement insoutenable.

    Je comprends la douleur de Grandpas, même si, sur ce coup là, vous n'aviez pas grand chose à vous reprocher, et que son attaque, brutale, tombe bizarrement.

    Songez-y, à l'occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ce que vous ne comprenez pas, Marchenoir, c'est que la haine irrationnelle de certains à l'égard des fonctionnaires, haine dont vous faites preuve plus souvent qu'à votre tour, peut rendre fou le fonctionnaire honnête."

      Marco Polo, je récuse d'avance et intégralement toute imputation de "haine" à l'encontre de qui que ce soit. Je refuse tout commencement de discussion sur une telle base, de même que je refuse toute imputation de "racisme", de "stigmatisation", ou tous ces termes gauchistes qui ont été inventés dans le seul but de mettre fin de façon malhonnête à un débat politique légitime.

      Le mot "haine" est relatif aux sentiments et aux intentions. Tous les sentiments sont légitimes, et les intentions sont inconnaissables.

      Les discussions sur l'amour et la haine peuvent être pertinentes entre individus. Elles ne le sont pas entre groupes sociaux, quand il s'agit de questions politiques.

      Votre affirmation selon laquelle je ne devrais pas haïr les fonctionnaires est proprement extravagante. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte parce que le politiquement correct a rendu légitimes, et même légales, de telles prétentions, mais pour mesurer la stupidité et l'arrogance d'une telle déclaration, il suffit d'en considérer l'équivalent.

      En somme, vous prétendez que je devrais aimer les fonctionnaires.

      Votre femme peut, sans se ridiculiser, vous reprocher de ne pas l'aimer, et réclamer de l'amour.

      Si un corps social se met à réclamer de l'amour, en revanche, une psychanalyse collective s'impose d'urgence, pour ne pas dire un enfermement de groupe dans un hôpital psychiatrique.

      Ceci dans l'hypothèse la plus indulgente.

      Supprimer
  49. Reprocher à quelqu'un de ne pas aimer des fonctionnaires, les plombiers-zingueurs ou les mathématiciens, c'est stupide parce que personne ne peut connaître avec certitude, ni démontrer les pensées intimes de tel ou tel.

    Et c'est évidemment d'un arrogance extrême que de prétendre dicter à qui que ce soit qui il devrait aimer et qui il devrait haïr.

    C'est la liberté la plus stricte de tout un chacun d'aimer et de haïr qui il veut. Mais l'idéologie communiste a tellement infiltré les esprits, que certains se sentent maintenant autorisés à reprocher ses inclinations à quelqu'un qu'ils ne connaissent ni d'Eve ni d'Adam.

    Dans le monde ou je vis, Marco Polo, le monde normal, celui qui a eu cours pendant quelques centaines de milliers d'années avant 1968, quand quelqu'un n'est pas aimé, c'est qu'il n'est pas aimable. Et nul ne saurait protester contre le fait de ne pas être aimé, sauf dans le cadre intime que je citais, et même alors cela est contestable.

    Mais, en réalité, il ne s'agit ni d'amour ni de haine. Il s'agit de pouvoir. Il s'agit d'intérêts personnels et de classe. Il s'agit de conflits sociaux.

    Et c'est pour camoufler le fait que les fonctionnaires mènent une guerre contre tous les autres groupes sociaux, c'est pour faire oublier qu'il s'agit de vulgaires intérêts, qu'ils présentent cette ahurissante revendication d'avoir, en plus de tout le reste, à être aimés.

    L'amour serait un droit de l'homme pour les fonctionnaires. C'est curieux comme les masseurs-kinésithérapeutes (à ma connaissance, hein, je peux me tromper), n'ont jamais réclamé d'être aimés par le reste de la population.

    Ils mènent leurs affaires, ils massent, certains les aiment, d'autres pas, c'est la vie.

    Les fonctionnaires, c'est différent. Non seulement ils ont droit à un empoloi à vie et à une retraite dorée sur tranche (comparativement), mais en plus, ils auraient droit à une expression d'amour continue et généralisée de la part d'autrui.

    Soit c'est la manifestation d'une pathologie mentale médicalement certifiée, soit c'est la marque d'une malhonnêteté profonde.

    Car, tant qu'on parle de ma faute inexpiable qui consiste à "haïr les fonctionnaires", on évite soigneusement de répondre à mes accusations détaillées, précises, étayées et argumentées sur l'oppression intolérable que font régner les fonctionnaires sur le reste de leurs concitoyens et sur l'ensemble de la nation.

    Et c'est là que j'en viens à la part la plus grotesque de votre affirmation, Marco Polo.

    Vous prétendez que j'aurais une haine "irrationnelle" des fonctionnaires. Marco Polo, je vous le dis en un mot comme en cent :

    Vous.

    Vous.

    Foutez.

    De.

    La.

    Gueule.

    Du.

    Monde.

    RépondreSupprimer
  50. Ma "haine", si tant est qu'il s'agisse de haine, est au contraire parfaitement rationelle.

    Comme je l'ai démontré à de multiples reprises, comme l'ont démontré tous ceux qui "haïssent" les fonctionnaires.

    De même que l'accusation de "racisme" hurlée à la cantonade a pour but d'interdire le débat politique parfaitement légitime sur l'immigration -- et tous les arguments parfaitement rationnels à son encontre, de même l'accusation de "haine" envers les fonctionnaires, les profs ou quelque catégorie sociale que ce soit a pour but d'interdire le débat politique parfaitement légitime sur l'organisation des institutions, de l'économie, le rôle de l'Etat, la dépense publique, l'impôt, les services publics -- et tous les arguments parfaitement rationnels à l'encontre d'un Etat obèse et d'une caste fonctionnariale parasitaire.

    Le néo-marxisme post-1968 n'a même plus l'honnêteté de reconnaître l'existence d'intérêts sociaux contradictoires ; c'est sous le masque grotesque de l'amour universel et obligatoire qu'il tente d'affermir sa version moderne du communisme.

    Vous remarquerez que pendant tout le temps que vous avez consacré à dénoncer ma prétendue haine, et tout le temps que j'ai consacré à démontrer l'absurdité et la malfaisance de votre accusation, personne n'a tenté d'expliquer comment il se faisait que dans la Poste fonctionnariale et communiste que le monde entier nous envie, le vol était devenue monnaie courante, tandis que chez les concurrents privés de la Poste, ce problème n'existe pour ainsi dire pas.

    Car c'est cela le sujet, et non la question de savoir si les gens "haïssent" ou "aiment" un peu, beaucoup ou passionnément les postiers.

    Ils sont là, la manipulation, le jeu de bonneteau, le grand mensonge.

    RépondreSupprimer
  51. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gDhVYL5SYdc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne manquez pas les commentaires, eux aussi pleins de haine irrationnelle des fonctionnaires.

      Supprimer
  52. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "il y a quelques mois, j ai emmene un membre de ma famille (suite a une chute dans les escaliers necessitant quelques points de suture au bras) aux urgences d un hopital de la banlieu sud de paris un samedi soir vers 20h.
    nous avons attendus pres de 3 heures apres l admission (15 minutes d attente) qu un medecin veuille bien faire les points. pourquoi cette attente, et bien tout simplement parce que les 2 medecins presents et la dizaine d infirmieres etaient en train de …..diner. oui de diner, aucune urgence a part le diner. nous avons donc attendus plus de 3 heures pour des soins qui ont dure 10 minutes que ces fonctionnaires zeles veuillent bien faire leur travail.
    qui veut connaitre les hopitaux dans les pays sous developpes va dans un hopital francais."


    http://h16free.com/2011/10/13/10604-la-republique-protege-la-veuve-et-lorphelin

    RépondreSupprimer
  53. Pas mal, mais j'aime bien celui-là:
    http://www.youtube.com/watch?v=r1WzBN9K7h4&feature=related

    RépondreSupprimer
  54. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "A propos de protéger les veuves (et les orphelins), vous n’imaginez pas le nombre de mamies qui reçoivent des commandement à payer les taxes locales, plein pot, alors qu’ayant +70ans elles ont droit à des réductions significatives d’impôt."

    "Chaque année c’est le même cinéma: le fisc tente sa chance en présentant un racket (plein pot) et j’aide ces mamies en renvoyant un e mail (chaque fois le même) demandant de tenir compte de l’age de la mamie en question."

    "Ces mêmes services publiques à qui une mamie demandait une aide financière, on répondu « faites du black, comme tout le monde » (je simplifie). Qu’ils crèvent tous."


    http://h16free.com/2011/10/13/10604-la-republique-protege-la-veuve-et-lorphelin

    RépondreSupprimer
  55. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "Mardi, jour de non-grève, attention si vous prenez le train"

    http://lci.tf1.fr/economie/social/mardi-jour-de-non-greve-attention-si-vous-prenez-le-train-6756423.html

    RépondreSupprimer
  56. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "Franchement, j'ai la haine. Et j'ai honte, vraiment honte. Et vous allez comprendre pourquoi. C'est un peu long mais c'est affligeant. Il y a 3 semaines, ma femme a été victime d'un pickpocket dans le métro. Elle s'est fait subtiliser une partie de son sac à main. Elle était bouleversée mais pas pour les raisons que l'on croit."

    "La carte de crédit ? La monnaie ? Non, ce qui l'a vraiment traumatisé, c'est ça: "Flo, il va falloir retourner faire des démarches à la sous préfecture d'Antony!".

    "PREPARATION VERS L'ENFER, etc"


    http://www.gameblog.fr/blogs/omake/p_50063_l-administration-de-la-honte

    RépondreSupprimer
  57. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "Comparaison avec l’Australie, la difference principale est que l’employe derriere le guichet va essayer d’aider et en regle generale avec le sourire."

    "Sinon pour la poste locale, jamais de greves et rarement plus de deux minutes d’attente au guichet."

    "Par contre des qu’il s’agit de traiter avec l’ambassade de France, c’est une catastrophe. La on trouve vraiment les planques de la republique. Un beau bureau au centre de Sydney avec vue sur le port (pour ceux qui connaissent c’est franchement impressionant), des horaires ridiculement reduits (pour pouvoir aller a la plage je suppose) et un niveau d’aide proche de zero ou on nous considere comme « fautifs » par defaut."


    http://h16free.com/2012/03/08/11074-lherbe-est-plus-verte-ailleurs/comment-page-1#comment-65114

    RépondreSupprimer
  58. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "Ayant donc un problème fiscal à résoudre avec une trésorerie située à 600 km de chez moi qui prélève indument une somme mensuelle sur mon compte bancaire, j’envoie une première lettre début novembre. Début février, toujours pas de réponse, j’envoie donc un recommandé. A ce jour, le 8 mars, toujours pas de réponse."

    "Impossible de les joindre par téléphone, ça sonne des minutes entières suivies d’un disque qui vous demande de rappeler. Depuis novembre, les prélèvements continuent. Obligée de prendre un avocat ? Hallucinant le mépris que ces gens là affichent envers les administrés."


    http://h16free.com/2012/03/08/11074-lherbe-est-plus-verte-ailleurs

    RépondreSupprimer
  59. Haine irrationnelle des fonctionnaires (ah... en fait... non) :

    "Mes autorisations de séjour et de travail me sont données sur rendez-vous en moins de 5 minutes avec le sourire."

    "Ayant perdu une carte de crédit, la déclaration se fait sur internet, suivie d’un mail qui vous donne le nom et le numéro de téléphone de l’agent en charge de votre dossier… Agent qui a pris la peine de m’appeler pour m’expliquer les démarches à faire auprès de la banque et m’a informé par mail de l’état des recherches."

    "Le top, ce sont les impôts: 2 minutes pour faire sa déclaration en ligne, un appel à l’agent pour modifier le calendrier de paiement et cette année, un remboursement de la part de l’état qui a un surplus budgétaire. C’est une autre planète…"


    Euh... oui, en fait c'est à Singapour.

    http://h16free.com/2012/03/08/11074-lherbe-est-plus-verte-ailleurs

    RépondreSupprimer
  60. Haine irrationnelle des fonctionnaires (mais pas tous, padamalgam, fopagénéraliser) :

    "En Suisse, j’ai eu une correction à faire pour ma déclaration d’impôt. Etant encore dans un état d’esprit « français » dira-t-on, je m’attendais au pire, envoyer des recommandés-avec-accusé-de-réception à tout bout de champ, devoir consulter un avocat, produire des extraits de compte remontant jusqu’à Mathusalem…"

    "A tout hasard, j’ai téléphoné – parce qu’il y a un numéro de téléphone sur la déclaration."

    "Je suis tombé – immédiatement – sur un interlocuteur, courtois, qui m’a donné son nom et son numéro direct pour suivre le dossier."

    "En cinq minutes c’était réglé, par téléphone. Et l’administration fiscale m’a envoyé une confirmation écrite quelques jours plus tard. J’étais le cul par terre."


    http://h16free.com/2012/03/08/11074-lherbe-est-plus-verte-ailleurs

    RépondreSupprimer
  61. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "Le plus important, pour avoir vécu l’immigration au Canada et toutes les démarches administratives pour y vivre 6 ans et devenir citoyen canadien, c’est l’état d’esprit."

    "Les employés des services publics québécois et canadiens sont – asseyez-vous – au service du public."

    "On vous reçoit avec le sourire, on s’assure que vous comprenez ce qu’on vous dit, on vous pose des questions car on se doute bien que vous n’êtes pas au courant de tous vos droits et devoirs, on répond à vos questions qui ne sont pas forcément de la responsabilité directe de votre interlocuteur, on vous parle même un peu de la pluie et du beau temps…"

    "Le fonctionnaire administratif français, lui, aime montrer que dans le face à face avec l’administré, c’est lui qui a le pouvoir. Le pouvoir de faire la gueule et de la rétention d’information."

    "Au Canada, quand l’administration se plante, elle le reconnaît et s’excuse. En France, elle vous engueule et peut même vous facturer la réparation."


    [Et parfois, un postier vous "emmerde" et veut vous "casser la gueule".]

    "De retour du Canada, ma déclaration d’impôts 2009 mentionnait une adresse au Canada au 1er Janvier et un déménagement en France en juillet avec la nouvelle adresse. Devinez à quelle adresse ils ont envoyé l’avis d’imposition? Montréal…"

    "Constatant le retard dans la réception de cet avis je les appelle. Ils m’engueulent mais daignent m’envoyer une copie de l’avis à ma nouvelle adresse en France. Youpi."

    "Devinez à quelle adresse ils ont envoyé la déclaration pré-remplie pour l’année suivante? Montréal…"

    "Il a fallu que j’aille sur place, à Nantes, pointer sur une copie de ma première déclaration les bonnes infos qu’ils avaient donc depuis le départ pour qu’on arrête de m’engueuler et qu’on esquisse un timide « Ah oui là… non je comprends pas… Ben je vais changer votre adresse alors… »


    http://h16free.com/2012/03/08/11074-lherbe-est-plus-verte-ailleurs

    RépondreSupprimer
  62. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "Le mieux qui m’est arrivé, c’est au 3939, Allo Service Public. Ils sont joignables le samedi. Si, si, je vous assure. Par contre, il faut bien patienter 15 à 20 minutes avant d’avoir quelqu’un pour vous répondre."

    "Sur ce coup là, j’avais deux questions à poser. Eh bien une fois que j’ai eu la réponse (qui s’est avérée fausse une fois le service concerné contacté), je n’ai pas pu poser ma seconde question ! « Non Monsieur, ce n’est pas possible, il y a trop d’appels, nous ne traitons qu’une question par appel. »

    "Il faut se taper à nouveau les 15 à 20 minutes d’attente."


    http://h16free.com/2012/03/08/11074-lherbe-est-plus-verte-ailleurs

    RépondreSupprimer
  63. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "L’URSSAF était encore il y a quelques années un organisme où le timbre de la poste ne faisait pas foi."

    "C’est peut être toujours le cas, mais comme je n’ai plus de salarié pour ne pas être enquiquiné à tout bout de champ, je n’ai plus l’occasion de le vérifier."


    http://h16free.com/2012/03/08/11074-lherbe-est-plus-verte-ailleurs

    RépondreSupprimer
  64. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "-IL EST COMPLET VOTRE DOSSIER?
    -oui madame, j ai toute la liste demandee sur internet
    -CA VEUT PAS DIRE QU IL EST COMPLET."


    http://h16free.com/2012/03/08/11074-lherbe-est-plus-verte-ailleurs

    RépondreSupprimer
  65. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "Nous nous installons devant la première dame fonctionnaire qui était la plus près de nous et répondons à des questions toutes plus stupides les unes que les autres et à un moment, mon esprit décroche pour se mettre en observation de ce qui m’entourait ; je ne suis pas des plus patient."

    "Bref, tenez-vous bien, je le répète je n’invente rien, la deuxième dame, qui d’un coup est devenue BEAUCOUP plus fonctionnaire que sa collègue complètement conne mais qui essayait tout de même de faire le job, était en train de taper sur un clavier qui n’était pas relié à la tour de l’ordinateur, lui-même connecté à aucun écran le tout branché sur aucun réseau électrique…"


    http://h16free.com/2011/10/13/10604-la-republique-protege-la-veuve-et-lorphelin

    RépondreSupprimer
  66. Haine irrationnelle des fonctionnaires :

    "Mon expérience la pire. Arrivé à la sous-préfecture un jeudi et être étonné qu’il n’y a pas de queue. L’accueil m’a refoulé aussi sec : tout le monde sait que la sous-préfecture n’accueille pas le public le jeudi. C’est pourtant évident."

    "Une autre expérience amusante. Allez voir une administration pour se faire clarifier une procédure. Et là se faire reprocher de les déranger au lieu de leur téléphoner. Le seul souci c’est que cela faisait plusieurs semaines que j’essayais de téléphoner plusieurs fois par jour, mais cela ne répondait jamais."


    http://h16free.com/2011/10/13/10604-la-republique-protege-la-veuve-et-lorphelin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marchenoir , vous tellement aveuglé par votre haine que vous confondez bureaucratie et fonction publique, je suis aussi confronté à de tels exemples et parfois avec des employés du privé comme les services clientèles de téléphonie où pourtant ne végètent aucun fonctionnaires.

      Si bobonne s'est barrée avec un postier cégétiste et communiste parce qu'elle ne supportait plus votre haleine de poney, je n'y suis pour rein même si je la comprends et pour un planqué de fonctionnaire voyou de surcroît, je suis moins présent sur le net que vous travailleur modale du privée et si vous êtes en retraite, vous devez vraiment vous faire chier et là je vous plains.

      Maintenant, couche couche panier le roquet.

      Supprimer
  67. Il y a beaucoup à lire, mais le premier message de cette impressionnante série est un assez mauvais début :

    "Votre affirmation selon laquelle je ne devrais pas haïr les fonctionnaires est proprement extravagante (...). En somme, vous prétendez que je devrais aimer les fonctionnaires."

    Ben non. Je ne vous oblige pas à aimer les fonctionnaires. Je ne suis pas le taré que vous préféreriez que je sois, pour vous éviter de devoir répondre à ma question de façon mesurée.

    Demander à quelqu'un de ne pas haïr ne revient évidemment pas à lui demander d'aimer. Il s'agit de raisonner sur un problème, pas d'éprouver des sentiments. Quand la haine s'en mêle, on sort du champ de la raison, et il est légitime de réclamer que cesse cette haine si l'on veut débattre. Je ne hais pas les éboueurs, et je ne les aime pas non plus. Je peux en parler froidement, sans m'énerver, sans les insulter. C'est mieux, non ?

    Vous essayez de noyer le poisson.
    Moi je ne voulais pas relancer le débat sur les fonctionnaires, mais seulement parler de la colère de Grandpas.

    RépondreSupprimer
  68. J'ajoute que nous serions plus rassurés sur votre état mental si vous évitiez de poster 127 messages pour hurler votre non-haine des fonctionnaires.
    Cela me fait penser au fou calculateur qui croit prouver à son psychiatre qu'il va très bien parce qu'il a juste sur les calculs. Sauf qu'il a calculé qu'avec un fusil on pourrait abattre 100 moineaux à l'heure, donc 2400 par jour, et qu'en les vendant 2 euros pièce on pourrait gagner 4800 euros par jour (moins les frais) et renflouer la caisse de la sécu. Avec une centaine de fusils ça ferait 480 000 euros, et sur un an : 175200000 euros.
    Et il s'en retourne au cabanon, tout content d'avoir prouvé qu'il n'est pas fou.

    Comme lui, vous nous offrez une preuve par l'exemple.
    Tout le monde sait maintenant que tout va bien dans votre tête.

    RépondreSupprimer
  69. Marco Polo,

    Ma soudaine colère est simple, le Marchenoir éructe sans discontinué sa haine des fonctionnaires et cela sur tous les blogs qu'il parasite, au bout d'un moment cela devient fatiguant et c'est tout.

    Pour faire si nous avions été en face à face, je lui aurais refait sa gueule avec mes pompes de sécurité, celles que je porte dans mon non-travail.

    Oui, je l'emmerde, je lui pisse dessus voir je lui vomis dans sa bouche et si cela le met en colère, j'en suis fort aise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marchenoir est fou, il faut lui pardonner.
      Et à l'heure où deux fonctionnaires se préparent à partir au boulot (vous et moi), lui, il dort.
      C'est un fou qui ne travaille pas.
      (sauf du chapeau).

      Supprimer
  70. La vache ! Tout cela ressemble fort, il me semble, à un sujet d'étude. Je me dois d'avouer Marchenoir que vous ne répondez en effet aucunement au propos de Marco. Vous êtes un maître dans l'art de répondre à coté. Je suis plutôt doué au petit jeu du noyage de truite saumonée, à celui de la mauvaise foi éhontée, à celui du dévoiement malhonnête de sujet, mais vous, vous en êtes carrément le champion du monde. Vous êtes combien au juste ? Deux ? Trois ? Dans un seul et même corps ?

    RépondreSupprimer
  71. J'ai exactement répondu au propos de Marco Polo, Dorham.

    Nous avons exactement répondu à ce propos, moi et tous les Français qui subissent l'oppression continuelle des fonctionnaires, telle qu'elle ressort de leurs témoignages publiés chez h16.

    Et la seule réaction de nos duettistes fonctionnaires, Marco Polo et Grandpas, quand on les met face à la juste colère du peuple à leur encontre, quand on dénonce leur impéritie et leurs méfaits, est celle de tous les communistes : ils accusent leurs adversaires d'être fous, ils les insultent et ils les menacent de violences physiques.

    Et après, ils se plaignent d'être haïs.

    Au moins, les nazis et les staliniens de faisaient pas mystère de leur volonté de meurtre et de leur désir d'asservir leur prochain.

    On se demande d'ailleurs ce que font Marco Polo et Grandpas sur des sites de droite. Leur place est sur des sites de gauche, avec leurs camarades communistes et néo-nazis. Et musulmans, car ce sont les mêmes méthodes.

    Il vaut toujours mieux être avec les gens de son bord quand les choses s'écroulent. Car elles vont s'écrouler.

    Nos petits camarades fonctionnaires commencent à paniquer parce qu'ils voient la Grèce, ils voient l'Italie, ils voient l'Espagne, ils voient bien que le hold-up qu'ils ont réalisé sur le pays en 1945 avec l'aide du PCF est en train de tirer à sa fin, que ça ne peut plus tenir, que tout va s'effondrer comme un château de cartes, comme l'URSS s'est effondrée.

    Ils savent bien qu'ils seront les premières victimes de l'effondrement, puisqu'ils ne produisent rien, ils ne font rien, ils se contentent de profiter du système totalitaire qu'ils ont mis en place pour mettre le pays en coupe réglée.

    Ils savent bien qu'un jour on leur dira de ne plus venir travailler que trois jours par semaine (payés trois jours, évidemment : finies les enculades syndicales...).

    Ils savent bien qu'un jour on fermera des services entiers, des écoles entières, qu'on licenciera des postiers et des profs et des flics par wagons simplement parce qu'il n'y aura plus rien dans les caisses pour les payer, au bout de soixante ans de vols, de pillage, de fraudes et de détournements par eux et leurs amis.

    Ils savent bien que ce jour-là, les entourloupes habituelles, les grandes manifestations, les grèves, les déclarations indignées, les chochotteries d’estrade, ne feront plus aucun effet, auront le même pouvoir qu'un pet sur une toile cirée.

    Ils ont cru pouvoir piller impunément, ils ont cru qu'il ne subiraient jamais les conséquences de leur malhonnêteté. Et ils voient le manège qui ralentit. Ils ont compris qu'il allait s'arrêter, et que ce jour-là, les trucs qui ont marché pendant soixante ans ne marcheront plus, et que la barque leur retombera sur la tête.

    Alors ils font dans leur froc. Ils montrent les dents. Il compensent leur impuissance en menaçant de "refaire leur gueule avec leurs pompes de sécurité" aux Français qu'ils ont pillé et opprimé depuis soixante ans, ils « les emmerdent, leur pissent dessus et leur vomissent dans leur bouche ».

    Mais ce n’est pas cela qui leur paiera leurs salaires et leurs retraites.

    Quand tous les Français productifs et honnêtes auront quitté la France, et qu’il auront été remplacés par des cohortes d’immigrés improductifs, haineux et violents, alors les fonctionnaires se retrouveront gros-jean comme devant, et ils regretteront la « haine » de ceux qui se contentaient de protester démocratiquement contre l’oppression et de prévenir le désastre.

    Mais il sera alors trop tard. Leurs « chaussures de sécurité », leur « merde » et leur « pisse » ne leur seront d’aucun secours.

    RépondreSupprimer
  72. Et maintenant, permettez-moi de mettre le projecteur sur deux arguments de socialauds qui reviennent avec une régularité d’horloge dans ce genre de discussion –- et celle-ci n’y a pas échappé. Curieusement, personne n’a l’air de remarquer à quel point ces arguments sont viciés.

    La première règle de la thermodynamique socialiste veut qu’immanquablement, dans toute discussion où un fonctionnaire se retrouve dans l’incapacité de réfuter les arguments libéraux, il finisse toujours par faire cette stupéfiante remarque : « Mais moi aussi, je paye des impôts ».

    Autrement dit, le fonctionnaire considère comme une gentillesse qu’il nous fait, à nous autres, non-fonctionnaires, de consentir à payer des impôts.

    On sent bien qu’en tant que fonctionnaire, il considérerait comme normal d’en être exempté. (Et c’est d’ailleurs ce qui se passe en réalité dans une certaine mesure, si l’on compare les cotisations sociales qu’il paye, comparées à celles des salariés du privé.)

    En faisant cette remarque, le fonctionnaire montre qu’il mesure l’utilité sociale d’un travailleur au montant d’impôts qu’il génère. Plus un pays arriverait à lever d’impôts, plus il serait prospère.

    C’est évidemment stupide. Car s’il en allait ainsi, il faudrait souhaiter que l’Etat confisque 100 % des gains de toute la population au titre de l’impôt. L’Etat arriverait au sommet de la prospérité à l’exact moment où il serait parvenu à ruiner sa population.

    Un pays est évidemment prospère quand il produit des richesses, pas quand son Etat lève des impôts. L’impôt est un mal nécessaire qui doit être le plus limité possible.

    En faisant cette remarque, le fonctionnaire montre son incapacité totale à tenir un raisonnement économique élémentaire. Car, ce qu’il omet de dire, c’est que, s’il quittait le non-service pseudo-public pour travailler dans le privé, il paierait aussi des impôts !...

    Mais la différence, c’est qu’il ferait un travail utile au pays, sa production serait efficace, car elle serait soumise aux signaux de prix du marché.

    Contrairement au fonctionnaire, dont l’efficacité du travail n’est déterminée que par la seule décision politique... ce qui la rend ipso facto inefficace.

    RépondreSupprimer
  73. La seconde règle de la thermodynamique socialiste veut que, dans toute discussion où un fonctionnaire se retrouve dans l’incapacité de réfuter les arguments libéraux, il finisse toujours par reprocher à son contradicteur de passer trop de temps à écrire sur Internet.

    Sans blague...

    Quand il s’agit de défendre le fonctionnariat, l’Etat fort et stratège, la « justice sociale », la « juste répartition des richesses », la « réduction des inégalités », le « service public », là, plus « la voix des masses » se fait entendre, mieux cela vaut.

    Quand il s’agit de propulser l’idéologie Degauche, c’est à qui réclamera le plus de « dialogue participatif », de « forums citoyens » et « d’appropriation de la parole ».

    Tout dépend, évidemment, de ce qu’il s’agit de dire... c’est quand ça les arrange !

    Dans une démocratie normale, la liberté d’expression est valorisée. Plus les gens s’expriment, plus des points de vue différents sont publiés, plus le débat est nourri, mieux cela vaut.

    Pas chez les socialauds ! Chez les socialauds, c’est la Haute Autorité des Temps de Parole, assistée par le Secrétaire de Cellule Territorial et le Chef du Pâté de Maisons, qui mesure scrupuleusement ce qui se dit, qui compte les lignes écrites par tout un chacun, qui note scrupuleusement qui a écrit quoi et à quelle heure (apparemment, il y a des horaires autorisés et d’autres qui ne le sont pas), et qui veille à Réprimer les Abus.

    On veut bien, de mauvaise grâce, laisser un peu parler les libéraux.

    Mais iadélimits. Il ne faudrait pas que la chouette ambiance stato-gauchiste générale soit gâchée par des propos inappropriés, par des dérapages un peu trop répétés.

    La Frônce est bien un pays de petits flics hargneux, mesquins et jaloux. La Frônce des postiers et des professeurs n’aime pas la liberté.

    J’ai un message pour tous ces gens-là : Internet est là, et il n’y strictement rien que vous puissiez y faire désormais. Prenez-en votre parti. Le plus tôt sera le mieux.

    RépondreSupprimer
  74. Vous nous faites la totale, Robert.
    C'est la grande forme !

    Mais franchement, vous n'avez pas l'impression d'exagérer un peu, là, quand même ?

    RépondreSupprimer
  75. Robert, si le fait de ne rien produire était la caractéristique exclusive des fonctionnaires, il n'y aurait plus du tout de boulot dans le privé. Ce serait ach'ment ballot. Pour ne prendre qu'un tout petit morceau de votre propos.

    Le reste, franchement, je n'ai pas lu. Je ne vous lis pas. Plus. A la place, je ricane sottement dans mon coin (je préfère être honnête avec vous autant qu'avec moi-même). Quelque chose parasite votre discours. Je ne sais si c'est la folie ou autre chose mais ça le parasite assurément. Je suis comme Kundera, je pense que dialoguer avec les fous qui pensent que nous sommes des poissons et que nous vivons dans un monde de poissons fait de soi - de facto - un fou tout pareil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. [S]i le fait de ne rien produire était la caractéristique exclusive des fonctionnaires, il n'y aurait plus du tout de boulot dans le privé.

      Pardon mais, ça veut dire quoi cette énorme connerie ? Ah oui, ça veut rien dire du tout.

      Supprimer
    2. Putain... Pardonnez-moi de vous le dire, Le Diable, mais vous êtes con comme vos pieds (j'espère que vous en avez, je m'en voudrais de froisser une "personne à mobilité réduite" - si vous en avez, vous ne seriez alors qu'une personne à mobilité réduite des neurones, ce serait moins grave, à part pour vous, cela s'entend). Cela veut dire exactement ce que ça veut dire, à savoir qu'il y a énormément de domaines d'activités qui ne produisent absolument rien. Dans le privé comme dans le public. Les services par exemple ne produisent rien et ils représentent une somme très importante d'emplois. On pourrait parler des métiers de la communication, sauf si on estime qu'une brochure à la con est une production en tant que telle... Je ne sais même pas pourquoi je vous réponds. Si je n'étais si peu coutumier du fait, je vous répondrais simplement que vous êtes un demeuré. Un demeuré qui s'estime en droit de faire des objections, qui plus est !

      Supprimer
    3. ---Cela veut dire exactement ce que ça veut dire, à savoir qu'il y a énormément de domaines d'activités qui ne produisent absolument rien. Dans le privé comme dans le public. Les services par exemple ne produisent rien et ils représentent une somme très importante d'emplois.---

      Oh la vache, ça fait mal. Avec une telle théorie économique, on comprend que vous soyez de gauche, remarquez.

      Ce qui me fait le plus rire, c'est que ça vient après une discute où des fonctionnaires et/ou socialos veulent faire pleurer le chaland en expliquant que mémère va devoir faire 30 km sous la neige, sans ce merveilleux SERVICE public qu'est la Poste, et que pour cela les postiers d'Etat se démènent comme des forçats! Bref que la poste est un service de première nécessité (ce qu'il est évidemment, personne ne le nie, le problème étant le monopole public).

      Pourtant la poste ne produit rien, au sens "dorhamien", ni saucissons ni tuyaux de fonte... et pourtant les gens paient pour cette non-production... et nos postiers d'Etat racontent qu'ils travaillent comme des bêtes (ce qui est faux, mais ça c'est pas parce que c'est une service, c'est parce que c'est un service d'ETAT)... ah ben alors on comprend p'us rien !

      ---Je ne sais même pas pourquoi je vous réponds--- Non, en effet. Dorham, z'auriez mieux fait de rester dans le sybillin et l'énigmatique. J'avais bien deux ou trois "solutions" absurdes qui pouvaient expliquer votre phrase, mais je n'aurais jamais pensé à un truc aussi absurde. D'ailleurs je fatigue à l'idée d'avoir à démonter ce machin.

      C'est comme si un type vous écrivait "gtsefjfkfidkdkk", vous vous rendriez compte qu'il ne sait pas écrire, et que pour lui apprendre, vous devriez repartir à zéro, en lui enseignant les bases les plus élémentaires.

      Si le Diable est un demeuré, alors vous en êtes un au carré.

      Supprimer
    4. ---sauf si on estime qu'une brochure à la con est une production en tant que telle---

      Ben, si un type a librement décidé de payer pour avoir cette "brochure à la con", c'est bien qu'il doit estimer que c'est une production utile pour lui. Et à la con ou pas, des gens ont bien dû travailler pour satisfaire le gars, non ? Que VOUS, vous estimiez que c'est de la merde ne fait rien à l'affaire, ou plutôt on s'en fout. C'est pas votre argent. Et il faudra m'esspliquer pourquoi les capitalistes, ces affreux près de leurs sous, dépensent tant d'argent pour la pub, s'ils estiment comme vous que ça sert à rien.

      (Pour être juste, il faut dire qu'il y a des brochures qu'on peut objectivement considérer comme "à la con" : dans une entreprise dans laquelle j'ai travaillé, on nous a un jour distribué une belle brochure où l'entreprise nous enjoignait à respecter l'autre (l'Autre, pardon), à ne pas être raciste etc. Ce fscicule répondait évidemment à des directives, ou du moins à des pressions gouvernementales et idéologiques... bref, c'était de l'argent foutu par la fenêtre, ça ne répondait à aucun besoin, mais voilà; un "sevice" public dans un quelconque ministère avait jugé cela important; et si je disais que c'était "objectivement" une brochure à la con, c'est que tout le monde dans la boîte, de l'ouvrier au cadre sup', l'a considérée comme telle.)

      (Et je vous parle pas des merveilleuses brochures à la con produites par et pour les "services" publics à jet continu en toute consanguinité; décidées par des types, certes, mais pas payées avec leur argent)

      Supprimer
    5. Bon. Vous n'êtes pas mieux que le diable, Gil. En fait, votre but à tous, c'est de tirer sur tous les cheveux qui trainent dans l'espoir dément d'avoir le dernier mot.

      Alors, lesson one ! On ne produit pas un "service" et je le sais pour être un professionnel, et de la communication et de la relation clients. Cela ne signifie pas que ce ne soit rien, que ce soit même inutile (bien qu'un très grand nombre de choses le soient objectivement dans ces métiers mais on les pratique parce qu'un blaireau payé à former des moutons a dit que ça l'était ! et il le tient de formateurs plus vieux que lui - les brochures mises à part. Il y a des différences entre fabrication, conception, organisation, production. Vous avez des problèmes avec la sémantique de base ou bien ? Bon, je vais téléphoner à mon chirurgien pour voir si il compte "produire" une dizaine d'appendicites ce week end... Pour peu qu'il soit payé au quota.

      Et du reste, je n'ai même pas défendu les postiers ou les fonctionnaires, je me contrebranle des poussées de fièvre de Marchenoir, elles sont tellement outrancières qu'elles me font rire.

      Supprimer
    6. Le dernier mot de quoi ? Moi je ne suis intervenu ce sur ce fil que pour quelques blagounettes... mais là ça m'a paru tellement énorme que je n'ai pas pu m'empêcher d'intervenir.

      Sinon, j'adore votre style : "Alors, lesson one ! On ne produit pas un "service" et je le sais pour être un professionnel"

      Oh la vache ! Vous voulez dire qu'il est préférable de dire "rendre un service" que le "produire". Ah ouais, c'était vraiment la lesson one, hein. Remarquez, si vous êtes un "professionnel de la communication" et que votre boulot consiste en de tels truismes, on comprend pourquoi vous pensez que c'est un boulot de branleurs^^

      Résumons, donc : vous dites à Marchenoir : "Robert, si le fait de ne rien produire était la caractéristique exclusive des fonctionnaires, il n'y aurait plus du tout de boulot dans le privé."

      Le propos s'adressant à RM, on suppose que RM, étant libéral et connaissant la valeur des "services", accusaient les fionctios d'en foutre pas une, il ne leur reprochait certainement pas d'être dans les services, et de ne pas produire au sens strict des marchandises. Et on pouvait supposer que vous vous opposiez à cette vision des fionctios comme branleurs. Sinon, on ne voit pas l'intérêt de votre remarque (remarquez, mème si elle voulait vraiment dire ça, on n'en voit pas non plus l'intérêt^^ - mais elle avait un petit côté énigmatique.)

      Dans votre réponse au Diable et à moi, cependant, si on vous comprend bien (c'est dur, malgré votre statut de "professionnel de la comm"^^), vous dites que c'était une simple problème de sémantique : production dans le sens de production de marchandise, c'est tout ce dont vous parliez. Et que vous n'avez jamais prétendu que les services était une activité inutile de branleurs avérés. Mais pourquoi alors être intervenu pour signaler une évidence pareille ?

      Bref on s'y perd.

      Conclusion : ou vous êtes de mauvaise foi, ou vous êtes un demeuré au carré, comme je le craignais.

      (en fait, rassurez-vous : je pense que vous êtes un simple demeuré de mauvaise foi.)

      Supprimer
    7. [S]i le fait de ne rien produire était la caractéristique exclusive des fonctionnaires, il n'y aurait plus du tout de boulot dans le privé.

      Cela veut dire exactement ce que ça veut dire, à savoir qu'il y a énormément de domaines d'activités qui ne produisent absolument rien.

      Vous avez des problèmes avec la sémantique de base ou bien ?

      Le troll à l'état pur.

      Supprimer
  76. Robert
    Je n'aime pas trop le raisonnement, sur le plan purement logique du "c'est quand même moi qui paye votre salaire", maintes et maintes fois entendues. Partant du principe que les fonctionnaires payent eux aussi des impôts celà n'en fait pas des auto-entrepreneurs.

    Malhonneté des fonctionaires...
    Certainement pas fiscale en tout cas. Difficile de frauder quand le payeur est le controleur. Notez bien que je ne le déplore pas.
    Vous illustrez par les vols de la poste.
    Ce sont des secteurs qui sont gangrénés par les pourritures rouges. Au même titre que l'imprimeur ou l'éditeur, ou le chef de gare qui voudrait changer quoique ce soit au système, un type honnète s'exposera aux conséquences physiques de ces truands a vernis politique.
    On est donc plus a mon sens dans une délinquance organisé ou subie. La paye d'un postier c'est pas lourd et des flics ne vont plus au charbon pour le double. Alors sans étirer le débat pour se masturber je ne crois pas que le reproche se concentre au niveau de l'absence de courage individuel.
    Déresponsabilisation exacerbée mais nécessaire (ben oui si les pompiers payent la porte ou le carreau pété sur une fausse alerte, les vrais ne vont pas être franchement traitée), organisation délirante par orientation philosophique ou politique ok.
    Mais je ne crois pas que l'individu, le gars bosseur et droit dans son centre de tri, la greffière dans son tribunal de province, le conducteur d engin a la DDE puisse agir au delà du symbolique a son niveau le plus immédiat.
    A.g.

    RépondreSupprimer
  77. Il y a quelque chose de fêlé chez Marchenoir, une douleur, une faille. A chaque fois qu'il parle des fonctionnaires, on dirait un exorciste en train d'opérer. Il se met à trembler et à prendre une voix d'outre tombe. Un peu de bave s'échappe de ses lèvres, et assez vite on ne sait plus très bien qui est l'exorciste, et qui le possédé.
    Parfois j'ai l'impression qu'il a été violé par un postier quand il était enfant. Seul un événement de ce genre pourrait à la rigueur expliquer de telles outrances.
    Imaginez ce qu'il serait devenu si ça avait été un cammionneur : des millions de billets rageurs pour réclamer la fin des transports routiers !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marco Polo nous fait maintenant du Mireille Dumas, ce qui montre que les trempes à répétitions qu'il se prend sur ce blog lui auront tout de même enseigné l'humilité.

      Supprimer
    2. De l'Akhénaton, plutôt. "Zemmour a l'air traumatisé pas les Noirs et les Arabes... ils devaient lui piquer son pain au chocolat à la récré..."

      Supprimer
    3. Akhénaton... Vous n'avez vraiment pas de coeur, Gil. Vous n'auriez pas été violé par un prof' de philo' ?

      Supprimer
    4. ah! ah ! Excellentes interventions de nos merveilleux enchanteurs.
      Quand vous aurez le quart du huitième de mon humour, le diable, n'hésitez pas à venir faire une blague ou deux, qu'on en profite.
      Et j'aime bien aussi ce côté "moi je suis nul, mais je suis du côté de Marchenoir, donc j'ai l'impression d'être bon".
      Vous êtes du genre à regarder les sondages avant de voter, pour choisir celui qui en en tête et sortir dans la rue en gueulant "on a gagné !".

      Pitoyable, comme d'habitude.
      Au moins, on ne peut vous taxer d'inconstance.

      Gil, je vous sens un peu faiblard sur ce coup. Venir baver une niaiserie après ce débile de diable, comme à sa remorque, c'est en dessous de vos capacités.

      Supprimer
    5. Sûr qu'un mec qui cherche à mesurer la taille de son humour et qui demande un concours de blagues n'est pas pitoyable du tout.

      Supprimer
    6. Marco,

      J'ai aussi pensé à l'exorcisme mais j'essaie d'y aller mollo en ce moment avec les blagues à tendance catholique, d'autant plus qu'on est plein carême...

      Supprimer
  78. Enfin, c'est sympa de venir à la rescousse de Robert.
    Beau geste, les gars.
    Mais vous ne pensez pas qu'il pourrait se défendre tout seul ? Sinon, vous pouvez aussi participer, bien sûr, et dire quelque chose, un truc avec un contenu et pas seulement une demie ligne de fiel frelaté.
    Mais c'est plus difficile. Faut réfléchir avant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas, il y a un principe auquel Marco Polo ne déroge pas. Systématiquement, lorsqu'il exige d'un de ses contradicteurs qu'il lui réponde, sa demande est accompagnée d'une remarque sur le nombre de lignes qu'il attend. En somme, la philosophie de Marco Polo, c'est un peu plus c'est long, plus c'est bon. Je le laisse faire son auto-analyse, il a l'air doué pour ça.

      Supprimer
    2. Le Diable aime la fulgurance. Si seulement Montaigne avait pu écrire ses Essais en un tome de 20 pages ! Du reste, j'adore votre pseudo parce que je suis certain que le diable s'il existe est absolument friand de vitesse, et tout à fait impatient. Je l'imagine trépigner en se demandant : "mais putain, qu'est-ce qu'Il fout, ça tarde quand même cet Armageddon !!!"

      Supprimer
  79. A sa rescousse ?? Pourquoi, il en avait besoin ? Merde, on me dit jamais rien. Il me semblait qu'après son passage sur ce fil, plus rien ne poussait (plus rien de socialiste)... non, je vous aime bien, Marco (ma nouvelle devise est : "je suce partout") votre côté archaïque, toussa, in Ian Curtis we trust etc, mais votre comm plus haut sur la douleur, la faille de Marchenoir était vraiment fendard, je n'ai pas pu résister.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureux de vous avoir fait rire, Gil.
      C'est toujours un plaisir de vous voir dans mes parages.

      Supprimer
  80. "Vous êtes du genre à regarder les sondages avant de voter, pour choisir celui qui en en tête et sortir dans la rue en gueulant "on a gagné !"."

    Ca doit quand même faire du bien ! Je n'ai jamais connu pareil instant.

    RépondreSupprimer
  81. Bon, les gens, je ferme les commentaires sous ce billet (si je me rappelle comment on fait…), car j'en ai marre de devoir les valider un à un…

    RépondreSupprimer