mardi 25 septembre 2012

Sur une proposition de Mme Marine Le Pen


Communiqué n° 1441, lundi 24 septembre 2012
Sur une proposition de Mme Marine Le Pen

Le parti de l’In-nocence remarque que Mme Marine Le Pen, au motif qu’il faudrait interdire le voile islamique dans l’espace public, juge qu'il conviendrait pareillement, par symétrie en quelque sorte, et en gage d’impartialité, d’interdire le port de la kippa. Il estime que c’est là s'engager dans une voie extrêmement dangereuse, qui fait de l’islam et de la colonisation islamique l’aune à laquelle devraient être jugés désormais nos traditions, nos habitudes et les traits traditionnels de notre civilisation. Si l’on lutte contre les minarets, faudra-t-il abattre nos clochers ? Faudra-t-il renoncer à notre calendrier d'origine chrétienne, sous prétexte que nous ne tenons pas à fêter l’Aïd ?

Le parti de l’In-nocence estime pour sa part que cet équilibre entre ce qui est notre civilisation et ce qui manifestement ne l’est pas n’est pas acceptable ; qu’il est un piège qui accélère la marche vers la dhimmitude ; que l’égalité républicaine n’a pas lieu de s’appliquer entre ce qui est français et ce qui ne l'est pas ; que c’est du côté des indépendantistes québécois qu’il faut chercher un modèle et une inspiration, eux qui n‘ont pas hésité à assumer une stricte discrimination entre ce qui relève de leurs traditions nationales et ce qui, sur leur territoire, y porte atteinte.

La discussion – si discussion s'amorce… – sera à suivre ici
 

41 commentaires:

  1. Feignasse ! Est-ce que je diffuse des communiqués du PS, moi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce ne sont pas exclusivement des communiqués du PS que vous publiez chez vous?

      Supprimer
    2. Si mais entre les lignes imposées, j'arrive à parler de bitures, de bites, ...

      Supprimer
    3. Ah oui... C'est la newsletter de DSK en fait.

      Supprimer
    4. Je grouperai les bites et les bitures dans un prochain billet, promis…

      Supprimer
  2. Donc, si je résume, il faudrait traiter de façon spécifique une religion, pour lui rappeler qu'elle n'est que tolérée et faire comprendre à ses adeptes leur position subalterne.

    Un peu comme l'islam prémoderne faisait avec les juifs, les chrétiens et les zoroastriens?

    L'emploi du terme dhimmitude dans ce communiqué est savoureux. Ce qui est décrit au paragraphe précédent n'est-il pas précisément une démarche de dhimma?

    En gros, pour combattre l'islam, devenons comme lui.

    Harry, lecteur fidèle mais sceptique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Harry, votre raisonnement est parfait ! Lisse, immaculé, non pollué par la moindre scorie de quoi que ce soit, même pas de vous-même (physique, psychique, historique…). C’est un raisonnement parfaitement HORS SOL, sans racines, a-botanique… Il est l’incarnation parfaite de l’idéologie du relatif absolu adossée avec certitude et sérénité à l’inexistence et l’inutilité du sens, de l’expérience, du passé, du présent et de l’avenir. Je vais l’encadrer.

      Supprimer
    2. Harry : pas mieux que le Plouc, ci-dessus, et K2R ci dessous.

      Supprimer
  3. Si l'ennemi utilise des canons, vous allez utiliser des fléchettes parce qu'utiliser des canons, c'est devenir comme l'ennemi ?

    RépondreSupprimer
  4. "Le parti de l’In-nocence remarque que Mme Marine Le Pen, au motif qu’il faudrait interdire le voile islamique dans l’espace public, juge qu'il conviendrait pareillement, par symétrie en quelque sorte, et en gage d’impartialité, d’interdire le port de la kippa."

    Je faisais remarquer dans un précédent billet de D.G. le piège que constitue ce soucis de symétrie.
    Le Pen n'a pas tardé à dévoiler le mécanisme.

    1) On met les juifs dans l'équation (pourquoi pas les mormons ou les témoins de Jéhovah ? Mystère ...)
    2) De ce fait, on nie leur présence multiséculaire et leur appartenance historique au peuple français, ils deviennent des immigrés comme les autres, en quelque sorte.
    3) Devant le tollé, on leur demande de faire un "petit geste" pour faciliter le "vivre-ensemble", faisant mine de croire que si les rares juifs enkipatés cessaient de l'être, les femmes voilées disparaitraient comme par enchantement, car nous savons tous qu'elles ne mettent le voile que pour protester contre les kipas.
    4) Si les juifs refusent d'abandonner la kipa (qui n'est rien d'autre qu'un couvre-chef, au même titre que le sombrero ou la toque de castor), qui seront les salauds qui ne veulent pas "vivre-ensemble", selon vous ?
    5) Et voilà, beao boulot, la boucle est bouclée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est consternant c'est que Le Pen ne s'aperçoive pas du piège dans lequel elle tomne.

      Ou alors elle le voit très bien, et c'est encore pis.

      Supprimer
    2. C'est encore pire que pis.

      Elle est tout simplement dans l'air du temps.

      Comme Charb de Charlie Hebdo qui disait tout à fait ingénument, sans vraiment penser à mal, avoir croqué le rabbin en couv, poussant le musulman, "par élémentaire souci d'équilibre" ...
      Comme Eva Joly qui voulait faire de Kippour un jour férié pour pouvoir imposer l'Aïd ...
      Il y a des exemples à la pelle.

      Le pli est pris, impossible de le repasser, ça ne marchera pas.

      Supprimer
    3. Franchement, je ne vois pas l'intérêt de cette sortie de Marine Le Pen. S'il est question du voile intégral, il est déjà interdit dans l'espace public, me semble-t-il (loi du 20 octobre 2010). S'il est question du "foulard" qui masque uniquement les cheveux, je ne vois pas comment une loi l'interdisant serait concrètement applicable, car comme je l'ai déjà lu ici, il faudra faire la différence entre l'intention religieuse et le port du foulard par tradition, mode ou nécessité ponctuelle (oreilles sensibles, bigoudis, chimiothérapie et j'en passe...). Quant à la kippa, son interdiction est complètement farfelue : autant se lancer alors dans l'interdiction de tous les couvre-chefs sur la voie publique.

      Décidément, la famille Le Pen a toujours un sérieux problème avec les Juifs, et la fille a eu beau faire son aggiornamento, elle n'est visiblement pas à l'abri d'une soudaine remontée de gènes, aussi fastidieuse et imprévisible qu'une remontée acide...


      Supprimer
    4. Mais Le Pen fille n'est pas du tout antisémite, à la différence du père.
      D'ailleurs elle a elle-même été "piégée" par le journaliste du Monde, qui a "invité" les français juifs dans la conversation ("Il faut interdire le voile ... La kippa aussi alors ... Oui, si on interdit le voile, il faut aussi interdire la kippa ... ).

      Le problème, c'est après.

      C'est la demande du "petit geste", qui fait basculer la responsabilité d'un groupe (les musulmanes voilées, françaises ou non) vers un autre (les français juifs à la tête couverte).
      Cette demande mets ces deux groupes sur un même plan, comme s'ils avaient le même bagage historique, la même empreinte dans le paysage français.

      Et on nous rejoue, d'une manière extrêmement insidieuse, le coup des deux "communautés" rivales et hostiles au "vivre-ensemble", décidément aussi peu intégrable l'une que l'autre.

      Encore une fois, rien de prémédité de sa part, seulement une reprise inconsciente du tube de ces dernières décennies : la lente métamorphose des juifs français en communauté juive de France, et l'issue inévitable pour ces mêmes juifs français.
      La disparition.

      Supprimer
    5. "la lente métamorphose des juifs français "

      Pas des juifs (ou Juifs? les majuscules ont aussi leur importance: majuscule lorsqu'on parle d'un peuple, minuscule lorsqu'on parle d'une religion)) français, mais des Français juifs.
      Avec la première expression, le communautarisme est déjà là.

      Supprimer
    6. Waa, je trouve à redire dans votre premier message.

      "1) On met les juifs dans l'équation (pourquoi pas les mormons ou les témoins de Jéhovah ? Mystère ...)
      2) De ce fait, on nie leur présence multiséculaire et leur appartenance historique au peuple français, ils deviennent des immigrés comme les autres, en quelque sorte."


      La présence multiséculaire ne fait rien à l'affaire, et ne fait pas des Français automatiquement : voyez les Romanichels par exemple, dont certains sont là depuis des siècles. Mais admettons. Le problème est de se distinguer par les vêtements de ce peuple français auquel les Juifs sont censés appartenir, précisément ce que ne font pas, à ma connaissance, les témoins de Jéhovah que vous citez, et qui sont eux pleinement Français. Si les Bretonnes se baladent dans la rue avec leur célèbre coiffe, elles ne renvoient pas non plus à une religion ni ne témoignent de leur appartenance à une nation étrangère ou à une communauté disséminée sur toute la planète. Difficile d'en faire autre chose qu'un particularisme français, donc. Je crois que l'on ne peut pas en dire autant de la kippa, signe communautariste évident, donc non-français, puisqu'il s'agit précisément de se distinguer, par cette coiffe, des Français.

      "Si les juifs refusent d'abandonner la kipa (qui n'est rien d'autre qu'un couvre-chef, au même titre que le sombrero ou la toque de castor)"

      Ben non. Si vous mettez un chapeau qu'un chrétien ou un musulman peuvent également porter, ce n'est qu'un couvre-chef ; si vous portez une kippa, vous dites à tout le monde dans la rue, y compris aux gens qui n'en ont rien à fiche, que vous êtes Juif. C'est bien pour ça que ces religions s'inventent des signes particuliers de reconnaissance : pour se distinguer, pour se retrancher de la communauté nationale. Ce n'est pas le cas en Musulmanie, pour ce qui concerne le foulard, qui n'est alors qu'un signe religieux (et antiféministe), alors qu'il est en France un signe politique et social. Comme la kippa, et contrairement à la casquette de tweed ou au chapeau de paille.

      Evidemment, il y a peu de bonnes raisons de vouloir interdire la kippa dans la rue, sinon celle de vouloir interdire le voile dans la rue. Il est rigoureusement impossible d'interdire l'un sans interdire l'autre.

      Supprimer
    7. Rien pigé à cette histoire de Romanichels.
      Moïse de Narbonne (XIV° siècle) sillonnait les routes d'Europe en roulotte ?
      Léon Blum faisait la manche dans le métro ?

      Peu importent la kippa et le voile.
      Ce que j'essaye de mettre en lumière, c'est ce simple fait : dorénavant, pour atteindre l'islam, on se sert des juifs.
      Comme au billard.

      Bref, quel est le mot que vous ne comprenez pas dans l'expression "civilisation judéo-chrétienne" ?

      Supprimer
    8. Parce que vous pensez que les bohémiens en France depuis des siècles n'ont jamais cessé de sillonnner l'Europe ? Parce que vous estimez qu'un Juif du Maroc arrivé en France il y a soixante ans est forcément plus Français qu'un Bohémien dont les ancêtres pillaient nos villas en 1475 ? Parce que vous trouvez que s'appeler "Moïse" à Narbonne au XIVe siècle, ça fait particulièrement français ? Parce que vous trouvez que notre civilisation "judéo-chrétienne" doit beaucoup au talmud ?

      L'expression de "civilisation judéo-chrétienne" n'a jamais rien voulu dire : on doit bien plus à Athènes et à Rome qu'aux Hébreux. Vous employez les expressions comme s'il s'agissait d'évidences. Ainsi nous serions, nous Français, des sortes de Juifs, puisque notre civilisation est "judéo-chrétienne". C'est un peu court, un peu automatique, et pour tout dire, un peu en dessous de ce qu'on est en droit d'attendre dans un blog remarqué par Renaud Camus pour la qualité de ses commentateurs.

      Si vous voulez faire le malin, révisez un peu avant de causer. Et si vous ne vous intéressez pas au voile et à la kippa, ne vous sentez pas obligé d'intervenir sur un fil dont c'est le sujet.

      Supprimer
    9. Bon, j'aurai essayé.
      Manifestement, en pure perte.
      Par gain de paix, je dirais donc avec vous que :

      - Jésus est le fils de Zeus et le demi-frère de Persée.
      - Lincoln, parce que prénommé Abraham, n'était pas américain.
      - Ce qui apparait sous le nom d'Ancien Testament dans la Bible chrétienne sont en fait l'intégrale des aventures de Tintin.
      - Ce fil ne porte pas sur l'équivalence faite par Le Pen entre le voile et la kippa.

      End of transmission.

      Supprimer
    10. Je pense que c'est plus un effet toile d'araignée, où tout est entremêlé, qu'un effet billard dans lequel il n'y aurait que deux boules.
      Ou alors un billard américain, au moment de jouer le 1er coup, quand toutes les boules sont actives.

      Supprimer
    11. Waa :
      Le fil porte de toute évidence sur la cultures des pastèques, vous avez raison.
      Tous les Français se font circoncire comme Jésus, c'est évident aussi, et on ne mange pas de porc, coformément à notre culture "judéo-chrétienne".
      Il y avait des chrétiens prénommés Moïse en France au XIVe siècle, tout le monde le sait (si vous ignorez que les Protestants ont repris des prénoms bibliques pour se démarquer des catholiques, tant pis pour vous, mais il faut être sacrément gonflé pour m'expliquer que les Juifs sont Français depuis toujours en citant, en guise de preuve, le prénom d'un Américain).
      Parce que les chrétiens lisent aussi l'Ancien testament, c'est donc qu'ils sont Juifs, CQFD (et d'ailleurs les Musulmans aussi sont Juifs puisqu'ils fêtent Abraham/Ibrahim). En fait nous sommes tous Juifs. Notre langue est juive, nos coutumes, notre philosophie et même le nazisme si ça se trouve.

      Conclusion : vous êtes con ou quoi ?

      Et votre "end of transmission", c'est une façon de faire croire que c'est vous qui décidez ? Restez à votre place et tout ira bien, croyez-moi.

      Supprimer
    12. Mon commentaire ne disait pas que nous sommes tous pareil, mais qu'il y a une multitude d'acteurs et que le fait dont vous débattez ne saurait s'expliquer qu'à travers 2 seulement. Mais je suis assez d'accord qu'un fait en engendre un autre, et quand on zoome sur le phénomène,on voit qu'il y a depuis longtemps un amour vache entre le juif et le muzz.

      Supprimer
    13. @ Marco Polo

      "Je crois que l'on ne peut pas en dire autant de la kippa, signe communautariste évident, donc non-français, puisqu'il s'agit précisément de se distinguer, par cette coiffe, des Français."

      Intéressant d'apprendre que des Français qui veulent manifester leur appartenance à une religion sont des non-Français qui veulent se distinguer des Français, que l'appartenance à la France est fondée sur l'adhésion à une seule religion, que la citoyenneté n'est pas une notion laïque, et qu'il ne s'est rien passé en France depuis 1789.

      Supprimer
    14. Marco Polo est un héritier de la droite traditionnelle. Il se méfie des juifs, de l'art dégénéré et du libéralisme sauvage judéo-yankee. On a beau lui répéter que Boulez et Nathalie Sarraute, c'est pas si mal, qu'Israel est le porte-avion le plus efficace dans notre guerre contre le monde arabe et que le corporatisme médiéval n'est pas le système le plus top pour créer de la richesse, cela glisse comme de l'eau sur les plumes d'un canard.

      Supprimer
    15. Elie Arié : le globe-trotter vénitien nous a déjà informé à plusieurs reprises qu'il était un philosophe aguerri (la précision n'était pas inutile, car nous ne nous en serions sans doute pas spontanément aperçus à la lecture de ses messages), vous ne pouvez pas lui demander en plus d'être historien ! C'est Marco Polo, pas Pic de la Mirandole...

      Supprimer
    16. Ah, évidemment, si vous vous y mettez à plusieurs...
      Railler, c'est bien, ça occupe, mais dire quelque chose c'est plus difficile. Essayez de temps en temps, les gars.

      Supprimer
    17. Pour Elie (qui a dit quelque chose, lui) :

      J'imagine que vous ne voyez aucune objection à considérer une femme emburkée comme pleinement française, d'après vos critères.
      La citoyenneté laïque, c'est du langage de socialiste (sans vouloir vous froisser). Je crois que vous confondez "citoyenneté" et "nationalité" ou "identité".

      Supprimer
    18. Disons quelque chose: ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi vous tenez absolument à comparer les juifs et les musulmans. Vous êtes exactement comme les gauchistes qui assimilent l'islamophobie d'aujourd'hui à l'antisémitisme des années 30. En réponse à cette tendance , voici un texte de Fjordman ( traduction libre...):

      Les juifs des années trente étaient minoritaires partout, et n'avaient pas de pays qu'ils pouvaient designer comme le leur. Les réfugiés juifs ont été rejetés par la plupart des pays, y compris quand ils cherchaient à échapper à la persécution nazie. Les musulmans aujourd'hui sont plus d'un milliard, et sont majoritaires dans environ 60 pays à travers le monde. Dans la plupart de ces pays, les non musulmans sont victimes de diverses formes de discrimination, et vivent souvent sous la menace permanente d'extermination physique. Les juifs dans les pays occidentaux ne sont à l'origine d'aucune menace terroriste et ne l'ont jamais été. Les musulmans le sont en permanence. Les juifs n'ont pas une Histoire de plus de 1000 ans d'attaques armées contre l'Europe, l'Inde, l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Asie centrale. Les musulmans d'aujourd'hui sont les fiers héritiers d'une telle Histoire. Les juifs n'égorgent pas les moines bouddhistes en Thaïlande, ne massacrent pas les Hindous au Bangladesh et ne poignardent pas les bonnes soeurs en Egypte. Les musulmans le font. Les juifs ne prennent pas d'otages pour les décapiter et pour distribuer à travers le monde des vidéos de leurs forfaits. Les musulmans le font.les juifs ne constituent pas des bandes pour violer en série des jeunes suédoises et des jeunes anglaises.  Les musulmans le font. Les juifs représentent le groupe ethnique le plus prospère et le plus doué d'Europe. Les musulmans en Europe se situent aux plus bas niveaux, selon tous les indicateurs éducatifs et sociaux . Les musulmans , 20% de la population mondiale, ne comptent parmi leurs rangs que trois prix nobels en science et en littérature, alors que les juifs, 0,2% de la population mondiale, ont reçu plus de 120 prix Nobel dans ces domaines. Les juifs, avant la deuxième guerre mondiale, remplissaient les universités d'Europe. Les musulmans, aujourd'hui, remplissent nos prisons.

      Supprimer
    19. En fait, comme la présence de Juifs en France est attestée avant même l'apparition du christianisme en France(très exactement en l'an 1 de l'ère chrétienne)et bien avant sa diffusion, ce seraient les Français qui manifestent leur appartenance au christianisme qui veulent se distinguer des Français?

      Supprimer
    20. Mais je ne compare absolument pas les Juifs aux Musulmans, je me contente de trouver logique que l'interdiction éventuelle du foulard islamique s'accompagne de l'interdiction de la kippa. Pour tout vous dire, je préfère mille fois les Juifs aux Musulmans, d'abord parce que les premiers sont beaucoup moins nombreux que les seconds. Cependant il ne faut pas être naïf et penser que les Juifs pourraient nous aider à nous débarrasser du problème de l'Islam en France. De plus, je ne pense pas que les coutumes judaïques appartiennent à l'histoire de France, participent de son identité. Le judaïsme français ce n'est pas le protestantisme français. La kippa ce n'est pas la même chose que la coiffe bretonne ou le bérêt basque, comme je pense l'avoir montré ailleurs. Il suffit de lire un peu le Talmud pour comprendre que le judaïsme n'a rien de français, ce qui n'empêche pas des Juifs d'être Français, dans l'exacte mesure où ils rejettent ce qui dans le judaïsme les empêche de l'être. Un Eric Zemmour, par exemple, me semble très français. Quant au communautarisme juif, c'est l'un des plus violents, puisqu'il est fondé sur un racialisme aussi radical qu'archaïque. La circoncision n'est rien d'autre que la marque de la religion dans la chair, ce que précisément a refusé le christianisme.
      Concernant votre citation, elle déborde d'une judéomanie douteuse. Le peuple le plus doué d'Europe, vraiment ? N'allez pas dire ça à un Auvergnat, malheureux !

      Supprimer
    21. Elie : Vous êtes sûr qu'il y avait des Français en l'an I de notre ère ?
      Vous êtes sûr que tout va bien dans votre tête ? S'il s'agit de dire des conneries pour amuser le public, je peux aussi, hein, faites gaffe.

      Supprimer
  5. La bonne nouvelle dans tout ça c'est que le PI vit encore.

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup la notion de relatif absolu chez le plouc. Parce qu'après tout le relatif relatif, qui donne lieu à une forme "soft" de relativisme, et qui consiste à mettre chaque proposition dans son contexte pour en apprécier le sens, c'est quand même une des conquêtes les moins imbéciles de la modernité. C'est quand au caractère relatif du concept par rapport à son contexte, on substitue le caractère relatif des concepts entre eux, indépendamment du contexte ( je sais , le concept est lui -même défini par des concepts, mais nous sommes là à un autre niveau de la spirale batmologique) que les choses se gâtent. Si les concepts sont relatifs entre eux, c'est à dire si ce qu'on dit d'X est automatiquement comparable à ce qu'on dit d'Y , du seul fait de l'identité de leur statut syntaxique dans la phrase( en remplaçant arabe par juif, par exemple...) tout vaut n'importe quoi -sur le plan normatif-et tout EST n'importe quoi-sur le plan cognitif- sans qu'il y ait la moindre question à se poser sur le réel ( je sais , le réel est lui aussi un concept à relativiser à son contexte et ainsi de suite...) , ce qui permet à n'importe qui de dire n'importe quoi, rien qu'en jouant avec les mots... 

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jouons tant qu'on veut avec les mots, mais prenons soin des virgules.

      Supprimer
  7. Lire " le contexte est lui-même défini par des concepts" . Bon, les autres erreurs, s'il y en a, je les laisse, sinon on va tous y passer la journée. Désolé.

    RépondreSupprimer
  8. Didier, ôtez moi d'un doute. Avec tous les messages de commentaires que je reçois dans ma boitamel, quand je vois qu'il n'y a que 37 commentaires ici, j'ai une illusion d'optique ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de les compter : c'est bien ça. Mais c'est que vous devez recevoir aussi ceux des autres billets…

      Supprimer
    2. Je ne sais pas, je ne lis qu'en fonction de l'auteur du commentaire.

      Supprimer
    3. Quant à moi, tout le monde sait bien, depuis mon journal du mois dernier, que je ne lis jamais le moindre commentaire !

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.