jeudi 8 mars 2012

Saloperie de banlieues de pauvres, tiens !


Merveilleuse journée de cauchemar, hier. Parti de la maison à neuf heures moins cinq, afin d'être à FD à dix heures, moment supposé de ce que j'appelle la “conf' des grouillots”, à savoir la réunion hebdomadaire de la piétaille dont je fais partie, durant laquelle chacun est censé proposer les sujets qu'il a trouvés dans son coin pendant la semaine écoulée.

Au péage de Mantes, sur l'A13, premier bouchon, dû à un accident, annoncé par panneau lumineux. Résultat : environ vingt minutes de quasi sur-place pour franchir les cinq kilomètres nous séparant du dit accident, Lequel avait complètement disparu lorsque je suis arrivé à sa hauteur supposée. La circulation se re-fluidifie plus ou moins…

Sur l'A14, deuxième alerte, plus inquiétante : un deuxième accident, dont on ne nous précise pas où il se situe, fait que le temps nous séparant du boulevard périphérique passe de 18 mn en temps normal à 1h15. Moyennant quoi, bien entendu, je décide de m'échapper avant le souterrain de la Défense et d'emprunter l'A86 – sans illusion excessive. Effectivement, comme nous sommes deux cent cinquante mille à avoir la même idée au même moment, l'autoroute en question est totalement engorgée. Roselyne me proposant d'emprunter la bretelle revenant vers Nanterre, et celle-ci ayant, à vue d'œil humain, l'air dégagée, j'obtempère. 

Bien à tort : je me retrouve sur une bretelle d'accès au boulevard circulaire de la Défense. Là, l'horreur devient absolue et, comme toujours dans ce genre de configuration, je cesse d'un coup de m'énerver. Je me fais semblable à un bloc de viande congelée, pure attente et renoncement. Même Schubert et sa sonate D 960 mettent les pouces.

Cependant, le bloc de viande regimbe assez vite. Au bout d'un quart d'heure quasi immobile en plein cœur de ce quartier post-apocalyptique, je décide de rentrer chez moi, reprogramme Roselyne qui, miraculeusement, m'incite à m'évader par cette rue, là, à gauche, miraculeusement vide de voitures. J'y vais. Je roule librement durant un petit kilomètre avant de m'engluer de nouveau dans une non-circulation démentielle. À tant faire que d'être entièrement bloqué, puisque je suis à moins de six kilomètres de mon lieu de travail, je rechange mon re-fusil de re-épaule et re-programme Roselyne en direction de Levallois. Elle me renvoie illico à la mélasse dont j'ai mis vingt minutes à m'extraire, sur le boulevard circulaire de la Défense.

À ce stade, le vernis de civilisation s'écaille et l'homme devient prêt à tout. Lorsqu'il avise une bretelle de sortie “Nanterre Université”, bien que n'ayant aucune idée de l'endroit où se trouve l'usine à savoir en question, il sort. Juste pour le plaisir de rouler tout seul et en seconde pendant au moins trois cents mètres. Le hasard des circonvolutions routières le ramène alors sur l'A86, à l'endroit exact où il l'a quittée une demi-heure plus tôt. Il s'y engage : la sueur perle à ses tempe ; il n'est même plus en état de se rendre compte à quel point il a envie de pisser, depuis près de deux heures qu'il a quitté son doux foyer.

Naturellement, tout le monde s'en doute, l'autoroute qui semblait dégagée se rebouche. Grave. Juste avant d'emboutir l'arrière d'une camionnette contrainte de freiner en urgence, le désormais zombi avise une bretelle de sortie : “Bois-Colombes”. Hourra ! Montjoie-Saint-Denis ! et toutes ces sortes de choses : comme il y a habité, dans les années 1992 – 1996, il connaît le quartier par cœur, et encore mieux le trajet pour rejoindre Levallois. Il s'y engage d'un cœur que l'on qualifiera de léger, ne reculant devant aucun cliché, à ce stade et après plus de deux heures de route.

Bois-Colombes, désormais, en tout cas aujourd'hui, ressemble un peu à l'Espagne telle qu'elle est depuis 40 ans : constamment en travaux.  Cette minuscule ville qui se traversait naguère en moins de quatre minutes aux heures où nous y sommes, il y faudra encore plus d'un quart d'heure, à cause des engins de chantier, des rues en circulation alternée, etc. Ce qui laissera au conducteur hébété l'occasion de constater les merveilleux et bénéfiques changements qui affectent les lieux qu'il a connus, quinze ans auparavant : bloqué à un feu tricolore et ayant tout le temps de détailler les douze à quinze personnes attendant le bus de l'aut' côté d'la rue (comme chantait Piaf), il pourra se livrer à des statistiques ethniques instantanées : deux Asiatiques, trois noirs, tout le reste arabe ; Français ? Zéro. Bon, merde, c'est vert…

Cerise sur le gâteau : enfin arrivé à Levallois, mon sésame refusera d'ouvrir la putain de saloperie de porte de parking.

Cerise sur la cerise sur le gâteau : aucun travail pour moi – j'ai fait le voyage pour rien.

13 commentaires:

  1. Vous avez vu le film "Chute libre ? Si non, je vous le conseille.

    RépondreSupprimer
  2. Ah oui ?
    Ils sont dans la brousse à FD ? N'ont pas internet ou le téléphone pour vous faire savoir que vous n'avez pas besoin de vous déplacer ?

    RépondreSupprimer
  3. Le rewriting, n'est-ce pas typiquement une activité qui peut se faire à domicile, à l'abri des bouchons ?

    RépondreSupprimer
  4. [Ne le dites à personne, mais ceci est un article sponsorisé par Orange, Bouygues, SFR et Free. Le patron a besoin de pognon pour payer son pastis.]

    RépondreSupprimer
  5. Z'êtes bien un faux cul Sarkozyste : il vaut quant même mieux aller au boulot pour ne rien glander que pour travailler.

    RépondreSupprimer
  6. Et après on critiquera les fonctionnaires...

    RépondreSupprimer
  7. Sorpasso : Vu, revu et beaucoup aimé, contrairement à la critique téléramesque.

    Fredi : c'est MOI qui n'ai pas de portable ! (Et qui parfois le regrette…) Et je ne suis plus rewriter mais rédacteur…

    Marchenoir : pas du tout ! mon pastis, je m'arrange avec quelques postiers de ma connaissance pour qu'ils le volent et me le refourguent ensuite.

    Nicolas, vous vous trompez, je vous assure : il n'y a rien de plus déprimant (enfin, si, sans doute…) que de se taper un trajet pareil pour rien.

    Gaston : je dois dire que pour trouver un fonctionnaire travaillant moins que moi, il doit falloir se lever tôt.

    RépondreSupprimer
  8. Stéphane Bily9 mars 2012 à 11:42

    Aux limites de l'humain...

    RépondreSupprimer
  9. Pourquoi passez-vous par Harlem?

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  11. "Français ? Zéro"
    Comment faites vous mon ami pour distinguer le phénotype du francais ?
    il y a surement plus de francais que vous vous en laissez soupçonner...
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  12. Didier, Compte tenu des prix pratiqués à Bois-Colombes concernant l'immobilier, la diversité va rapidement disparaitre...

    De plus, étant voisin de Bois-Colombes, je trouve que justement, la population y est nettement diverse que dans beaucoup d'autres villes des Haut-de-Seine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais l'immobilier a toujours été cher à Bois-Colombes ! Seulement, vous oubliez les sacro-saints logements sociaux.

      Du reste, je ne suis pas certain que cet arrêt de bus ne fût pas plutôt à Colombes. Mais enfin, c'était à la limite des deux.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.