vendredi 21 septembre 2012

Le droit de vote des étrangers ou la sottise des 77 socialistes


« (…) Autre argument qui déchire, niveau pertinence : les étrangers résidant en France se fendent d’une « égale participation à l’impôt, qui reflète plus que tout leur appartenance à la République ». Français non imposables, tenez-vous le pour dit ! Votre « appartenance à la République » n’est plus très assurée. Vos droits civiques non plus.
 
« Lecteurs, ne riez pas. Sauf si c’est la seule alternative pour éviter de chialer. Décortiquons plutôt ce curieux syllogisme. Selon les signataires de l’appel, il serait intolérable que des étrangers qui payent des taxes sur notre sol soient exclus de la participation à la vie collective. Allons bon ! Nous voilà donc passés du très politique « un homme, une voix » – qui concernait les seuls citoyens – au très économique « tu payes, tu votes ». Ça faisait longtemps qu’on n’avait plus lu plaidoyer plus émouvant en faveur du suffrage censitaire. C’est désormais chose faite. (…) »

Le billet est à lire chez la belle Coralie.

24 commentaires:

  1. « (…) Autre argument qui déchire, niveau pertinence : les étrangers résidant en France se fendent d’une « égale participation à l’impôt, qui reflète plus que tout leur appartenance à la République ». Français non imposables, tenez-vous le pour dit ! Votre « appartenance à la République » n’est plus très assurée. Vos droits civiques non plus.

    Je viens d'aller répondre chez votre Coralie. C'est surtout sa remarque qui manque de pertinence. Comme d'habitude, elle tombe dans le panneau, comme tous ceux que cet argument irrite : faut-il le dire, il n'y a pas que l'impôt sur le revenu en France. On veut faire des analyses et puis vlan, on se fait un croche-pattes... C'est ballot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, on attendra que la dame le valide…

      Je crois que la remarque aux sujet des Français non imposables relève de l'humour, mais je peux me tromper. Cela étant, cela n'enlève rien au fait que, pour les signataires (et pour d'autres), le droit de vote serait tout de même lié à l'impôt, ce qui signe une formidable régression historique.

      Supprimer
    2. Ah mais là, on est d'accord, c'est un argument de merde. La seule question, c'est de se demander : pense-t-on oui ou non que les étrangers sont des citoyens à part entière avec tout ce que cela comporte ? Il n'y a pas d'autres questions. Je n'arrive pas vraiment à me décider sur un avis. En même temps, je suis assez gêné par le fait que quiconque puisse voter à quelque élection que ce soit et rentrer chez lui - dans son pays - 3 mois plus tard pour y faire je ne sais quoi. Vouloir adopter une autre nationalité que la sienne, c'est un acte fort - qui devrait l'être en tout cas - et il me semble que le droit de vote doit aller avec. Et puis, franchement, ça crée des électeurs de 2ème zone. Pourquoi les élections locales uniquement ? C'est bien que l'on considère que la question pose un problème éthique non ? Voilà voilà...

      Supprimer
    3. « Les étrangers sont-ils des citoyens à part entière ? »

      Vous ne voyez vraiment ce que cette question a d'absurde ? De fortement aporique ? C'est comme si je demandais : les Indonésiens sont-ils des Français comme les autres ?

      Supprimer
    4. "Faut-il le dire, il n'y a pas que l'impôt sur le revenu en France."

      Donc, votre argument, c'est que dès qu'on paye un impôt quel qu'il soit dans quelque pays que ce soit (car il n'y a pas de raison que cela ne touche que la France, n'est-ce pas ?...), on devrait acquérir automatiquement la nationalité de ce pays ?

      Autrement dit, je traverse la frontière italienne, je bois un expresso au comptoir, et hop ! je suis italien ? Je vais faire du tourisme en Suisse, j'achète ma vignette autoroutière à la frontière, et hop ! je suis suisse ?

      Vous vous foutez de la gueule de qui, exactement ?

      L'impôt n'est pas la contrepartie de la citoyenneté. Il est la contrepartie de la résidence (y compris temporaire : les touristes ne sont pas exmeptés de TVA, que je sache, sauf de façon très marginale et très complexe).

      Autrement dit, vous nous expliquez que sitôt qu'un étranger pose le pied dans un autre pays que le sien, il devrait acquérir la nationalité de ce pays.

      Autrement dit, vous nous expliquez que vous voulez abolir la citoyenneté, abolir les nations.

      Si tout le monde peut obtenir la nationalité d'un pays, alors ce pays n'existe plus.

      Il est quand même ahurissant qu'il faille enfoncer de telles portes ouvertes.

      Supprimer
    5. Lier le droit de vote à l'impôt ne serait pas totalement idiot. Chaque fos qu'on paie un impôt, quel qu'il soit, on acquiert des points-votes crédités sur une carte à puce. Au moment du vote, le super ordinateur pondèrerait votre vote en fonction des impôts que vous avez payés. Cela permettrait de proportionner la participation au débat public et la contribution aux charges publiques et d'éviter que les riches, minoritaires, se fassent piquer leurs sous par les pauvres majoritaires. Effectivement, à terme, la démocratie pure n'est rien d'autre que le vol. Maintenant , la question est de savoir si on étend également ce système de pondération aux étrangers. Compte tenu des impôts qu'ils paient, le risque ne me parait pas énorme. Mais compte tenu de l'état lamentable dans lequel se trouve le sentiment de citoyenneté, il n'est peut-être pas indispensable d'en rajouter une couche.

      Supprimer
    6. Après Jeanne Mas, cher Didier, et sauf demande expresse de votre part d'abstinence de commentaire -vous pouvez d'ailleurs modérer-, je citerai donc Lavoine (ou un autre, je ne sais plus. On a la culture qu'on peut, hein...^_^) :

      Les hommes sont des femmes comme les autres.

      Cela ne vaut pas mieux, je sais. Contrairement à Dorham, je ne trouve pas que le droit de vote accordé aux étrangers résidants en France soit une bonne chose. Que ce soit une proposition socialiste ne plaide cependant pas en faveur de cela. Ça aurait plutôt l'effet inverse, d'ailleurs.

      Bonne fin de semaine.

      Supprimer
    7. "Donc, votre argument, c'est que dès qu'on paye un impôt quel qu'il soit dans quelque pays que ce soit (car il n'y a pas de raison que cela ne touche que la France, n'est-ce pas ?...), on devrait acquérir automatiquement la nationalité de ce pays ?"

      Hein ? vous avez peut-être écrit trop vite votre commentaire Marchenoir... Ou peut-être que vous fumez de la beuh à vos heures perdues ?

      Supprimer
    8. Par ailleurs, ce serait une bonne chose, effectivement, de redécouvrir les vertus du suffrage censitaire. Mais cela ne veut pas dire qu'il suffirait de payer des impôts pour devenir citoyen ! Cela veut dire qu'il faudrait être français, et payer des impôts de façon significative.

      Cela mettrait fin à la situation de guerre civile latente qui est induite par notre système fiscal, lequel permet à un citoyen sur deux de vivre sur le dos du second, sans payer d'impôts sur le revenu.

      Il est stupide de donner le droit de vote à 50 % de la population, puis de l'inciter immédiatement à réclamer l'augmentation des impôts dont elle est elle-même protégée, à seule fin d'en recueillir, elle, les bénéfices.

      C'est une recette pour le non-vivre-ensemble et la destruction du lien social. Il n'y a même pas besoin des zimigris pour cela.

      Avec les zimigris, la perversité du système est encore plus grande, naturellement :

      - Les gauchos ouvrent grand les portes à l'immigration ;

      - Ils obligent les Français à héberger à côté d'eux, contre leur gré et à leurs frais, un peu moins de 25 % d'immigrés (loi SRU sur le logement prétendu social) ;

      - Ils leur donnent le droit de vote pour leur permettre de perpétuer ce privilège ;

      - Une fois devenus "français", ils pourront exiger par leur vote que les vrais Français continuent à financer leur existence par l'impôt sans y être eux-mêmes soumis.

      Au fur et à mesure que j'écris cela, je me dis que les enragés de Fdesouche qui réclament que l'on pende des politiciens dans la rue n'ont pas forcément tort.

      Supprimer
    9. Ce qui va être beau, c'est qu'on pourra avoir la nationalité française à partir du moment où l'on perçoit l'AME.
      Un délire, c'est comme un train. Ca en cache toujours un autre.

      Supprimer
    10. Hein ? vous avez peut-être écrit trop vite votre commentaire Marchenoir... Ou peut-être que vous fumez de la beuh à vos heures perdues ?

      Surtout ne vous gênez pas pour dérouler votre brillante argumentation, Dorham. Enfin, si vous en avez une.

      Allez-y, expliquez-nous toute cette histoire d'impôt sur le revenu et pas sur le revenu, et le rapport avec la nationalité française. On vous écoute.

      Supprimer
    11. J'ai écrit que lier l'impôt au vote était une connerie. Il faudrait penser à déciller, Robert. D'où je pense que vous fumez de la marie-jeanne.

      Supprimer
  2. c'est bien ça de faire payer ceux qui payent l'impôt parce que le russe qui va claquer 500 000 euros chez Vuitton et qui donc lâche pas loin de 100 000 euros en TVA et puis ensuite qui va à Cannes faire le plein de son yacht, il doit en lâcher pas mal en taxe, il devrait bien avoir le droit à une bonne dizaine de voix pour contribution exceptionnelle à l'impôt...

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que le problème ici c'est de penser que quelqun qui veut participer au destin de la cité puisse être un étranger.
    Soit l'individu veut réellement participer à ce destin, et dans ce cas, il doit devenir français, soit il ne veut pas, et dans ce cas, il reste un étranger qui dispose donc de droits mais pas des mêmes droits que les autres.

    RépondreSupprimer
  4. @ Dorham
    "Pourquoi les élections locales uniquement ?"
    Et pourquoi s'il a le droit de vote, n'aurait-il pas pas le droit de se présenter à l'élection et d'être élu ?

    RépondreSupprimer
  5. Quand on voit comment est entrain de tourner le monde, que la France donne du fric à tout va à n'importe qui, qu'on nous bassine avec le manque d'argent dans les caisses de l'Etat, je ne vois pas très bien pourquoi il faudrait qu'on nourrisse encore plus de bouches.
    Ces thèmes sont lâchés par Hollande afin que les journaux en parlent, et qu'il puisse se faire une opinion peut-être plus solide qu'avec un sondage partisan.

    RépondreSupprimer
  6. Message d'un avocat (Maître Collard)

    Bonjour, Comme le démontrent les lignes qui suivent, j'ai été contraint de prendre conscience de l'extrême difficulté à définir ce qu'est un infidèle. Choisir entre Allah ou le Christ, alors que l'Islam est de loin la religion qui progresse le plus vite en notre pays. Le mois dernier, je participais au stage annuel de remise à niveau, nécessaire au renouvellement de mon habilitation de sécurité dans les prisons. Il y avait dans le cursus une présentation par quatre intervenants représentant respectivement les religions Catholique, Protestante, Juive et Musulmane, expliquant les fondements de leurs doctrines respectives. C'est avec un intérêt tout particulier que j'attendais l'exposé de l'Imam. La prestation de ce dernier fut remarquable, assortie d'une projection vidéo. À l'issue des présentations, vint le temps des questions/réponses, et lorsque ce fut mon tour, je demandai : « Je vous prie de me corriger si je me trompe, mais j'ai cru comprendre que la majorité des Imams et autorités religieuses ont décrété le Jihad (guerre sainte), à l'encontre les infidèles du monde entier, et qu'en tuant un infidèle (ce qui est une obligation faite à tous les musulmans), ceux-ci sont assurés d'aller au paradis. Dans ce cas, pourriez-vous me donner la définition de ce qu'est un infidèle ? » Sans rien objecter à mon interprétation et sans la moindre hésitation, l'Imam répondit : « un non musulman » !!! Je rétorquais : « Alors, permettez-moi de m'assurer que j'ai bien compris : L'ensemble des adorateurs d'Allah doivent obéir au commandement de tuer quiconque n'appartient pas à votre religion, afin de gagner leur place au paradis, n'est-ce pas ? » Son visage qui affichait jusqu'alors une expression pleine d'assurance et d'autorité se transforma soudain en celui d'un garnement surpris la main dans le pot de confiture !!! C'est exact rétorqua-t-il dans un murmure. Je repris : « Eh bien, j'ai beaucoup de mal à essayer de m'imaginer le Pape Benoît XVI exhortant tous les Catholiques à massacrer vos coreligionnaires ou le Pasteur Stanley en faisant autant pour garantir aux Protestants une place au paradis. L'Imam se retrouva sans voix ! Je poursuivis : j’ai également des difficultés à me considérer comme votre ami, lorsque vous-même et vos confrères incitez vos fidèles à m'égorger ! » Juste une autre question : « Choisirez-vous de suivre Allah qui vous ordonne de me tuer afin d'obtenir le paradis, ou le Christ qui m'incite à vous aimer afin que j'accède, moi aussi au paradis, parce qu'il veut que j'y sois en votre compagnie ? » On aurait pu entendre une mouche voler, tandis que l'Imam demeurait silencieux. Inutile de préciser que les organisateurs et promoteurs du séminaire de formation à la diversification n'ont pas particulièrement apprécié cette façon de traiter le ministre du culte islamique et d'exposer quelques vérités à propos des dogmes de cette religion. Au cours des trente années à venir, il y aura suffisamment d'électeurs musulmans en notre pays pour installer un gouvernement de leur choix, avec l'application de la Sharia en guise de loi. Il m'apparait que tous les citoyens de ce pays devraient pouvoir prendre connaissance de ces lignes, mais avec le système de justice et de médias libéraux combinés à la mode démente du politiquement correct, il n'y a aucune chance que ce texte soit largement publié. C'est pourquoi je vous demande de le diffuser à tous les contacts de votre internet. Gilbert COLLARD














    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "J'ai ici une enveloppe..."

      Gilbert COLLARD

      Supprimer
  7. Le droit de vote concernerait les étrangers en situation légale qui habitent en France depuis cinq ans au moins, si j'ai bien compris. Pour faire une demande de nationalité française, il faut cinq ans aussi. Ce droit de vote concernerait donc le même type de population, et serait décerné également à ceux qui deviennent français parce qu'ils l'ont voulu (là, pas d'ambiguïté) et à ceux qui ne désirent pas devenir français, sans ambiguïté non plus. On pourrait envisager pour les seconds un autre système qui leur permettrait de se faire entendre style "consultation électorale catégorie étrangers" ou cahiers de suggestions, revendications et doléances. ça n'en ferait pas des citoyens de seconde zone, dans la mesure où ce sont eux qui font le choix de rester étrangers.

    RépondreSupprimer
  8. Merci Mildred.
    En effet, quel aveu. Un prétendu modéré qui avoue, sans complexe, qu'un bon muslim est un assassin,
    il y a de quoi avoir peur. J'ai trouvé que l'interdiction de port de tout signe extérieur de croyance,
    dans les endroits publics, était une chose plutôt intelligente, à l'heure où ils s'affichent tout en provocation.
    J'avoue avoir fait une indigestion de tous ces voiles et barbes, et tente d'éviter les quartiers, comment dire,
    un peu trop "pop".

    RépondreSupprimer
  9. " les étrangers résidant en France se fendent d’une « égale participation à l’impôt, qui reflète plus que tout leur appartenance à la République » "

    Héhé ! On aura noté que le fait de s'acquitter de l'impôt génère de facto leur appartenance à la république, pas au peuple français. Merci, ça tombe sous le sens, mais c'est parfois bon de le rappeler. La carte n'est pas le territoire et la république ne sera jamais la France.

    RépondreSupprimer
  10. Il faut que ça marche aussi à l'envers : si on a le droit de vote parce qu'on paie des impôts, on ne l'a plus lorsque l'on en paie pas… ça va faire plaisir à la moitié de français qui ne paie pas d'impôts.

    RépondreSupprimer
  11. 1) Les photos de ces horribles mains jaunes, et surtout de leurs slogans, me font peur. Je précise que ce qui me fait peur, c'est la rage meurtrière que je sens monter mais que je dois juguler. Et cette rage meurtrière serait principalement dirigée contre toutes ces ... du parti socialiste qui ont créé cet instrument de guerre civile qu'est SOS racisme.
    2) La manière dont le débat est posé est aussi pipé est vicié que pour la dénaturation du mariage.
    Dorham, sans offense, mais vous-êtes vous relu après avoir écrit cette abysse d'illogisme "les étrangers sont-ils des citoyens à part entière?" Vous ne croyez pas qu'il y a comme un problème?

    Popeye

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.