lundi 20 août 2012

Rester jeune ou se faire vieux ?


« Oh, lui, il a su rester jeune… Quant à moi, je me fais vieux… » Les deux expressions ont partie liée, chacun le sent, elles parlent de la même chose. Elles parlent de la même chose mais elle ne disent pas la même chose ; elles expriment au contraire deux possibilités radicalement incompatibles, qui s'excluent l'une l'autre. La première formulation induit que la tendance naturelle des gens, leur destin, est de vieillir, que la sénescence est le lot commun auquel se trouve soumise toute personne qui s'y laisse aller ou même qui ne prend pas la peine de s'en aviser ; mais que, par un effort particulier de la volonté, ou une stricte discipline d'existence, certains parviennent à s'extraire du flot général et obtiennent comme récompense – ou punition, après tout – de rester jeunes. La seconde formulation exprime radicalement, et assez étrangement, l'inverse : elle semble dire que la jeunesse ou la maturité sont une sorte de point d'équilibre et que, une fois qu'il est atteint, il suffirait de ne plus faire un geste, de n'avoir plus la moindre initiative nouvelle, de retenir son souffle, pour n'en plus bouger ; mais que, là encore, certains élus, ou damnés, choisiraient de rompre avec cet état et de se faire vieux, un peu comme un acteur se fait la tête du personnage qu'il doit incarner. Dans le premier cas, la vie est perçue comme un courant auquel il serait possible, on ne sait trop comment, ce n'est jamais dit, de résister ; dans le second, elle serait plutôt une sorte de port que certains, à un moment, choisiraient de quitter pour filer vers l'inconnu du grand large. Mais tout cela est peut-être en train de changer, et l'on peut imaginer que, d'ici quelque temps, les ravages de la chirurgie esthétique se généralisant, nos descendants seront confrontés au choix inverse, se faire jeune ou rester vieux.

31 commentaires:

  1. Hier soir, la porte des commentaires s'est fermée brusquement sur mon nez , j'en ai deux qui sont passés à la trappe !
    "Ils s'afficheront après approbation" qu'y disaient. Des clous !

    RépondreSupprimer
  2. Avant d'en arriver à la chirurgie esthétique, et là je ne parle que des hommes, il y a cette horripilante manie d'user et d'abuser de crèmes en tous genres, d'anti-cernes, etc. Je ne compte plus les jeunes collègues qui ont recours à ces saloperies. Bien sûr ils n'utilisent que de l'après-rasage sans alcool et s'enduisent les mains de crème Neutrogéna, certains s'épilent même les sourcils. A ce qu'il paraît c'est ainsi que l'homme moderne plairait aux femmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça, c'était le premier cercle de l'enfer.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir20 août 2012 à 12:32

      Hahaha, on s'épile les sourcils et on se pomponne avec de la crème, maintenant, dans la police ? Ca va impressionner les voyous, je pense...

      Supprimer
    3. Le propre d'un corps constitué, quel qu'il soit, c'est qu'il est à l'image de la société dont il émane. Et si je vous dit que je connais pas mal de caïds de banlieue qui se pomponnent comme le premier métrosexuel venu, je vous étonne ?

      C'est dans l'air du temps et rares sont ceux qui ont suffisamment de force morale pour passer outre les diktats imbéciles du paraître.

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir20 août 2012 à 18:07

      Non, venant des caïds de banlieue et de l'homosexualité à paine masquée des musulmans, ça ne m'étonne pas beaucoup.

      Supprimer
    5. Koltchak, n'en faites pas trop non plus, ça devient ridicule.
      Prendre soin de son apparence, de sa peau, ou de ses poils n'a rien d'exceptionnellement moderne ni de spécifique à notre société moderne.
      C'est bien là une chose universellement répandue mais qui prend certes une forme variable selon l'époque et le lieu.
      Par exemple, il y a quelques siècles, on conseillait de se laver le moins possible afin de conserver une couche de crasse protectrice des maladies.
      Je ne souhaite pas que votre force morale vous pousse jusqu'à résister à cette affreuse coutume moderne de se laver parfois quotidiennement.

      PS : non, je ne m'épile pas les sourcils.

      Supprimer
  3. Que voulez-vous, ma chère : il y en a qui prennent plaisir à s'incruster et à se répandre, même après qu'on leur a signifié le peu d'envie que l'on a de leur présence…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire s'adressait à dxdiag, bien entendu.

      Supprimer
  4. Oscar Wilde qui en connaissait un rayon sur la question, ne disait-il pas : "Le pire quand on vieillit c'est qu'on reste jeune" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oscar Wilde ? En connaître un rayon sur la question ? Laissez-moi rire, Mildred. Il est mort à 46 ans !

      Supprimer
    2. Riez tant que vous voudrez, monsieur le formaliste !
      Pourtant c'est à croire que la vieillesse non plus, quelquefois n'attend pas le nombre des années.
      Pour preuve, il a écrit aussi : "Pour retrouver sa jeunesse, il n'y a qu'à recommencer ses folies !"

      Supprimer
    3. 46 ans, quand on veut plaire, c'est vieux. Dans le milieu homo c'est encore pire.

      Supprimer
    4. Dans le milieu homo, je ne saurais dire. Pour le reste, mon expérience me pousse à croire qu'à cet âge les carottes ne sont pas totalement cuite. C'est plus tard que les choses se corsent...
      N'importe comment, cette citation serait tirée du Portrait de Dorian Gray que Wilde écrivit alors qu'il avait 36 ans. En fait, la peur du vieillissement n'est qu'une phobie parmi d'autres que l'on peut vivre à tout âge.

      Supprimer
    5. Casanova disait qu'il avait cessé de vivre à 38 ans. Et pourtant il n'est mort que longtemps après.
      Pauvre homme.

      Supprimer
  5. "Las de se laisser vivre, il se laissa mourir..."

    Voilà la pensée profonde que m'inspira la lecture de votre billet. Bien que sans rapport avec votre réflexion, j'estime de mon devoir d'en faire profiter le monde et sa banlieue.

    RépondreSupprimer
  6. On cesse d'être jeune au moment où l'on ne choisit plus ses ennemis, où l'on se contente de ceux qu'on a sous la main

    RépondreSupprimer
  7. Lire ou relire le foisonnant " De la vieillesse " (Caton l'Ancien) de Cicéron agira toujours comme un élixir de jouvence et une consolation sur ceux qui en prendront le temps et sauront en tirer tout le bénéfice.

    38... la vieillesse est honorée à condition de se défendre elle-même, de maintenir ses droits, de n'aliéner à personne son indépendance, de conserver jusqu'au dernier souffle sa domination sur les siens. De même que, chez un adolescent, j'aime voir un peu de vieillesse, de même, chez un vieillard, un peu d'adolescence ; à suivre ce précepte, on vieillira peut-être de corps, mais jamais d'esprit.

    62...la vieillesse réduite à plaider sa cause serait malheureuse ; ni les cheveux blancs ni les rides ne peuvent vous conquérir soudain le prestige : mais, quand on a vécu dignement sa vie passée, on recueille le prestige comme le fruit de la fin.

    85... Si nous ne sommes pas destinés à l'immortalité, il est toutefois souhaitable à l'homme de s'éteindre au moment propice, car la nature fixe la mesure de la vie, comme celle de toutes choses ; la vieillesse est en quelque sorte la scène finale dans le drame de la vie, dont nous devons éviter la lassitude, surtout quand nous en avons la satiété.

    RépondreSupprimer
  8. Il y a aussi les excellents conseils d'Epicure, qui considérait d'ailleurs la jeunesse comme bien plus pénible que la vieillesse, parce qu'on est le jouet de ses ardeurs, et donc sujets aux excès douloureux. Il faut bénir l'âge qui vient, le vieillissement, comme une occasion de trouver la paix, et tout ça.
    Epicure est vraiment bien adapté à notre modernité.

    RépondreSupprimer
  9. Quoi, on doit d'abord m'approber ?
    Scandale !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon, ce n'était que légèrement différé. Ouf !

      Supprimer
  10. Nous sommes toujours le vieux de quelqu'un ou le jeune d'un autre, tout en ayant le même nombre d' années au compteur.

    On peut paraître jeune aux yeux de certains mais à l'intérieur c'est quand même le grand bordel, toutes les pièces sont parfois hors d'usage et on trouve rarement un service après vente qui vous en propose un large choix à des prix défiants toutes concurrence et les mécanos ne sont toujours pas à la hauteur.

    Alors on fait de son mieux avec ce qu'on a.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Nous sommes toujours le vieux de quelqu'un" :
      Oh que oui, Grandpas.

      J'ai lu vers l'âge de dix huit ans le "journal d'un psychanalysé" en m'étonnant qu'un homme si âgé que celui dont il était question entreprenne cette longue démarche (si peu de temps "avant la fin" en quelque sorte).
      Bien plus tard j'ai retrouvé le bouquin : le "vieux croulant" de mes souvenirs avait 40 balais.
      Je me demande si je ne vais pas décider qu'on n'est vieux qu'après 77 ans...puis je reculerai la date.

      Supprimer
  11. "Et dire que les vieux arbres sont si beaux ! Hélas, on n'est pas de bois." Henri Duvernois

    « Les jeunes gens voudraient être fidèles et ne le sont pas. Les vieux voudraient être infidèles et ne le peuvent plus. » Oscar Wilde

    «À vingt ans j'avais la peau lisse et une robe plissée, à présent j'ai une robe lisse et la peau plissée ! » Françoise Rosay

    « On s'étudie trois semaines, on s'aime trois mois, on se dispute trois ans, on se tolère trente ans, et les enfants recommencent; » Hippolyte Taine

    Bon, il y en a plein d'autres

    Sur ce site:

    http://papidoc.chic-cm.fr/13citationhum.html

    RépondreSupprimer
  12. "...d'ici quelque temps, les ravages de la chirurgie esthétique se généralisant, nos descendants seront confrontés au choix inverse, se faire jeune ou rester vieux."

    Les hommes chinois sont dans la course, pour le budget "soins et opérations esthétiques". Et c'est toujours le même discours: pour les besoins et l'image de marque de l'entreprise...

    Et nos petits marquis poudrés, rasés et épilés de près, alors ? Les dentelles, les perruques, le rouge à lèvres...

    RépondreSupprimer
  13. La semaine dernière, une petite impudente de 10-11 ans m'a fait comprendre que oh la la elle m'aurait bien donné 5 ans de plus, mais en général on me donne moins que mon âge. J'ai beau dire que j'ai des cheveux gris... Je suis fière de mes cheveux gris, je les collectionne. Je suis horrifiée à l'idée que certains les arrache, leurs cheveux gris. Pour moi, ça équivaut à arracher la sagesse.
    Je les garde, mes cheveux gris. J'en suis fière. Je compte sur eux pour m'instruire.

    RépondreSupprimer
  14. et puis vieillir reste quand même la meilleure façon de ne pas mourir jeune…

    RépondreSupprimer
  15. Philosopher c'est apprendre à mourir.
    Ceux qui se mettent de la crème semblent avoir peur de quelque chose.
    Peut-être des problèmes de peau?

    RépondreSupprimer
  16. “Philosopher c'est apprendre à mourir." "et puis vieillir reste quand même la meilleure façon de ne pas mourir jeune…" "Nous sommes toujours le vieux de quelqu'un"

    Tudieu, le niveau monte en flèche, ici, déjà qu'on avait du mal à suivre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Ah!
      C'est vrai que résumé comme ça, vous avez pas tort, on dirait des phrases de fous.
      La deuxième quand même pas mal, et je pique un bon fou-rire grâce à votre commentaire!
      Merci...

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.