jeudi 2 août 2012

PACA, yfaukon


Donc, le gouvernement désire que l'on construise davantage de logements “sociaux” (inépuisables délices de l'euphémisme modernoïde…), que l'on en construise partout, principalement chez les petits chanceux qui n'en étaient point encore affligés ; et, bien entendu, que l'on punisse lourdement ceux qui auraient l'inconscience de se rebeller face à cet impératif de vivre-ensemble, à cette joie du mélange-pour-tous. On dirait d'un médecin qui conseillerait de disséminer dans l'ensemble de la population les porteurs de virus, de manière à ce que tout le monde soit atteint mais d'une façon en quelque sorte diluée : maladie générale, mais maladie light.

Bien entendu, j'ai parfaitement conscience que l'existence d'un parchemin vieux de deux siècles, intitulé Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, nous fait obligation de loger correctement toute personne qui, partant d'un point ou un autre du globe, fait l'effort de venir jusqu'à nous, de pousser la porte (qui reste de toute façon ouverte jour et nuit : on n'est pas des sauvages) et d'entrer, avant de poser les questions fondamentales, constitutives de tout être humain : Quand est-ce qu'on mange ? Où est ma chambre ? À quelle heure passe le toubib, rapport à mon arrêt-maladie ? Oui, je sais tout cela et suis prêt à m'y plier de bonne grâce, vu que j'ai été, comme tout un chacun, considérablement droit-de-l'hommisé quand j'étais petit.

Mais c'est cet éparpillement forcé et obligatoire que j'ai du mal à comprendre, dans la mesure où il ne semble souhaité par à peu près personne du côté des déjà-là, et sans doute encore moins chez les coucou-j'arrive. Ce qu'il faudrait, au contraire et à mon sens, c'est regrouper tous nos frères exotiques en une seule province, que l'on découperait exprès pour eux, comme nous le fîmes avec la Normandie pour les grands crétins blonds fraîchement débarqués de Copenhague, il y a un bon paquet de lurettes.

Ouiméou ? allez-vous objecter. La réponse va presque de soi : la région dite “PACA” me paraît tout indiquée pour devenir notre future province sociale, notre précipité de diversité, notre belle et inédite expérience de vivre-à-part. D'abord parce qu'elle a un nom à chier. Ensuite parce que le travail est déjà presque accompli, l'achever se fera donc à moindre frais : on n'aura qu'à rapatrier à la hâte les vingt-cinq ou trente pour cent de lepénistes qui s'accrochent encore à leurs canebières et à leur croisettes, on leur appliquera le traitement qui fut celui administré en leur temps aux pieds noirs, et tout sera dit. Quant à ceux des autochtones qui auraient le front de s'accrocher à leurs fronts de mer, on laissera les nouveaux maîtres s'occuper de leur avenir : nul doute qu'ils n'auront bientôt plus le choix qu'entre le TGV et le cercueil.

On laissera tout cela mijoter quinze ou vingt ans. Puis, lorsque la nouvelle province sera totalement ruinée et en proie à de graves dissensions ethniques qui la rendront aussi faible et exposée qu'un bébé vagissant, on jouira du spectacle de la voir conquise et colonisée par Monaco.

Mais je sais bien qu'une fois de plus personne ne va m'écouter.

58 commentaires:

  1. Bon allez, je lance une saloperie, mais faut que je la sorte.
    Je me suis fait un point d'honneur, depuis plus de 10 ans maintenant, de ne jamais foutre un pied dans cette ville.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, cela fait cinquante-six ans et quelques mois que je résiste.

      Supprimer
    2. Merde,
      c'est vrai ? Moi aussi, bien que pour des raisons différentes. Ce voisinage me donne envie d'aller y passer le restant de ma vie. De toute façon, je déteste le sud, surtout le sud-est, vous parlez des immigrés, moi ce que je constate c'est que les autochtones, les "vrais" (c'est pour faire plaisir, ne me remerciez pas), y sont cons comme des branches. Vive l'Atlantique ! Je fais exception pour les gens de l'Hérault qui sont en tout point charmants.

      Supprimer
    3. Pas du tout, cher Dorham : mes raisons, au départ, étaient exactement les mêmes que les vôtres, je n'ai jamais été attiré – aimable litote – par cette région, et encore moins par les gens qui la peuplent. C'est bien pourquoi je la céderais aux allogènes d'un cœur plus que léger.

      Et j'adore cette phrase où Bernanos – homme du nord s'il en fut – disait, pour qualifier je ne sais plus quelle habitude de ses frères humains, qu'elle était « d'une vulgarité à rebuter la Canebière ». Mais je me demande si nous ne nous laissons pas aller à une répugnante marseillophobie, voire à une phocéophobie galopante : c'est mal.

      Supprimer
    4. Haha,
      c'est bien possible, voyez-vous. Mais quand on est un parisien, détesté de tous, il faut bien en rendre un peu. Les marseillais étant à la pointe de cette haine là, sans doute parce qu'ils souffrent d'un complexe d'infériorité, j'ai fait d'eux mes ennemis intimes - par pur principe. Même si un de mes meilleurs amis est marseillais. Mais, bien sûr, il vit à Paris...

      Supprimer
    5. Oui, c'est ça : vous avez votre bon Marseillais (et j'ai le mien aussi), comme les vrais racistes “à la papa” avait leur bon nègre, çui-là qu'était pas comme les autres.

      Supprimer
    6. Je n'achète jamais du Petit Marseillais non plus.

      Supprimer
    7. Le pire,
      c'est qu'il est quand même un peu comme les autres, ce qui me fait dire que ma détestation ne tient sur rien de probant si ce n'est - tout simplement - mon caractère de dogue allemand.

      Supprimer
  2. Très drôle l'expansion du parc des horreurs à Monaco.

    RépondreSupprimer
  3. http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/toulouse-la-bataille-des-voisins-de-merah-pour-etre-dedommages-02-08-2012-2111012.php

    Tout le temps que notre pays perd à cause de l'islam, toutes les choses intéressantes vers lesquelles nos gouvernements auraient pu nous orienter, au lieu de bichonner l'islam et d'en faire la problématique n°1, car cette religion pose véritablement problème. On aurait pu continuer notre histoire, mais les dirigeants en ont décidé autrement. Ils ont choisi de nous mettre l'islam dans les pattes. Tout le temps perdu à se demander si ça vaut la peine de le laisser s'installer, ou pas, alors qu'avec le principe laïcité, on est censé trouver une réponse claire, qui nous permettrait à autre chose. Et bein non, les français doivent s'interroger plus sur mahömet que sur Jésus. Super.
    Ils auraient laissé faire pour des raisons économiques? Et dans des buts électoraux aussi? Je me le demande de plus en plus...
    J'ai le sentiment que la France était un pays fort, avec une réelle identité, qui prend ses racines dans une histoire très forte. On avait des valeurs, fermes, presque immuables, qui servaient de repère à toute personne qui se serait cherché une identité.
    Tout cela est fini, nos gouvernements veulent redéfinir notre code génétique.
    Nos belles valeurs sont chassées par la démagogie, la souffrance de l'étranger sera toujours plus forte qu'un Desouche.
    Je n'arrive plus à reconnaître ce qu'on m'a enseigné plus jeune.
    J'en arrive à être nostalgique d'une époque que je n'ai pas connue.

    Ce dont vous parlez dans votre billet est un des symptômes de la maladie.
    Une maladie, une folie même, qu'on nous fait passer pour une religion..
    Dtfaçon se cacher la peau n'est pas naturel. Car la vitamine d c'est pas pour les chiens. Eux sont à poil.

    Vous êtes entendu Didier, vous inquiétez pas. Le médecin doit bien observer la maladie pour la soigner, donc on ne révelera jamais assez, au grand jour, quelle est cette maladie avec laquelle on veut nous contaminer depuis des années. Et quels en sont les symptômes.

    RépondreSupprimer
  4. Oué, mais les calanques, quand même !
    Vous me direz: on ne peut pas s'y promener passé une certaine date, sous peine de risquer d'y mettre le feu spontanément, rien que par le frottement des semelles.
    Et les cabanons des natifs ?
    Va falloir abandonner tout ça ?

    En parlant de semelles, curieuses chaussures de sport de la bâchée de gauche (sur la photo). C'est un mec !!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une coureuse des JO.

      Supprimer
  5. Vous ne préférez pas envisager qu'on poursuive le désastre joyeux (et assez lent) pendant encore deux-trois quinquennats des uns-ous-des-autres qui auront achevé d'amener ce pays à la ruine. Puis qu'on laisse les clefs aux repreneurs allochtones et à leurs facilitateurs de tous bords. Pour l'instant (et avant le grand ratiboisage juste, triomphalement mis en route par Sarkozy et Hollande) la dette française est publique, l'épargne est privée, la liberté de mouvement existe encore. Cap au sud ! Les conventions fiscales et de sécurité sociale avec le Maroc (la Tunisie d'avant aussi), ce n'est pas fait pour les chiens. Tous nos possédants et décideurs politiques, même nos petits retraités, pratiquent le Double Grand Remplacement depuis bien longtemps. A cinquante balais si t'as pas ton Riad à Marak'ch ou ton appart'résidence senior à Essaouira, c'est qu't'es un raté. Colonisation, contre-colonisation, contre-contre-colonisation, grand remplacement des remplaceurs par les remplacés le tout avec des déductions fiscales de 40 %, le personnel aimable et souriant, la vie moins chère, etc... Votre voisin français qu'est en train de passer la tondeuse, là maintenant, vous avez vraiment envie de vous sentir de souche et de devenir avec lui. Ou alors Nicolas Dublog (maintenant qu’on a vu le phénomène…), vous imaginez vraiment rester en sa présence plus de 15 minutes sans vous jeter sur toutes sortes de moyens de "dissipation massive" ?

    RépondreSupprimer
  6. La Provence ! Et puis quoi encore ? Zêtes pas fou ? Je frémis à l'idée de voir le moulin xe Daudet devenir un minaret. Et Avignon et le palais des papes ?

    Je propose les iles Kerguelen, on n'y trouve pas de cochons et puis ça permettra aux muftis de s'interroger sur l'halalitude des pingouins. On pourrait aussi ajouter St Pierre & Miquelon, au large des ricains qui pourront ainsi veiller à ce que les mousmées soient correctement couvertes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ne mêlez pas Saint-Pierre-et-Miquelon à tout ça !

      Supprimer
    2. C'est loin et froid. Ça me suffit.

      Supprimer
  7. Je me demande si le modèle de vos préconisations n'existe pas déjà ?
    Pour finir les Pacaïens demanderaient la création de deux états comme le demandent les Palestiniens.
    La "province sociale" serait élevée au rang d'état à part entière !
    Je pense même qu'on risque de voir un état pacaïen bien avant de voir un état palestinien parce que les Isréliens sont beaucoup plus retords et faux-jetons que nous.

    RépondreSupprimer
  8. Je connais votre sens de la mesure et de la pondération Didier Goux, du réalisme et du pacifisme aussi, mais votre proposition est tout simplement révoltante. Sans être le moins du monde lepéniste, je considère cet abandon de la région PACA aux sarrasins et aux divers afro-musulmans comme une capitulation en rase campagne. Autant créer immédiatement la 49e wilaya d'Algérie, au moins les choses seraient claires : ainsi plus de spéculations hasardeuses sur l'avenir avec Monaco et ses guignols, l'amusante principauté d'opérette.

    Un jour viendra où il ne nous faudra plus contenir, mais contrer.

    " L'Europe est gravement malade. Elle a besoin de soins intensifs, d'une chirurgie de guerre, violente et radicale, pour retrouver son souffle, et sa conscience. Pour retrouver son honneur et s mémoire. Dans l'état actuel de servitude lamentable où se trouve l'Europe, il nous faut de nouveaux résistants, de nouveaux rebelles, c'est-à-dire des " porteurs de mémoire ".

    Jean-Paul Bourre, Le temps du loup. Demain la guerre civile. Entretiens avec Sébastien d'Altavilla. Alexipharmaque.

    RépondreSupprimer
  9. Suis assez d'acord avec dany: capitulation en rase campagne, abandon d'une parcelle de notre beau pays... ah non alors sauf à cerner ce nouvel eldorado d'un mur d'enceinte infranchissable ponctué de miradors, ce projet ne tient pas la route !

    RépondreSupprimer
  10. La loi et l'esprit......................

    Y aurait-il d'un côté et l'autre l'esprit sachant que toute loi enferme un esprit et que l'esprit est à la source de la loi.

    Nous sommes en présence d'un couple indissociable l'un de l'autre. Es-ce un couple heureux ?
    Il le fût et le sera peut-être un jour mais que de conflits entre ces deux là : après l'Alliance, que de divorce, de réconciliation puis de nouvelles séparation et aujourd'hui un concubinage hasardeux.

    La loi d'Abraham ainsi que celle de Moïse leur fût dictée par Dieu lui-même.

    C'est Dieu qui légifère !

    Mais Dieu n'est pas l'Esprit : il est

    Il ne sert dès lors de l'esprit de son prophète, l'homme mortel qu'il a doté d'une conscience, d'un esprit afin qu'il recueille par voie l'inspiration la loi à transmettre à ses frères.

    Pour Christ, l'histoire de la loi et de l'esprit est confuse car Christ distingue les lois temporelles du royaume des cieux et n'entend pas se mêler de politique : Rendez à César ce qu'il lui appartient.... Mon Royaume n'est pas de ce monde.....

    ( Quel chagrin ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai écorché vif une phrase désolée l'émotion sans doute : < Y aurait-il d'un côté la loi et de l'autre l'esprit Etc............. >

      Supprimer
  11. Cependant, l'esprit est bien là dans l'histoire de la chrétienté puisque Marie est visitée par Gabriel l'Ange, qui visitera Mahomet
    Et le Saint Esprit....
    La doctrine chrétienne s'est forgée bien après la crucifixion à travers diverses traductions de l'Araméen en Grec puis en latin pour fonder toute une civilisation avec son cortège de lois.
    Alors même que Christ s'échappait du temporel pour ne consacrer qu'à l'esprit, l'on a vu naître une bien étroite association du temporel et du spirituel en occident.
    Nos rois l'était de droit divin.
    La France ... Fille chérie de l'Eglise ...et ce au moins jusqu'à la déclaration des droits de l'Homme ; en somme le contraire des premiers enseignements christiques.

    Puis donc arrive la démocratie, la laïcité, la séparation de l'Eglise et de l'Etat,..., divorce de la loi et l'esprit ?

    Pas tant que ça puisque le Président de la plus grande puissance occidentale du monde, les Etats Unis, prête serment sur la bible et son prédécesseur de faire une sombre croisade au nom de Dieu pour assurer une main mise énergique.

    ( Vous en voulez encore ? La laïcité est pour moi un furoncle que j'ai au pied ! Ici la France à vous l'Etranger ! Bises Monsieur Didier Goux, j'adore cet article, il est d'une onctuosité qui me ferait limite gerber, de tristesse. )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une main mise < énergétique > pardon j'ai omis une syllabe.

      Supprimer
  12. ( J'ai envie de continuer vous permettez ? )

    Lois et esprit sont bien un couple confus et force de constater qu'il y a plus de lois que d'esprit ce que redoutait Montesquieux dans l'esprit des lois ...

    De quelle loi et de quel esprit parle t-on ?

    Retenons l'Esprit Saint, l'Esprit qui est combattu ... par le mauvais esprit mais qui est celui à la source de tout autre.

    Dans le Coran, le concept d'esprit ne semble pas exister dans le verbe. L'islam - ou abandon à Dieu - et il faut un esprit pour s'y abandonner, ne reconnaît pas la Trinité chrétienne du Père, du Fils et du Saint-Esprit car il affirme l'unicité de Dieu qui n'engendre pas et n'est pas engendré puisqu'il est cause première, créateur, ce que confirme Spinoza.

    Le Coran qui est sacré comme étant la parole immuable de Dieu contient un Code Civil et un Code Pénal.
    Et voici donc s'entremêler le Sacré spirituel et la loi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Montesquieu ne prend pas de x au pluriel

      Peut-être un z ?

      Duga

      Supprimer
    2. Il pense tellement vite Montesquieu. Si bien que parfois, il nous arrive de penser qu'il est plusieurs.

      Supprimer
  13. Le Coran est bien légiférant et méthodique en définissant 5 piliers de l'islam dont le respect assure le maintien de la foi, l'entretien du souvenir..... De Dieu :
    1 la profession de foi rappelant l'unicité de Dieu et Mohamed son Prophète
    2 les prières journalières
    3 le jeune
    4 l'aumône
    5 le pèlerinage à la Mecque

    Autant de règles valant lois pour entretenir le sacré donc l'Esprit.

    On notera une curieuse évolution rendue nécessaire par la mondialisation et l'inévitable communication entre les cultures. Ainsi sa majesté le Roi Mohamed VI dans son discours annuel au Peuple, struture son intervention sur la nécessité :

    1 de la démocratie
    2 du capitalisme
    3 de la scolarisation

    L'esprit de l'islam est-il compatible avec l'Esprit des Droits de l'Homme laïque et le capitalisme alors que le Coran prohibe le prêt à intérêt ?
    Le Coran se suffit à lui-même et ne peut se référer en aucun cas aux Droits de l'Homme ; c'est pourtant ce que fait le Commandeur des Croyants.

    Il semble bien dès lors que ce couple Loi et Esprit cherche sa voie commune depuis toujours sans l'avoir franchement trouvée.

    RépondreSupprimer
  14. ( Et pour finir )

    C'est que la Loi et l'Esprit ne peuvent s'unir que par l'Amour.
    Un Amour qui ne peut naître qu'au plus profond du coeur humain tel que les prophètes nous en donnèrent l'exemple vivant Abraham à Moïse, Jésus et Mahomet.

    Il suffirait donc de suivre leur exemple, chacun à sa façon et selon sa culture mais dans la Foi en Dieu pour être un jour et tous ensemble les prophètes de l'Amour.

    Et l'Esprit sera loi et la loi sera l'Esprit !

    ( merci de m'avoir suivie )

    RépondreSupprimer
  15. Arabes et Marseillais sont donc deux peuples différents ?!?

    RépondreSupprimer
  16. Je n'aime pas qu'on me mette le nez dans ce caca! Je suis trop consciente qu'il existe et que nous n'y pouvons rien!

    RépondreSupprimer
  17. Concilier région PACA et PAC (Politique Agricole Commune):
    On fait comme vous suggérez, tous nos frères exotiques réunis en PACA, et, autour, une zone tampon. Dans laquelle, au lieu des barbelés si contraires aux droits de l'homme, on élèverait des porcs.

    RépondreSupprimer
  18. D'un autre côté, Marseille c'est plus proche que Mururoa le jour où l'on voudra reprendre les essais atomiques.

    RépondreSupprimer
  19. Pourquoi on les expédie pas à la Réunion ou en Guadeloupe ? C'est la France, non ? Puis une fois qu'ils y sont, confortablement RMIsés, on décide à Paris que ces deux îles ne sont soudain plus la France. Ce sont de grandes îles, on pourrait y loger nos Belges d'exportation et de confession mahométane. On vous les donne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais pas du tout d'accord ! On va pas leur donner notre soleil et nos volcans en plus.
      Et aux vôtres aussi ! Nan mais quoi encore ?
      Plutôt à St Pierre et Miquelon, qu'ils se gèlent les fesses et le pur esprit.

      Supprimer
  20. Y a le Québec aussi : des terres plus grandes que 4 France, où il n'y a rien... Le Nunavut... Tout le Canada, dans le fond.

    Vos volcans ? Ben, vous avez ceux d'Auvergne ! Nous en Belgique on n'en a pas et on vit très bien sans volcan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec le réchauffement climatique, le Nunavut sera bientôt la Côte d'Azur du Monde.

      Supprimer
  21. Tout à fait hors sujet, mais connaissez-vous ce site : http://presencedelavarende.over-blog.com/

    On y trouve en ligne, téléchargeable à partir de Gallica un texte oublié de La Varende, publié en 1939 : http://presencedelavarende.over-blog.com/article-decouvrez-un-texte-oublie-la-varende-ecrit-en-1939-83342780.html

    RépondreSupprimer
  22. Hors sujet : Et si Sand et Rosa fusionnaient ? Ça ferait un superblog à vous déchirer la race, non ?

    RépondreSupprimer
  23. Quelque soit l'endroit, on construit un muer de 10 mètres de haute et on le remplit d'eau jusqu' à ras bord, on balance quelques crocodiles et autres alligators ensuite on casse le mur pour vider toute et les Crocodylidae qui sont avec. Il n ' y a que des avantages, industrie de maroquinerie en devenir.

    RépondreSupprimer
  24. Hier soir, je pensais à une solution.
    On fait une ville dans une bulle de verre.
    C'est-à-dire qu'ils auraient la lumière du jour, mais n'entreraient jamais en contact avec nous.
    On isole sans mettre en prison! Eh! Pas mal celle-là?

    RépondreSupprimer
  25. On va regretter Léon, sur ce site, c'est pathétique, les commentaires!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as trop de courage Noêl!

      Supprimer
    2. Ne t'inquiète pas Léon. Les tiens, les vrais on les reconnaît toujours. Tu peux même prendre un pseudo moins anagrammatique ça marchera encore. Moi je fais dans le Marcel maintenant, mais j’ai hésité avec Lucien, Paul ou Karim ou Thanatopraxie ou Rosalui (copyrighté). Mais bon je vais te lâcher un peu la grappe étant donné que les petites bébêtes gentilles ont largement atteint leur cible. Plutôt que de continuer à écrire des sottises (que je suppose intentionnelles non ? Ah bon !), je te propose de débusquer tes imitateurs volontaires ou non. Ça n’aide pas beaucoup la progression des « débats » de jouer à l’insecticide (encore que…) mais ça combat toutes sortes de nuisibles. Il y a une règle cependant à ce travail de vaporisation urbi et orbi. Il ne faut pas trop encombrer la boîte à miel de Didier Goux (qui de toutes façons ne lit que les commentaires de ses « amis » du PS) et il faut accepter un état de nébulisation idéologique et identitaire permanent. Par exemple Léon (toi, le vrai, l’initial) c’était un bloc identitaire très cerné. Tu étais tellement attaché à ton pseudo (en raison de toutes les choses merveilleuses que tu avais déposées ici, de tous les combats que tu avais menés.. de toute l’historicité du personnage… ) que tu as cherché à le conserver à toutes forces au moment où tant d’autres Léon te débordaient de toutes parts et développaient des registres identitaires très différents du tien. Tu aurais pu muer en Noël ou Noêl (à quoi tu es réduit aujourd’hui !) ou Karim, ou le « con de service » mais non, tu t’es toi-même laissé séduire par ton personnage. A ce point de narcissisme on quitte son pseudo et on revendique son état-civil au su de tous. Ecrire des conneries en ton nom devient alors un délit. La nébulisation identitaire (le Cloud Leoning) permet toutes sortes de variations de points de vue ou de postures bien commodes pour trouver des angles d’attaques et permet d’échapper à l’historicité des personnages façonnés. La contrepartie c’est de renoncer à tout attachement aux pseudos, aux personnages, au marionnettiste, au logos.

      Supprimer
    3. Plutôt que Rosalui, je verrais assez Karlelle, pour rester dans l'esprit.

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir3 août 2012 à 16:19

      Le Cloud Léoning... Tsss... Vertigineux.

      Ce blog devient trop intellectuel pour moi. Je retourne sur Fdesouche.

      Supprimer
  26. Oh! les bobos du nord et de l'ouest, qui avez des branchies à la place de poumons, où irez -vous faire bronzer le cul de vos radasses ailleurs qu'en PACA ? Enfin , même si on a les "déjà sombres," on n'entendra plus vos accents pointus... Bon débarras !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais, on ne veut rien bronzer du tout ! Rien, nada, pas de bronzé ni de bronzage. On aime le blanc, nous. Vous confondez, Chapacan, les accents pointus, ce sont des Belges, une fois, et on ne les y reprendra plus.

      Supprimer
    2. Le bronzage, c'est la bêtise qui affleure.

      Supprimer
    3. Chapacan,

      Où ira-t-on ? Mais là où les plages sont belles, je veux dire, vraiment belles. En Corse, pardi ! Enfin, en ce qui me concerne bien entendu.

      Supprimer
    4. Par ailleurs, comme les deux ci-dessus, je n'aime pas bronzer et ma "radasse" comme vous dites, qui est plutôt la classe incarnée, est une grande brune dont le teint est de porcelaine. Quelle grotesque et désagréable occupation que de s'allonger au soleil ? Pour quoi faire ? Mériter son futur cancer de la peau ?

      Supprimer
    5. Bronzer, c'est mourir un peu.

      Supprimer
    6. Bronzer, c'est renier sa couleur! (blague pas très drôle)
      Sinon, anecdote sur l'intelligence supposée de certaines de leurs femmes, pas voilées cette fois-ci, mais plutôt acquises à la cause consumériste.
      Un samedi après-midi, plein soleil, deux nanas fumant un joint dans un parc public, et qui se mettaient de l'huile pour bronzer. Mais pas de l'huile solaire, non.
      De l'huile d'olive!!!

      Eh, futées les filles!
      Rendez-vous dans 5 ans au service dermatho dans l'hôpital le plus proche.

      Supprimer
  27. Et pourquoi pas un logement social dans la mosquée?

    RépondreSupprimer
  28. Vous avez le chic pour choisir de bonnes images.

    RépondreSupprimer
  29. Sinon je crois que les Comores sont libres...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.