vendredi 10 août 2012

Lire, disent-ils


Ces gens qui affirment profiter de leurs vacances pour lire et qui, tout de suite après, déroulant pour vous la liste des ouvrages qu'ils ont mis dans leurs bagages, vous prouvent qu'ils comptent occuper ces deux ou trois semaines à ne surtout pas lire.

33 commentaires:

  1. Ne dirait-on point François et Valérie sur une plage du Var connue ?

    L'imprécateur

    RépondreSupprimer
  2. Je ne fais pas de liste des ouvrages que je mettrai dans mes bagages. Je préfère consacrer mon temps de vacances à lire.

    RépondreSupprimer
  3. Vous devriez changer de photo. ce quidam rosissant sur son transat caraïbes lit des histoires de cochon et a sur la jambe le célèbre tatouage d'une triade réputée. Imaginez qu'il est un reader :.))

    RépondreSupprimer
  4. Commencez à nous emmerder, avec vos bouquins !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça devrait s'arranger bientôt : sur proposition de mon médecin traitant, la sécu me propose une cure de trois semaines, à base de films d'animation cool, de bandes dessinées superchouettes, sur fond de ziques sympatoches. Je pense que je vais la faire, ça ne peut plus durer comme ça, vous avez raison.

      Supprimer
    2. Tel est Georges, la honte de la jungle, un capitaine Beatty de Fahrenheit 451.

      Supprimer
  5. La tristesse, c'est le mot "lire" associé à des lectures mc do, ce qui réduirait la lecture à un simple divertissement. Ce qu'elle est aussi.
    Comme si l'été, la Lecture, celle qui enseigne, prenait des vacances. Pour certains, la Lecture est en vacances toute l'année.
    Mais on a comme une impression de sacrilège quand on parle de lecture et qu'on ouvre de la presse people.
    Ca enlève un peu de sacré; comme si les livres allaient se baigner ou boire un verre avant qu'on ait fini une page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De la lecture qui enseigne ? Mais quelle horreur !

      Supprimer
  6. Quand il fait chaud comme ça, il faut lire Eugène Nicole à l'ombre du pommier ou Jørn Riel dans le bus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'est malin, de me rendre l'envie d'Eugène Nicole, tiens !

      Supprimer
  7. Plutôt que la liste des livres à ranger dans les valises, dressons l'inventaire des auteurs à foutre à la poubelle. On peut commencer par Sartre pour suivre un délicieux exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais tenez compte du fait que beaucoup de gens partent en vacances avec leur poubelle.

      Supprimer
    2. Vous voulez dire dans leur poubelle ?

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir11 août 2012 à 18:14

      Celle qui s'est fait poubelle pour aller danser ?

      Supprimer
  8. Si vous n'avez pas envie de tourner les pages, vous pouvez toujours écouter des conférences enregistrées sur un petit lecteur Mp3.
    Bis repetita : Je me permets de vous (re)recommander l'écoute de la diffusion des conférences de Michel Onfray sur France Culture (de 18 à 19 heures et rediff le matin de 6h à 7h). Cette année, le philosophe s'attaque aux « consciences réfractaires ».
    Le communisme en général et Sartre en particulier en prennent pour leurs grades respectifs. C'est un vrai massacre !

    Quelques titres de conférences de cette semaine :
    Le Petit soldat communiste , Paul Nizan avec et sans Sartre, Un Cartésianisme bolchévique, Camus, l'anti Sartre etc...
    Cela devrait vous plaire.
    Vous pouvez également vous abonner au podcast de ces conférences (http://www.franceculture.fr/podcast/4455851).

    Bonne écoute

    Duga

    RépondreSupprimer
  9. Aux chiottes Onfray ! Vive Sartre, vive Freud !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, il y a longtemps que Mr Georges ne s'était manifesté par des considérations toujours proches du pipi-caca. Il avait dû s'endormir dans son endroit préféré, endroit qu'il cite pour y envoyer Onfray et encore plus moi-même par la même occasion. Mr Georges a du s'y endormir en lisant ses philosophes préférés, lesquels appartiennent sûrement à la nomenclatura officielle de la philosophie, les Kant, Heidegger et compagnie.
      N'oubliez pas de tirer la chasse d'eau !

      Duga

      Supprimer
    2. Mon pauvre Duga, vous êtes encore plus bête que je le pensais. C'est tout de même assez drôle de lire sous votre triste clavier des mots comme "nomenklatura" et "officiel", vous qui de toute évidence n'avez jamais su penser par vous-même. C'est fou comme ce blog est le rendez-vous officiel des benêts de compétition qui ont l'impression subite de devenir un instant des "intellectuels", un quart d'heure par jour. Et votre Onfray, là, il vous dit aussi comment vous astiquer le manche ou vous savez le faire tout seul ?

      Supprimer
    3. Duga, c'est à lui tout seul une contre-histoire de l'Intelligence.

      Supprimer
    4. Tout comme la contre histoire de la philosophie de M.O est aussi une histoire de la philosophie, je suis flatté que la contre histoire de l'intelligence dont je suis le représentant, soit aussi une histoire de l'intelligence. Merci Mr Georges.
      Et si je suis plus bête que vous ne le pensiez, cela revient à dire qu'il me restait encore un crédit d'intelligence. Encore merci. J'ai perdu combien de points là ?
      Je conçois bien qu' un quart d'heure d'intelligence représente pour vous une éternité. Le temps ne vous parait pas trop long à méditer assis sur votre lunette ?
      Bien entendu, il fallait que votre saillie se termine par une vulgarité. Vous êtes au moins fidèle à vos habitudes, pour ne pas dire à vos principes. Il ne m'étonne pas que vous soyez un admirateur de Freud tant les propos scatologiques et les problèmes d'orifices constituent le terreau de votre inspiration. Rassurez vous, je ne suis pas concerné par les pratiques d'une misère sexuelle dont vous semblez parler en connaisseur, sinon en pratiquant. N'oubliez pas que ça rend sourd.
      Et surtout, n'oubliez pas de tirer la chasse d'eau.

      Duga

      Supprimer
    5. Pas tant que ça, Carine. Je ne supporte pas les équarrisseurs du passé, ceux qui se réveillent un beau matin en se disant, tiens, finalement, mais c'est de la merde, Beethoven, il faut que j'en fasse la révélation au monde entier. Je ne supporte pas non plus les jugements moralineux sur les œuvres et leurs auteurs. Ceux qui pratiquent ce sport de gâteux se sentent exister cinq minutes, c'est sans doute bon pour leur cholestérol et leur double-menton, mais qu'ils ne viennent pas nous emmerder avec leurs prescriptions de petits procureurs boutonneux. L'envie de pénal c'est déjà très laid, mais quand c'est dirigé vers le passé, c'est obscène. Onfray, je le connais depuis longtemps, et je reconnais que j'ai beaucoup appris grâce à lui. Mais dès qu'il se met à faire de l'idéologie — et c'est plus fort que lui, ses inférences douteuses sont comme des renvois pavloviens dont il parsème ses cours en douce (il faudrait écrire une thèse sur les "donc" de Michel Onfray) — il est insupportable. Mais le plus drôle dans tout ça est que tous ces gens à qui il dit et répète à longueur d'années de penser par eux-mêmes, d'aller lire les textes (en quoi il a évidemment raison), ne font que singer le maître comme des perroquets dénués de tout esprit critique. C'est vraiment pathétique même si ça n'a rien d'original.

      Quant à la branlette, mon pauvre Duga, vous avez parfaitement raison, je me suis beaucoup branlé dans ma vie, et je n'en éprouve pas la moindre honte, ni gêne, et je trouve toujours assez rigolo de lire sous la plume d'un frustré que la masturbation c'est vilain pas beau. (Mais que dirait le Maître Onfray, voyons, Dugaga…?) Question "misère sexuelle", mon pauvre ami, on pourrait en parler longuement, je crains que vous soyez assez mal tombé.

      Supprimer
    6. C'est bizarre ce déchaînement de haine que je provoque chez vous. Ce n'est pas que ça me dérange, loin de là mais ça m'interpelle un peu. Je lis sur ce blog un certain nombre de posts qui sont infiniment plus péremptoires, plus excessifs et plus arbitraires que ceux dont je suis l'auteur sans que cela n'éveille aucun de vos neurones.
      D'autant que je ne m'exprime quasiment jamais ici, proportionnellement à ceux que vous semblez tolérer. Peut-être craignez-vous de fâcher le maître de ces lieux ?
      Onfray ? Je n'ai fait que citer des émissions correspondant à l'opinion que Mr Goux exprime sur ici. Ai-je pour autant dit du mal de Sartre et de Freud que vous semblez apprécier. Aimez-vous à ce point l'imposture ?
      Je ne me souviens pas bien, mais il me semble avoir écrit ici que je préférais Ravel et Stravinsky à Bach et Beethoven. Cela ne veut pas dire pour autant que les admirateurs de ces deux derniers sont des abrutis ou que ces deux compositeurs sont mauvais. etc…Vous êtes très susceptible Mr Georges et vous ne savez pratiquer que l'extrapolation tendancieuse.
      Tout à l'heure, je suis allé pour la première fois sur votre blog. Cela ne m'était jamais venu à l'idée. Vous qui voyez des procureurs partout, permettez-moi de considérer que vous en êtes un autre. Le peu que j'ai lu ne fait ressortir que de l'aigreur, de la noirceur, de l'égocentrisme, des condamnations, des regrets. M'étonne pas que vous vous complaisiez dans le vomi. Vous vous la jouez un peu au poète maudit. Au vu et au lu de tout ça, j'en viendrais plus à vous plaindre qu'à vous blâmer.
      Petit détail, je fais du cholestérol (héréditaire), mais je n'ai pas de double menton.
      Quant à la séquence Pipi caca zizi, je vous laisse continuer tout seul, vue votre addiction aux pratiques solitaires.
      Et surtout, n'oubliez pas de tirer la chasse d'eau.

      Duga

      Supprimer
    7. Mon Cher Duga-Tirez-la-chasse-d'eau, comme vous l'avez bien noté vous-même, deux messages à vous répondre me font dangereusement approcher de mes limites ; je vous laisse donc continuer tout seul à faire vos lignes de blog pendant les vacances. Ajoutez-y si c'est possible un manuel de français et un ou deux bons romans (non, là je blague).

      Supprimer
    8. Duga, ne faites donc pas perdre à Georges le peu de cheveux qui lui reste, ni trembloter ses doubles mentons. Il va s'énerver, menacer de vous gifler, ou de représailles saignantes, où autres spécialités de ses petites manies blogosphériques quand il est dans ses mauvais jours. Et là, il fait chaud....

      Supprimer
    9. Pauvre Suzon, encore une petite incontinence passagère ? Ne vous inquiétez pas, on n'a pas l'odeur, dans la bloge...

      Supprimer
    10. Mon p'tit Georges, Duga a raison. Vous ne pouvez pas vous contenir, dès qu'on vous contrarie un peu, c'est tout de suite vos histoires de pipi-caca... On vous plaint, mais franchement, un bon blogueur comme vous ! Un des plus anciens, un des commentateurs les plus prolifiques qui soient sur un nombre considérables de blogs et de forums, et sous tant de pseudonymes... (et la blogosphère reconnaissante entonne, reconnaissante "il est des nô-ô-tres ♪♬ ♩ ♭♪")
      Vous avez publié une belle photo, n'empêche. Je ne parle pas de vos autoportraits sur flickr, hum, mais de cette jolie petite chatte poilue, toute brune. C'est bien.

      Supprimer
    11. (doublement reconnaissante, la blogosphère...)

      Supprimer
    12. Merci Suzanne.
      Mr Georges m'a pris pour cible privilégiée contestera tout ce que je peux exprimer, quelqu'en soit le contenu. Sans faire de psychologie de bazar, je pense que Mr Georges est, soit réellement malheureux, soit il se la pète en jouant au Céline de deuxième division.
      De toutes façons, avec moi, il ne tombe pas sur un ingrat.

      Duga

      Supprimer
  10. Le seul truc que je lis quand il faut chaud, c'est la carte des boissons.

    RépondreSupprimer
  11. Imaginez partir en vacances sans télé, moi je dis c'est une bonne idée prendre une multitude de livres lorsque zapper est important quand l'index ou le majeur sont aux abois ! La lecture en petites coupures je trouve ça cool vous mettez la pub à la page qui vous emmerde.

    RépondreSupprimer
  12. Plus le livre est épais mieux la tête se repose sur la plage.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.