samedi 15 septembre 2012

Les idéologies sur l'autel de l'amitié

À Nicolas, pour emmerder certains…

Poursuivant ma lecture d'Isabelle ou L'arrière-saison, de Jean Freustié, cet écrivain incestueux et malsain mais heureusement mort, je tombe sur ce paragraphe, à la page 190 de l'édition originale (La Table ronde, 1970) :

« C'est curieux, pensait-il, à quel point dans les vieilles amitiés, les idéologies comptent peu. André et moi, nous sommes le jour et la nuit, noun ne nous entendons sur rien, pas même sur des goûts littéraires, parce que nos interprétations partent d'une conception du monde différente. Et malgré tout persiste cette chaleur en comparaison de laquelle les idées apparaissent comme un acquis un peu inutile, inapplicable en tout cas à une personne pourvue d'un vrai visage, parfaitement définie et que nul discours ne pourra jamais convertir. »

J'ajoute que ce roman est effectivement, comme le disait P/Z en commentaire il y a quelques jours, une superbe réussite, subtile, ondoyante et d'une grande sensibilité, à mille lieues de l'abjecte et sotte caricature qui en fut donnée par qui-vous-savez. J'y reviendrai sans doute dès que j'en aurai terminé la lecture.

25 commentaires:

  1. Un lien, bordel ! (avant qu’il le dise).

    RépondreSupprimer
  2. Vous voilà conforté dans votre amitié avec Nicolas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups !!
      J'avions pas vu:
      À Nicolas, pour emmerder certains…

      Supprimer
    2. On est surtout conforté dans l'idee que Fredi est con comme une une bite. Et que c'est un connard fini : il reproche une amitié.

      Supprimer
    3. Vous êtes définitivement un grand malade. Où voyez-vous que je lui reproche une amitié ?

      Supprimer
  3. Ça marche aussi en amour. La femme de ma vie avec qui j'ai passé 20 années de ma vie, que j'aime encore éperdument malgré la séparation, est socialiste. Nos goûts littéraires, musicaux, cinématographiques, etc. sont aux antipodes. Et pourtant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marc Assin-Desbois15 septembre 2012 à 15:11

      Elle s'est taillée.

      Supprimer
    2. Non, c'est moi qui ait mis fin à notre couple. Les nuages s’amoncelaient, la vie devenait pesante, les enfants souffraient de ce climat lourd. Je ne voyais pas d'issue possible. J'ai donc pris les devants pour éviter d'en arriver là où finissent certains couples qui se déchirent et se disputent les gamins. Depuis, nous nous voyons régulièrement, nous sommes restés en très bons termes. Elle a refait sa vie avec quelqu'un, moi non. Je l'aime. Je sais que cela peut paraître étrange de nos jours, mais je suis quelqu'un de foncièrement fidèle, indéfectiblement. Trop vieille France certainement pour cette misérable époque.

      Supprimer
  4. À la lecture de ce billet, je tiens à préciser qu'entre Didier et moi, c'est purement sexuel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui fait la femme ? Celui qui a le moins de poil et le plus de graisse ?

      Supprimer
  5. Ce n'est pas que je veuille mettre le boxon, mais c'est plutôt une idée de "droite", non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui.
      Y'a pas plus tolérant qu'un réac.

      Supprimer
    2. P/Z: Le loup et le chien est bien une ode à la liberté et rien d'autre.

      De ce que vous voyez est peut-être la cause.
      - Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
      Où vous voulez ? - Pas toujours ; mais qu'importe ?
      - Il importe si bien, que de tous vos repas
      Je ne veux en aucune sorte,
      Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. "
      Cela dit, maître Loup s'enfuit, et court encor.

      Supprimer
    3. Bien entendu...mais la question que je me pose est celle de la "véracité" du discours du chien. Croit-il en ce qu'il dit ?
      (je crains que notre échange n'échappe en partie aux invités de Didier)

      Supprimer
    4. Ma fois le discours du chien est très crédible: la majorité de nos concitoyens pourraient le tenir si seulement ils sentaient encore le collier.

      Supprimer
  6. Je dirais plutôt que la majorité de nos concitoyens tiennent ce discours parce qu'ils sentent le collier mais qu'"ils reconnaissent avoir au moins encore un pouvoir, en dépit de leur faiblesse : le pouvoir de faire mal."
    Pour ceux que ça intéresse notre échange renvoie à une courte analyse de la fable de La Fontaine :
    http://ruinescirculaires.free.fr/index.php?2012/03/17/574-le-loup-et-le-chien#co
    (mais peut-être abusons nous de l'hospitalité du maître des lieux)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (mais peut-être abusons nous de l'hospitalité du maître des lieux)

      Ce ne serait pas la première fois.

      Supprimer
  7. Koltchack, il devrait se remarier avec un CRS!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et Ludovic12 avec Rosaelle22…

      Supprimer
    2. Ludovic, mon joli, je l'ai déjà dit et ne cesserait de le répéter : "vous êtes une synthèse".

      Supprimer
  8. C'est peut-être un peu cruel mais :
    "Se faire des amis est une occupation de commerçants, se faire des ennemis en est une d’aristocrate."
    Henry de Montherlant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le genre phrase à la con, celle-ci se pose là.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.