vendredi 24 août 2012

Modernœud en ses langes


L'effondrement d'une culture, d'une société, d'un pays, d'un monde, ne se mesure pas au fracas qu'il entraîne. Pour la raison que, généralement, il ne provoque aucun fracas : nous crevons à bas bruit. Qui veut ne rien voir ni entendre le peut fort bien ; mais qui s'inquiète trouve partout des motifs de tristesse. Ainsi, dans le plus récent bulletin paroissial de Pacy-sur-Eure, je tombe sur le carnet des baptêmes, pour la période allant d'avril à juin. Ils sont au nombre de 36. J'y relève les prénoms suivants :

– Charline
– Elyne
– Maelys
– Ambre
– Hayden
– Océane
– Jao
– Kloé
– Noa
– Théro
– Dusan
– Maëlis
– Noah
– Ambre
– Léna
– Louka
– Jade
– Louka
– Alyssa

Je comprends mieux, après ce déferlement de monstruosités modernœuses et télévisuelles, tous ces parents hâtivement grimés en Français qui persistent à nommer leurs enfants Mohammed ou Jamila : au moins, eux, savent-ils ce qu'ils font et qui ils sont. Quant à mes amis réactionnaires et catholiques qui pensent qu'il suffirait, pour tout arranger, de rétablir le christianisme dans sa splendeur et ses droits, ils se fourrent, je le crains, gravement le doigt dans l'œil.

123 commentaires:

  1. Pas de Kevin ni de Johnattan ?

    Duga
    Pas de duga ?

    RépondreSupprimer
  2. Vous êtes sür qu'il s'agit d'un carnet de baptêmes ?

    RépondreSupprimer
  3. Bienvenue chez vous, enfin, chez nous! soupirs....

    RépondreSupprimer
  4. Le peuple Français est désespérant de bêtise.
    Souhaitons lui un bon métissage, c'est ce qu'il peut lui arriver de meilleur.

    RépondreSupprimer
  5. Et Pluton? Pourquoi y'a pas Pluton dans la liste, j'y ai droit b....de m.... C'est de la discrimination, à moi La Halde!

    RépondreSupprimer
  6. Sur le même sujet, consulter le blog de la ligue des officiers d'état-civil, tenu par quelqu'un dont le métier est d'enregistrer les prénoms des nouveaux-nés. Remarquez que les parents se prénomment souvent Christophe et Delphine, ou Sébastien et Virginie, et appellent leurs enfants de borborygmes censément "mignons"...
    http://liguedesofficiersdetatcivil.tumblr.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Borborygme est assez bien trouvé, en l'occurrence !

      Supprimer
  7. Qu'ils crèvent tous ces cons qui donnent à leurs enfants des prénoms de chiens !
    Baptise-t-on les chiens ?
    Vous avez encore un curé pour faire cette tâche ingrate de baptiser des demeurés ?

    RépondreSupprimer
  8. Attention, Didier, vous risquez le pire de la part des indépendantistes bretons ! En effet, Maylis et/ou Maélis, Maëlis sont des prénoms celtes. On peut dire qu'il y a là une sorte de retour aux origines. Mais, sur le fond, vous avez raison :les français, peuple snob, ne veulent plus des saints du calendriers, ils vont chercher ailleurs des prénoms inutilement compliqués ou prétentieux. La première chose que faisaient, autrefois, les étrangers qui désiraient s'installer en France, c'était de donner un prénom français, ce n'est plus le cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'accorde le bénéfice du doute aux parents, d'accord. Même si leurs patronymes n'a rigoureusement rien de celte.

      Supprimer
    2. alors que tout au contraire, les français qui s'installent à l'étranger ont toujours donné des prénoms étrangers à leurs enfants.....
      cécile chesneau

      Supprimer
  9. L'illustration est terrible:
    C'est Océane que l'on traîne ainsi ?
    Pour voir la mer de gré ou de force ?
    Après l'avoir affublée du ridicule, vers quelles infamies la tire-t-on encore ?

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir Didier, je viens faire un tour chez vous.

    Dans cette liste, seul Dusan est un vieux prénom serbe, peu suspect de se vendre à la mode.
    Les autres sont typiques de la petite classe moyenne.

    Voilà la liste des prénoms qui ont le plus de chance d'obtenir une mention" très bien" au bac. Le critère vaut ce qu'il vaut, mais pourquoi pas? Donc: Madeleine, Irène, Come et Ariane arrivent en tête. Puis, en decrescendo: Marie-Anne, Anne-Claire et Gaspard, Violette, Apolline, Iris, Beatrice, Judith, Domitille, Hortense, Fleur, Daphne, Noe, Lara, Henri, Adele, Rose, Augustin, Astrid et Eleonore.
    Que du classique.
    D' Océane ou Noa, point.
    En bout de piste: Christopher, Mohamed, Cassandra, Sabrina, Sandy, Alison, Sofiane.
    Voiture balai: Youssef et Nabil.

    Source: http://www.slate.fr/lien/59053/mention-tres-bien-prenom
    Qu'on n'aille pas me taxer de je ne sais quelle mauvaise intention.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello, you... heu Io,

      Terrible constat ! Surpris cependant de ne trouver ni Pierre, ni Marie, ni Alexandre (un classique du Fig' paraît-il).

      Supprimer
    2. En un sens, c'est logique : d'abord le monde, puis le demi-monde, ensuite le tiers-monde et enfin le quart-monde.

      Al West : si, il y en avait deux ou trois, mais je n'ai noté que les “amusants”…

      Supprimer
    3. Et les filles s'appelant Siobane ?

      Supprimer
  11. Un peu triste qu'il n'y ait aucun Marco.

    RépondreSupprimer
  12. C'est sûr qu'il y a dans cette liste des prénoms à dormir debout mais que ne ferait-on pas pour donner un prénom original à son enfant pour le distinguer des autres dans notre époque d'ultra-individualisme. J'attends le jour où je croiserais un Théodobald ou une Himiltrude.

    RépondreSupprimer
  13. Dans quelques jours, c'est la rentrée des classes. Les prénoms affichés au-dessus des porte-manteaux des enfants de maternelle a de quoi laisser rêveur, en effet... Très à la mode par chez moi, Timéo... Un esprit classique un peu dévoyé y verrait quelque chose, pas moi, je suis désolé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Timéo sévit aussi dans le Valais, ce qui m'a étonnée.
      Il paraît (Saint Paul) qu'il n'est pas bon pour l'homme de vivre seul.
      De là à être grégaire et à suivre le troupeau, il n'y a eu que quelques dizaines de siècles.
      Et vive la mode qui fait marcher le doux commerce !
      C'était mon quart d'heure de réactitude !
      Il faut que j'arrête de lire Didier Goux...

      Supprimer
    2. Timéo sévit aussi dans le Valais, ce qui m'a étonnée.
      Il paraît (Saint Paul) qu'il n'est pas bon pour l'homme de vivre seul.
      De là à être grégaire et à suivre le troupeau, il n'y a eu que quelques dizaines de siècles.
      Et vive la mode qui fait marcher le doux commerce !
      C'était mon quart d'heure de réactitude !
      Il faut que j'arrête de lire Didier Goux...

      Supprimer
    3. Timéo est le prénom de l'amoureux de ma petite-fille et je ne laisserai personne toucher à un de ses cheveux, non mais !!!

      Supprimer
    4. " Timeo, ça craint "

      Surtout que c'est d'actualité : Timeo Danaos et dona ferentes.

      Supprimer
    5. À la louche, et je ne sais pas pourquoi, "Timeo" me renvoie à mes cours de latin et à une idée de peur. Didier ?

      Supprimer
    6. Koltchak : c'était un peu fait exprès…

      Al West : en effet, timeo (du verbe timere) signifie : je crains, j'ai peur.

      Le vers de Virgile cité par Koltchak signifie quelque chose comme : Je crains les Grecs et redoute leurs cadeaux.

      Supprimer
    7. Plutôt "Je crains les Grecs, même porteurs de cadeaux...

      Supprimer
  14. C'est en cela que le "grand remplacement" de population et de culture, celui dont parle Renaud Camus est inéluctable car il vient principalement de l'intérieur. Nous sommes devenu étrangers à nous même. Cette fascination pour l'exotisme est le symptôme d'un suicide culturel collectif. Les "autres" ne font que s'engouffrer dans la brèche que nous leur avons ouverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet exotisme de soi et de tout est un phénomène typiquement français (si l'on peut encore parler de "français" bien sûr!)

      Supprimer
    2. Exactement ! Mais êtes-vous sûr que nos voisins européens soient exempts de ce virus ?

      Supprimer
    3. C'est vrai que la France me semble particulièrement accueillante vis à vis de ce qui vient de l'étranger.
      Par exemple, en matière d'alimentation, nous avons adopté la pizza, le kebab, le hamburger, les sushi, mais je ne pense pas non plus que cela traduise un affaiblissement parallèle de nos traditions culinaires.

      Supprimer
  15. Et Térébenthine, c'est-y pô bien de chez nous, térébenthine ? Ceci dit et à mettre au crédit de notre époque, le dictionnaire iconographique des saints dont je dispose, prouve que nos ancêtre n'inventaient, souvent, pas mieux.

    RépondreSupprimer
  16. Les enfants de ma famille s'appellent : Arthur, Gaspard, Constantin, Constance.
    Je me demande si nous sommes une famille bien normale ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'un autre côté, vous vous appelez Mildred, ça rétablit l'équilibre…

      Supprimer
    2. Je me mords la langue pour n'avoir pas à rugir !

      Supprimer
  17. Les prénoms "originaux" furent ma croix au début de mes dernières années d'activité : en effet, il me fallait entrer les noms des 6e dans l'ordinateur afin qu'ils puissent emprunter des livres. Je me voyais de plus en plus souvent réduit à leur faire répéter 36 fois leur prénom avant de leur demander de l'épeler...
    Nous avons prénommé notre fille Anna d'une part à cause d'une tante que j'aimais bien (prénom commun en Bretagne à causse de la sainte patronne) et d'autre part parce que porté dans pratiquement tous les pays d'Europe. Ce prénom me semble être devenu rare. Ce n'était pas le but de la manœuvre car ce n'est pas le prénom qui fait l'originalité d'une personne mais plutôt ses qualités. De ce point de vue, je ne suis pas déçu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas si rare que cela : j'en connais au moins deux, personnellement.

      Supprimer
    2. J'en connais aussi, les plus récentes s'appelant "Hannah".

      Supprimer
    3. En parlant d'originalité, en voilà une particulièrement gratinée :

      "Le fanatisme n’a plus de limite… Ils auraient pu appeler leur enfant Jim, John, Laurent, Hamid, Lee, Igor ou Piotr.
      Ils ont finalement opté pour "Google"...

      Les heureux parents, Elias Kai, libanais, et sa compagne, Carol, suédoise, vivent à Kalmar en Suède. Leur enfant est né le 12 septembre dernier et il se porte, semblerait-il, bien. Sauf que le père en question a décidé de le prénommer du nom du moteur, dès qu’il apprit que sa femme était enceinte. « Carol sait combien j’adore les services Google » a expliqué Elias. Une explication à faire rougir de plaisir le service commercial de la firme en question
      ".

      Supprimer
    4. Anna est le prénom du dernier enfant dont j'ai reçu le faire-part de naissance.

      Par SMS.

      Supprimer
  18. Louka. Fille ou garçon?
    Cela me rappelle mon chien Loustik

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais enfin, d'où sortez-vous ? On ne définit plus un enfant par son sexe, voyons ! Ce serait lui faire ne violence terrible…

      Supprimer
  19. Il aurait été intéressant de mettre en exergue le carnet de décès de Pacy sur Eure, avec la disparition des Alphonse, Fernand, Gérard, Marcel, Pierre, Jean...
    L'attachement à la tradition va de pair avec la fréquentation des églises.
    Il me semble, mais c'est à vérifier, que des pays encore traditionalistes ne connaissent pas une telle révolution, je pense par exemple à la Grèce, ou à l'Espagne. Enfin, cela ne veut pas dire qu'ils sont mieux lotis à d'autres points de vue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tiens, vous avez raison, je vais aller jeter un coup d'œil aux avis de décès…

      Supprimer
  20. Et y a pas de Jean-Marie ? Il est vrai que JM a une consonance celte , lorsque suivi d'un certain patronyme signifiant : "La tête", n'est-ce pas ? Mais le prénom est composé de "Jean " et de "Marie" , non?

    RépondreSupprimer
  21. Avez-vous remarqué que l'on ne donne plus non plus des prénoms du XVIIIè, pas plus que du XVIIè, ou du moyen age ou du temps de Vercingétorix, que chaque temps a eu ses prénoms favoris.
    C'est réconfortant, cela signifie que le "grand remplacement" prend son temps, bientôt 2000 ans et que la civilisation n'en finit pas de mourir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a encore des résistants, ma cadette se prénomme Athénaïs.

      Supprimer
    2. Vous êtes vraiment sans coeur !

      Supprimer
    3. Ça mérite un développement.

      Supprimer
    4. Je blaguais sur le choix du prénom, vraiment très original pour le coup, et peut-être difficle à porter.
      Mais ne vous fâchez pas, je le trouve aussi très joli.

      Supprimer
    5. Et bien figurez-vous qu'elle le porte très bien et qu'à chaque rentrée camarades et professeurs l'assaillent de questions sur l'origine, etc. Comme quoi, on peut encore choisir des prénoms anciens et ne pas faire l'objet de railleries. D'un autre côté, ma ville est encore assez bien préservée au chapitre du grand remplacement.

      Supprimer
    6. Justement si, on donne encore, ou on donnait encore il y a une génération, des noms qui ont été largement portés au Moyen Age. Jean, Marie, Anne, Madeleine, André, Guillaume, Benoît, Bernard,Charles et en général presque tous les noms du calendrier, se sont très bien portés chez nous pendant un millénaire.

      Le problème, c'est plutôt le Grand Reniement.

      Supprimer
  22. Pas vraiment d'accord.
    Le changement réel c'est que le prénom ne s'inscrit plus ni dans l'histoire familiale (parain, membre de la famille qui porte le même prénom) ni dans l'histoire collective (pas de Saint Kevin, pas de Kevin au gouvernement ni ailleurs dans les livres).
    C'est une génération d'enfants sans racines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument^^
      Ou des racines télé 7jours, le nouveau missel.

      Supprimer
    2. Pourtant dans les bulletins météorologiques ils continuent de fêter les saints du calendrier. Certes certains sont plus que désuets, mais il y a encore le choix.
      Comprends pas ce besoin d'originalité à deux balles qui stigmatise dès la naissance.

      Supprimer
  23. Les enfants avec racines, qui sont-ils: des Catalans, des Basques, des Alsaciens, des Bretons, des Berbères, des Italiens....? Ridicule affaire de racines. Sommes-nous des carottes, des poireaux?

    RépondreSupprimer
  24. Cela dit, je considère que la responsabilité de cette situation n'est pas celle des parents actuels, mais de leur propres parents qui ne leur ont pas transmis l'héritage culturel, traditionnel, religieux. C'est à cause des Didier Goux et des Jacques Etienne qui ont pas le fait boulot puisqu'ils préféraient jouir sans entraves !

    RépondreSupprimer
  25. Mon fils avait inventé un jeu il y a une douzaine d'années : quand nous visitions un musée, celui qui voyait son saint patron le plus représenté avait gagné. Les petits de Pacy ne pourront jamais jouer à ça !

    RépondreSupprimer
  26. Robert Marchenoir25 août 2012 à 13:28

    Remarquez que nous avons de la chance. Nous n'avons pas encore de Shitavious. Shitavious est un prénom de Noir américain qui pourrait se traduire par Merdeux ou Merdasse. Il y a donc des parents noirs américains qui appellent leurs enfants Merdasse.

    On peut souvent détecter la race des Noirs américains qui se retrouvent dans les pages de faits-divers sans que la presse ne révèle leur appartenance ethnique. En effet, la spécialité des Noirs américains est de donner à leurs enfants des prénoms à chier.

    A chier voulant dire à la fois totalement imaginaires, ne se rattachant à aucune tradition, ridicules, et souvent imprononçables, orthographiés en violation des usages de la langue anglaise, et de façon à ce que la prononciation ne puisse pas se déduire de l'orthographe.

    L'essentiel, bien sûr, étant de ne pas avoir un prénom qui "fasse Blanc".

    L'objectif est en général atteint. Largement.

    RépondreSupprimer
  27. Bien joué, Robert : "prénom à chier" ; "merdasse"... Vous essayez de relancer le sujet !

    Cela dit, c'est intéressant aussi sur le fond, ce que vous racontez-là, parce que les patronymes des Noirs américains sont au contraire très "ricains", non ? C'est peut-être un phénomène de compensation.

    Concernant les prénoms "français", je crois que ce n'est pas pour "ne pas faire français" qu'ils sont choisis, mais pour essayer de paraître original. Ce qui est comique, puisque c'est tout le contraire qui se produit. De là l'échec du libéralisme mental aujourd'hui souverainement répandu : en offrant à des imbéciles le droit de tout choisir, on les enferme dans les modes et les ornières.

    Il serait plus juste de dire que nous ne choississons jamais vraiment nous-mêmes les prénoms ou notre façon de s'habiller, et que le mieux est encore d'accepter un certain conformisme traditionnel, car rien n'est plus ridicule que de hurler en meute qu'on est profondément unique !

    J'ai travaillé sur une famille de maçon du début du XIXe siècle, qui comptait quatre fils (hors morts-nés) : Jean, Jean, Jean, et un quatrième nommé Bernard. Ce n'est qu'après trois naissances que les parents se sont autorisés une escapade, limitée, vers l'originalité ! Ah oui : le père s'appelait Jean également.

    RépondreSupprimer
  28. Je suis blanc, mais quand je lis Marchenoir, je n'en suis pas fier en effet.

    RépondreSupprimer
  29. Robert Marchenoir25 août 2012 à 15:34

    Vous êtes ethnomasochiste, Ludovic. C'est une maladie grave à évolution mortelle.

    RépondreSupprimer
  30. Je reviens sur ma famille de maçons dont trois fils se prénommaient comme leur père Jean.

    C'est que, jadis, le prénom officiel servait à inscrire l'enfant dans un univers chrétien et dans une lignée. On "choisissait" donc le prénom traditionnel dans la famille, et souvent on l'attribuait à deux, voire trois enfants. Il est vrai que la mortalité infantile se chargeait d'éliminer certains doublons...

    Toutefois cette homonymie généralisée ne posait guère problème, puisque tout le monde recevait en sus un surnom, celui-ci attribué non par les parents seulement, mais par toute la communauté familiale et même villageoise. Jean devenait "Nano" ; mais Pierre pouvait devenir bizarrement "Ernest".

    Ainsi le fait de nommer était également le fait d'intégrer, ce qui n'est plus du tout le cas aujourd'hui. Sauf chez les Mohammed bien sûr. Les prénoms modernes "français" à chier illustrent tristement la fin de tout sentiment communautaire en France. Quelques ilôts de résistance existent cependant. On observe par exemple un petit retour aux prénoms 19e : Léon, Victor, Charles..., et aux prénoms très marqués localement : Hilaire à Poitiers, Césaire à Arles... J'ai personnellement puisé à cette veine identitaire entre toutes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Antillais de la génération précédente avaient réglé la question.
      Leur nouveau-né prenait le nom du saint-patron de leur jour de naissance. C'est bien connu. Puis on donnait à l'enfant un surnom qui souvent était leur deuxième prénom, choisi celui-là, ou complètement dû au hasard.
      C'est ainsi que des Antoine sont appelés Voltaire, ou Montesquieu. Etonnant, non ?

      la génération actuelle est tombée dans le travers français général.
      Les prénoms sont ceux des héros de séries télévisées et à forte consonance américaine.
      Alice, c'est mal, mais Alicia, c'est mieux…

      Supprimer
    2. Marco Polo, pour ce qui me concerne, je me suis contenté de rester dans la tradition familiale qui veut que les parents choisissent le prénom d'usage, suivi ensuite par le prénom du grand-père (ou de la grand-mère).

      Supprimer
  31. j' avais oulié : très bon billet, et commentaires souvent hilarants. Merci, ça fait digérer Delarue, "lézunivercitédété", et... ludovic 12!

    RépondreSupprimer
  32. On ne peut plus choisir Jean-Paul : il est à la poubelle.

    RépondreSupprimer
  33. M. Marchenoir, si j'étais chez moi, je vous ferais connaître mon sentiment sur ce que vous écrivez ci-dessus, à 13 h 28, mais, par souci de la tranquillité de mes hôtes, et par respect pour leur hospitalité, je m'abstiendrai de produire ici ce petit exercice de sauvagerie.
    La situation des Noirs, en Amérique, étant fort différentes de celle des français et assimilés, vous en conviendrez, il me paraît normal qu'on retrouve les effets de leur histoire mouvementée et violente dans leur état civil.
    Les prénoms et patronymes des noirs américains ont fait l'objet d'études intéressantes, en particulier celle de Sheila Walker (Afro-american names and identity). On y observe une très grande diversité, ainsi qu'une riche imagination : hybridation linguistique, appellation double (américaine et africaine), emprunts à la mythologie ainsi qu'à la graphie grecques et latines, détournement des noms de marques et de produits courants, insertion d'un mot caractérisant celui qu'on désigne (Nat « King » Cole, ou encore le nom de famille Leroy - comme mon ami Jérôme Leroy, mais prononcé à l'américaine…-, enfin, bref, tout cela démontre souvent un grand sens de la langue et de l'observation et, parfois, souvent, une contestation, voire une heureuse ironisation, encore une fois compréhensible chez les Noirs d'Amérique, des codes en vigueur chez les anciens maîtres.
    Vous conviendrez, M. Marchenoir (c'est plus qu'un pseudonyme, c'est une vocation !), et malgré que j'en aie, que j'ai conservé envers vous ce ton de bienséance qui sied à un invité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Mouvementée" ? Et celle de la Hongrie, par exemple ?

      Supprimer
  34. Robert Marchenoir25 août 2012 à 18:31

    La situation des Noirs, en Amérique, étant fort différentes de celle des français et assimilés, vous en conviendrez, il me paraît normal qu'on retrouve les effets de leur histoire mouvementée et violente dans leur état civil. (Patrick Mandon)

    Ben non, justement. On ne retrouve rien de leur histoire dans ces prénoms. A moins que vous ne considériez "Shitavious" comme particulièrement évocateur de l'histoire des Noirs.

    Et la situation des Noirs américains n'est pas fort différente de celle des "Français et assimilés". Elle est au contraire très proche : ils sont noirs, c'est à dire originaires d'Afrique, et c'est cela qui les caractérise avant tout.

    Scotland Yard vient de créer une division spécialisée dans la lutte contre... la sorcellerie. Ca ne veut pas dire qu'ils poursuivent des marabouts qui distribuent des cartes dans le métro pour faire revenir l'être aimé. Ca veut dire qu'ils essaient d'empêcher des Noirs de torturer, mutiler, assassiner et démembrer des enfants noirs sous prétexte que ces derniers sont des... sorciers.

    Ca n'a rien à voir avec "l'histoire mouvementée et violente" des Noirs américains que vous essayez de nous vendre : sous-entendu, célafôt à l'esclavage et aux méchants Blancs.

    Cela a tout à voir, au contraire, avec l'atavisme effectivement "mouvementé et violent" des Noirs dans leur milieu naturel, c'est à dire l'Afrique. Ces pratiques de sorcellerie, de mutilation, de sauvagerie, d'esclavage, de cannibalisme, ce sont les pratiques des Noirs entre eux. En Afrique. Aujourd'hui. Quand il n'y a aucun Blanc à l'horizon pour les "opprimer" ou leur "infliger sa culture".

    En Afrique, les commissariats acceptent les plaintes pour "vol de sexe". En Afrique, il y a des trafics de philtres magiques faits avec des sexes de petits garçons mutilés vivants.

    Vous pouvez ôter l'Africain de la jungle, mais vous ne pouvez pas ôter la jungle de l'Africain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans oublier le trafic d'albinos, chassés comme des bêtes et découpés pour en faire des talismans.
      N'oublions pas les albinos.

      Supprimer
  35. Dîtes moi Marchenoir, auriez le complexe de la petite bite ce qui expliquerait votre haine de l' homme noir.

    Juste pour votre info, ma fille aînée a obtenu sa licence de droit avec mention (fac d' Assas), la doit elle à son côté blanc ou à sa négritude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir25 août 2012 à 21:35

      Hahaha Grandpas, vous n'en ratez pas une, hein ? Vous vous vantez de la longueur de votre bite ? A votre âge ? Mais vous n'avez pas honte ?

      Dites-donc, on va le savoir, que votre femme est noire et que votre fille est café au lait ! Ca fait combien de fois, que vous nous l'avez dit ? Dix fois ? Cinquante fois ? Cent fois ?

      Qu'est-ce que vous essayez de nous prouver ? Que cela vous fait appartenir à une race supérieure ?

      Qu'est-ce qu'on en a à foutre, de votre vie privée ? C'est parce que vous avez épousée une Noire que la France devrait ouvrir grand ses portes à l'immigration de masse ? Quel rapport ? Estimez-vous heureux qu'on ne vous reproche pas votre métissage -- et d'ailleurs je trouve que l'on a tort.

      Ca fait un peu trop longtemps que vous nous cassez les bonbons avec la négritude de votre femme. Il est temps que l'on commence à vous reprocher votre métissage, votre trahison raciale, le sabotage du patrimoine génétique national auquel vous vous êtes livré, et dont vous avez le culot de vous vanter, encore.

      Oui, c'est ça : trop bons, trop cons. Personne, ici, à ma connaissance, n'a demandé jusqu'à présent des comptes au père Grandpas sur ses répugantes pratiques conjugales. On est bien élevés, nous les fachos, nous les de droite. C'est la vie privée, chacun a ses raisons, on discute de problèmes généraux et non de cas particuliers, pas d'attaques personnelles et patin-coufin.

      Mais le Grandpas, lui, il s'en fout, des règles de bienséance. Il en profite. Lui fait de son cas une généralité. Lui explique l'histoire de sa bite et prétend donner des leçons de morale politique avec.

      Eh ben c'est fini, mon vieux. Maintenant on va tourner les tables. Maintenant ce sera à vous de vous justifier de votre racisme. Maintenant ce sera à vous de vous justifier de ce que vous vous faites dans votre chambre à coucher et dans votre mairie.

      Et croyez-moi, vous avez des comptes à rendre.

      Supprimer
    2. Putain , j'ai frappé là où ça fait mal, le coeur du problème.

      Mais comme tout suprémaciste, vous êtes un aigri et croyez moi, vous me faites rire et ce qui est triste, c'est que vous êtes une caricature qui rend tant service aux adeptes de la gauche multiraciale.

      Sabotage , vous dîtes, dois je le prononcer avec un lourd accent teuton?

      Vous êtes partisan d'une race pure à partir de quel pourcentage de sang non aryen devient on un Untermensch.

      Vous seriez pour un rétablissement des lois de Nuremberg

      Et si un jour je devais rendre des comptes, ce ne sera aux trou-du-cul dans votre genre.

      Maintenant je suis certain que vous avez une petite bite, c'est certainement l'origine de votre colère raciale à propos les asiatiques ont un QI plus élevé que les blancs.

      Finalement vous êtes pitoyable.

      Supprimer
    3. Accent teuton, Nuremberg : je sens que le point Godwin n'est pas loin…

      Supprimer
  36. A mon avis, Marchenoir est marié avec une noire aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais la sienne le bat tous les jours et l'oblige à nourrir tout la famille africaine, et je peux vous assurer que les africains ont un sens de la famille.

      Supprimer
  37. "Accent teuton, Nuremberg : je sens que le point Godwin n'est pas loin…"

    Oui, on y est en plein, dès que Marchenoir s'exprime!
    Vous si fin exégète, vous devez bien vous en rendre compte. Sinon vous mettez en péril, vos propres convictions!

    RépondreSupprimer
  38. Humour, humour ou pas? Cela ne nous fait pas rire, en Bretagne. L'on se permet de vous rappeller au passage que les Celtes étaient présents sur le territoire français longtemps avant les Francs et que la diversité est une richesse et une chance pour la France ! http://leflochingtonpost.wordpress.com/2012/08/26/quand-les-racistes-francais-pietinent-les-prenoms-celtiques/

    RépondreSupprimer
  39. Voici le lien du guignol précédent : allez-y, ça vaut le détour. À force de postillonner de l'antiracisme primaire, ces gens en arrivent à lire le contraire de ce qui est écrit, ce qui ne surprendra personne, je suppose.

    Il y a des jours où on est quand même bien content de n'être pas celte…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On notera que l'appétit de tribunaux dont fait preuve notre petit Fouquier-Tinville breton peut se comprendre puisque son patronyme est Greffe.

      Supprimer
  40. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  41. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  42. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  43. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  44. Eh bien, puisque certain petit procureur me reproche de ne pas faire usage de la “modération”, commençons donc par lui !

    (Marco : du coup, je supprime aussi le vôtre, qui ne veut plus rien dire.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est bien légitime.

      Supprimer
  45. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  46. Ah, Didier, je vous avais prévenu ! On ne rigole pas avec un prénom de Bretagne : les bretons sont le celte de la terre ! Quant à BenoitL, il se plaint à tort d'un acte de censure, contre lequel il plaide « la loi ». Mais quelle loi ? Un blogue est une sorte de salon (celui-ci, d'ailleurs, fort bien meublé, décoré avec Goux…), si l'hôte ne veut pas vous y accueillir, c'est son droit. Par ailleurs, je ne crois pas que M. Goux soit un faf. Il me paraît qu'il est favorable à un état plus policé que policier. Au vrai, je le vois assez bien en homme de cour, un peu embarrassé de sa personne, mais fort à l'aise dans sa soupente versaillaise, notant la nuit ce qu'il a vu le jour… Il voit un monde s'effondrer sur lui-même, et il en précipiterait volontiers la chute si le lent spectacle de sa ruine ne lui était un plaisir si vif.
    J'ai un peu différé mon départ, Didier, c'est pourquoi je viens encore vous importuner, et agacer les dents de M. Marchenoir et de quelques autres. Qu'ils se rassurent : je finirai bien par partir ! Mais je viendrai de temps en temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous serez toujours le bienvenu !

      (Moi aussi, je sais agacer les dents de Marchenoir et de quelques autres, hein, faudrait pas croire…)

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir26 août 2012 à 16:53

      Didier, pas de vantardise !

      Supprimer
  47. Robert Marchenoir26 août 2012 à 16:38

    Grandpas : un vieillard gâteux qui s'abîme dans l'insulte sexuelle et, à la moindre contradiction, se vante d'avoir épousé une Noire. Je ne comprends pas : il y a de quoi se vanter ? Un homme équilibré, digne de ce nom, ne se vante pas de sa femme comme s'il s'agissait d'un trophée -- et encore moins face à des inconnus.

    Un homme galant, à la rigueur, remercie sa femme de l'avoir choisi, lui. Et s'abstient de mentionner sa couleur de peau quand cela n'est pas le sujet, sauf... sauf si c'est un fieffé raciste.

    Est-ce que vous ne feriez pas partie, par hasard, de ces malheureux qui se sont fait mettre le grappin dessus par des escrocs de sexe féminin et de race noire, qui chassent des Blancs âgés sur Internet, et leur déclarent de façon inexplicable un amour indéfectible et subit ? Un amour qui ne peut se conclure, à les croire, que par un mariage ? Avant de piquer les économies et la maison ?

    Oui bien est-ce que vous êtes vraiment comme Noah, qui, sous prétexte qu'il est métis, passe son temps à prescrire le métissage à l'ensemble de ses contemporains, et à accabler les Blancs de son mépris ?

    Noah, qui disait, lors d'une interview, que les vedettes du spectacle blanches de sexe féminin devraient épouser des Noirs, dans la même phrase où il se vantait, lui le métis d'Africain, d'avoir engendré un bébé blond avec une femme blanche ? Vantait la beauté de ce bébé blond ? Et avouait le sentiment de vengeance que lui donnait le fait, lui le demi-noir, de protéger dans ses bras un faible bébé blanc ?

    C'est tout de même curieux, ces Blancs traîtres ou déchus qui, dès qu'ils acquièrent une goutte de sang noir, par hérédité ou par alliance, se transforment en militants enragés de la cause noire, et n'ont de cesse de transformer une situation ou un choix personnels en argumentaire politique...

    Regardez Dieudonné... c'est un blanc, Dieudonné... en tous cas, il n'est pas plus noir que blanc... Tout comme Obama... né aux Etats-Unis (officiellement...) d'une femme blanche... Mais qui prétend, à la télévision, qu'un voyou noir tué en légitime défense par un Hispanique légalement armé est "comme son fils"...

    Pourquoi ne va-t-il pas, à la télévision, revendiquer comme "son fils" n'importe lequel des milliers d'adolescents blancs assassinés par des Noirs, aux Etats-Unis ? Ce que sa fonction lui commanderait de faire, pour rétablir l'égalité, même s'il était génétiquement noir à 100 % ?

    RépondreSupprimer
  48. Robert Marchenoir26 août 2012 à 16:40

    En somme, si ce que vous dites est vrai (car nous n'en savons rien, et j'ai un gros doute), ce serait un formidable démenti à la vulgate anti-raciste : non, le métissage ce n'est pas simplement "deux personnes qui s'aiment", "une histoire de vie privée épicétou", car sinon Grandpas ne passerait pas son temps à nous casser les bonbons avec sa mystérieuse épouse africaine alors que personne ne lui a demandé l'heure.

    Si Grandpas était, comme il le prétend, un homme heureux, serein et équilibré grâce à la merveilleuse épouse noire qu'il a choisie, il se conterait d'être heureux avec son épouse noire, blanche ou grise à pois verts, et ne nous la servirait pas à tout bout de champ en guise d'argument concernant une question politique et économique dont on se demande bien ce qu'elle a à voir, a priori, avec le contenu de son plumard : faut-il, oui ou non, mettre fin à l'immigration de masse et aux lois raciales ?

    Il n'accuserait pas ceux qui sont opposés à l'immigration "d'avoir une petite bite", alors que selon son propre "raisonnement", c'est lui qui est affligé de cette infortune -- et sans doute, d'ailleurs, son épouse africaine le lui reproche-t-elle régulièrement, elle qui a les moyens de comparer (je reste toujours dans la logique grandpasienne... si vous voulez jouer au con, on sera deux).

    En réalité (et toujours si le fabliau moralisateur de Grandpas est exact), c'est lui qui est un aigri, c'est lui qui est un frustré de devoir se contenter d'une femme africaine, alors que l'écrasante majorité des hommes blancs français recherchent évidemment une femme blanche et non une noire (et d'ailleurs les hommes noirs aussi, dans une proportion non négligeable...). C'est la femme blanche qui est un trophée, et non la femme noire... Comme ces dernières le savent très bien, et s'en plaignent amèrent, dans les sociétés multi-raciales... Comme Noah l'avoue implicitement, à la télévision...

    Donc, que vos histoires intimes soient vraies ou inventées, Grandpas, arrêtez de nous les resservir à tout bout de champ, vous ne faites que trahir votre malaise, vos frustrations et votre malhonnêteté intellectuelle.

    Si vous avez vraiment épousé une Noire, il suffit de vous lire pour en conclure à quel point il s'agit d'une erreur, et pour vous et pour l'ensemble de vos contemporains, puisque, maintenant, vous avez adopté les intérêts raciaux de votre épouse et abdiqué les vôtres ; puisque, maintenant, au lieu de cantonner votre choix à votre vie privée, vous vous dressez contre votre communauté ethnique tout entière au nom de l'alliance personnelle que vous avez contractée.

    Oui, s'il fallait trouver une justification du tabou à l'encontre des mariages inter-raciaux, qui a jadis maintenu un semblant d'ordre aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, qui maintient aujourd'hui la cohésion sociale au Japon, en Corée ou en Chine, il suffirait de vous écouter parler et d'examiner votre funeste exemple.

    Vous rappelez régulièrement que les Asiatiques du Sud-Est ont un QI supérieur à celui des Blancs, ce qui est parfaitement exact et qui conforte la thèse des réalistes raciaux que nous sommes, au lieu de la démentir, comme vous semblez naïvement le croire ; vous pensez que ce QI resterait durablement supérieur, si votre racisme métissolâtre était mis en vigueur là-bas, et si les Asiatiques abandonnaient la répugnance instinctive qui est la leur à l'encontre des mariages inter-raciaux ?

    Vous n'imaginez pas à quel point vous tirez contre votre camp.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce bien sérieux ?
      Il me semble que l'on peut comprendre que l'époux d'une femme noire soit un peu dégoûté de lire d'interminables démonstrations de l'infériorité des Noirs, démonstrations nullement nécessaires au rejet de l'immigrationnisme. Les Noirs seraient-ils très intelligents qu'il serait quand même dommage qu'ils viennent nous remplacer.
      Un peu d'humanité, quoi, Robert !

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir27 août 2012 à 18:11

      Eh bien, dans ce cas, qu'il se casse. Qui l'oblige à lire ce blog ? Qui, ici, l'a obligé à épouser une Noire ?

      Sous prétexte que Monsieur a cru malin, à un moment donné, de se marier en dehors de sa race, il faudrait qu'il casse les couilles à tout le monde ad vitam aeternam et qu'il se mêle de ce qu'on a le droit de dire et de ne pas dire ?

      En quoi la susceptibilité de Monsieur Grandpas est-elle plus importante que la vérité ? En quoi la susceptibilité de Monsieur Grandpas est-elle plus importante que celle de ses 60 millions de concitoyens, qui, dans leur écrasante majorité, n'ont pas choisi un conjoint au sein de la race noire ?

      En quoi la susceptibilité de Monsieur Grandpas est-elle plus importante que la liberté, la prospérité, la souveraineté, la culture, la santé et même la vie de ses 60 millions de concitoyens ?

      En quoi la susceptibilité de Monsieur Grandpas est-elle plus importante que la survie pure et simple de la France ?

      Il s'agit bien de susceptibilité ! Nous parlons d'une immigration de masse de peuplades haineuses, violentes, stupides, asociales, improductives, parasitaires, sauvages, criminelles, qui passent leur temps à massacrer les Français en leur sautant sur la tête à pieds joints, qui torturent leurs propres enfants jusqu'à ce que mort s'ensuive dans les baignoires londoniennes sous prétexte qu'ils sont des sorciers, et Monsieur Grandpas vient la ramener avec sa susceptibilité sous prétexte qu'il a fait l'immense connerie, un jour, d'épouser une Noire ?

      Mais qu'il l'assume en silence, ça connerie, ça me paraît le minimum !

      Ce qui serait le minimum, aussi, c'est qu'il s'excuse ! Qu'il s'excuse d'avoir contribué, par son acte irréfléchi et stupide, à abîmer le patrimoine génétique de ses compatriotes, à dégrader leurs conditions de vie, à augmenter leurs chances de finir dans la misère, ou alors jetés du haut d'un escalier sur les rails électriques du métro !

      Personne ne lui a demandé de telles excuses jusqu'à présent parce que nous sommes trop bien élevés, nous les fachos, mais faudrait voir aussi à pas abuser de notre bonté !

      Prétendre vouloir imposer l'immigration de masse à la France sous prétexte de ses goûts conjugaux et sexuels à lui, voilà qui dépasse les bornes ! Voilà qui justifie qu'on lui rappelle qui sont les lésés et qui sont les fouteurs de merde !

      Quant à la stupidité des Noirs qui ne serait pas un argument décisif pour s'opposer à l'immigration, vous vous foutez de qui ?

      Il existe un consensus de fait pour cacher aux Occidentaux que les Noirs ont, en moyenne, un QI qui les met officiellement au rang de débiles mentaux, et cela n'aurait aucune importance dans le débat ?

      Tous les Occidentaux se tordent les mains parce que les immigrés échouent à l'école et que "l'Afrique est mal partie", tous cherchent la solution dans leur propre "racisme" qui serait à éradiquer, dans la "discrimination à l'embauche" qui serait une très mauvaise chose, dans les "moyens" qui seraient insuffisants, et le fait que les Africains soient génétiquement incapables de réussir à l'école et d'occuper un emploi dans une société évoluée ne serait pas important dans le débat sur l'immigration ?

      C'est fondamental, oui ! Ca change absolument toutes les données du problème !

      Supprimer
  49. Marchenoir, êtes vous au bout de votre argumentaire, vous devenez de plus en plus amusant, certes je ne suis pas un perdreaux de l'année mais ma douce moitié était bien de nationalité française.
    Par contre de vôtre côté ,vous semblez bien connaître "comment se faire arnaquer par de belles gazelles"; un aveux qui expliquerait votre haine racialiste.

    bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir27 août 2012 à 17:42

      Vous ne vous êtes pas vanté de la nationalité de votre femme, Grandpas, mais de sa race. N'essayez pas d'embrouiller le monde.

      Vous ne nous avez toujours pas expliqué en quoi le fait d'avoir épousé une Noire vous donnait des droits spéciaux sur autrui, et notamment celui de dicter la politique de sûreté nationale de la France.

      Quant à me faire arnaquer, que ce soit par des nègres, par des gauchistes ou par des grand'pères obscènes et indignes, rassurez-vous, ce n'est pas demain que ça risque de m'arriver.

      J'ai le nez particulièrement creux pour détecter les escrocs, figurez-vous. C'est peut-être pour cela que je suis assez étanche à votre verbiage pseudo-anti-raciste, et que votre petit théâtre indigné m'impressionne assez peu.

      Supprimer
  50. Il n'y a pas d'autre race d'humanoïdes que la race humaine depuis que néanderthal et erectus sont éteints, et celui ou celle qui l'affirme encore aujourd'hui est paumé dans des informations erronées et obsolètes, d'une autre époque, laquelle on mesurait encore le crâne des gens pour savoir s'ils étaient intelligents ou pas. Le mot raciste perd donc tout son sens et ne peut plus servir qu'à peu près, pour distinguer un fasciste, ou une personne qui s'adonne à la discrimination. Seront concernés pèle mèle ceux qui se considèrent en supériorité face à d'autres origines, racines, ethnies, religions, métiers, poids, type de faciès, identités sexuelles, classes sociales, etc... Merci. Adieu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous confondez race et espèce : vous êtes un con.

      Adieu en effet.

      Supprimer
    2. Allons, c'est certainement ironique.

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir28 août 2012 à 17:00

      "Le mot raciste perd donc tout son sens et ne peut plus servir qu'à peu près, pour distinguer un fasciste, ou une personne qui s'adonne à la discrimination. Seront concernés pèle mèle ceux qui se considèrent en supériorité, etc"

      Donc les gauchistes, évidemment. Les gauchistes sont racistes selon votre propre définition, puisqu'ils se considèrent moralement supérieurs à tout le monde du seul fait de leurs opinions politiques.

      D'autre part, merci d'arrêter de massacrer la langue française. "Se considérer en supériorité"... putain, quelle horreur... vous avez appris à lire et à écrire dans une poubelle ? Dans une caravane de romanos ?

      Supprimer
  51. Nous, bretons, serions ravi de purifier la France en nous retirant de votre pays pourri par les vieux réacs bloggeurs. Kenavo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parlez pour vous. Vous êtes largement minoritaires.

      Supprimer
  52. Il a une petite bite, Marchenoir?

    RépondreSupprimer
  53. Il vous l'a montrée?

    RépondreSupprimer
  54. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, plus je lis les commentaires des Bretons bretonnants de Bretagne, plus j'en viens à penser que si cette région est belle, elle est définitivement gâchée par la présence de ces zigotos. Venir la ramener sur les supposés fachos quant on sait quels furent les liens entre les indépendantistes bretons et l'occupant teuton, il y a de quoi s'étouffer de rire. A croire que ça les a tellement traumatisés qu'ils en ont fini par oublier les plus élémentaires réflexes de survie.

      Quant à l'autre neuneu Ehouarn machintruc, puisqu'il apparaît que vous aimez tant la diversité, nous aimerions bien purifier la France en vous refilant la fine fleur de nos banlieues. Ce serait, pour reprendre l'expression de Marie-Ségolène, un accord gagnant-gagnant. Non ?

      Supprimer
    2. Ici, on aime beaucoup les Bretons. Mais on conchie les anonymes.

      Supprimer
  55. "Un breton ayant donné gwendal et morgane comme prénom à ses enfants, quelle horreur n'est-ce pas ?"
    Pauvres gosses, il n'ont même pas droit à une majuscule à leur prénom...

    RépondreSupprimer
  56. Beuve, Blesilla, Botulphe, Budoc, Cadoc.

    Quelques prénoms extraits du Dictionnaire iconographique des saints de Bernard Berthod et Elisabeth Hardouin-Fugier (Les éditions de l'Amateur, pages 96 à 101). Voilà de quoi donner de l'eau à moudre à vos contempteurs, Didier.

    Et EN PLUS, les parents inconscients ont réussi à en faire des saints.

    RépondreSupprimer
  57. Comme le gouvernement français en 40, Louis-Benoît, censuré à Rennes émigre à Bordeaux (merci à la Noix vomique).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur un site qui semble encore plus désert que le premier…

      Supprimer
  58. Pourquoi y a-t-il des Océane, et jamais de Montagnarde ou de Campagnarde ? Pourquoi la mer serait-elle l'unique paysage romantique digne d'être un prénom ? Et pourquoi les paysages urbains sont-ils snobbés ? Ce serait joli, des petits Banlieuséo.

    RépondreSupprimer
  59. Ma contribution sur le blog des antifas de Bordeaux :

    "Oh oui, comme j'aime ces mots : "dénoncez", "portez plainte", comme ils sont doux à mon oreille. D'ailleurs, sur mon propre blog, j'invite mes lecteurs à me dénoncer via des liens directs vers les autorités compétentes que vous citez.

    Oh oui, livrez des noms, des adresses, citez les numéros de téléphone, dénoncez, dénoncez les mauvais citoyens, dénoncez-les en place publique ! On veut de la délation ! On veut faire le ménage ! On veut des listes ! Les socialistes adorent faire des listes et des fiches. Ah les belles listes que les révolutionnaires ont dressées pour nourrir la guillotine, ah, le doux souvenir de l'Affaire des Fiches, ah la nostalgie du socialisme national et du socialisme soviétique qui ont eux aussi dressé les plus glorieuses listes de toute l'Histoire. Des listes ! Des noms !

    Oh oui, vive la délation, vivent les listes de mauvais citoyens.

    Vive aussi la République, qui mena contre les Bretons une opération radicale de déracinement par la chair et par l'esprit, pour leur apprendre à incorporer la Nation Française unifiée et homogène voulue par les révolutionnaires et les républicains. Eh oui, cher ami, qui brisa la langue bretonne ? Les républicains, ceux-là même dont vous vous réclamez avec vos droits de l'homme. Et qui prit soin d'entériner ce déracinement par un enrôlement massif dans les troupes de la première guerre mondiale pour leur apprendre la vie ? La république, pour punir le souvenir encore vivace en 1914 de sa résistance chouanne.

    Vous prenez la défense de l'identité bretonne ? Sachez que vos prédécesseurs idéologiques vous renient et vous désavouent complètement depuis leurs tombeaux ; ils se sont acharnés à démolir toutes les identités régionales. Souvenez-vous des mauvais traitements contre les écoliers qui parlaient breton à l'école, ce sont les hussards noirs de la république qui les ont infligés eux-mêmes. C'est même dans ce but qu'ont été créés les Départements et les Régions, afin de démolir toutes les identités liées aux anciennes Provinces qui composaient le territoire français de l'Ancien Régime. Adieu les langues régionales et la diversité que vous semblez pourtant chérir. Les soviétiques ont fait exactement la même chose. La "russification", ça vous dit quelque chose ? Renseignez-vous, c'est très intéressant."

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.