mercredi 15 mai 2013

Les îliens sont partout !


Ça ne pouvait pas ne pas y arriver, l'occasion était trop belle, forcément. J'apprends, sur un site que mon masochisme foncier m'incite à consulter souvent, que l'illustre Fondation du mémorial de la traite des noirs s'est empressée de porter plainte contre le député Vialatte, auteur d'un touite à la stupidité avérée, relevant de la grosse plaisanterie de comptoir en fin d'apéro.

On espère évidemment, pour ces braves gens faisant à la fois œuvre utile et flèche de tout bois (d'ébène, si j'osais…), qu'un juge impartial leur donnera raison et surtout leur accordera des dommages et intérêts substantiels. Là-dessus, ne se tenant plus de joie ni d'impatience, la fondation du mémorial part un peu en vrille et écrit : « En s’attaquant à la mémoire des millions de Français descendants d’esclaves, etc. » Diable ! il y aurait donc, en ville, des millions de Français descendants d'esclaves ? Mais qui sont-ils ? Où se cachent-elles, ces légions ? Comme, presque par définition, ces descendants-là ne peuvent pas nous arriver directement d'Afrique, on ne voit guère, pour répondre à la définition de la fondation du mémorial, que nos amis antillais, réunionnais et guyanais. Et ils seraient des millions ? Hé bé… je ne savais pas les îliens si prolifiques. À ce compte-là, les descendants des pêcheurs de Sein doivent être au moins deux cent cinquante mille, au bas mot. Quant à la diaspora de Saint-Pierre-et-Miquelon, je préfère n'y point songer.


12 commentaires:

  1. L'île de Sein, c'est la quart de la France. De la France libre, s'entend... Les autres, ile-de-France, île de la Réunion et autres îles de la diversité et de la désunion ne pourront jamais s'aligner, malgré leurs millions.
    Yeac'h mad !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc, ça veut dire qu'un quart de la France était résistant, mais d'un autre côté il y avait aussi 40 millions de pétainistes : on commence à avoir du mal à s'y retrouver !

      Supprimer
  2. Il est où mon commentaire et votre réponse ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merde, j'ai dû faire une connerie. Je vais voir ça…

      Supprimer
    2. J'ai retrouvé le vôtre dans ma corbeille, mais rien à faire pour le publier. Bon, je le recopie ici :

      « 1 040 000 en gros selon Wikipédia. Avec Tonnégrande, comme il gros, ça fait 2 millions. Ce qui fait bien 2 ou 3 millions d'esclaves en connait tous ceux qui sont bâtards.

      Je dis ça pour rendre service. »

      Quant à moi, j'avais demandé un lien vers Wiki…

      Supprimer
    3. Nicolas, je ne comprends pas ce qui se passe : je ne parviens plus à vous publier, même en cliquant où il faut !

      Supprimer
    4. Je viens de ressayer : quand je clique sur "publier" ça m'affiche une page « Ce commentaire n'existe pas ou n'existe plus ». Vous y comprenez quelque chose ?

      Supprimer
    5. Vous êtes saoul. Smiley. On ne peut pas publier un commentaire qui a été effacé. C'est pour ça que je mets par fois des commentaires avec la pension "commentaire de machin effacé par mégarde". Sur l'iPhone le bouton supprimer est proches du bouton publier on fait des conneries souvent.

      A part ça, je n'ai pas de lien, j'ai cumulé le nombre d'habitants de ces trois trous.

      Supprimer
    6. Tiens, oui, ça remarche. Donc, c'est bien moi qui ai merdouillé.

      Supprimer
    7. Mais non. Ça n'a pas marché. Vous avez copie le commentaire à la main

      Supprimer
  3. Ah ! Moi qui croyais que mes messages étaient censurés !
    Je revis.

    RépondreSupprimer
  4. Y'a plus de deux millions d'ultramarins, mine de rien. Pas tous descendants d'esclaves, mais si on y rajoute tous les métropolitains qui ont au moins un arrière-arrière-arrière-arrière grand parent esclave, on a les millions facile. Certes, il y a des chances qu'une partie d'entre eux évoquent plus le cachet d'aspirine que l'obsidienne, mais il y a aussi des chances qu'ils considèrent tout de même Vialatte comme un gros con.

    Yis

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.