vendredi 24 mai 2013

Vivre ensemble : si même les écrivains morts s'y mettent, maintenant…


« […] En tout cas, les familles modernes présentent sous les étiquettes conventionnelles les plus cruels phénomènes de divorce secret, de mésintelligence foncière, quelquefois de haine, qui se comprennent trop quand on pense à leurs origines. Il se fait depuis cent ans des mélanges de province à province et de race à race qui ont chargé notre sang, à tous, d'hérédités par trop contradictoires. Des gens se trouvent être, nominalement, de même famille, qui n'ont pas un trait commun dans la structure mentale et morale. Par suite l'intimité quotidienne entre ces êtres devient une cause de conflits quotidiens, ou de dissimulation constante. »

Paul Bourget, Le Disciple, Livre de poche, p. 136.

9 commentaires:

  1. Ah ça, les mariages de province à province, mais quelle horreur !


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais il faut aussi penser à se régénérer, parfois, sinon, ça laisse des marques -ça s'est vu en certains coins reculés ^^.

      Supprimer
  2. Si vous vous mettez à citer des écrivains catholiques, où va-t-on ?

    RépondreSupprimer
  3. L'observation courante, relayée par les "cross-cultural studies", nous montre que, par exemple, la ponctualité varie suivant les cultures. Un Japonais et un Mexicain ne sont pas sur la même longueur d'onde. Et à l'intérieur d'un pays ? Aux Etats-Unis les Mormons sont réputés pour être très à cheval sur l'heure. Ces choses-là peuvent même changer. Un article savant m'apprend ceci : " According to Pärdi (n.d.), older persons in Estonia value “German-style” punctuality and often criticize younger Estonians for adopting a Soviet mentality that does not emphasize the importance of punctuality."

    Et chez nous ? Si une Alsacienne veut rencontrer un natif de Nîmes, vont-ils rater leurs rendez-vous ? Un Turinois et une Sicilienne ? Leur "mélange" marital suscitera-t-il une prolifération de quiproquos, "cause de conflits quotidiens" ?

    RépondreSupprimer
  4. Curmudgeon, tout à fait exact.
    Ma femme est espagnole, je suis du nord de la France, elle est toujours en retard, je suis toujours en avance... Je passe ma vie à l'attendre et elle passe la sienne à me courir après!
    Je me demande ce que feront mes enfants!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils jetteront leur montre, comme ça il n'y aura plus de problème...

      Supprimer
  5. Cher Monsieur,

    Vos citations sont très souvent intéressantes et amenées avec un à propos souvent remarquable. Ce qui fait défaut cependant, c'est l'absence de réflexion personnelle et l'absence de développement et d'approfondissement du thème abordé. Ceci me laisse une impression de superficialité et de légéreté qui me semble contradictoire avec l'apparente gravité du propos, et le sens des thèmes abordés. J'ai eu l'impression de retrouver cette même tendance dans votre journal, et au final, cela me donne l'impression bizarre de quelqun qui ne sait pas très bien ni ce qu'il pense, ni où il va mais qui pourtant semble tenir un discours déterminé sur la manière dont il voit le monde.
    En quoi cela peut il être important ? C'est simple, j'ai l'intuition que sur certains sujets, je pourrais être d'accord avec vous mais cette absence de clarté et d'unité dans l'expression empêche tout accord en ne laissant perdurer qu'un sentiment superficiel d'irritabilité qui de toute évidence nuit au vivre ensemble...

    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ben là, il va falloir que Didier trouve quelque chose de clair, d'unifié, d'approfondi à vous répondre, ou j'ai l'intuition que c'en sera fait de lui !

      Supprimer
    2. Qui se sait profond tend vers la clarté; qui veut le paraître vers l'obscurité ; car la foule tient pour profond tout ce dont elle ne peut voir le fond.
      NIETZSCHE
      (et pan dans les dents!)

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.