samedi 11 août 2012

La coïncidence qui jette un froid

Ce matin, cependant que je suais sang et eau sur un long écrit à but lucratif, le congélateur du sous-sol profitait lâchement de ce que Catherine avait mal refermé sa porte pour passer de vie à trépas. Dans un premier temps, une cellule de soutien frigorifique fut diligemment constituée pour les aliments qui s'y trouvaient rangés, lesquels furent transportés jusqu'à la cuisine et entassés comme de vulgaires Roms dans le petit compartiment de congélation du réfrigérateur. Là-dessus, décidant de faire travailler le petit commerce de proximité au détriment des grands monopoles capitalistiques, Catherine descendit chez le quincaillier de Pacy pour y acquérir une nouvelle armoire surgélifère. Elle en revint vers cinq heures, et peu s'en fallut que le livreur ne fût là avant elle, porteur de l'appareil d'un blanc immaculé et tout enrobé de cellophane ou autre matériau approchant. Il ne reste plus qu'à offrir le voyage du retour à nos Roms congelés et ensachés. Lorsque, par pure curiosité, je demandai à Catherine combien nous avait coûté cette plaisanterie, elle me le dit ; et ce ne fut pas sans une certaine mélancolie que je dus me rendre à l'évidence des nombres (la semaine prochaine nous examinerons l'évidence du deutéronome) : le prix de notre nouveau congélateur était exactement équivalent à la pige qui me sera versée fin septembre pour l'article fleuve qui m'a occupé aujourd'hui et que je dois terminer demain. Quelque chose me dit que, lorsque ce sera fait, en fin d'après-midi, une vague envie d'apéritif me surviendra. Et que j'y céderai.

31 commentaires:

  1. Réponses
    1. Même pas ! Trop de boulot aujourd'hui pour me permettre de boire hier. Mais ce soir je ne dis pas…

      Supprimer
  2. Salaud! Vous vous prétendez peintre de bâtiment pour vous permettre d'être un La Bruyère d'aujourd'hui (Aucune ironie!)
    Mais vos colorations politiques, peu buvables pour peu qu'une coloration le soit, bon... passons à autre chose,etc.
    Vous devriez comme moi passer un moment d'été à l'heure allemande ce que je fais depuis si longtemps. Lait tiré de la vache. Monde perdu. Mais je suis de gauche. Cà vous ne comprendrez jamais!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous rappelle que nous sommes passés à l'heure allemande en 1940 (pour des raisons que je vous laisse deviner), et que n'avons jamais cessé de l'être depuis.

      Quant au fait qu'on puisse être (se croire ?) de gauche et être en même temps un fieffé réactionnaire, je ne vous ai pas attendu pour savoir que c'était non seulement possible mais même assez répandu.

      Supprimer
  3. Je voudrais savoir si vous compter enterrer le mort ou l'incinérer... À moins que la cryogénisation, particulièrement indiquée pour un tel défunt, ne vous tente...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... si vous COMPTEZ ! (p'tain !)

      Supprimer
    2. Nous avons un ami qui avait commencé à faire une île dans sa marre. Il mettait tous les vieux appareils au milieu. Ordinateurs, cuisinières, frigo etc… C’était très surprenant ! Jean, si tu passes par ici, il y a un frigo à ta disposition.

      Supprimer
    3. On l'a simplement refilé au vendeur pour qu'il l'euthanasie en dehors de notre présence : on est des gens sensibles tout de même…

      Supprimer
  4. Robert Marchenoir12 août 2012 à 00:57

    C'est quand même là qu'on se rend compte des vertus de l'ultra-libéralisme : seulement une journée de travail pour un congélateur neuf, et acheté chez un petit commerçant qui vote sûrement Front national, encore !

    J'ai pas les chiffres sous la main, mais je suis bien sûr que pendant les fameuses Trente glorieuses qui étaient tellement mieux qu'aujourd'hui, un congélateur, ou seulement un réfrigérateur, allez, c'était plutôt un, deux ou trois mois de salaire...

    Quand à moi, je rigole : mon frigo tout pourri, qui était d'occasion en 1980, il marche encore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notez qu'il ne s'agit pas d'une journée de travail mais d'une pige. Laquelle m'aura pris au bout du compte trois jours. Ce qui n'enlève rien à la pertinence de votre raisonnement d'ailleurs.

      Pour ce qui est des vieux appareils électroménagers, mes parents ont acheté un frigo Bosch lorsque nous sommes arrivés en Allemagne, en 1961. Eh bien, quoique relégué désormais au sous-sol, il fonctionne toujours. Et même l'ampoule qui s'allume quand on ouvre la porte est d'origine.

      Supprimer
    2. " mon frigo tout pourri, qui était d'occasion en 1980, il marche encore..."

      Il est vrai qu'à l'époque, ce frigo fabriqué sans doute durant les fameuses Trente glorieuses, le degré d'obsolescence programmée n'en était qu'à ses balbutiements, pôvres innocents ! Aujourd'hui, à l'heure du cauchemar climatisé, c'est différent !

      Pour Didier, c'est autre chose... Germania, du Troisième Empire ou pas, a toujours excellé en prouesses techniques, durables ! Contrairement à un Maurras vindicatif jusqu'à l'imbécillité, force est de reconnaître que le Germain a du bon.

      Supprimer
    3. Concernant l'obsolescence programmer (je m'y suis intéressé récemment) il n'y a aucune preuve que cela soit vrai...

      En revanche, la complication des produits, la baisse drastique de leur coût (la remarque de Robert est parfaitement juste !!) implique qu'ils sont aujourd'hui, de moins bonne durabilité qu'hier.

      Et comme par hasard, les produits Allemands sont souvent les meilleurs...

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir12 août 2012 à 16:29

      Ah, les ampoules ! Ne me lancez pas sur les ampoules...

      Les ampoules d'hier, ma bonne dame, quand elles pétaient, on achetait un billet de loterie tellement c'était rare. Celles d'avant-hier... eh bien, certaines éclairent encore, un siècle plus tard.

      Quant à celles d'aujourd'hui (je veux dire celles d'il y a un ou deux ans, puisque maintenant elles sont interdites au même titre que l'héroïne), elles grillent à peine changées, et en plus elles font sauter les disjoncteurs quand elles expirent, histoire de mieux se faire remarquer...

      La plus vieille ampoule du monde encore en activité, 110 ans plus tard :

      http://www.centennialbulb.org/photos.htm#anchor1234

      La webcam qui la filme a pété au bout de 3 ans.

      C'était mieux avant...

      (Oui, c'est un peu contradictoire avec mon premier commentaire, mais un peu seulement : c'est bien leulibéralisme, et non le socialisme, qui a permis à cette ampoule d'exister et d'éclairer encore aujourd'hui. Donc, ceux qui en conclueraient qu'il faut davantage de socialisme afin que le frigos durent plus longtemps se vautrent dans les grandes largeurs.)

      Supprimer
    5. Ah, ne m'y lancez pas non plus ! Celle qui est depuis quelques mois suspendue au plafond de ma salle de bain bat tous les records : vous entrzez, vous appuyez sur l'interrupteur : rien, ou presque. Et c'est seulement lorsque vous avez fini de vous brosser les dents, de vous laver les mains et de les sécher, que cette saloperie consent enfin à éclairer comme une ampoule à l'ancienne, laquelle faisait ça dans le dixième de seconde, comme en se jouant.

      Supprimer
    6. Robert Marchenoir12 août 2012 à 16:51

      Pssst... j'ai un stock d'ampoules incandescentes... je peux en faire bénéficier quelques amis triés sur le volet, de temps à autre... en toute discrétion, hein, je veux pas d'emmerdes... parce qu'ultra-libéral et islamophobe, je risque déjà gros, alors si on me sait, en plus, trafiquant d'ampoules qui défrisent les ours blancs, ça va chercher loin...

      A défaut, il faut prendre des ampoules halogènes en forme d'ampoules incandescentes, qui ne coûtent jamais que trois ou quatre fois plus que les anciennes, et durent un peu plus longtemps, en théorie.

      Supprimer
    7. Ah ben, moi, je mettrais bien une option sur une ampoule de salle de bain, en effet ! À condition que vous veniez la poser vous-même…

      Supprimer
    8. "venez vous même poser l'ampoule"...

      N'y a t il pas un code, une sorte de mot de passe la dessous...

      Supprimer
  5. Ce qui serait intéressant de savoir c'est combien de congélateurs comme le vôtre va pouvoir se payer le type qui vient de gagner 190 millions d'euros à l'euromillion ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement que vous êtes là pour poser les bonnes questions, Mildred.

      Supprimer
    2. Oh, lui, il peut se faire construire un congélateur en or de douze pièces et vivre dedans.

      Supprimer
  6. Aurore Beauréal12 août 2012 à 18:52

    "Concernant l'obsolescence programmer (je m'y suis intéressé récemment) il n'y a aucune preuve que cela soit vrai... En revanche, la complication des produits, la baisse drastique de leur coût (la remarque de Robert est parfaitement juste !!) implique qu'ils sont aujourd'hui, de moins bonne durabilité qu'hier. "

    Arguments qui ne fonctionnent pas avec les ampoules, justement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec les ampoules j'avoue que je ne sais pas... peut être que le fait qu'il y ait pet d'électronique et qu'elle cassent tout de même rapidement est une preuve... Je ne suis pas sûr...

      Combien coutait une ampoule il y a 50 ans ?

      Supprimer
    2. Aurore Beauréal12 août 2012 à 23:25

      Préféreriez-vous acheter une ampoule à 250 euros en sachant qu'elle durera 50 à 60 ans, ou une ampoule du même type que celles que l'on trouve dans nos hyper-marchés ? Est-il dans l'intérêt des fabricants d'ampoules de mettre sur le marché ce genre d'ampoules à durée de vie extra-longue ? Ce concept d'obsolescence programmée vous paraît-il si extravagant que cela ?

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir13 août 2012 à 14:20

      Eh bien justement, en 1924, s'est formé un cartel de producteurs d'ampoules électriques, qui s'est partagé le marché mondial, a fixé les prix à un niveau artificiellement élevé, et a imposé des amendes à ceux de ses membres dont les produits excéderaient une durée de vie de 1 000 heures.

      C'est le Phoebus Cartel.

      Extrait d'un rapport officiel de 1951 de la Commission de la concurrence britannique :

      Under the Phoebus arrangements, there were upperlimits on the life of lamps made by the members, with penalties if these were exceeded.

      http://webarchive.nationalarchives.gov.uk/+/http://www.competition-commission.org.uk/rep_pub/reports/1950_1959/003lamp.htm

      (Chapitre 17, page 91 du document original, page 4 du PDF)

      Le Phoebus Cartel :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Phoebus_cartel

      The Lightbulb Conspiracy, film documentaire de 2010 :

      http://news.consumerreports.org/home/2011/10/the-light-bulb-conspiracy-probes-planned-obsolescence.html

      Supprimer
    4. Aurore Beauréal13 août 2012 à 15:50

      Merci pour l'information et pour les liens. N'est-ce pas précisément ce que l'on nomme l'obsolescence programmée ?

      Supprimer
    5. Robert Marchenoir13 août 2012 à 18:17

      Heu... oui, en effet, c'est bien pour cela que j'ai donné ces informations.

      Supprimer
    6. Aurore Beauréal13 août 2012 à 19:51

      Si ces "arrangements" sont possibles dans le cadre de la vente d'ampoules électriques, ils le sont dans le cadre de la vente de congélateurs, de machine à laver, de télévisions.. de tout en fait. C'est un problème non ? Un problème moral, que le simple 'marché' ne peut pas régler.

      Il est contraire au libéralisme, à la loi du marché, que des cartels de producteurs de ceci ou cela s'adonnent à de telles pratiques. Il est contraire au libéralisme que l'état intervienne et sanctionne ces producteurs. Que faire ?

      Supprimer
    7. Robert Marchenoir13 août 2012 à 21:23

      Non, il n'est pas du tout contraire au libéralisme que la loi intervienne pour assurer la libre concurrence sur les marchés. C'est justement le rôle de l'Etat.

      Dans la conception libérale, l'Etat est là pour protéger la sûreté et la liberté de chacun (et pas seulement sur le plan commercial).

      C'est bien pour cela qu'il existe, dans divers pays, des autorités de la concurrence qui ont le pouvoir d'infliger de lourdes amendes à d'éventuels cartels.

      Les libéraux n'ont jamais prétendu (contrairement aux stato-gauchistes) que les hommes étaient naturellement bons, qu'il n'y avait pas de salopards et de brigands, que c'était seulement "la faute à la pauvreté", que la répression était une mauvaise chose, qu'il ne fallait ni lois, ni tribunaux, ni prisons...

      Supprimer
    8. Robert Marchenoir13 août 2012 à 21:30

      Par ailleurs, la tentation de la cartellisation existe, mais le marché ne produit pas la cartellisation de lui-même, systématiquement et immanquablement.

      Le fait même qu'un cartel ait besoin de la contrainte pour exercer son pouvoir montre bien qu'il y a des forces contraires à l'oeuvre au sein du marché.

      Un cartel est cause de prix élevés, par conséquent il crée des opportunités pour des concurrents de rentrer sur le marché en faisant baisser les prix...

      S'il y a contrainte, c'est bien qu'il n'y a pas marché. La contrainte n'est pas forcément étatique !

      Dans un pays libre et une économie dynamique, vous aurez toujours de nouveaux entrants qui tenteront de changer les règles, de proposer de nouveaux produits, d'offrir mieux pour moins cher, ce qui fait que tout cartel est menacé dès le départ.

      Supprimer
  7. "Commencez à nous emmerder, avec votre électroménager"

    Bougez pas, c'est pour rester dans le ton...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.