vendredi 14 septembre 2012

Le petit air de flûte de Dame Euterpe

Dame Euterpe s'apprêtant à se tortorer un nazillon tombé de son blogonid

J'ai beau avoir l'air, parfois, de me moquer de Juan Sarkofrance, je dois reconnaître qu'il n'avait pas mérité ça : héberger Dame Euterpe chez soi, c'est comme voir un camp de Roms s'installer au fond de son jardin, peut-être même pis. Je vous livre in extenso le dernier commentaire qu'elle a laissé chez ce malheureux – c'est un peu long mais ça en vaut la peine :

Pour ce qui est des excès que l'on me prête, ils surprennent et choquent à cause de la prégnation culturelle à la francaise. En France, une femme se doit d'être réservée et si elle subit une agression elle doit l'IGNORER. A la femme de s'effacer d' - ignorer - les intimidations et autres formes d'empiétement de son espace. Pourtant quand une armée attaque une citadelle, on ne va pas dire aux habitant.e.s de celle-ci : ignorer ou soyez très très gentil.le.s avec vos assaillants comme cela il ne vous feront rien. Cela semblerait du dernier ridicule. Cela n'empêche pas que l'on demande en particulier aux francaises de faire les douces et les gentilles et de prendre le moins de place possible. Seules peuvent s'étaler les femmes qui le font en défense d'un homme (cf : Suzanne la spécialiste du gâteau de Savoie qui- n'est-quand-même-pas-si bon-que-celui-du-pâtissier (une vraie allégorie de mon propos)). Alors là où on utilise le mot "con" à tour de bras (ce que l'on fait tout le temps et partout), j'utilise le mot "couille" et oh surprise les machos n'aiment pas et les femmes qui voient l'une d'entre elle briser la règle de la douceur et de l'effacement s'offusquent. Ils/elles préfèrent que l'on emploie l'insulte convenue faisant référence au sexe féminin (on est habituées hein !). Les plus machos sentent l'effet que cela fait et cela ne leur plaît pas, bien sûr. Les non-machos par contre comprennent parfaitement ma démarche. Car ca aussi c'est de l'engagement. Je ne sais pas si vous avez remarqué mais n'y a toujours pas de loi interdisant le sexisme. On n'a pas le droit de comparer les noirs à des singes car une loi l'empêche, par contre on peut utiliser sans problème des hyènes pour représenter des femmes (dans la publicité par ex.). Tant qu'il n'y a pas de mesures protégeant les femmes contre le sexisme, il faut bien desciller les yeux des femmes et des hommes avec les moyens du bord. Et si mes contradicteurs s'amusent de moi, je m'amuse encore plus d'eux (ils ne s'amusent pas en fait, ils enragent comme l'a fait remarquer coup de grisou). En tout cas, votre intervention prouve autant que la leur à quel point mon attitude non-orthodoxe fait voler la poussière mentale qui encrasse les esprits.

À part mettre ce poulet en italique, je n'ai évidemment rien touché de sa prose : la prophylaxie n'est pas un vain mot. Donc, voilà, nous avons ici affaire à une sorte de Madame Mime 2.0 qui pense faire œuvre de féminisme de combat en traitant les gens de couilles plutôt que de cons. Ce faisant, elle “brise les règles” et interpelle au niveau de leur vécu aliénant les pauvres femmes qui, bien entendu, ne “s'offusquent” nullement de ses testiculaires dérapages mais se contentent de se foutre de sa poire. Elles ont tort puisque, de la part de Madame Mime 2.0, il ne s'agit nullement d'un léger coup de surchauffe mais d'une démarche.

Ensuite, parce que sa connaissance de sa propre langue est assez approximative, notre héroïne se met à dire à peu près n'importe quoi. Par exemple ceci : On n'a pas le droit de comparer les noirs à des singes car une loi l'empêche. C'est faux : il est parfaitement licite de comparer les noirs (ou les blancs ou les jaunes ou les lampadaires) à des singes ; ce qui ne l'est pas, c'est de les assimiler à des singes. Mais, évidemment, tous les moyens sont bons à qui s'est donné pour tâche de faire “voler la poussière mentale qui encrasse les esprits”.

Pour atteindre au clou de ce petit spectacle, il faut remonter un peu plus haut dans ce qu'on n'ose qualifier de texte. Jusqu'à ceci : Pourtant quand une armée attaque une citadelle, on ne va pas dire aux habitant.e.s de celle-ci : ignorer ou soyez très très gentil.le.s avec vos assaillants comme cela il ne vous feront rien. Cela semblerait du dernier ridicule. En effet, cela semblerait. Néanmoins, c'est bien ce que nous serinent tous les Rosaeux qui se traînent dans le paysage, dès qu'il est question d'islam et d'immigration massive (je rétablis la phrase en français d'avant) : « Ignorez ou soyez très gentils avec vos assaillants, comme cela ils ne vous feront rien. » C'est très précisément le sens premier, et même le seul, du mot qu'ils aiment tant : islamophobie.

En attendant, on aura tout de même ri un peu.

115 commentaires:

  1. « On n'a pas le droit de comparer les noirs à des singes car une loi l'empêche. » De toute manière, une loi ne peut jamais "empêcher" quoi que ce soit, mais elle peut l'interdire, c'est déjà pas mal. Si les lois empêchaient, ça se saurait, depuis le temps. Il suffirait par exemple de voter contre la connerie, et Nicolas Premier n'existerait plus, ce serait épatant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très juste ! j'aurais dû le noter…

      Supprimer
    2. Si vous le notez, ne prenez pas le même exemple que Georges. Ou alors avec des liens vers mes quatre blogs, pour les classements.

      Supprimer
    3. Tout à fait d'accord surtout avec la dernière phrase.

      Supprimer
    4. Je suis le seul de permanence, ici ? Parce que si elle se met répondre à chaque commentaire, on n'est pas couchés.

      Supprimer
    5. "Tout à fait d'accord surtout avec la dernière phrase" c'était une réponse à Georges, bien sûr !

      Tiens j'en profite pour dire à Poussinet : félicitations ! Vachement ressemblante l'image. C'est tout à fait moi ! Tu es devin ?

      Supprimer
  2. Je ne suis pas un intellectuel réactionnaire : je refuse de lire plus de deux lignes du commentaire d'Euterpe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez tort : il vaut le jus.

      (Du reste, je suis sûr que vous l'avez lu…)

      Supprimer
    2. Tiens ! Je n'avais pas vu votre réponse. La réponse est : non. Je n'ai pas lu (chacun ses centres d'intérêts, bordel ! Je peux lire un document de 300 pages décrivant l'utilisation d'une carte à puce dans le réseau MasterCard. Je vous jure que c'est plus facile qu'un commentaire de cette tarée).

      J'ai lu vos conneries en dessous, par contre, mais c'est un réflexe.

      Supprimer
  3. Elle est moins créative que Rosaëlle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. Son blog est même à périr d'ennui. En revanche, quand elle est chez les autres, quel feu d'artifice de sottise et d'agressivité sans objet !

      Supprimer
    2. Merci de ne pas comparer les deux. Rosa n'a jamais menacé de m'arracher les couilles et est charmante avec moi. En outre, elle a un positionnement politique tout à fait normal (d'ailleurs elle a probablement voté pour le président normal dès le premier tour, pas pour Florence Artaud...).

      Sur l'échelon de Euterpe, il y a elle et quelques féministes comme Sarkofrance d'un côté et les nazis de l'autre.

      Supprimer
    3. Florence Arthaud a proposé sa candidature aux élections présidentielles ?

      Je savais que le bateau France prenait l'eau, mais à ce point là...

      Supprimer
    4. Force est de constater, qu'elle fait passer Rosaelle pour quelqu'un de gai et agréable (en plus elle a posté une demi ligne toute à fait intelligente dans le fil de ces commentaires, deo gratias). En fait Euterpe est la moche de Rosaelle. Cela lui fait au moins une qualité.

      Supprimer
    5. Elle est moins créative que Rosaëlle (Suzanne)

      C'est parce que vous ne connaissez pas son autre blog (collectif et fleurant bon l'asile d'aliénés) que vous dites ça.

      Un petit échantillon pour se mettre en bouche ?

      Et à propos d'amazones, est-ce que le taulier est content de sa liseuse ?

      Supprimer
    6. Je reviens d'une visite en terre étrange. La pauvre est complètement allumée.

      Il y a quand même un truc rigolo, la photo en haut de la colonne de droite où on peut voir quelques débiles légères affublées d'une fausse barbe. Ca m'a rappelé ce passage du film des Monty Python, "La vie de Brian", qui se passe en Judée. Les femmes portent postiches afin de pouvoir participer aux lapidations interdites aux femmes : http://mademoiselledupetitbois.files.wordpress.com/2011/09/barbeabrian.jpg

      Supprimer
    7. Tiens la mâlitude a trouvé un sujet de couilleversation. Il y a du joli monde : les mencheviks et les bolcheviks font alliance contre l'ennemi commun. Taratata !


      Personne n'a jamais menacé Nicolâne la victime de lui arracher les couilles qu'il n'a pas.


      C'est toi le petit oiseau Poussinet ? Que c'est craintif ce nazillon ! C'est pour cela qu'ils restent groupés : ils se voient comme des tous petits poussinets.
      Je suggère une thérapie au LSD (i lfaut au moins cela).

      Supprimer
    8. Et surtout moins que Suzanne mais elle est trop modeste pour le dire elle-même alors je me dévoue

      Supprimer
    9. "Et surtout moins que Suzanne mais elle est trop modeste pour le dire elle-même alors je me dévoue" :C'était une réponse à "Elle est moins créative que Rosaëlle" (il est mal foutu ce blog).

      Supprimer
  4. Cela nous fait rire,mais quand il s'agit de côtoyer une Eutherpe dans sa famille ou son entourage...Faire disparaître un corps n'est pas tâche si facile.
    rocardo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai de la chance : ma famille est (plus ou moins) épargnée.

      Supprimer
    2. A Anonyme: encore faudrait-il avoir accès à ce corps. Mais Poussinet vous a déjà donné le signalement, alors...c'est bon.

      Supprimer
  5. Normalement, quand on joue du pipeau, au moins c'est agréable aux oreilles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans compter qu'il y a différentes façons, pour une personne du sexe, de jouer de cet instrument-là.

      Supprimer
    2. A Marchenoir : ca dépend qui en joue

      Supprimer
  6. Lu chez l'amiral, où la joueuse de flûte a livré bataille il y a peu (contre des "cojones de nazis", cela va de soi).

    Lorsque qq'un l'a comparé à rosaelle:
    "Rien à voir avec Rosaelle qui cause d’un peu de tout". Hum, hum...

    Lorsque Jégoun s'est essayé à l'humour avec elle:
    "Décidemement il n’y a que Juan que je ne traiterai jamais de couille.
    Il y a les couilles et il y a les hommes".
    Toi Nicolâne, tu n’es rien qu’une couille et tu ne resteras jamais qu’une couille".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euterpe et Rosaelle ne peuvent pas se supporter, c'est visible comme une croix gammée sur le poitrail d'un nauséabond. Mais, parfois, quand le péril brun se fait par trop menaçant, il y a alliance sacrée momentanée…

      Supprimer
    2. Tout de même, une personn(e) qui invente "Nicolâne" mérite tout de même d'être lue. Il lui reste un solide fond de clairvoyance !

      Supprimer
  7. Ce qui est surtout fascinant chez ces exemplaires d'homo post-modernus simplex, c'est cette aptitude à créer à l'infini des groupes, sous-groupes, infra-groupes. Tous disposant comme il se doit d'une identité qui leur est propre, qui les différencient du magma humain, les sauvant de fait de ce que vit le commun des mortels et qui bien sûr doit déboucher sur l'obtention de droits particuliers. Généralement, ils passent leur temps à fustiger je ne sais quel manifestation fasciste à leur endroit, qui se manifesterait par une forme particulière de phobie, alors qu'à travers cette course aux droits particuliers ils ne rêvent qu'à devenir de nouveaux et modernes über-mensch.

    Le féminisme n'échappe pas à cette manie. Et pour m'être un temps penché sur la production de ces bas-bleus, j'ai fini par conclure qu'elles étaient toutes aussi frappées que les autres. Avec en plus, parce qu'il faut bien marquer son territoire, des manies d'écritures particulièrement horripilantes. J'en veux pour preuve cette imbécillité : "habitant.e.s ". Certaines poussent même le vice jusqu'à mettre le "e" en majuscule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous dites ça parce que vous êtes une saloperie de macho réac, absurdement attaché à une syntaxe et une orthographe totalement obsolètes.

      Supprimer
    2. C'est vrai. J'avoue, je fais mon autocritique. Je suis effectivement attaché à tous ces carcans bourgeois oppresseurs qui n'ont d'autre but que de brimer la créativité et bien sûr d'enfermer les hommes et les femmes dans des catégories afin de mieux les contrôler. Macho réac, oui, jusqu'au bout des ongles. A tel point que je me sens obligé de recourir à ces marques de respect venues d'un passé décadent, telle que tenir la porte ouverte pour laisser passer une femme, pour mieux leur faire ressentir que la place qu'elles tiennent dans la société est inférieure à celle que j'occupe, du fait de mon statut de mâle.

      Supprimer
    3. Vous serez tondu à la libération !

      Supprimer
    4. @Koltchak91120
      J'allais de même relever cette fascinante habitude des militants de gauche, qui consiste à nous indiquer le féminin de tous les adjectifs voire des substantifs qu'ils emploient, au cas où le lecteur serait suffisamment stupide pour s'imaginer que le texte s'adresse aux mâles exclusivement.

      Supprimer
    5. Alors là venant d'un méger, d'un harpi, d'un haranger et d'un misogyn, ce genre de remarque ne vexera pas grand-monde. (smilette).

      Supprimer
    6. Rien compris à cette histoire de Gâteua de Savoie, bien que je ne doute pas de vos compétences culinaires Suzanne ?

      Supprimer
    7. gâteau, pardon; je faisais allusion au début du commentaire

      Supprimer
    8. Je crois que j'ai déjà posté ce texte mais je ne résiste pas au plaisir de le partager de nouveau !
      Il est d'Alain Finkielkraut in L'Imparfait du Présent, chapitre "Nos ancêtres, les Gauloises".

      Maître corbeau et Maîtresse Corneille sur un arbre et sur une haute futaie perché et perchée
      Tenaient en leur bec et en leur cornée un fromage et une tasse de crème fraîche.
      Maître Renard et sa compagne par l’odeur alléché et alléchée
      Leur tiennent à peu près ce langage et leur disent ces paroles.
      « Et bonjour, et bonne journée, Monsieur du Corbeau et Madame de la Corneille
      Que vous êtes joli ! Que vous êtes jolie ! Que vous me semblez beau et belle.
      Sans mentir, si votre ramage et votre ritournelle
      Se rapportent à votre plumage et à votre livrée
      Vous êtes le phénix et la phénixette des hôtes de ces bois et de ces forêts.
      Geneviève

      Supprimer
    9. Tandis que les ceusses qui s'affublent d'un nom d'amiral menchevik sont tout à fait normaux

      Supprimer
    10. « On n'a pas le droit de comparer les noirs à des singes »

      N'est-ce pas un peu discriminatoire comme formulation ? Ne vaudrait-il en effet pas mieux plutôt dire qu'on n'a pas le droit de comparer les Noir-e-s à des singe-e-s, ou, mieux encore, si l'on n'oublie pas nos amis transsexuels, qu'on n'a pas le droit de comparer les Noir-e-ə-s à des singe-e-ə-s ?

      Supprimer
    11. Athena: le gâteau de Savoie, c'était une métaphore. On parlait des blogs et du plaisir d'écrire, et Elie Arié disait qu'on est toujours content de ce qu'on écrit. J'étais d'accord avec lui, mais je précisais qu'on pouvait s'appliquer à écrire sur son blog sans se prendre pour un écrivain, comme on pouvait faire du bon gâteau de ménage sans se prendre pour un pâtissier professionnel.

      Chieuvrou: Excellent, votre commentaire de 2h 22 !!!!!

      Supprimer
    12. belle analogie en effet

      Supprimer
  8. La Muse devrait arrêter de nous traiter de nazis. C'est tout simplement faux ! Nous ne sommes PAS socialistes, bon sang !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, d'ailleurs, je me demande si ça ne tomberait pas un peu sous le coup de la loi, de traiter quelqu'un publiquement de nazi ? On devrait lui intenter un procès à la petite mère des femmes : j'avoue que piquer à Madame Mime un paquet d'argent dont je n'ai nul besoin me ravirait en extase.

      Supprimer
    2. Ca c'est de la faute de Didier et Nicolas qui disent partout que je suis un nazi hirsute (et ouais, je dénonce grave!)

      Supprimer
  9. "Gardienne de camp SS' et "Kapo" pour moi, vous croyez que ça le ferait aussi ? (Et Didier de s'assombrir, merde, s'il faut partager la galette...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, le “segment” commence à être bien encombré.

      Supprimer
    2. "Gardienne de camp SS" : http://www.1kult.com/wp-content/uploads/091002_ilsalalouvedesss.jpg

      Supprimer
    3. A Poussinet et Bidochonne : Essayez toujours ! On ne sait jamais !

      A Cretinus Alpestris : alors "naze" ? c'est mieux ?

      Supprimer
    4. Affublez, madame la Muse, affublez !

      Tous ces sobriquets nous ricochent dessus aussi rapidement qu'une promesse électorale : sitôt dit, sitôt oublié.

      Par contre, un peu d'originalité ne ferait pas de mal. Nous sommes las des nazes, nazis, fascistes, fachos, vichystes, pétainistes, réacs, nauséabonds, xénophobes, racistes et autres islamophobes que l'on entend, à longueur de journée, sur les ondes, à la télé, dans les blogs et dans les universités d'été des partis de gauche.

      Faudrait innover, faudrait se renouveler, faudrait évoluer, faudrait ventiler.

      Je vous promets que cela me ferait terriblement plaisir d'être insulté avec style, c'est tellement rare de nos jours.

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  10. Excellent Monsieur des Alpes. D'où je suis, j'entends encore l'orchestre.

    RépondreSupprimer
  11. Cette sexagénaire a un de ces sex-appeal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli mais je ne suis pas encore sexagénaire néanmoins j'espère le devenir un jour !:)

      Supprimer
  12. Pour ceux qui tenteraient de se faire de la thune sur le dos de la Muse en lui intentant un procès en diffamation, il existe des moyens bien plus juteux et rapides.

    Par exemple : fabricant de drapeaux américains en pays musulmans.

    Fortune assurée ! Ils s'arrachent comme des petits pains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Oui ! Je me souviens de cette vidéo, qui date de quelques années, où l'on voyait un crétin pakistanais, barbu lambda, arroser un drapeau américain d'essence puis y foutre le feu, s'embrasant par la même occasion.

      Le meilleur vidéo-gag de l'année.

      Supprimer
    2. Un peu dans le même genre, j'avais bien aimé, il y a un certain nombre d'années de cela, cette photo de musulmans surexcités brûlant, en guise de drapeau américain, une bannière étoilée frappée d'une sorte de hell's angel juché sur une moto de type shopper, en bref, le genre de sous-merde pour chambre d'adolescents américanolâtres produite par des petits esclaves dans je ne sais quelle filature du sud de l'Asie, telle qu'on en voit sur les marchés entre le portrait de Bob Marley hilare et la gueule de Johnny près d'une tête de chien esquimau aux yeux bleus.

      C'était parfaitement grotesque.

      Supprimer
  13. C'est malin, toute la "la poussière mentale qui encrassait mon esprit" est pas terre…
    et c'est qui qui nettoie?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Demande à la poussière...
      Présentation de l'éditeur
      " Un jour j'ai sorti un livre, je l'ai ouvert et c'était ça. Je restais planté un moment, lisant et comme un homme qui a trouvé de l'or à la décharge publique. J'ai posé le livre sur la table, les phrases filaient facilement à travers les pages comme un courant. Chaque ligne avait sa propre énergie et était suivie d'une semblable et la vraie substance de chaque ligne donnait sa forme à la page, une sensation de quelque chose sculptée dans le texte. Voilà enfin un homme qui n'avait pas peur de l'émotion. L'humour et la douleur mélangés avec une superbe simplicité. Le début du livre était un gigantesque miracle pour moi. J'avais une carte de la Bibliothèque. Je sortis le livre et l'emportai dans ma chambre. Je me couchai sur mon lit et le lus. Et je compris bien avant de le terminer qu'il y avait là un homme qui avait changé l'écriture. Le livre était Ask the Dust et l'auteur, John Fante. Il allait toute ma vie m'influencer dans mon travail. " Charles Bukowski, 1979 --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.
      Quatrième de couverture
      " Que ceux qui aiment Bukowski se précipitent ! Voilà du Bukowski du meilleur cru, dans une traduction parfaite, savoureuse et juste à point de Philippe Garnier, dont on ne vantera jamais assez les mérites ! A vrai dire, ce n'est pas du Bukowski, mais du John Fante, le type qui a influencé et fait verser des larmes d'admiration à Bukowski. Des histoires de loyer qu'on ne peut pas payer, et de bistrots minables où le café est pire que de l'eau de vaisselle. C'est à Los Angeles. C'est triste, c'est génial, c'est plein d'amour et ça se lit d'une traite. Hautement recommandé ! "

      Supprimer
    2. Les mecs à partir de maintenant :)

      Supprimer
    3. "Les mecs à partir de maintenant :)" était une réponse à "C'est malin, toute la "la poussière mentale qui encrassait mon esprit" est pas terre…
      et c'est qui qui nettoie?"

      Supprimer
  14. Je voudrais rappeler aux commentateurs de ce blog, même royaliste, que la loi empêche de stigmatiser Euterpe après 22h. Sauf l'amiral et moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh l'autre ! Je croyais pourtant qu'il avait peur que je lui arrache son absence de couilles !

      Supprimer
  15. Hé ! Mémère, ça n'est pas la peine de démontrer que tu es tarée. On sait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nicolas Ier sait tout, c'est bien connu,

      Supprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  18. 23h33... je vois que tout le monde tombe de fatigue. Franchement, les échanges (?), ou le lynchage, faudrait-il dire, d'Euterpe me semblent du plus mauvais goût (ou Goux). Cela aura eu le mérite de me faire revenir commenter ici. Je lis ton blog Didier, de temps en temps. Je ne commente plus car, souvent, le ton et l'excès qu'on y trouve(il n'y a pas qu'Euterpe qui ose aller loin dans l'invective) allient trop le mépris à une certaine jouissance intellectuelle. Pas ma tasse de thé.

    Qu'elle ait décidé pour réveiller les esprits (oui !) de remplacer "con" par "couille" me semble, non seulement, judicieux, mais, de plus, amusant. Cela te choque ? Ajoutons-lui, si tu préfères, un qualificatif : couille molle. Dans le sud de la France on ne fait pas autant de chichis. Si les uns se traitent de "con", ou invoquent les "putains", voire "putain-con", à tout bout de champ, il n'est pas rare d'entendre ce joli mot valise : "couillon". Car, ma foi, c'est une belle association, celle de la couille et du con. Non ?

    Sur ce, je vais aller me coucher (en charmante compagnie), vous laissant à vos niaiseries de salon littéraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne me choque évidemment pas. Simplement, je trouve cela très… couillon.

      Supprimer
    2. Si Couillon est l'association de couille et con, pourquoi ne pas avoir choisi Couillu, celle de couille et cul ?

      Amike

      Supprimer
    3. Merci lucia mais comme tu peux voir Poussinet a peur et quand lui avoir peur lui devenir méchant.

      Supprimer
    4. @Didier : je crois que sans un peu d'humour (amour ?) le monde serait bien triste. Ce qui m'énerve dans "l'esprit" à la française c'est qu'il confond trop aisément "humour" et "ridiculisation" (cf. le film "Ridicule" de Patrice Leconte).

      @Anonyme/Amike : parce que seule une femme a un con ;)) la mixité, ou le mélange des genres, se voit dans "couillon", pas nécessairement dans "couillu". CQFD (à toi de développer).

      @Euterpe : je crois plutôt qu'il s'amuse, que tout cela est pour lui comme un divertissement... Je constate, une fois encore, que les gens aiment rire aux dépens d'autrui, et que, s'ils peuvent pousser quelqu'un(e), à devoir se défendre, leur plaisir en est accru. Il est vrai que, pour eux, tu représentes un adversaire de taille.

      Bon week-end à tous. La vie m'appelle.

      Supprimer
    5. Un adversaire de taille ? Faudrait voir à ne pas tomber dans l'exagération, Madame Mel !

      Supprimer
    6. @ Monsieur Didier ;) j'ai hésité avec "un adversaire à leur mesure", qui, en fait, convient mieux. Je voulais dire que, d'une certaine façon, Euterpe pratique ce même humour corrosif. (Mel est miel).

      Supprimer
    7. @ lucia mel : c'était déjà très courageux de me défendre mais si en plus tu leur suggères qu'ils ne m'arrivent pas à la cheville, t'es mal :)
      Alors que pourtant sur l'image du billet, Poussinet montre bien quel est le rapport de taille entre lui et moi...va comprendre.

      Supprimer
    8. @Euterpe : la taille... les hommes sont obsédés par cela : la taille (et je ne parle pas que de celle de leur pénis). Nous nous retrouvons nous aussi, femmes, à nous mesurer à leur aune... Comment abandonner tout cela ? En renversant le code des valeurs. Cela semble difficile. Tu l'expérimentes autant que moi à chaque instant. Je n'ai pas ton courage de me confronter au mur des traditions, au mur de nos propres limitations. Je ne comprends pas non plus qu'on te fasse un procès systématiquement... Ainsi va la vie des blogs, mais, heureusement, la nôtre se porte mieux. Je t'embrasse, Lucia.

      Supprimer
  19. Tiens, on dirait que Madame Mime 2.0 a tenté de prendre le pouvoir pendant mon sommeil…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un effet des "poussières mentales qui encrassent son esprit" à n'en pas douter…

      Supprimer
    2. quand je dis "esprit"… je m'avance un peu…

      Supprimer
  20. "a tenté de prendre le pouvoir" : faut pas être trouillard comme ca Poussinet ! Je sais bien que c'est dur quand on n'est qu'un tout petit poussin mais tout de même, il faut se raisonner !

    Tiens, pour le pouvoir : http://lesaventuresdeuterpe.blogspot.de/2012/09/le-macho-tel-quil-se-voit.html

    RépondreSupprimer
  21. Bon une dernière pour la route : quand on publie un billet sur quelqu'une on lui laisse au moins un entier droit de réponse au lieu de verrouiller abruptement ses commentaires par trouille caractérisée. C'est pas très élégant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'avez répondu à rien, vous contentant d'insulter tout le monde et son père. Comme vous le faites un peu partout, du reste.

      Supprimer
    2. toujours très soucieux de la nuance mais incapable de distinguer une moquerie d'une insulte. Bravo.

      Supprimer
    3. Ah ? Nazi, c'est une simple moquerie maintenant ?

      Supprimer
    4. Mais oui ! Je m'amuse ! "Je crois plutôt qu'il s'amuse, que tout cela est pour lui comme un divertissement" m'explique lucia mel plus haut et bien tout cela est pour moi comme un divertissement, tout pareil ! Allons, Poussinet ! Si tu es gai ris donc ! Où est donc passé ton légendaire sens de l'humour ?

      Supprimer
  22. Euterpe a du beaucoup transpirer de la moule pour, entre autres activités ludiques, nous pondre cet avorton.

    Et les "esprits", c'est plus haut, mais on sait bien où les femmes placent le centre de leurs préoccupations.

    RépondreSupprimer
  23. @Never More : (bien choisi le pseudo !) "transpirer de la moule", "pondre un avorton", "l'esprit c'est plus haut"... un problème avec ta mère ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une inclination très féminine que de tenter de tout psychanalyser, selon les bonnes vieilles recettes de "Closer", entre une recette de soufflé et une publicité pour un beaume à lèvres.

      Supprimer
    2. A Never More : Rhooooo ! Qu'il est haineux et mauvaise langue ! Les arroseurs arrosés l'ont mauvaise, on dirait !

      Supprimer
    3. ha ha, très perspicace, merci j'ai bien ri!

      Supprimer
    4. Euterpe, mauvaise langue c'est sûr. Pour le reste votre conclusion parle d'elle même, se suffir à elle même et apparemment vous suffit. Normal.

      Supprimer
    5. Never More : en d'autres termes, je me demande quelle est l'inclination qui pousse à dire de telles choses des femmes : "transpirer de la moule", "pondre un avorton"... et même à se choisir comme pseudo "Never More". (NB : les "beaumes" à lèvres ça n'existe pas).

      Supprimer
    6. Lucia Mel

      Entre bien d'autres : http://www.journaldesfemmes.com/beaute/0611-baume-levres/1.shtml

      Ne vous faites aucune idée, l'image du stick est exagérement grossie.

      Supprimer
    7. Never More,

      le baume à lèvres : oui !
      le beaume : non...

      c'était pour sourire ;)) (beau-me : qui est beau ? me ?), le "beau moi" en somme. J'aime jouer avec les mots, sans doute un ouvrage de dames... Mais se dire Never More, n'est-ce pas, aussi, jouer avec les mots ?

      Quoi qu'il en soit, je préfère le baume au coeur ;))

      Supprimer
  24. Bien bien mais vous faîtes preuve de mauvaise fois en contrant sur la forme mais pas sur le fond, car sur le fond elle a raison et vous êtes bien en peine de démontrer le contraire. Vous en êtes donc réduit à un étalage d'arguties. Car enfin si l'on corrige en tenant compte de vos remarques, cela donne : on n'a pas le droit d'assimiler les noirs à des singes car une loi le sanctionne tandis qu'il n'existe aucun empêchement à assimiler les femmes à des hyènes.

    Oseriez-vous prétendre le contraire?


    "Ce faisant, elle “brise les règles” et interpelle au niveau de leur vécu aliénant les pauvres femmes qui, bien entendu, ne “s'offusquent” nullement de ses testiculaires dérapages mais se contentent de se foutre de sa poire."

    Je suis une femme,(et non pas une pauvre (!) femme, merci) et je partage son avis, et si je me fous de la poire de quelqu'un ce sera de la votre...
    Vous êtes une femme, pour affirmer qu'elles se foutent de sa poire? Ou bien vous vous contentez de parler/penser à notre place, comme d'habitude?

    Vous m'avez l'air con comme une bite cher monsieur xD
    Vous êtes satisfait, c'est égalitaire comme formulation? Pas trop choqué par ce dérapage? Vous même n'êtes pas en reste il me semble.

    PS: Je suis sur que les smiley vont vous plaire, vous m'avez l'air d'un bon réac ;)
    Une lectrice du blog d'Euterpe
    kiss kiss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Berenice. Bien sûr il ne te répondra pas sur le fond. D'ailleurs il ne te répondra pas du tout. Il a fait sa crotte et s'éloigne de la puanteur qui est un peu insoutenable, faut le comprendre !

      Supprimer
    2. Répondre sur le fond ? Mais quel fond ?

      Supprimer
  25. Ce phénomène nouveau des blogueurs qui se consacrent des billets à s'engueuler entre eux risque de les enfermer dans un monde clos, alors que l'objectif revendiqué des blogs est, théoriquement, d'atteindre le plus grand nombre de lecteurs possible.

    S'il continue à se développer, on pourrait faire fusionner tous les blogs en un blog unique, réservé aux seuls blogueurs, afin qu'ils passent leur temps à échanger des noms d'oiseaux entre eux.

    Mais la vraie question n'est-elle pas: "Pourquoi tant de gens tiennent-ils des blogs?"

    http://www.marianne2.fr/Pourquoi-tant-de-gens-tiennent-des-blogs_a222496.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dites donc Elie Arié c'est pas vous qui racontiez que Rosaelle vient chez Juan juste pour faire de la pub pour son blog, des fois ? Et que vous faites vous là, vous ?

      Supprimer
    2. Je ferais donc de la pub pour mon blog qui n'existe pas?

      Supprimer
    3. Phénomène nouveau, je n'en suis pas si sûr, pour Didier Goux c'est presque une tradition celeste.
      Pourquoi les gens tiennent des blogs, parce qu'ils aiment bien parler.

      Supprimer
    4. Elie Arié est un SBF. (sans blog fixe). Il commente énormément chez Sarkofrance, et est doué d'une patience et d'une retenue extraordinaire envers Euterpe et Rosaëlle et d'autres commentateurs pas très fute fute et du genre pénible. Il leur répond, il argumente avec savoir et bon sens encore et encore alors qu'elles le huent, le chahutent, l'insultent à qui mieux mieux . C'est très étonnant. Pour être à ce point détesté par tout le monde, ce Juif dont être un juif rom. Au moins.

      Supprimer
  26. Dans votre entreprise de canardage des ambulances, il me semble que votre hubris vous entraine parfois à des faux-pas. Sur la question de la comparaison des noirs « à » des singes: pour l'ensemble des dictionnaires, nous dit le TLFi, « comparer à » se dit plutôt dans le sens de « rapprocher pour établir un rapport d'égalité, de ressemblance », « comparer avec » lorsqu'il y a confrontation, recherche des différences autant que des ressemblances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ JF Brunet : tiens encore un qui coupe les cheveux en quatre pour ne pas répondre sur le fond. Qui disait déjà "Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt" ? Ah oui Lao Tseu. Et j'ajouterais : "L'idiot regarde le doigt et disserte sur ses phalanges".

      Supprimer
    2. Monsieur Brunet, vous avez parfaitement raison d'établir le distinguo, que j'aurais bien dû établir moi-même en effet, car il est important. Merci de l'avoir fait pour moi.

      Supprimer
  27. Didier Goux: et vous, pourquoi tenez-vous un blog?
    Voilà une question dont la réponse, à elle seule, mériterait un billet...si vous êtes capable de ne pas vous contenter d'un "Parce que je le vaux bien", et de vous lancer dans l'exercice ingrat de l'introspection.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une question à laquelle j'ai l'impression d'avoir déjà répondu dix fois. De toute façon, je ne réponds qu'aux questions que je me pose moi-même.

      Supprimer
    2. Nous ne nous posons que les questions pour lesquelles nous avons déjà une réponse qui nous satisfasse: ce sont là les joies incomparables du narcissisme.
      Personne ne nous flattera jamais autant que nous le ferons nous-mêmes.

      Supprimer
  28. Elie, Didier Goux tient un blog parce qu'il a épuisé la patience de sa femme et de ses proches. Ce qui n'est évidemment le cas de personne d'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais il n'a pas répondu à chacun des commentaires. Il ne sera jamais nomber one.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.